Suivez-nous

Accueil > Agir > Etre solidaire près de chez soi > Consommer équitable, solidaire...

Consommer équitable, solidaire...

Qu’est-ce que la consommation citoyenne ?

Consommation, croissance, profits, industries polluantes, agriculture intensive, pollution de l’air par les transports aériens et routiers, détergents et produits chimiques, surconsommation d’eau et d’énergie, gaspillage alimentaire, produits jetables…
Le mode de vie occidental nous encourage à consommer toujours plus.

Cette surconsommation engendre raréfaction des ressources et production croissante de déchets. Ces dysfonctionnements se révèlent de façon criante en période de crise économique. Il est urgent de soutenir un autre type de développement, plus respectueux de l’Homme et de la planète.

Dessin Claire Robert / Ritimo

La consommation citoyenne est une réponse. Elle redonne du sens aux achats, en prenant en compte leurs conséquences sociales, économiques et environnementales. Plus largement, il s’agit de changer les modes de production et la manière dont sont organisés les circuits commerciaux, souvent basés sur un échange inégal et exploitant les populations des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine dans des conditions portant atteinte aux droits humains.

Pour approfondir : Dossier "l’économie solidaire" de Ritimo
Ritimo propose ici un historique sur l’économie sociale et solidaire et présente les enjeux qui s’offrent à ce type d’économie. Dans la sitographie sont recensés les principaux acteurs de l’économie sociale et solidaire.
http://www.ritimo.org/article4258.html

A lire

La consommation responsable de A à Z : santé, environnement, budget : tout ce que vous devez savoir pour bien consommer
Corre, Marie-France, Paris, Pearson-Village mondial, 2008. 455 p.
Ce guide extrêmement complet, écrit par une spécialiste de la consommation, nous donne les moyens d’acheter en connaissance de cause. Ses 80 fiches apportent des informations indispensables pour bien choisir parmi tous les produits de consommation courante : alimentation, équipement et entretien de la maison, électroménager, articles pour enfants, vêtements et cosmétiques, services et loisirs...

50 idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation
DUFUMIER, Marc, ALLARY, 2014, 254 p.
Marc Dufumier, éminent agronome, fait le point sur les connaissances scientifiques actuelles relatives à l’alimentation et l’agriculture. Par le truchement des questions-réponses, il démontre que de nombreuses idées reçues méritent d’être nuancées ou sont carrément fausses. Une meilleure connaissance de ce qui se passe dans les assiettes ou dans les campagnes peut aider à modifier les comportements alimentaires et inciter les citoyens à réclamer une politique agricole plus écologique qui profite au plus grand nombre.

Alimentation : les bons choix : Manger en cohérence
LONGET, René, JOUVENCE, 2013, 159 p.
Ce guide contient de nombreux conseils en vue d’une alimentation saine et responsable, en fonction de plusieurs critères : respect de l’environnement, diversité nutritionnelle, proximité entre les lieux de production et de consommation, commerce équitable, santé, etc.

La consommation citoyenne
ALTERNATIVES ECONOMIQUES, n°26, 2006/11, 176 P.
Ces dernières années, le nombre de points de vente au service de la consommation citoyenne a beaucoup augmenté. Le guide est conçu pour permettre au consommateur de se repérer dans l’offre citoyenne et de distinguer les produits réellement éthiques, équitables ou écologiques. Les consommateurs sont avant tout citoyens, le chapitre "Agir ensemble" est là pour le rappeler : ils doivent aussi œuvrer pour la mise en place d’un cadre juridique aux niveaux national et international pour rendre le monde plus juste.

La responsabilité sociale des entreprises
ALTERNATIVES ECONOMIQUES PRATIQUE n°20, 2005/09, 136 P.
La RSE (responsabilité sociale des entreprises) est une application aux entreprises du concept de développement durable. Elle se traduit par l’observation volontaire de règles et de normes qui se sont multipliées ces dernières années. Les entreprises y trouvent un intérêt au-delà de l’effet marketing et du désir d’échapper à une régulation publique. En pratique, la RSE en est encore à ses débuts. L’absence de contraintes et le manque d’unification des outils de contrôle nuisent à son développement.

Quelques sites et cartes utiles

Prioriterre
Prioriterre est une association loi 1901 dont l’objet est d’aider chacun à réduire son empreinte écologique et préserver les ressources naturelles de la planète. Prioriterre apporte des solutions concrètes à la lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde de la planète, que vous soyez un particulier, un chef d’entreprise, un élu, un enseignant... l’association prioriterre vous permet d’approfondir les sujets en lien avec l’énergie, l’eau ou encore la consommation.
www.prioriterre.org

Des cartes pour connaître les initiatives locales
Carte des bonnes pratiques en région, de l’ADEME
L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) accompagne les territoires et acteurs économiques dans leurs bonnes pratiques en matière d’énergie, de déchets et de développement durable. Cette carte présente des opérations exemplaires menées dans toutes les régions françaises.
www.ademe.fr/carte-des-operations-exemplaires

La carte du Mouvement des Colibris
Vous cherchez un magasin bio près de chez vous, une AMAP, une école à pédagogie alternative ? Vous souhaitez faire connaître un producteur bio que vous appréciez ? Cette carte collaborative contient plus de 12 000 acteurs du changement. Elle est faite pour vous !
https://www.colibris-lemouvement.org/passer-a-laction/agir-quotidien/carte-pres-chez-vous

Des pistes pour consommer de façon citoyenne

Quelques pistes sont proposées dans cette page d’organisations se reconnaissant de regroupements nationaux voire internationaux, garantissant leur appartenance à une démarche citoyenne.

Les initiatives en ce sens fleurissent. Malheureusement toutes ne sont pas fiables. Être un consommateur citoyen, c’est aussi être vigilant sur la démarche qui est défendue et s’assurer que les conditions liées au commerce équitable, à la finance solidaire... sont bien appliquées.

Dessin Claire Robert / Ritimo

Le commerce équitable

Commerce… et… équitable : 2 mots qui pourraient sembler difficiles à associer. Et pourtant, certains s’y sont risqués depuis plusieurs décennies. Le commerce équitable est un partenariat commercial qui vise à plus d’équité dans le commerce international. Le commerce équitable contribue au développement durable en proposant de meilleures conditions commerciales aux producteurs des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Dossier "Le commerce équitable" de Ritimo
Ce dossier comprend de nombreux textes et de références bibliographiques éclairant sur les origines du commerce équitable, son fonctionnement, ses perspectives. Sont abordés notamment les questions de certification, de commerce équitable Sud-Sud, le rôle des entreprises et de la grande distribution dans ce type de commerce.
La sitographie présente les principales associations françaises proposant des produits de commerce équitable, notamment par le biais de la vente en ligne.
http://www.ritimo.org/article125.html

La Plateforme pour le Commerce Équitable
La Plate-Forme pour le Commerce Équitable (PFCE) est le principal collectif français de concertation et de représentation des acteurs de commerce équitable en France visant à défendre et promouvoir le secteur. Elle regroupe une quarantaine d’organisations d’envergure nationale engagées dans le commerce équitable, dont les différents réseaux en régions représentent plus de 600 structures en France.
www.commercequitable.org

La Fédération Artisans du Monde
Réseau de distribution associatif et militant, Artisans du Monde défend une vision engagée du commerce équitable. Sa spécificité est d’être structurée autour d’associations locales où des militant.e.s bénévoles distribuent divers produits, artisanaux ou alimentaires en provenance des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, informent sur les règles du commerce mondial et font du plaidoyer pour une évolution de ces règles.
www.artisansdumonde.org

Consommer local et de saison

Tomates en hiver, cerises en automne et fraises à Noël… Consommer des produits hors saison n’est pas anodin. Chauffage des serres, refroidissement des chambres de conservation, surconsommation d’eau, développement des cultures transgéniques…, autant de conséquences d’un mode de vie qui néglige les rythmes naturels.
Privilégier les producteurs locaux, c’est permettre à leur activité de se maintenir et éviter les rejets en CO2 des camions ou des avions qui transportent fruits ou légumes aux quatre coins du monde.

Les AMAPs
Les AMAP - Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne - sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique qui a du mal à subsister face à l’agro-industrie. Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance.
http://www.reseau-amap.org/recherche-amap.php

Le tourisme solidaire

Dossier "tourisme solidaire" de Ritimo
Ce dossier comprend notamment une présentation du tourisme solidaire, une riche bibliographie et une sitographie.
http://www.ritimo.org/article211.html

La finance solidaire

1.Les placements éthiques et solidaires

La finance éthique ou "socialement responsable" pratique des investissements "classiques" à visée de rentabilité maximale, mais en exigeant le respect des normes internationales concernant le travail et les droits humains, ainsi que le développement durable. Ses actionnaires peuvent faire pression pour influencer le comportement des entreprises dans ce sens.

Économie fraternelle et finance éthique : L’expérience de la Nef
Nathalie CALME ; Claude ALPHANDERY ; YVES MICHEL, Paris, 2012, 300 p.
La NEF (Nouvelle Économie Fraternelle) est à la fois une association et une banque française de solidarité nationale et internationale. Les trois dynamiques de l’argent que sont payer, prêter et donner, sont mises au service d’entreprises sociales, culturelles, agricoles ou écologiques. La NEF a le souci d’une transparence et d’une éthique irréprochable et promeut l’épargne solidaire et le micro-crédit. Elle a des partenaires dans le monde entier.

