Environnement : protéger notre planète

L’impact des catastrophes naturelles et des risques environnementaux dans le monde

Ressources documentaires

, par CDTM 34

Photo Pixabay

Depuis toujours, des catastrophes dérèglent la vie des hommes : il y a trop d’eau ou il n’y en a pas assez, la terre tremble et les volcans crachent, il fait trop chaud ou trop froid, des animaux indésirables détruisent les récoltes ou apportent des maladies…. Aujourd’hui, on constate un réchauffement général du climat sur la planète et un accroissement de ces catastrophes dont on se demande si elles sont vraiment « naturelles » ? Les conséquences des activités humaines, de leur atteinte à l’environnement et de leur impact sur le changement climatique sont clairement mises en cause par de nombreux scientifiques et mouvements citoyens.

La croissance démographique, le développement industriel, le déboisement ont rendu la Terre plus vulnérable et les désastres vont en empirant, particulièrement en ce qui concerne les inondations et les désertifications. Face à cette situation, il ne suffit pas de venir en aide aux victimes de ces catastrophes ; pour réduire les risques notamment en direction des populations les plus fragiles et pour s’adapter aux changements climatiques, des politiques plus efficaces et plus contraignantes pour l’atténuation du réchauffement climatique doivent être engagées.

Ouvrages 

Les coulisses du monde des catastrophes "naturelles"
REVET, Sandrine, - PARIS : FONDATION MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME (FMSH), 2018/09, 237 P.
Du cyclone de Bhola en 1970 à la catastrophe de Tohoku et Fukushima en 2011, en passant par le séisme en Arménie de 1988, l’ouragan Mitch de 1998 ou le tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est, un monde international des catastrophes dites « naturelles » a progressivement émergé.
Pourquoi « naturelles » ? Depuis les années 1990, les phénomènes naturels séisme, ouragan, tsunami, éruption volcanique ne sont plus considérés comme seuls responsables des catastrophes : l’activité humaine accentue la vulnérabilité des territoires et des habitants face aux catastrophes, qu’il n’est donc plus acceptable d’imputer à la seule nature.
Le monde social qui se construit autour de ces catastrophes est composé de nombreux acteurs issus d’horizons divers : secouristes, professionnels des ONG, diplomates, scientifiques... Pour former un « gouvernement international des catastrophes », ils ont dû élaborer des normes, des standards, des outils et un langage communs afin d’harmoniser des façons de faire divergentes voire concurrentes. (résumé de l’éditeur)
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75691

L’adaptation au changement climatique
VAN GAMEREN, Valentine ; WEIKMANS, Romain ; ZACCAI, Edwin PARIS : LA DECOUVERTE, 2014/03, 123 P
L’adaptation émerge aujourd’hui comme une réponse incontournable de la réponse au changement climatique. Cet ouvrage très documenté aborde les aspects physiques du changement climatique et les dimensions sociales du risque climatique. Il relate ensuite l’émergence de la notion d’adaptation dans les relations internationales, avec la création du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ainsi que les financements qui l’accompagnent. Le rôle des politiques publiques, nationales et infranationales est également exposé, ainsi que celui d’acteurs privés aussi divers que les assurances, les entreprises, les ménages et... les migrants. Cette synthèse apporte un historique, des clés de compréhension et des illustrations éclairantes.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=63186

Catastrophes et environnement : Haïti, séisme du 12 janvier 2010
HURBON, Laënnec, - PARIS : ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES (EHESS), 2014/05, 271 P.
Les catastrophes naturelles comme le séisme qui a touché Haïti le 12 janvier 2010 retentissent d’un impact considérable sur le plan humain et social. Afin de mieux appréhender ces événements, il est nécessaire de mettre en lien les facteurs humains, politiques, environnementaux et de résilience. Le traumatisme du séisme, les 300 000 morts, le deuil, la gestion des cadavres et la reconstruction ont des conséquences psychosociologiques qui nécessitent l’appui de différents experts en sciences sociales afin que le peuple haïtien puisse se relever.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=64835

Au temps des catastrophes : Résister à la barbarie qui vient
STENGERS, Isabelle, - PARIS : LA DECOUVERTE, 2009/01, 205 P.
Il s’agit d’une formidable invitation à penser les conséquences des "catastrophes" qui s’accumulent. L’auteure propose de se réarmer intellectuellement, pour lutter plutôt que subir. "Nos responsables" nous apprennent à être impuissants, passifs, à rentrer dans les rôles qu’ils taillent sur mesure pour nous consommateurs, patients, etc. Par une approche originale et salutaire, elle révèle une réflexion riche, dense et rigoureuse, sur les façons dont nous pouvons nous approprier ces problèmes et continuer à être vivants.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=58229

La désertification dans le monde : Causes – Processus – Conséquences - Lutte
NAHAM, Ibrahim - PARIS : L’HARMATTAN, 2004, 148 P.
Le nombre de personnes menacées par la désertification, phénomène qui touche les deux tiers des pays du monde, est d’environ un milliard dont la majorité vit dans les pays en développement. La désertification est un problème humain. La dégradation de l’environnement et les tensions biologiques et physiques qu’elle implique s’accompagnent de conséquences d’ordre physique, affectif, économique et social pour l’individu, la famille, la communauté et le pays. D’où la nécessité d’une coopération régionale et internationale contre ce fléau qui sera un des problèmes environnementaux les plus sérieux de notre planète au XXIe siècle.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=37594

Obsession de l’eau : sécheresse, inondations : gérer les extrêmes
WARD, Diane Raines - PARIS : EDITIONS AUTREMENT, 2003, 259 P.
La problématique de l’eau prend une place centrale dans les débats concernant l’avenir de l’humanité. Et pour cause, 40 % de la population mondiale tire son eau loin de son lieu d’habitation et 20 % de cette population n’a pas accès à une réserve d’eau non souillée. A l’opposé, l’excès d’eau (pluies diluviennes, inondations, élévation du niveau de la mer) occasionne d’autres fléaux. La croissance démographique ajoute une charge supplémentaire à la terre et à l’eau. La nécessité de nourrir une population en augmentation oblige à un usage croissant des engrais et pesticides, amène à une déforestation et à une érosion des sols. La gestion de l’eau est l’objet de conflits et sa contamination le résultat d’un modèle de développement.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=31720

Articles

Australie, ce qui nous attend
Courrier International, Janvier 2020, N°1524, P. 26-31
Ce dossier regroupe différents points de vue sur les incendies qui ont frappé l’Australie. L’Australie étant le premier exportateur de charbon au monde, certains remettent en cause l’exploitation de cette ressource fossile et ses conséquences sur l’environnement ainsi que l’absence d’une politique énergétique par le gouvernement, quand d’autres se demandent si le réchauffement climatique est la seule cause de ces incendies de plus en plus virulents.

En Australie, une saison en enfer
LANCIEN Maxime, Le Monde diplomatique, Janvier 2020, N°790, P. 4-5
Le terrible incendie australien survenu en fin 2019 est-il une catastrophe naturelle ou d’origine industrielle ? Depuis des années, le changement climatique a un impact néfaste sur la faune et la flore australiennes. Malgré les avertissements de climatologues, d’experts scientifiques et d’associations écologiques et contre la volonté de certains gouvernements locaux de changer l’avenir par l’usage d’énergies durables, le gouvernement national ne met en place aucune politique énergétique concrète.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=77007

Présentation : Vulnérabilités, résiliences et développement
BOIDIN, Bruno - MONDES EN DEVELOPPEMENT, 2017/4 (01/12/2017), N°180, P. 7-12
La résilience est devenue une notion majeure dans les champs de l’aide au développement et de l’urgence. Les risques et catastrophes ne sont pas seulement environnementaux mais aussi politiques, sociaux et économiques. Dans cet article, il est d’abord question des concepts de résilience, chocs et vulnérabilité, puis des apports des approches empiriques.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74080

Les trappes à vulnérabilité et les catastrophes : niveaux d’analyse et approches systémiques
HUGON, Philippe - MONDES EN DEVELOPPEMENT, 2017/4 (01/12/2017), N°180, P. 13-34
Les pays en développement sont particulièrement concernés par les trappes à vulnérabilité et les catastrophes naturelles et anthropiques à différentes échelles territoriales. La mise en relation des chocs, de la vulnérabilité et de la résilience peut se faire selon trois éclairages économiques, celui macro des économies nationales, celui micro des acteurs et celui méso des filières. Au-delà de ces trois niveaux d’analyse, une économie politique des trappes à vulnérabilité permet de repérer les crises systémiques des sociétés et des États fragiles et les enchaînements cumulatifs non régulés où la pauvreté engendre la vulnérabilité aux risques et où les catastrophes accroissent la pauvreté.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74081

Les sols, un enjeu climatique majeur
BARBUT, Monique, RAVIGNAN, Antoine de, ALTERNATIVES ECONOMIQUES N°345 (avril 2015). - P. 65
Des terres sont perdues à cause d’une urbanisation excessive et de mauvaises pratiques agricoles. Pour lutter contre le réchauffement climatique, au lieu de gagner des terres sur les forêts, il faut lutter contre la désertification et réhabiliter des terres dégradées pour recréer une couverture végétale afin de séquestrer du carbone. Cela est aussi important que l’effort sur les énergies renouvelables.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=65331

