Environnement : protéger notre planète

Les forêts, bien communs mondiaux

Ressources documentaires

, par CDTM 34

Photo Pixabay

"La gestion durable des forêts signifie la gestion et l’utilisation des forêts et des terrains boisés d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial, et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes." [1]

Les forêts jouent un rôle essentiel dans la régulation atmosphérique, climatique et dans notre écosystème. Elles hébergent une importante diversité biologique. Aujourd’hui ce monde est menacé par le fonctionnement socio-économique mondial et le réchauffement terrestre en cours. 

Les forêts fournissent de nombreuses ressources matérielles, énergétiques, alimentaires et médicinales et pourvoient directement le tiers de l’humanité en biens locaux indispensables. Elles contribuent à la formation des sols, à leur protection et leur stabilisation contre l’érosion, ainsi qu’à leur vitalité. Elles participent à l’équilibre sanitaire de notre environnement en contribuant à l’épuration de l’eau, au stockage du carbone, à la production d’oxygène, à la captation d’azote dans l’air, etc.

La forêt recouvre un tiers des terres émergées du globe terrestre. Elle se compose principalement de forêts tropicales (44%), de forêts boréales (29%), de forêts tempérées (13%) et subtropicales (9%). Dix pays concentrent les deux tiers de la couverture forestière mondiale : Russie, Brésil, États-Unis, Canada, Chine, Australie, Congo, Soudan, Indonésie, Inde. Les forêts vierges ou « forêts primaires » sont des forêts peu ou pas modifiées par l’homme, les plus riches en biodiversité et parmi les plus menacées par l’activité humaine.

Des agressions majeures touchent les forêts : les attaques par les insectes ravageurs, la déforestation et les intempéries (sécheresses, vents violents et leurs corollaires). Avec le réchauffement terrestre, les fortes chaleurs et les sécheresses s’intensifient, de sorte que cette situation favorise les méga-feux en Australie, en Sibérie, au Brésil, aux États-Unis, en Alaska, en Indonésie, en Afrique centrale... En Europe, la déforestation a participé au développement et s’est achevée à la fin du XIXème siècle. La France, qui gère durablement ses propres forêts, a une grande part de responsabilité, depuis des décennies, dans la déforestation mondiale du fait de ses importations agricoles. En Inde, Chine, Vietnam, Chili où la déforestation cesse, des reboisements sont en cours mais là aussi les produits forestiers sont désormais importés. Au Brésil et en Indonésie la déforestation se poursuit. 

De nombreux peuples forestiers ont longtemps vécu de la forêt tropicale sans dommage pour les écosystèmes en pratiquant l’agriculture itinérante, la chasse et la cueillette. Les modes de développement actuels sont, eux, dévastateurs avec l’exploitation industrielle forestière, minière ou agricole et la construction d’infrastructures. Des sources indirectes de déforestation sont aussi identifiées, telles les politiques d’aménagement du territoire, la demande mondiale en viande et produits agricoles, les conflits armés, la corruption, les activités illégales, la politique économique mondiale. De nombreuses questions sociales, économiques et politiques se jouent autour des usages et des rapports à la forêt.

La protection, la réparation et la gestion durable des espaces forestiers se jouent elles aussi aux échelles locales comme internationales. Les acteurs et les mesures visant à permettre aux hommes et aux forêts de coexister sont variés : des autochtones organisent une gestion communautaire de leurs ressources, des forestiers dirigent des programmes de reboisement, veillent à la restauration d’écosystèmes, des agriculteurs pratiquent l’agroforesterie, des instances politiques et régulatrices locales et internationales légifèrent et favorisent la création d’aires protégées, des systèmes de certification de production ou de paiements pour services environnementaux sont institués mais ces mesures soulèvent des polémiques, des ONG mettent en lumière des faits et les responsabilités d’acteurs politiques et socio-économiques en matière de déforestation ou de droits sociaux et environnementaux par un travail de diagnostic et de plaidoyer. Elles permettent aux citoyens de faire des choix éclairés, elles favorisent une mobilisation citoyenne et peuvent influer sur des choix politiques. Après une campagne dénonçant le rôle de la France dans la déforestation mondiale, le ministère de la Transition écologique et solidaire produit en 2018 une « Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée 2018-2030 »2dans le cadre du Plan Climat. 

Ouvrages

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle
MICHON, Geneviève, CARRIERE, Stéphanie M. ; MOIZO, Bernard - MARSEILLE : INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT (IRD) MARSEILLE, 2019, 386 P.
Ouvrage collectif et pluridisciplinaire ; bibliographies par chapitre ; cartes ; photos couleurs ; encadrés ; liste des principaux sigles et acronymes.
Cet ouvrage, qui réunit les contributions de différents chercheurs (anthropologues, écologues, géographes ou économistes) constitue un panorama inédit des forêts tropicales d’Amazonie, d’Afrique centrale, d’Asie du Sud-Est et de Madagascar. La définition de la forêt demeure un sujet de controverse scientifique en particulier sur l’existence actuelle de forêts dites naturelles. Tous les peuples ou tous les individus n’ont pas la même représentation mentale de l’arbre et des forêts, selon qu’ils vivent dedans ou sur leurs marges. Les populations forestières sont victimes de beaucoup d’idées reçues, tantôt considérées comme les gardiennes de la forêt, tantôt comme responsables de la déforestation. Cet ouvrage décrit la diversité de ces peuples dont le nombre total avoisine 700 millions d’individus : derniers chasseurs-cueilleurs, migrants sans terres, cultivateurs, pêcheurs, planteurs, forestiers, chercheurs d’or... Les forêts tropicales recèlent des richesses naturelles exceptionnelles dont ce livre fait l’inventaire. Ces ressources sont aujourd’hui très convoitées, ce qui met en péril le mode de vie des peuples autochtones et l’existence de ces poumons verts de notre planète.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76188

Nos forêts en danger
RAMEAU, Alain-Claude, - PARIS : JEAN CLAUDE GAWSEWITCH, 2017/03, 158 P.
Bibliographie, photographies, notes, glossaire, carte.
La forêt constitue un écosystème infiniment complexe dont les interactions entre les animaux et les végétaux restent, pour la plupart, inconnues à ce jour. Par l’action destructive de l’homme, la forêt est en voie de disparition. L’auteur révèle les réalités du monde forestier d’aujourd’hui et tout ce que les citoyens ont le droit de demander dans ce domaine sans compromettre le développement durable. Le slogan "produire oui, détruire, certainement pas" doit être soutenu car c’est à l’industrie de s’adapter à la forêt et non le contraire !
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76116

Être forêts : habiter des territoires en lutte
VIDALOU, Jean-Baptiste, - PARIS : ZONES, 2018/12, 196 P.
Jean-Baptiste Vidalou est bâtisseur en pierre sèche et agrégé de philosophie.
Depuis une dizaine d’années, en France et dans d’autres pays du monde, les forêts sont devenues des territoires de lutte, ici contre un barrage ou la déforestation, là contre un aéroport ou une extraction de biomasse. Les luttes populaires résonnent de la même idée : la forêt n’est pas une réserve de biosphère ni un puits de carbone. La forêt vit et s’incarne dans les peuples qui l’habitent et qui s’insurgent contre sa destruction programmée.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75721

La vie secrète des arbres : ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent, un monde inconnu s’ouvre à nous
WOHLLEBEN, Peter, TRESCA, Corinne - PARIS : ARENES, 2017, 260 P.
L’auteur, forestier, s’appuyant sur son expérience et les dernières connaissances scientifiques, nous fait découvrir la société des arbres : un monde où les comportements et compétences biologiques des individus traduisent une "intelligence" intra et interpersonnelle mais aussi avec tout l’environnement : bactéries, champignons, espèces animales, conditions atmosphériques, conditions climatiques etc.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76950

L’avenir des forêts ?
GUENEAU, Stéphane, BIAGIOTTI, Isabelle - PARIS : BELIN, 2015/04, 80 P.
Ouvrage collectif divisé en 4 parties :
* Partie I : la forêt : un continent !
* Partie II : le continent forêt et ses hommes
* Partie III : gérer durablement la forêt, protéger, réparer la forêt
* Partie IV : refonder la relation homme-forêt.
Index, bibliographie des ouvrages, sites Internet, cartes, schémas, photos.
Humains et forêts ont une communauté de destin. Beaucoup de pays tempérés parmi les plus riches de la planète ont construit leur développement en s’appuyant sur leurs ressources forestières. Ces forêts tempérées ont payé un lourd tribut par l’exploitation du bois et par leur défrichement au bénéfice de l’agriculture. Depuis cent cinquante ans, la déprise agricole et le reboisement ont inversé la tendance, la superficie boisée a doublé, mais cet espace forestier est le produit de l’activité humaine dans sa quasi totalité. Dans les pays tropicaux, la situation est très différente. Certains d’entre eux comme le Brésil ou le Congo possèdent encore de grands massifs de forêt dense primitive. Mais ces pays ont d’importants besoins en développement soutenus par une croissance démographique généralement élevée. Les espaces forestiers sont des espaces à conquérir à la fois pour y prélever des ressources et pour augmenter les surfaces cultivables, sans compter les coupes de bois au profit des pays industrialisés. Cependant la préservation du patrimoine forestier mondial est d’autant plus cruciale car, si les forêts sont pourvoyeuses de biens locaux, elles fournissent également des services dont l’échelle va du local jusqu’au mondial : protection contre les crues, protection des eaux et des sols ou le stockage du carbone. Au-delà des calculs économiques ou d’une vision utilitariste des ressources naturelles, la forêt est porteuse de valeurs intangibles puissantes qui sont peut-être la véritable motivation pour sa sauvegarde.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76870