Les placements éthiques et solidaires
ALTERNATIVES ECONOMIQUES PRATIQUE n°35, 2008/09, 184 P.
Deux types de placements sont présentés : les ISR et les placements solidaires. Les grandes entreprises s’engageant à améliorer leurs pratiques sur le plan social ou environnemental proposent des fonds d’investissement socialement responsable (ISR). Une trentaine de fonds ISR sont décrits et évalués. Les placements solidaires, quant à eux, financent directement des activités socialement utiles qui ne trouvent pas de financements sur les marchés classiques. Les différentes offres sont classées suivant les mécanismes de solidarité : gérer son argent, épargner solidaire, devenir actionnaire et épargne salariale. Une série de huit articles montre concrètement comment la finance peut faire bouger le monde.

2. L’épargne citoyenne

L’épargne citoyenne vise à prendre en compte d’une part la rentabilité des placements, mais aussi la finalité de l’argent épargné. Celui-ci peut, en effet, venir en appui à des projets de développement dans les pays du Sud, ou des projets d’utilité sociale ou de développement durable au Nord comme au Sud.

Épargne solidaire
Bulletin de LES DOSSIERS D’ALTERNATIVES ECONOMIQUES, N°3 - septembre 2015, 98p.
L’origine de la crise financière est liée à des pratiques irresponsables au sein de la finance internationale d’acteurs uniquement soucieux de profits à court terme et à l’absence de solidarité dans la zone euro. L’épargne solidaire procède de la démarche inverse. Transparence, solidarité, bonne gouvernance et utilité sociale sont les principes qui régissent les initiatives décrites dans cette nouvelle édition du guide de l’épargne et de la finance solidaires.

Quelques structures proposant d’épargner solidaire

Cofides
Coopérative financière pour le développement de l’économie solidaire Nord-Sud
www.cofides.org

Crédit coopératif
Banque coopérative qui comprend comme clientèle des organisations sans but lucratif : le Crédit coopératif veut s’inscrire par vocation dans une logique de solidarité et tient une place originale dans la finance solidaire.
www.credit-cooperatif.fr/
https://www.credit-cooperatif.coop/particuliers/ (lien direct vers la partie du site qui s’adresse aux particuliers).

Finansol
Portail des finances solidaires. Pour comprendre les enjeux des finances solidaires. Tuyaux pour épargner, porter un projet d’épargne solidaire. Adresses, conseils...
www.finansol.org

La NEF
Société coopérative de finances solidaires
www.lanef.com

Les Cigales
Club d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire
www.cigales.asso.fr

Planetfinance
Organisation de Solidarité Internationale contribuant à la professionnalisation et au financement des institutions de microfinance (IMF) : adresses et descriptions des différents pôles d’activités
www.planetfinancegroup.org

Nos choix numériques

Depuis les années 1990, le développement d’Internet a transformé notre rapport à l’information en réduisant les frontières, en accélérant la communication et en offrant à toutes et à tous la possibilité de traiter l’information.
Les technologies numériques apparaissent comme des outils essentiels, notamment pour les exclus, les minorités, les peuples opprimés. Les réseaux sociaux et Internet ont en effet facilité l’accès à la parole pour les personnes dont les droits sont bafoués ou qui sont exposées à différentes formes de censure.
Mais les technologies ont aussi renforcé les pouvoirs dominants : les géants de l’Internet, notamment les GAFAM, acronyme de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft contrôlent la vie numérique des internautes. Chacun de leurs faits et gestes est enregistré pour recueillir des données et constituer des fichiers, utiles aux annonceurs pour personnaliser leurs offres commerciales ou aux services de renseignement des États pour contrôler les individus.

C’est pour cette raison qu’il est essentiel de se poser la question des choix technologiques : en privilégiant les logiciels et l’Internet libres, on remet l’utilisateur aux commandes et on lui redonne sa liberté.

Dessin Claire Robert / Ritimo

A lire

La souveraineté technologique, Volume 1 et 2, Alex Haché, 2014, 2018.
Ces dossiers reviennent sur les principes directeurs de la souveraineté technologique et proposent un nouveau tour d’horizon théorique et pratique de quelques initiatives de développement de technologies libres.

Les écueils de la toile, partie 1, Ritimo
Ce passage sur les écueils d’Internet contient deux parties (une première sur la surveillance et une autre sur les théories conspirationnistes).

Les écueils de la toile, partie 2, Ritimo
Ce passage sur les écueils d’Internet évoque les théories conspirationnistes.

S’informer autrement

Dans son guide "S’informer, décrypter, participer", Ritimo revient sur la fabrication de l’information : qui détient les médias ? Quelles sont les pressions et les menaces qui s’exercent sur les journalistes ? Ce guide donne également de la voix aux médias libres et citoyens, ces médias soucieux de leur indépendance financière et de leur liberté de ton, qui donnent à voir une autre vision du monde.

Sitographie sur les médias alternatifs
Dans cette liste sont présentés une multitude de médias alternatifs, indépendants, associatifs proposant une information riche et plurielle : portails , ONG, médias, agences de presse, parole du Sud, revues et journaux alternatifs en ligne, centres de recherche ou de documentation...
http://www.ritimo.org/article53.html

Agenda

Tout l'agenda