Documents en ligne

Article de synthèse sur les questions de dégradation et de restauration des terres
BIED-CHARRETON Marc, Comité scientifique français de la désertification (CSFD), décembre 2017
Cet article apporte des explications scientifiques sur la désertification et la sécheresse des terres notamment en Afrique. Ce phénomène naturel, qui entraîne la dégradation des terres, a de terribles conséquences sur les populations en générant des menaces économiques, environnementales et sociétales. Pour limiter cette catastrophe, des actions et des alternatives comme l’agroécologie sont proposées.
http://csf-desertification.org/bibliotheque/item/problematique-degradation-restauration-terres

Pour une transition agroécologique dans les territoires soumis à la désertification : Proposition d’une démarche d’accompagnement
FINET, Marion ; DERKIMBA, Adeline . - VIOLS LE FORT : GROUPE TRAVAIL DESERTIFICATION (GTD) ; VIOLS LE FORT : CENTRE D’ACTIONS ET DE REALISATIONS INTERNATIONALES (CARI), 2015/12. - 64 P.. - (TERRITOIRES ET AGROECOLOGIE)
Dans cet ouvrage, le Groupe de Travail Désertification (GTD) propose une démarche s’appuyant sur les principes de l’agroécologie pour repenser le développement des territoires en zone sèche. Le document est construit en deux temps : comprendre et justifier une approche agroécologique à l’échelle des territoires dans les régions soumises à la désertification ; construire et conduire une démarche agroécologique intégrée à cette échelle. Il permet de clarifier des concepts clefs et de déterminer les voies possibles d’engagement pour favoriser la transition agroécologique dans les territoires. Ce document s’appuie sur des éléments bibliographiques (scientifiques et techniques) et sur la capitalisation d’expériences des partenaires du GTD, à partir des projets se rapportant à la thématique.
http://www.laboress-afrique.org/ressources/assets/doc/Document_N01063.pdf

Des innovations agroécologiques dans un contexte climatique changeant en Afrique Coordination SUD (Solidarité Urgence Développement) ; DEBRAY, Valentine. - PARIS : COORDINATION SUD (SOLIDARITE URGENCE DEVELOPPEMENT), 2015/09. - 98 P
Cette étude est centrée sur l’adaptation au changement climatique et la mise en lumière du potentiel de l’agroécologie pour l’agriculture durable. Les impacts du changement climatique et les systèmes agricoles dans ces zones sont présentés, de même que les pratiques agroécologiques observées. Dans certaines régions du continent, la variabilité climatique limite déjà la production agricole et le changement climatique pourrait l’inhiber complètement en l’absence de mesures pour adapter les systèmes agraires. Les petits paysans, 70 à 80 % des agriculteurs en Afrique, seront très certainement les plus vulnérables face au changement climatique. Il est urgent de trouver des solutions pour maintenir la production agricole sur tout le continent et améliorer les conditions de travail. Les paysans ont développé des systèmes agraires en constante adaptation à la variabilité climatique. Leurs pratiques agroécologiques représentent un potentiel majeur pour faire face aux enjeux de gestion durable des ressources naturelles et de la croissance démographique. (D’après le résumé de l’éditeur).
http://www.coordinationsud.org/wp-content/uploads/Innovations-agro--cologiques-Afrique-FR-VDebray-20151.pdf

Mieux gérer les terres pour mieux gérer le climat : un enjeu fondamental
BARBUT, Monique, LESCAHIERS DE GLOBAL CHANCE N°37 (juin 2015). - P. 15-17
L’état des lieux des terres mondiales est inquiétant pour l’avenir de l’humanité. La démographie et le changement climatique accroissent les vulnérabilités donc les conflits et les migrations. Il ne faut pas penser la crise climatique en termes exclusivement énergétiques. Elle oblige à repenser profondément nos modèles de développement agroalimentaire et nos rapports aux terres.
http://www.global-chance.org/IMG/pdf/gc37p15-17.pdf

Changement climatique : les victimes témoignent
MARY, Olivier, - PARIS : REPORTERRE, 2014/03/31,
Les conséquences des changements climatiques sont déjà perceptibles dans plusieurs pays du monde. Ce texte présente des témoins de ces changements au Tchad, au Pérou et au Bangladesh.
https://reporterre.net/Changement-climatique-les-victimes-temoignent