Exploitation forestière et droits des populations en Afrique centrale
OTT-DUCLAUX-MONTEIL, Cécile, - PARIS : L’HARMATTAN, 2014/03, 434 P.
Les forêts du Cameroun, du Congo, de la République Démocratique du Congo et du Gabon regorgent d’énormes ressources. Plusieurs potentialités sont offertes à ces pays par la richesse et la diversité de la faune, la flore, l’exploitation des ressources du sous-sol, du bois et des produits forestiers non ligneux. Malheureusement, les populations n’en profitent que très rarement. L’auteure revient ainsi la nécessité de promouvoir et protéger les droits sociaux et économiques des populations vivant et/ou exploitant ces terres.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=60679

L’agroforesterie en Afrique
PARIS : INSTITUT PANOS PARIS, 1991, 254 P.
Cartes, dessins, photos, schémas, tableaux.
L’agroforesterie, en associant la plantation d’arbres à la culture et à l’élevage, ouvre une voie vers la solution du triple problème d’une faible production agricole, d’une aggravation de la pénurie de bois et de la dégradation de l’environnement. Cette étude allie théorie de l’agroforesterie et synthèse sur ce qui se passe en pratique. En plus d’exposer de nombreuses études de cas, l’ouvrage propose une méthodologie de projet agroforestier en tirant les leçons de l’expérience.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=54419

Articles de périodiques 

En Australie, une saison en enfer
LANCIEN, Maxime - In : LE MONDE DIPLOMATIQUE, janvier 2020 (01/01/2020), N°790, P. 4-5
Le terrible incendie australien survenu en fin 2019 est-il une catastrophe naturelle ou d’origine industrielle ? Depuis des années, le changement climatique a un impact néfaste sur la faune et la flore australiennes. Malgré les avertissements de climatologues, d’experts scientifiques et d’associations écologiques, le gouvernement national ne met en place aucune politique énergétique concrète, en dépit des efforts et de la volonté de certains gouvernements locaux de changer l’avenir par l’usage d’énergies durables.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=77007

Agroforesterie et déforestation en République démocratique du Congo. Miracle ou mirage environnemental ?
REYNIERS, Camille - In : MONDES EN DEVELOPPEMENT, 2019/3 (01/11/2019), N°187, P.113-132
Quatre tableaux, une carte, bibliographie.
Les systèmes d’agroforesterie en savane (manioc/acacia) se généralisent dans les programmes de lutte contre la déforestation en République démocratique du Congo. Sur la base d’une étude de cas dans trois villages du plateau Batéké, l’article identifie trois facteurs influençant l’adoption de ces systèmes dans les milieux ruraux : la raréfaction de la ressource forestière, la dépendance des ménages à l’agriculture comme source de revenu et la sécurité foncière. Il discute ensuite de la capacité de ces systèmes agroforestiers à offrir une transition durable vers des systèmes agraires postforestiers.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76656

La forêt en danger
GELLOT, Nicole - In : L’AGE DE FAIRE, avril 2019 (01/04/2019), N°140, P. 6-13
Dossier comprenant :
* Editorial (GELLOT, Nicole)
* La forêt privée au coeur des convoitises (GELLOT, Nicole)
* La forêt de plantation : une approche sylvicole très contestée (GELLOT, Nicole)
* Des semis naturels pour assurer la pérennité de la forêt (GELLOT, Nicole)
* La dérive vers la privatisation inquiète les forestiers de l’ONF (GELLOT, Nicole)
* La biomas’carade continue (BELL, Nicholas)
* Les forêts certifiées sont-elles durables ? (CLERC, Guillaume)
* Le poster du tempérament des arbres (extrait de La vie illustrée de la forêt).
Gérard, technicien forestier à l’Office national des forêts (ONF), aime rappeler que le premier règlement de protection des forêts date de Philippe le Bel, qui créa au XIIIe siècle l’administration des Eaux et Forêts, devenue l’ONF. Mais aujourd’hui la forêt française est menacée par une dérive de gestion vers la privatisation et l’industrialisation, au détriment d’un développement raisonné et durable. La situation est suffisamment grave pour que forestiers, citoyens et associations de défense de l’environnement aient organisé un grand rassemblement en octobre 2018 pour rappeler que "la forêt est le dernier rempart face à une crise climatique et écologique qui s’emballe". La forêt assure toutes les fonctions écologiques : l’eau potable, la biodiversité, l’épuration de l’air, le stockage du carbone en excès dans l’atmosphère. Les auteurs s’inquiètent de l’existence de centrales à biomasse gigantesques, de fonds financiers propriétaires d’hectares de forêt destinés à la production intensive de bois, mais sont également préoccupés par la pression politique exercée sur la forêt, qui doit à la fois servir la transition énergétique et compenser les gaz à effet de serre.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75968

Les forêts victimes de l’obsession productiviste
ALLENS, Gaspard d’ - In : LA DECROISSANCE, juin 2019 (01/06/2019), N°160, P. 12-13
Entretien. Journaliste, Gaspard d’Allens vient de publier le résultat d’une enquête d’un an, "Main basse sur nos forêts"(Seuil,2019)
Un point sur le développement industriel de la forêt en France depuis l’après-guerre et sur les aberrations actuelles de la prétendue "transition énergétique" en Europe. Le "développement" des forêts, en France, s’est fait sous forme de monocultures de résineux, avec leurs conséquences, sociales (disparition de l’artisanat local lié au bois au profit d’une industrie tournée vers la rentabilité), et écologiques (appauvrissement du biotope). Aujourd’hui l’engouement pour l’énergie verte et la biomasse se traduit par la construction d’usines de plus en plus grandes, multipliant difficultés de rendement et problèmes de rejets. Elles travaillent pour l’essentiel avec des bois d’importation et sont financées par des firmes comme Total, Areva ou le CEA.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76483

En Malaisie, au cœur de la forêt
VIDAL, Aude - In : L’AGE DE FAIRE, octobre 2019 (01/10/2019), N°145, P. 6-7
Reportage.
Pour prouver aux autorités malaisiennes que la forêt est indispensable à leur existence, des communautés de chasseurs-cueilleurs et d’essarteurs ont recours à la cartographie participative pour recenser leurs lieux de culture, de cueillette, d’habitation et de culte. Toutes utilisent la forêt primaire pour perpétuer leur culture traditionnelle et compléter leurs revenus. Arpenter le terrain, relever les cotes puis établir des cartes topographiques permet aux populations autochtones de partager leur histoire et de se réapproprier la géographie de leurs terres ancestrales.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76548

Vers un droit d’ingérence climatique : Main basse sur l’Amazonie
LAMBERT, Renaud - In : LE MONDE DIPLOMATIQUE, octobre 2019 (01/10/2019), N°787, P. 1, P. 12-13
Les incendies qui ravagent la forêt amazonienne depuis le début de 2019 ont réveillé l’intérêt pour cette vaste région du Brésil. Considérée comme le poumon de la planète, la forêt amazonienne doit-elle être pour autant placée sous protection internationale comme l’a suggéré le président Macron au grand dam du président brésilien M.Jair Bolsonaro ? Cette proposition a été très mal accueillie par l’opinion brésilienne, y compris par les adversaires du président Bolsonaro comme Lula qui, du fond de sa prison, s’est indigné de cette atteinte à la souveraineté nationale.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76505

Guyane : mourir d’empoisonnement sur une montagne d’or ?
GAMBLIN, Guillaume - In : SILENCE, janvier 2018 (01/01/2018), N°463, P. 38-40
La Guyane est composée de 90 % de forêt primaire et abrite à elle seule 50 % de la biodiversité française. Un consortium russo-canadien, soutenu par les autorités françaises, prévoit de creuser une mine d’or gigantesque à 120 kilomètres de la commune de Saint-Laurent-du-Maroni, entre deux réserves biologiques. Le collectif "Or de question" s’oppose à ce projet et met en avant les dangers écologiques : les boues cyanurées qui pénètrent dans les sols, la contamination des nappes phréatiques, la destruction d’une forêt primaire.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=73892

Le paradis morcelé
DRUON, Etienne DRUON, Emilie - In : BOUTS DU MONDE, automne 2018 (01/10/2018), N°36, P. 92-105
Carte de la Guyane française. Dessins et pastels d’Etienne Druon.
Durant vingt ans, les auteurs sont retournés régulièrement au milieu de la jungle guyanaise pour redécouvrir sans cesse la forêt amazonienne, ses habitants, sa faune et sa flore. Les dessins d’Etienne Druon racontent l’urgence de montrer la beauté mais aussi la fragilité de ce paradis morcelé par les activités humaines. Dans la moiteur du climat et de la terre boueuse, l’homme est face à la nature et à la destruction de l’environnement par sa propre main : orpaillage, déforestation, armes à feu. Dans ce chaos, les visages des Amérindiens émergent, incarnant la face cachée d’une Amazonie en guerre contre la course au profit et en quête d’une autre humanité.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75188

