Environnement : protéger notre planète

Pollution et gestion des déchets dans un monde globalisé

Ressources documentaires

, par CDTM 34

Photo Pixabay

Le 6 mars 2020 a été conclu, à Bruxelles, le « Pacte plastiques européen ». Les signataires, 14 États membres, de grandes entreprises et deux ONG s’engagent à prendre des mesures pour une meilleure gestion du cycle de vie des emballages et produits plastiques à usage unique. [1] Une avancée dans la lutte contre les déchets et la pollution. Mais ce pacte va-t-il être respecté par tous ses signataires dans les années à venir ?

Le monde "développé" est un grand fournisseur de déchets et de polluants. Le traitement des déchets est une industrie en elle-même. Mais, si l’élimination des déchets courants, ménagers est un problème de technique, de financement et de décision politique, il en va tout autrement des lourds déchets toxiques dont les pays industrialisés produisent chaque année plus de 300 millions de tonnes. Les responsables cherchent à minimiser la gravité du problème, tout en essayant d’envoyer ces indésirables se faire traiter ailleurs, comme les bateaux amiantés, les polluants chimiques, les déchets de l’industrie numérique et autres déchets atomiques : différents scandales ont fait connaître le problème de ce commerce des déchets toxiques dont l’ampleur ne peut être mesurée en raison d’une forte opacité dans les flux.
Malgré la mise en place du recyclage, l’impact des déchets des pays industrialisés reste considérable sur la planète. De plus, avec le développement des nouvelles technologies, la surconsommation et l’obsolescence programmée de nos appareils électroniques, nos déchets deviennent de plus en plus importants. La pollution engendrée par les résidus de pesticides des déchets radioactifs, chimiques ou encore du pétrole entraîne des conséquences sur les milieux naturels que ce soit la terre ou l’eau et, par conséquent, sur notre santé.

Bibliographie

Contre l’épidéme, l’écologie
SHAH, Sonia – in : LE MONDE DIPLOMATIQUE N° 792, 03/2020, P. 1, 27
L’épidémie de Coronavirus met en évidence la vulnerabilité croissante de l’espèce humaine. Le problème est la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées causant la destruction des habitats, menaçant quanité d’espèces et provoquant la propagation d’agents pathogènes. Les montagnes de déjections produites par le bétail sont aussi des sources d’infections non maîtrisées.

Uranium country
DESCOTES-TOYOSAKI, Alissa - In : XXI, automne 2019 (01/09/2019), N°48, P. 106-115
Deuxième producteur mondial d’uranium, le Canada a favorisé l’extractivisme incontrôlé de son géant minier Cameco (Canadian Mining and Energy Corporation), au Canada et aux États-Unis, et a laissé la firme piller les territoires des peuples autochtones dès les années 1940. Dans la province du Saskatchewan, à la frontière Sud avec les États-Unis, les Dene occupent une terre dite "aux 100 000 lacs", réservoir naturel d’eau douce, qui recèle aussi une réserve de 480 000 tonnes d’uranium. Les terres de trappe ancestrales des Dene sont devenues "le couloir de l’uranium" traversé par une saignée de 200 kilomètres à travers la toundra, où Cameco exploite 4 mines. Dans un respect de façade du droit des peuples, les Dene ont conservé le droit de chasser des animaux (malades), pêcher des poissons (avariés) et ramasser des baies (contaminées) par les boues toxiques.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76640

Ceci n’est pas un gilet jaune
LE GALL, Catherine LEPLATRE, Simon ; MAUGER, Léna - In : XXI, été 2019 (01/06/2019), N°47, P. 92-101
Symbole de la contestation sociale, d’abord en France puis dans d’autres pays, il est pourtant l’objet de consommation mondialisé par excellence. Le gilet jaune se cache derrière un brouillard économique, une cascade de holdings et de paradis fiscaux. Initialement fabriqué en France, le gilet jaune est désormais vendu par des multinationales qui ont fermé leurs usines en France pour produire dans des pays où la main d’œuvre est moins chère, en Europe de l’Est, en Asie du Sud-Est et surtout en Chine. Fabriqué à partir de fibres synthétiques et de plastique chauffé non recyclable et transporté par cargo puis en camion à travers la planète, le gilet jaune est une pollution en soi. Devenu contre toute logique l’incarnation de la révolte, cet objet produit en masse par des entreprises mondialisées est un mirage économique et social, un piège environnemental et un non-sens écologique.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76291