Un retard dangereux : le coût d’une réponse tardive à des alertes précoces lors de la sécheresse de 2011 dans la Corne de l’Afrique
HILLIER, Debbie, DEMPSEY, Benedict - NAIROBI (KENYA) : OXFAM INTERNATIONAL, 2012/01, 40 P.
Plus de 13 millions de personnes sont encore aujourd’hui touchées par la crise dans la Corne de l’Afrique. Malgré plusieurs signes avant-coureurs, apparus quelques mois plus tôt, aucune réponse suffisante n’a été apportée avant qu’il ne soit trop tard. Les États donateurs, les Nations Unies et les ONG doivent changer leur approche vis-à-vis des situations de sécheresse chronique, en gérant les risques plutôt que la crise. Cela implique de prendre des mesures en fonction des informations fournies par les systèmes d’alerte précoce sans attendre la confirmation d’une catastrophe avant d’intervenir, de s’attaquer aux causes profondes de la vulnérabilité et de tout mettre en œuvre pour prévenir les risques dans l’ensemble des activités. Cela exige de mettre fin au clivage entre action humanitaire et développement.
https://oxfamilibrary.openrepository.com/bitstream/handle/10546/203389/bp-dangerous-delay-horn-africa-drought-180112-fr.pdf?sequence=10&isAllowed=y

Réduction des risques de catastrophes et eau, hygiène et assainissement
ROTTIER, Erik, MOLDER, Anne te - GENEVE (SUISSE) : GLOBAL WASH CLUSTER (GWC), 2011/11, 101 P.
Suite à une étude de 2008 sur les liens entre eau, hygiène et assainissement en réduction des risques de catastrophes (RRC), le WASH Cluster a mis en place des outils de renforcement des capacités pour l’intégration de la RRC dans les programmes d’eau, hygiène et assainissement (EHA). Le présent guide détaille les composantes EHA essentielles pour réduire les risques dans des contextes d’urgence liés à des catastrophes naturelles. La réduction des risques de catastrophes consiste à évaluer la probabilité et l’impact potentiel d’aléas et d’identifier la vulnérabilité des communautés et leur capacité à faire face. La RRC peut s’intégrer dans toutes les phases du cycle de projet EHA en situation d’urgence. Ce guide s’adresse aux professionnels de terrain déjà familiers avec les programmes en EHA. De nombreux outils méthodologiques et pratiques y sont proposés selon les types d’aléas.
http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Reduction%20Des%20Risques%20De%20Catastrophes%20et%20Eau%20Hygiene%20et%20Assainissement.pdf

Sécurité des moyens d’existence : changements climatiques, migrations et conflits au Sahel
PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement), - NAIROBI (KENYA) : PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT (PNUE), 2011/11, 112 P.
Document rédigé par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) en coopération avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), l’Université des Nations Unies (UNU) et le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS).
En annexes, nombreux tableaux, encadrés, études de cas, cartes sur l’évolution des migrations, de la pluviométrie, des températures, des sécheresses, etc.
Ce rapport du PNUE présente les résultats d’une analyse de l’évolution du climat sur une période comprise entre 24 et 36 ans dans 17 pays, de la côte Atlantique au Tchad. Cette étude a deux objectifs : premièrement analyser l’évolution historique du climat dans le Sahel, identifier les régions où des problèmes se posent avec une acuité particulière (nommées « points chauds ») et déterminer les implications potentielles des variations climatiques observées sur les moyens d’existence dépendant des ressources naturelles ; deuxièmement fournir des recommandations destinées à améliorer la sensibilité des plans d’adaptation et d’investissement de la région aux problématiques de conflit et de migration. Se basant sur un processus cartographique innovant pour analyser les variations de la température, de la pluviométrie, des sécheresses et des inondations au cours des quarante dernières années, ce rapport apporte des recommandations aux décideurs politiques et aux praticiens pour fonder leurs politiques d’adaptation et leurs investissements sur une compréhension rigoureuse des changements climatiques dans le Sahel et leurs impacts sur les moyens d’existence.
http://postconflict.unep.ch/publications/UNEP_Sahel_FR.pdf

Aléas naturels, catastrophes et développement local
GARNIER, Philippe, MOLES, Olivier - GRENOBLE : CENTRE INTERNATIONAL DE LA CONSTRUCTION EN TERRE (CRATERRE), 2011/05, 59 P.
Cet ouvrage porte sur le rôle de la communauté internationale et des décideurs locaux dans le cadre des réponses à apporter face aux catastrophes naturelles, avec l’objectif d’inscrire les programmes de reconstruction dans une perspective de développement durable. Il propose de mettre en place des conditions durables pour une meilleure prévention et préparation aux risques, pour et par les populations locales, en valorisant leurs connaissances en la matière. Ce document ouvre de nouvelles pistes vers plus d’efficacité des programmes de reconstruction et de prévention, dans les zones à risque.
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00837774/document