Les voix de la forêt
AKAL, Lila - In : BOUTS DU MONDE, automne 2018 (01/10/2018), N°36, P. 106-117
Carte de l’Amazonie dans la zone frontalière de la Colombie avec le Pérou et le Brésil. Photographies de l’auteure.
En février 2018, la reporter et anthropologue Lila Akal s’est enfoncée dans la jungle primaire de Colombie, pour partir à la rencontre des populations amazoniennes et recueillir leurs témoignages. Son voyage commence à Puerto Nariño, village situé au coeur du resguardo Ticoya bénéficiant depuis 2012 de la certification "tourisme durable", ce qui a entraîné un afflux de visiteurs mettant en péril l’écosystème local. Pourtant, le resguardo est protégé par l’Igapo Project (en langue tupi, un igapo désigne une partie de la forêt qui reste marécageuse après le retrait des eaux de crue), initié pour faire entendre les voix des populations amazoniennes et sensibiliser l’opinion publique aux menaces qui pèsent sur cette région à la biodiversité foisonnante, en articulant problématiques environnementales et droits de l’homme.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=75189

Conflits territoriaux et modalités d’usage des forêts dans le territoire autochtone Alto Turiaçu (Etat de Maranhao, Brésil) : savoirs Ka’apor contre exploitation forestière
LOPEZ GARCES, Claudia Leonor - In : AUTREPART : REVUE DE SCIENCES SOCIALES AU SUD, 2017/1 (01/03/2017), N°81, P. 21-40
Carte du territoire autochtone d’Alto Turiaçu ; bibliographie ; notes infrapaginales ; résumés.
Cette analyse ethnographique expose les conflits territoriaux qui opposent les peuples autochtones de cette partie de la forêt amazonienne aux trafiquants de bois. Les leaders autochtones mettent en place des stratégies de lutte pour conserver les ressources forestières qu’ils utilisent selon des savoirs immémoriaux. Bien que ces peuples aient reçu officiellement l’usufruit de leurs terres ancestrales, elles subissent l’assaut des exploitants forestiers sans scrupules.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74681

Entre régulation environnementale privée et institutions publiques : les effets mitigés de la certification forestière communautaire en Amazonie
LEMEILLEUR, Sylvaine AQUINO, Araujo de - In : MONDES EN DEVELOPPEMENT, 2017/1 (01/01/2017), N°177, P. 101-119
Carte, tableau, bibliographie.
L’article analyse les effets de la certification Forest Stewardship Council sur les communautés forestières au Brésil, en tenant compte des dynamiques sociales et institutionnelles préexistantes. Les enquêtes montrent que l’adoption de la certification forestière par les petits exploitants peut apparaître plutôt rentable à court terme. Cependant, une mauvaise articulation entre cette régulation privée et les institutions publiques existantes rend ce dispositif difficilement soutenable à long terme.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=72575

L’échec de la certification forestière : Le cas de la certification FSC examiné au travers de la sociologie de la traduction
BRIEC, Louise MANDARD, Matthieu - In : MONDES EN DEVELOPPEMENT, 2016/1 (01/01/2016), N°173, P. 63-78
Tableaux, schémas, bibliographie.
Initiée dans les années 1990, la certification forestière a pour objectif de promouvoir une gestion forestière durable. Malgré les efforts consacrés à sa mise en oeuvre ; elle ne rencontre cependant pas le succès escompté. En examinant le cas de la certification du Forest Stewardship Council (FSC), l’objectif de cet article est de synthétiser les causes de cet échec et de proposer quelques pistes de réflexion afin de tenter d’y remédier.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=70218

Politiques forestières en Amazonie brésilienne : Du REDD au code forestier
AUBERTIN, Catherine - In : REVUE TIERS MONDE, avril-septembre 2016 (03/10/2016), N°226-227, P. 9-36
Bibliographie ; carte et graphique de la déforestation en Amazonie brésilienne ; résumés français, anglais, espagnol ; REDD : acronyme de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts tropicales.
Cet article traite de l’affirmation de la souveraineté du Brésil sur ses ressources forestières. Il critique la portée des marchés du carbone comme outils de conservation. Malgré des tensions avec les États fédérés, les références au REDD, loin d’affaiblir le pouvoir de l’État fédéral, renforcent son action administrative et réglementaire.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=70576

Le développement durable selon une entreprise d’exploitation forestière au nord-est du Gabon
BOUREL, Etienne - In : AUTREPART : REVUE DE SCIENCES SOCIALES AU SUD, 2015/2-3 (01/06/2015), N°74-75, P. 157-172
Bibliographie.
Dans la région de l’Ogooué-Ivindo, l’exploitation forestière est récente. Cet article vise à comprendre les implications de l’arrivée d’une entreprise singapourienne de l’agroalimentaire en accord avec le président de la République gabonaise qui décline, en Afrique, le modèle du capitalisme autoritaire à la chinoise. La vie des villageois embauchés par l’entreprise a été bouleversée en large décalage avec les valeurs éthiques vantées par la multinationale et le gouvernement.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=72491

