Accueil > S’informer > Dossiers > Chili : les enfants de la dictature > Chronologie historique du Chili

Dossier Chili : les enfants de la dictature

Chronologie historique du Chili

, par CIIP

A l’origine, le territoire chilien était peuplé en ses diverses régions par bien des peuples amérindiens : Aymaras, Changos, Chinchorros, Atacamas et Diaguitas au nord du Chili actuel, Picunches, Mapuches, Huilliches et Chonos dans la région centrale et sud, Onas, Yaganes et Alacalufs en Patagonie et Terre de Feu ; culture polynésienne éteinte de nos jours dans l’île de Pâques. Les Mapuches, au sud de l’Aconcagua, ont formé la communauté la plus nombreuse et continuent à revendiquer de nos jours, leur culture et les traditions dans le Chili moderne.
Voir l’article "Les Mapuches, ces gens de la terre…"

XVe siècle  : les Incas prennent possession du territoire de l’actuel Chili jusqu’au fleuve Maule.

1520  : arrivée des premiers explorateurs européens
1535 - 1540 : début de la colonisation hispanique
1554  : soulèvement massif des Mapuches. Combats intermittents mais incessants des Mapuches contre les colonisateurs jusqu’en 1818
1557  : l’Espagne prend officiellement possession du territoire chilien.

1810 - 1818 : conquête de l’indépendance officiellement proclamée le 12 février 1818.

1818 - 1823 : Bernardo O’Higgins dirige le pays en dictateur
A partir de 1823 : période de dictatures et d’agitations politiques où alternent libéraux et conservateurs. Plusieurs fois, les libéraux échouent dans des tentatives de renverser les conservateurs (1835, 1851 et 1859). Les diverses républiques se succèdent les unes aux autres, avec des périodes de guerres civiles, d’alternance politique entre les conservateurs, les libéraux et les radicaux.

1884  : annexion de territoires boliviens et péruviens suite à la Guerre du Pacifique (1879 - 1884)
1891  : défaite du Président José Manuel Balmala et brève guerre civile
1891 - 1925 : République parlementaire, qui dure jusqu’à la promulgation de la Constitution de 1925 instaurant une République présidentielle
1920 - 1932 : période d’instabilité politique
1938  : l’élection du candidat du Front populaire (radicaux, communistes et socialistes) Pedro Aguirre Cerda ouvre une période de réformes
1949  : droit de vote accordé aux femmes.

1969  : fondation de l’Unité populaire (UP), alliance des socialistes, communistes, radicaux et sociaux-démocrates, qui désigne Salvador Allende comme candidat à l’élection présidentielle avec un programme autour du thème des nationalisations et de l’indépendance du pays vis-à-vis des capitaux étrangers

1970, 24 octobre : élection au second tour de Salvador "chicho" Allende Gossens à la présidence de la république.
1971 – 1972 : Allende met en application les promesses faites pendant sa campagne : nationalisation d’une part importante de l’économie (les mines, les banques étrangères et les entreprises monopolistiques), redistribution des revenus, réforme agraire. Violente contestation de la droite : attaques de paysans par les bandes armées des propriétaires, manifestations appuyées par organisations fascistes, grève des camionneurs et des professions libérales qui bloque le pays (octobre 1972). L’opposition est appuyée par les Etats-Unis qui instaurent un blocus financier
Le poète Pablo Neruda reçoit le prix Nobel de littérature (21 octobre 1971).

1973, 11 septembre  : coup d’Etat militaire provoquant le suicide de Salvador Allende
1973 - 1990 : dictature sanglante de 17 ans avec au pouvoir le général Augusto Pinochet Ugarte, chef de la junte militaire qui s’autoproclame président.
1988  : défaite de Pinochet au référendum portant sur son maintien au pouvoir (victoire du non avec 56 %) qui ouvre une période de transition -la transition pactée- et permet la fin de la dictature militaire et le retour de la démocratie.

1990  : l’élection de Patricio Aylwin Azócar (jusqu’en 1994), représentant de la Concertation des partis politiques de gauche et centre gauche, marque le retour à la démocratie

2006, 11 mars  : élection à la présidence de Michelle Bachelet Jeria (PS) et première femme à être élue au suffrage universel d’un pays d’Amérique Latine
2006, mai  : mouvement de protestations lycéens exigeant plusieurs mesures et réformes pour améliorer la qualité de l’éducation, mouvement dénommé "révolution des manchots" (Revolución de los pingüinos ou Revolución pingüina)
 
2010, 11 mars : l’élection de Sebastián Piñera Echenique (Renovacion Nacional), symbole de la droite moderne, met fin aux 17 ans de présidence de la Concertation et marque l’alternance politique avec le retour de la droite au pouvoir pour la première fois depuis la fin de la dictature.

2011, mai à septembre : énorme mouvement étudiant haut en couleur et violemment réprimé.
2012  : le mouvement lycéen et étudiant se poursuit : des milliers d’élèves, collégiens, étudiants et parents ont manifesté à Santiago le 28 août pour demander une réforme de l’éducation.

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous