Suivez-nous

Accueil > S’informer > Dossiers > Baloutchistan : Région pakistanaise insoumise > Chronologie sur le Baloutchistan

Baloutchistan : Région pakistanaise insoumise

Chronologie sur le Baloutchistan

, par CIIP

Avant l’arrivée des Anglais

XIe siècle : Migration du peuple baloutche, depuis les rivages de la mer Caspienne jusqu’à la région actuelle du Baloutchistan.
1487-1511 : Mir Chakal Rind fédère pour la première fois les tribus baloutches.
1666 : Nouvelle fédération des tribus sous la dynastie Ahmazdai.
1741 : Début du règne de Nasir Khan, le sixième khan de Kalat.
1747 : Mort de Nadir Shah, déclaration d’indépendance de Nasir Khan. Apogée de l’Etat de Kalat.

Sous la domination britannique

1839 : Les Anglais attaquent Kalat, assassinent le khan, Mehrab Khan, lui substituent Shahnawaz Khan, qui subit aussitôt une révolte et est remplacé par Nasir Khan II, fils de Mehrab Khan.
1841 : Les Anglais reconnaissent Nasir Khan II.
1854 : Les Anglais signent un traité avec le khan, lui offrant une subvention annuelle et assurant la présence d’intermédiaires politiques.
Dernière moitié du XIXe siècle : émergence du nationalisme baloutche1
1871 : Tracé de la ligne Goldsmid, délimitant sa frontière entre Perse et Empire britannique.
1876 : Les Anglais obtiennent par traité l’autorisation de stationner des troupes au Baloutchistan.
1877 : Création de l’agence (britannique) du Baloutchistan à Quetta.
1893 : Tracé de la ligne Mortimer-Durand, incluant une partie des territoires peuplés par des Baloutches à l’Afghanistan.

Depuis 1947

14 août 1947 : Fin de l’Empire britannique des Indes et naissance du Pakistan.
15 août 1947 : Ahmad Yar Khan déclare l’indépendance du Baloutchistan. Première insurrection armée baloutche.
Mars 1948 : L’armée pakistanaise remporte les hostilités et annexe le Baloutchistan de force.
1954 : Instauration du One Unit Scheme. Les provinces sont rassemblées en une seule entité, le Pakistan Occidental.
5-6 octobre 1958 : L’armée arrive à Kalat pour arrêter et destituer le khan.
7 octobre 1958 : L’armée impose la loi martiale sur l’ensemble du Pakistan, exige des tribus baloutches qu’elles remettent leurs armes aux postes de police, ce qui provoque la deuxième insurrection baloutche qui se prolonge jusqu’en 1962.
De 1958 à 1960 : Arrestation et exécution de nombreux dirigeants indépendantistes baloutches.
Avril 1959 : Les indépendantistes font tomber des éclaireurs de l’armée pakistanaise dans une embuscade près de la frontière iranienne, puis détruisent un convoi au sud de Quetta.
Début 1960 : Nauroz Khan, dirigeant de l’insurrection de 1958 rencontre les représentants de l’armée pakistanaise afin de négocier, sans qu’aucun accord n’aboutisse. Lui, son fils et ses neveux se feront plus tard capturer par l’armée.
Juillet 1960 : Les membres de la famille de Nauroz Khan sont exécutés à la prison de Sukkur, lui-même étant condamné à la prison.

Émergence du mouvement d’étudiants baloutches (à partir des années 1960)

6 novembre 1962 : Ahmad Yar est libéré de prison.
1964 : Nauroz Khan décède en prison.
1970 : dissolution du One Scheme Unit, les provinces retrouvent leur statut
Premières élections législatives au Pakistan et élection comme député du Docteur Abdul Hayee, président de la Baloch Students Organization (BSO)

14 août 1973 : Ali Bhutto, Premier Ministre, dote le Pakistan d’une nouvelle Constitution (encore en vigueur) qui reconnaît notamment certains droits aux minorités, avancée minée sous la pression de l’armée. Dissolution des assemblées locales du Baloutchistan
1973-1978 : soulèvement armé des nationalistes baloutches se soldant par un échec (scissions multiples au sein de la direction du mouvement nationaliste, ralliement d’une partie de la classe politique baloutche aux divers partis politiques pakistanais).