Forêts : progrès en panne
RAVIGNAN, Antoine de - In : ALTERNATIVES ECONOMIQUES, octobre 2015 (01/10/2015), N°350, P. 84
Tableau : "Déforestation (déforestation moins reforestation) moyenne annuelle nette entre 1990 et 2015".
La forêt continue à perdre dangereusement du terrain. Depuis dix ans, le rythme de déforestation stagne alors qu’il baissait régulièrement depuis 2000. La principale raison de ce déboisement est l’agriculture liée à la croissance démographique et à l’extension des surfaces dédiées à l’alimentation du bétail ou aux cultures industrielles. Les deux pays en tête pour le recul de la forêt sont toujours le Brésil et l’Indonésie.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=67048

Le pillage continue dans les forêts du Congo
LACOUR, Geneviève de - In : ALTERNATIVES ECONOMIQUES, mars 2015 (01/03/2015), N°344, P. 64-66
Encadrés : "Du bois toujours plus opaque (volume de bois exploité en RDC entre 2006 et 2011)", "Une mise en coupe réglée (carte du bassin du Congo, concessions et forêts intactes)" et "Engagement (au sommet de l’ONU sur le climat, en sept. 2014) : diviser par deux la déforestation avant 2020".
Dans le bassin du Congo et notamment en RDC (République démocratique du Congo), la déforestation se poursuit, une grande partie du bois est exploitée sans licence et très peu de forêts sont exploitées de manière durable. Cette exploitation ne profite pas aux populations locales malgré les cahiers des charges. Les fraudes vont bon train avec des coupes illégales qui s’accroissent. L’existence de permis d’exportation du pays d’origine et d’importation pour les pays européens ne freine pas ces fraudes à cause de la faiblesse des contrôles tout au long de la filière.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=64552

Vidéos 

Les guerrières du babassu
REDMAN, Paul, - LONDRES (ROYAUME UNI) : HANDCRAFTED FILMS, 2015, 1 DVD, 7 mn.
Proposé en partenariat avec la campagne audiovisuelle intitulée "If not us, then who ?" ("Si ce n’est pas nous, alors qui ?") qui met en lumière le rôle des peuples autochtones dans la préservation des forêts et la lutte contre le changement climatique.
"Les guerrières de babassu raconte l’histoire de ces femmes qui vivent de la collecte de noix de babassu au nord-est du Brésil. Face aux grands propriétaires agricoles qui leur refusent l’accès aux palmiers de babassu, elles s’organisent pour faire valoir leur droit, vivre dignement et préserver la forêt". (Résumé du CFSI).
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=71843

C’est pas sorcier : Forêt du Congo, sur la piste des bois tropicaux
BAUDONNIERE, Luc, - PARIS : FRANCE TELEVISION DISTRIBUTION, 2014, 1 DVD, 26 mn.
C’est pas sorcier est un magazine de France 3. À bord d’un camion laboratoire, Fred le reporter et Jamy le pédagogue voyagent vers des sites insolites pour expliquer le monde qui nous entoure : la nature, l’écologie, la technologie, la vie de tous les jours...
"Sans le savoir, nous profitons quotidiennement des qualités des bois tropicaux. Ils servent à fabriquer des fenêtres, des portes, du mobilier et même du contreplaqué. En Europe, une grande partie de ce bois provient du bassin du Congo mais son origine est parfois illégale car beaucoup d’entreprises ne respectent pas la réglementation forestière. Face à ce pillage, des labels indépendants, comme le FSC, ont été créés afin de promouvoir une exploitation durable de la forêt.
En République du Congo, une exploitation commercialise du bois sous le label FSC. Ici, avant de couper des arbres, les forestiers travaillent avec des associations de défense de la nature pour protéger la biodiversité, notamment les éléphants et les gorilles et préserver les ressources vitales pour les populations locales et en particulier les Pygmées.
Mais, pour l’instant, seulement 10% des exploitations en Afrique centrale sont labellisées alors que l’industrie du bois continue à se développer car c’est l’une des principales activités économiques après le pétrole".(Résumé de l’éditeur).
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=69233

