Suivez-nous

Accueil > S’informer > Dossiers > Sri Lanka : chronique d’un conflit meurtrier > Religion et politique : une histoire

Sri Lanka : chronique d’un conflit meurtrier

Religion et politique : une histoire complexe au Sri Lanka

, par CITIM

La religion : une composante clef de l’identité communautaire

Le clivage religieux (entre la majorité cingalaise bouddhiste et la minorité tamoule hindouiste) n’a pas toujours existé. Dans l’Antiquité, nombre de Tamouls étaient bouddhistes alors que les Cingalais révéraient les divinités hindoues (certains le font encore).

Le bouddhisme  [1], religion la plus répandue, est religion d’Etat depuis 1972. Avec le temps, le bouddhisme devint le soubassement de la culture et de la civilisation cingalaise.

L’hindouisme est la religion pratiquée par la majorité des Tamouls. C’est une religion polythéiste.

L’islam a été introduit dans l’île à la faveur du commerce. La communauté musulmane sri lankaise est issue d’immigrants kéralais (le Kerala est un Etat du sud-ouest de l’Inde) et arabes, appelés « Maures » par les colonisateurs et « Marakkal » par les insulaires. Les musulmans forment une entité distincte, que l’on explique par l’extrême orthodoxie de leur tradition sunnite. La plupart sont des cultivateurs, établis au nord-ouest et à l’est de l’île. Les autres, installés dans le centre et le sud-ouest, jouent un rôle important en tant que commerçants ; ils ont un niveau de vie élevé et jouissent d’une influence politique considérable. Les musulmans sont hostiles à la partition du pays. Ils redoutent de se retrouver minoritaires dans un territoire dominé par les Tamouls. Certains réclament un foyer islamique autonome dans la province orientale.

Le christianisme a d’abord été introduit par des commerçants syriens au VIème siècle, comme en témoigne une église découverte dans la région d’Anouradhapoura. Avec l’arrivée des Portugais, un grand nombre de Tamouls se sont convertis au catholicisme tout en gardant leurs traditions. Les catholiques présents actuellement sur l’île sont issus en majorité de castes de pêcheurs d’origine sud-indienne. Les deux tiers s’identifient aux Cingalais et l’autre tiers aux Tamouls. Après avoir pendant longtemps été dirigée par des prélats conservateurs, l’Eglise catholique vit mal ces divisions, ainsi que la condamnation par Rome de prêtres proches des positions de la Théologie de la libération [2].

Castes et représentations religieuses et ethniques

A la différence de l’Inde, l’identité de caste est plus ou moins taboue. Son système hiérarchique n’est reconnu ni dans l’idéologie bouddhique ni par les institutions socio-politiques de Sri Lanka ; chez les Tamouls, il est combattu par les séparatistes. Néanmoins, encore récemment, le statut d’une famille se mesurait à sa caste, au prestige de ses alliances et à sa solidarité interne, plutôt qu’à la superficie des terres. L’immigration récente, dans les pays du Golfe notamment, a toutefois modifié les processus d’ascension sociale et généré des situations de tension.

Aujourd’hui, les classifications officielles imposent aux Sri lankais de se définir comme Cingalais, Tamouls, « Maures » ou autres ; ces catégories, couramment qualifiées « d’ethniques » (le mot « race » est encore usité !), distinguent donc des communautés en fonction de critères linguistiques (ou religieux dans le cas des musulmans, mais non des chrétiens, cependant aussi nombreux). Le bouddhisme reste une composante essentielle de l’identité cingalaise alors que l’hindouisme, bien qu’il soit pratiqué par la majorité des Tamouls, n’a guère eu de part dans le sentiment identitaire qui a donné naissance au séparatisme.

De l’époque médiévale à la colonisation : la cohabitation

Dès le IIIème siècle, une concurrence très vive était apparue entre les deux religions dominantes. Pendant plusieurs siècles, les rivalités et affrontements entre les deux peuples furent récurrents, malgré une prééminence cingalaise affirmée. Du Vème au VIIIème siècle, avec l’appui des dynasties de l’actuel Tamil Nadu [3] (Chola, Pândia et Pallava), une culture tamoule se développa, notamment dans la péninsule de Jaffna, se distinguant de la culture cingalaise sur les plans linguistique, religieux et social.

En 1505, les Portugais mettent le pied dans l’île mais ils durent attendre 1619 pour parvenir à s’emparer de Jaffna. Ils introduisirent le christianisme sous sa forme catholique romaine ainsi que l’usage de leur langue, qui devint la langue de communication de l’Asie maritime. Les Hollandais, qui avaient fait leur entrée dans l’île en 1568, finirent par supplanter définitivement les Portugais en 1668. On leur doit un système juridique dérivé du droit romain, laissant parallèlement subsister des droits coutumiers propres aux hindous et aux musulmans.