L’humanité en péril : Virons de bord, toute !
VARGAS, Fred, - PARIS : FLAMMARION, 2019, 248 P.
Chercheuse en archéozoologie au CNRS, Fred Vargas livre un état des lieux alarmant de notre planète et de nos habitudes de vie pour nous faire prendre conscience que notre environnement va mal. Avec humour, elle dépeint la pollution, la déforestation due entre autres à l’agriculture et l’élevage intensifs, le trop de voitures, le trop d’avions, le trop d’écrans, la mauvaise répartition des richesses, l’appauvrissement de la terre, la mauvaise gestion de nos déchets... Mais, loin de s’enfermer dans le pessimisme, l’autrice propose des pistes d’espoir pour améliorer la situation.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76338

La guerre des métaux rares
PITRON, Guillaume, VEDRINE, Hubert - PARIS : LES LIENS QUI LIBERENT (LLL), 2018, 294 P.
Cette enquête explique comment la transition énergétique engagée pour s’émanciper des énergies fossiles provoque une nouvelle dépendance aux métaux rares. Ceux-ci, indispensables au développement des énergies renouvelables et à la construction des appareils numériques, ont des coûts environnementaux, économiques et géopolitiques plus néfastes que ceux des matières fossiles.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74564

Du jetable au durable : En finir avec l’obsolescence programmée
VASSEUR, Laetitia, SAUVAGE, Samuel - PARIS : GALLIMARD, 2017/01, 155 P.
Qu’est-ce que l’obsolescence programmée ? Pourquoi ? Comment en sortir ? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre. Il existe différents types d’obsolescence (technique, esthétique, logicielle) qui touchent différents types de produits. L’obsolescence programmée permet de stimuler la croissance économique mais à quel prix ? Que ce soit pour le consommateur qui se retrouve dans une société de consommation de masse aliénante ou pour l’environnement avec cette production accrue de déchets. Chacun y joue un rôle, qu’il s’agisse des fabricants, des distributeurs, des États ou des consommateurs. Afin de changer la donne, il faudrait revoir la production, la vente mais aussi apprendre à mieux consommer en réparant, réutilisant (recycler, donner, etc.) et surtout en repensant sa consommation (consommer moins et mieux).
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=72720

Le Roundup face à ses juges
ROBIN, Marie-Monique, - PARIS : LA DECOUVERTE, 2017, 277 P.
Depuis plusieurs années l’inquiétude ne cesse de grandir face aux pesticides. Le centre international de recherche contre le cancer a déclaré le Roundup "cancérigène probable" pour l’homme. Dans le monde entier il rend malade ou tue, on le retrouve partout dans l’eau, l’air, la pluie, les sols et les aliments. Après que les gouvernements et les agences se sont montrés impuissants pour mettre fin à cette catastrophe, un tribunal international Monsanto a vu le jour suite à la mobilisation de la société civile mondiale.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74712

Bure, la bataille du nucléaire
ALLENS, Gaspard d’, FUORI, Andrea - PARIS : SEUIL, 2017, 145 P.
Réquisitoire argumenté et militant. Les deux auteurs ont rejoint le combat de ceux qui mènent la bataille depuis 25 ans contre le projet CIGÉO (Centre industriel de stockage géologique). A Bure (Meuse), l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) projette d’établir la plus grande poubelle nucléaire souterraine d’Europe. Une construction sur 130 ans de 265 kilomètres de galeries à 500 mètres sous terre pour enfouir 80 000 m3 de déchets. Au-delà de l’aspect technologique du projet, les auteurs dénoncent la stratégie dans sa dimension sociale et territoriale : une stratégie d’implantation lente, de séduction et de banalisation. L’industrie nucléaire vise l’acceptabilité sociale du centre d’enfouissement de déchets nucléaires ultimes en donnant au projet le nom flatteur et « rassurant » de « laboratoire de recherche scientifique », en distribuant de l’argent aux collectivités, en redistribuant des terres. Les auteurs veulent médiatiser un projet que l’État et un monde industriel souhaitent mener en silence. L’industrie nucléaire est une industrie à haut risque.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76879

Amidst the debris... A desktop study on the environmental and public health impact of Syria’s conflict
ZWIJNENBURG, Wim, TE PAS, Kristine - UTRECHT (PAYS BAS) : PAX FOR PEACE, 2015/10, 84 P.
Une des conséquences du conflit syrien sur les populations civiles en milieu urbain est l’impact de la pollution générée par le conflit sur leur santé. Ce rapport analyse l’impact environnemental dans différents cas : les dommages causés aux infrastructures industrielles, aux réseaux d’eau, d’électricité, le problème lié aux décombres, à l’effondrement du système de gestion des déchets, ainsi que toutes les contaminations dues aux armes (explosions, munitions, etc.). Le rapport se termine par des recommandations spécifiques envers la Syrie et des recommandations d’ordre général afin d’améliorer la prise de conscience de l’impact environnemental de l’action humanitaire pendant et après le conflit.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=69687
http://www.paxforpeace.nl/publications/all-publications/amidst-the-debris
https://www.paxforpeace.nl/stay-informed/news/amidst-the-debris-environmental-impact-of-conflict-in-syria-could-be-disastrous

La science asservie
THEBAUD-MONY, Annie, - PARIS : LA DECOUVERTE, 2014/11, 309 P.
En ce début de XXIe siècle, l’auteure fait le constat d’un accroissement des atteintes à la santé (cancers, maladies neuro-végétatives, allergies, etc.) La pollution croissante est sans doute en grande partie responsablemais il n’est pas facile d’apporter la preuve des relations pollution-affection. Le reproche fait aux grands groupes industriels est d’entretenir systématiquement le doute sur ces relations et donc sur les risques industriels (amiante, plomb, nucléaire, pesticides, etc.). Ce déni de risques se fait souvent avec la complicité active de l’État et aussi de scientifiques. L’incertitude sur les effets à long terme et sur ceux des faibles doses alimente les débats . L’objectif de l’auteure est de montrer qu’avec une recherche fondée sur d’autres finalités que celles du développement industriel et financier des démarches scientifiques alternatives émergent avec une synergie des savoirs complémentaires des experts et des citoyens.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=63850

Le scénario Zéro waste
BERLINGEN, Flore, CANIOT, Laura - PARIS : RUE DE L’ECHIQUIER, 2014/11, 127 P.
Zero Waste est une démarche positive pour mieux traiter les déchets, un scénario qui suppose de modifier nos modes de production, afin de limiter le recours aux ressources naturelles et à l’énergie. Il vise également à allonger la durée de vie des produits et à favoriser la réutilisation des matériaux.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=64629

Le grand débordement
FRADET, Elodie, LACOUT, Annick - PARIS : RUE DE L’ECHIQUIER, 2014, 186 P.
Il s’agit d’un état des lieux de la production et de la gestion des déchets. L’ouvrage décrit les effets de la production des déchets sur l’environnement, les enjeux politiques, sociétaux, environnementaux et économiques de la gestion des déchets, et évalue les capacités de recyclage, avec des conseils pratiques en fin d’ouvrage.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=62026