Agroforesterie
LIAGRE, Fabien, GIRARDIN, Nicolas - PARIS : FONDATION CHARLES LEOPOLD MAYER POUR LE PROGRES DE L’HOMME (FPH), 2010, 1 DVD, 16 mn.
Un film construit en deux parties.
Partie 1 : "Itinéraire d’une exploitation durable" - 4mn23
Une première partie retrace l’itinéraire d’une exploitation agroforestière "fictive", de 1990 à 2040. Elle a pour objectif de poser de manière concise les principaux enjeux de l’agroforesterie face au contexte économique et social prévisible sur les 50 années à venir. Sont abordés les thèmes de la biodiversité, l’érosion des sols, la biomasse, le stockage de carbone, le réchauffement climatique, au regard de la production dans un contexte de raréfaction du pétrole et de ses dérivés et de l’augmentation de la population mondiale.
Partie 2 : Reportage - 10mn55
Cette deuxième partie reprend les thèmes abordés dans la partie 1 et interroge la crédibilité des pratiques agroforestières, comme une des composantes des pratiques agroécologiques actuelles (AC, AB, TCS etc...). Elle dresse un rapide état des connaissances et pose les contraintes et perspectives sur les années à venir.
https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=60598

Sitographie

Information, média.

Reporterre- Le quotidien de l’écologie
Journal indépendant, en accès libre, financé par ses lecteurs, proposant des articles et dossiers, notamment sur les forêts.
 https://reporterre.net/Foret

France Culture 
Méga-incendies : l’âge du feu ? France Culture 22/01/2020 (58mn)
Quelle place occupent les méga-feux dans les types d’incendies connus ? Quel bilan peut-on d’ores et déjà tirer des méga-feux en Australie ? En quoi les méga-feux sont-ils un symptôme et un moteur du changement climatique ? Quelles sont les conséquences écologiques de ce genre d’incendies ? 
2019 n’aura pas seulement été la deuxième année la plus chaude enregistrée, elle aura également été l’année des méga-incendies....
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-mercredi-22-janvier-2020

France Inter  
Forêts : une ressource à sauvegarder France Inter 01/03/2019 https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/forets-une-ressource-a-sauvegarderLe 

Notre planète info
Média en environnement et sciences de la terre avec une rubrique déforestation et cartographie des feux de forêts.
https://www.notre-planete.info/dossiers.php

Novethic  
Média économique filiale du Groupe Caisse des Dépôts, ayant pour objectif de diffuser de l’information pour une transformation durable. Rubrique environnement et articles forêts. 
https://www.novethic.fr/actualite/environnement.html

ONG, association, société civile

Association française d’agroforesterie (AFF)
Travaille depuis 2010 au développement de l’agroforesterie en France sur la scène agricole, politique et auprès du grand public. Plateforme d’échanges de connaissances et d’expériences.
www.agroforesterie.fr

Association internationale forêts méditerranéennes (AIFM)
Organisation internationale non-gouvernementale, interdisciplinaire, dédiée à la connaissance des systèmes forestiers méditerranéens.
http://aifm.org/

Les Amis de la Terre International
Réseau environnemental international menant des campagnes sur les problèmes environnementaux et sociaux les plus urgents d’aujourd’hui. Propose de soutenir des campagnes d’information et de soutien.
https://www.foei.org/

Greenpeace
Depuis plus de 45 ans, Greenpeace agit selon les principes de non-violence pour protéger l’environnement, la biodiversité, promouvoir la paix.et propose de soutenir des campagnes d’information pour la protection des forêts.
https://www.greenpeace.fr/actualites-forets

Mighty Earth  
ONG internationale de protection de l’environnement qui travaille sur la conservation des paysages menacés comme les forêts tropicales humides, la protection des océans et la résolution des changements climatiques.
http://www.mightyearth.org/

World Wildlife Fondation (WWF)
Le fonds international mondial pour la nature organise des campagnes de sensibilisation et pression auprès des décideurs.
https://www.wwf.fr/champs-daction/foret
Sur ce site : Déforestation_Importée_Arrêtons de scier la branche ! Rapport 2018 WWF
Dossier pour comprendre l’empreinte de la France et sa participation à la déforestation mondiale via ses importations de matières premières agricoles et forestières.
https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2018-11/20181107_Rapport_Synthèse_Déforestation_Importée_France_WWF-min.pdf

Earth Innovation Institute (EII)
ONG travaillant au maintien simultané des écosystèmes forestiers tropicaux sains et pouvant répondre aux besoins socio-économiques des communautés locales et régionales.
www.earthinnovation.org

Forest Peoples Programme (FPF)
FPF, organisation internationale non-gouvernementale dont le siège est au Royaume-Uni, a été fondée par une équipe d’anthropologues et juristes pour la défense des droits des peuples qui vivent dans les forêts et en tirent leur subsistance.
https://www.forestpeoples.org/fr

Global Forest Watch (GFW)
Plateforme en ligne qui met à disposition des données et des outils de suivi des forêts. Grâce à une technologie de pointe, GFW permet à chacun d’accéder à des informations en temps quasi-réel afin de savoir où et comment les forêts du monde entier évoluent, donnant les moyens aux gens du monde entier de mieux protéger les forêts.
www.globalforestwatch.org

Initiative des droits et ressources(RRI )
L’Initiative des droits et ressources est une coalition mondiale d’organisations de tous ordres, engagée en faveur des réformes des politiques foncières et forestières en Afrique, en Asie et en Amérique latine.
www.rightsandresources.org/fr

World Rainforest Movement (WRM)
Initiative internationale qui vise à contribuer aux luttes, aux réflexions et aux actions politiques des peuples tributaires des forêts, des indigènes, des paysans et des autres communautés du Sud. WRM fait partie d’un mouvement mondial pour la justice sociale et environnementale et le respect des droits humains et collectifs.
www.wrm.org.uy

Universités, organismes de recherche

CIFOR
Institution scientifique à but non lucratif qui mène des recherches sur les défis les plus urgents de la gestion des forêts et des paysages à travers le monde. En utilisant une approche globale et multidisciplinaire, il vise à améliorer le bien-être humain, à protéger l’environnement et à accroître l’équité. Pour ce faire, il mène des recherches innovantes, développeles capacités des partenaires et engage activement un dialogue avec toutes les parties prenantes pour informer sur les politiques et les pratiques qui affectent les forêts et les populations.
https://www.cifor.org/about-cifor/

Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad)
Le CIRAD travaille autour de grandes thématiques telles que la sécurité alimentaire, le changement climatique, la gestion des ressources naturelles, la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté. Etat des travaux de recherches sur les forêts tropicales :
https://www.cirad.fr/publications-ressources

Ecofor
A pour mission de susciter, structurer, mettre en œuvre, animer et valoriser des programmes collectifs de recherche portant notamment sur le fonctionnement et la gestion des écosystèmes tempérés et tropicaux. Les actions d’Ecofor se fondent selon quatre modes d’intervention : expertise, prospective et idées, suivi de programmes de recherche, information et valorisation scientifique.
http://www.gip-ecofor.org/

International Union of Forest Research Organizations (IUFRO)
L’IUFRO est un réseau international non gouvernemental à but non lucratif de scientifiques forestiers, qui promeut la coopération mondiale dans la recherche forestière et améliore la compréhension des aspects écologiques, économiques et sociaux des forêts et des arbres et est membre de l’International Council of Scientific Unions (ICSU). Les scientifiques coopèrent à l’IUFRO sur une base volontaire.
www.iufro.org/iufro

Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC)
Créé en 2007, l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) est une cellule spécialisée de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) qui met à disposition des données actualisées et pertinentes sur les forêts et les écosystèmes de la région, visant à informer la prise de décisions politiques et à promouvoir une meilleure gouvernance et une gestion durable des ressources naturelles. L’OFAC bénéficie de l’appui du projet RIOFAC, financé par l’Union européenne. 
www.o HYPERLINK "http://www.observatoire-comifac.net/"bservatoire-comifac.net

Centre international d’agroforesterie (ICRAF)
Centre de recherche et de développement de l’agroforesterie.
www.worldagroforestry.org

Institutions (nationales, locales, internationales)

Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
Concernant l’activité forêts :
http://www.fao.org/forestry/fr/
Sur ce site : La Situation des forêts du monde 2018
L’état des forêts, les principaux développements politiques et institutionnels récents et les questions clés concernant le secteur forestier. La Situation des forêts du monde est publiée tous les deux ans :
http://www.fao.org/publications/sofo/fr/

Office national des forêts (France) (ONF)
Organisme chargé de la gestion durable des forêts publiques.
https://www.onf.fr

Forum des Nations Unies sur les forêts – FNUF (français), UNFF (anglais)
www.un.org/esa/forest/

Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et Défi de Bonn pour le reboisement (anglais)
Le Défi de Bonn est un effort mondial de reboisement de terres dégradées et déboisées conjointement organisé par l’Allemagne et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).https://www.iucn.org/fr/theme/forêts
Lancé à Bonnen 2011, les parties prenantes sont des gouvernements, des organisations, des coalitions, des entreprises ou d’autres entités propriétaires ou gestionnaires de terres. 
https://www.bonnchallenge.org/

Partenariat mondial pour la restauration forêt/paysage PMRF (français)ou GPFLR (anglais)
Publie des rapports sur l’état des forêts dans le monde.
http://www.forestlandscaperestoration.org/restoring-forests-and-landscapes-key-sustainable-future
Sur ce site : Restauration des paysages forestiers : la clé d’un avenir durable :
http://www.forestlandscaperestoration.org/sites/forestlandscaperestoration.org/files/resources/GPFLR_french_final_30JAN.pdf