L’année 1796 marque la mainmise britannique sur les possessions hollandaises. La séparation entre zones tamoule et cingalaise fut maintenue, les autorités s’ingéniant souvent à favoriser les minorités musulmane et tamoule, ce qui allait se payer cher des décennies plus tard. Les dirigeants cingalais se sont alors repliés dans le centre montagneux de l’île où ils fondèrent le royaume de Kandy, avec la ville du même nom comme capitale. Préservant leur indépendance avec acharnement, ils échappèrent à la domination étrangère jusqu’en 1815, conservant des traits hérités de la civilisation ancienne. A partir de 1840, se développa le système de plantations, l’exploitation du café remplaçant celle de la cannelle. Les Britanniques firent alors appel à des travailleurs saisonniers : Tamouls insulaires des basses classes et Tamouls indiens (parias) de l’Inde du Sud. Le thé et le cocotier, vers 1880, puis l’hévéa, vers 1900, remplacèrent le café, sujet aux maladies ; pour ces cultures, qui nécessitaient une main d’œuvre résidant sur place, on employa les Tamouls indiens, les utilisant pour toutes sortes de travaux pénibles, tels que la construction des routes et des voies ferrées. Un prolétariat misérable occupa ainsi une nouvelle place dans la société de l’île, en particulier dans la région des Hautes terres.

Le poids des moines bouddhistes

Après l’indépendance, les nationalistes cingalais ont soutenu que l’organisation du Sangha [4] représentait un prototype de modèle démocratique, antérieur et supérieur aux modèles européens. En 1972, ils ont obtenu que le statut privilégié du bouddhisme soit reconnu par la Constitution.

Au cours des années 1980, des moines influents ont imaginé un système politique sans parti, avec un gouvernement s’appuyant sur des assemblées villageoises et agissant sur les conseils des moines et des savants. Sous le mandat du président Premadasa, assassiné en 1993, premier chef d’Etat sri lankais issu d’une caste inférieure et ayant reçu une éducation strictement bouddhiste, les références au modèle démocratique occidental ont été évacuées, au profit d’une approche valorisant la « pensée nationale ».

Notes

[1Bouddhisme (à Sri Lanka) : selon la tradition, c’est le grand empereur indien Asoka qui aurait envoyé le premier missionnaire bouddhiste dans l’île. Préservé par l’insularité, cet héritage a gardé plus qu’en Inde des traits archaïques. L’introduction du bouddhisme est attestée entre -250 et -200 avant J.C, avec l’usage de l’écriture et l’essor de la cité royale d’Anuradhapura, capitale grandiose où s’élevaient d’imposants monuments, les dagobas. Sri Lanka est l’un des foyers du bouddhisme theravada ou « doctrine des Anciens », qualifié aussi de bouddhisme du « Petit Véhicule », qui est présent également dans la péninsule indochinoise, à l’exception du Vietnam. Pour ses adeptes, seuls les moines peuvent atteindre le degré de méditation et d’ascèse permettant la complète libération des passions prêchée par le Bouddha. Ce courant se distingue du « Grand Véhicule » (Mahayana) et du tantrisme qui en est dérivé. Avec le temps, le bouddhisme est devenu à Sri Lanka non seulement la religion d’Etat mais aussi le soubassement de la culture et de la civilisation cingalaise.

[2Théologie de la libération : mouvement social, religieux et théologique né en Amérique latine au début des années 1960 lorsque l’action politique apparaît comme une exigence de l’engagement chrétien dans la lutte contre la pauvreté.

[3Tamil Nadu : « pays des Tamouls », jusqu’en 1956 « Etat de Madras ». Etat de l’Inde (55 millions d’habitants), situé au sud-est de la péninsule indienne, peuplé majoritairement de Tamouls et ayant le tamoul comme langue officielle. Capitale : Madras (Chennai).

[4Sangha : la communauté des bouddhistes, l’« Eglise » bouddhique.

Nouveautés

Ressources documentaires

Accéder à toute la documentation

Formations

Toutes les formations

Campagnes

  • Pour l’interopérabilité des géants du Web ! Lettre commune de 45 organisations

    La Quadrature du Net, soutenue par 45 organisations dont Ritimo, demande au gouvernement et au législateur d’agir pour que les grandes plateformes (Facebook, Youtube, Twitter…) deviennent interopérables avec les autres services Internet.

  • Contre le G7, pour un autre monde ! mobilisations du 19 au 26 août à Hendaye-Irun

    Du 19 au 26 août, des initiatives alternatives sont organisées au Pays Basque. Communiqué des plateformes nationale et basque.

Toutes les campagnes

À lire sur les sites des membres

Tous les articles