La condition nucléaire : réflexions sur la situation atomique de l’humanité
DELFOUR, Jean-Jacques, - PARIS : L’ECHAPPEE, 2014, 304 P.
Le philosophe Jean-Jacques Delfour propose une critique sévère de l’utilisation de l’énergie nucléaire. Les innovations technologiques prennent le pas sur les décisions politiques et les élites scientifiques n’en ont même plus le contrôle. De plus les générations futures sont condamnées à vivre au milieu des déchets hautement radioactifs.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75077

La face cachée du numérique
FLIPO, Fabrice, DOBRÉ, Michelle ; MICHOT, Marion - PARIS : L’ECHAPPEE, 2013/10, 144 P.
Les nouvelles technologies, en dématérialisant les activités humaines, permettraient de réduire l’impact de la croissance sur la biosphère, voire, pour les plus enthousiastes, pourraient résoudre la crise environnementale. Pourtant, si le monde numérique semble virtuel, les nuisances, elles, sont bien réelles comme le montrent les auteurs qui s’appuient sur de nombreuses études. Ils démontent ainsi le mythe d’une nouvelle économie propre et écologique.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=61409

Les déchets : Collecte, traitement, tri, recyclage
TURLAN, Tristan, L’Usine Nouvelle - MALAKOFF : DUNOD, 2013, 216 P.
La filière des traitements des déchets est assez méconnue en France et en Europe. Les effets négatifs d’une mauvaise gestion des déchets ayant un fort impact sur la santé et l’environnement, de nombreuses lois en Europe et de nouveaux métiers sont venus au cours du temps professionnaliser et rendre plus technique cette filière. Cet ouvrage traite de la gestion des déchets, de la création de ces derniers à leur traitement final, afin de montrer la gestion globale de ce domaine.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=63194

Le vrai scandale des gaz de schiste
JOBERT, Marine, VEILLERETTE, François - PARIS : LES LIENS QUI LIBERENT (LLL), 2011/08, 240 P.
A la suite de la vaste bataille qui s’est engagée en France et ailleurs contre l’exploitation des gaz de schiste, il est nécessaire de faire le point sur cette question. Ce livre dévoile les risques environnementaux et les risques sanitaires qu’elle génère. Les liens secrets noués entre les milieux d’affaires intéressés et le personnel politique de notre pays expliquent le vote hâtif d’une loi qui a déclenché la riposte des écologistes. L’affaire des gaz de schiste est un formidable révélateur de nos appétits de consommation d’hydrocarbures et de notre aveuglement devant la crise climatique et la dégradation de notre environnement.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=52365

Notre poison quotidien : la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques
ROBIN, Marie-Monique, - PARIS : LA DECOUVERTE, 2011, 478 P.
L’auteure, journaliste et réalisatrice, a reçu le prix Albert Londres en 1995. Elle a fait de nombreux documentaires couronnés par des prix internationaux et de longs reportages sur plusieurs continents.
Une épidémie de maladies telles que cancers, maladies neurologiques et auto-immunes frappe surtout les pays développés. Cette longue investigation essaie de répondre à cette question en s’appuyant sur des enquêtes scientifiques. La principale cause est environnementale, par le biais des nombreuses molécules chimiques que nous trouvons dans notre assiette : résidus d’insecticides et de plastiques dits alimentaires entre autres. L’auteure montre que les systèmes de production, d’évaluation et de contrôle de ces produits sont inadaptés et défaillants.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=57647

Printemps silencieux
CARSON, Rachel, - MARSEILLE : WILDPROJECT, 2009, 283 P.
Paru en 1962 aux États-Unis sous le titre Silent Spring. Cette réédition en français propose une traduction révisée et une introduction d’Al Gore.
Premier ouvrage sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) aux États-Unis. Cette victoire historique d’un individu contre les lobbies de l’industrie chimique a déclenché au début des années 1960 la naissance du mouvement écologiste. Printemps silencieux est aussi l’essai d’une écologue et d’une vulgarisatrice. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux, et jusqu’à l’ADN, ce livre constitue une vision écologique du monde.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=51112