1979 : Entrée des troupes soviétiques en Afghanistan, entraînant une arrivée massive de réfugiés au Baloutchistan.
Années 1980 : Zia-ul-Haq mène une politique centralisatrice et d’islamisation, cherchant à enfouir les spécificités culturelles.
17 août 1988 : Zia-ul-Haq meurt dans un accident d’avion.
1988 : Élections remportées par le Parti du peuple pakistanais (PPP).
1990 : Élections remportées par la Ligue musulmane de Nawaz Sharif (PML-N).
1998 : Dernier recensement fiable de la population pakistanaise. Séries d’essais nucléaires dans les montagnes du nord du Baloutchistan, district de Chagai, à Razko.
1999 : Coup d’Etat de Pervez Musharraf.
2001 : Musharraf est reconnu Président de la République.
2003 : Des amendements à la Constitution renforcent la position de Musharraf.

Depuis 2004 : résurgence du mouvement nationaliste pour réclamer l’autonomie et une part plus importante des revenus tirés des ressources énergétiques et minières de la région.

2005 : Viol d’une doctoresse sindhi par un capitaine de l’armée pakistanaise, au Baloutchistan, et soulèvement des tribus sous le commandement du sardar Akbar Bugti.
2006 : Enlèvement du militant Munir Mengal, qui désirait mettre en place une chaîne de télévision baloutche.
Août : Assassinat ciblé par l’armée pakistanaise d’Akbar Bugti, un des principaux opposants au régime, déclenchant un soulèvement.
21 septembre : Le 15e khan de Kalat, Suleman Daud Khan Ahmadzai, convoque une grande assemblée (jirga) à laquelle assistent 400 dirigeants baloutches. Celle-ci déclare que l’État du Pakistan a constamment déshonoré ses accords avec la province depuis sa création, et qu’ils feront donc appel à la Cour Internationale de Justice.

2009 : instauration d’un ensemble de mesures pour le développement du Baloutchistan, celle-ci alimentent surtout la corruption

2013, septembre : séismes dans la région d’Awaran (Baloutchistan) faisant 359 morts et plus de 100 000 personnes sans-abri
2014 : adoption par le gouvernement provincial du Baloutchistan d’une loi introduisant le baloutchi comme matière supplémentaire obligatoire dans les établissements d’enseignement primaire
février : Marche de sensibilisation aux violations des droits humains dans la province pakistanaise du Baloutchistan d’une durée de 3 mois de Quetta à Rawalpindi, près de la capitale, Islamabad.
2015, novembre : signature d’un accord pakistano-chinois pour le développement du port de Gwadar (Baloutchistan) dans le cadre du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Pour pallier au risque de sabotage aux biens et d’attaques aux travailleurs chinois, constitution d’une force paramilitaire (placée sous le contrôle direct de l’armée pakistanaise) composée de 12 000 hommes issus de l’armée, des Rangers ou des Frontier Corps (FC).
2016, entre mars et novembre : plusieurs attentats marquent l’arrivée sanglante de Daesh au Baloutchistan
octobre : attentat revendiqué par l’Armée de libération baloutche séparatiste (Baloch Liberation Army)

2018 : reprise des affrontements entre les combattants baloutches et les forces pakistanaises
15 juillet, attentat suicide revendiqué par le groupe État islamique (EI) contre un meeting électoral au Baloutchistan (149 morts).
25 juillet, attentat suicide revendiqué par l’EI, près d’un bureau de vote à Quetta lors des élections présidentielles pakistanaises (au moins 31 morts et 70 blessés).
18 août, attentat suicide à l’hôpital civil de Quetta visant des avocats baloutches, revendiqué à la fois par Jamaat-ul-Ahrar (faction dissidente du mouvement des talibans pakistanais) et par l’EI (plus de 70 morts dont une majorité d’avocats).
août, attentat-suicide revendiqué par l’Armée de libération du Baloutchistan contre un bus transportant des ingénieurs actifs dans un projet minier au Baloutchistan (6 blessés dont 3 Chinois)
23 novembre, attaque contre le consulat chinois de Karachi.revendiquée par l’Armée de libération du Baloutchistan (ALB, séparatiste) (4 morts pakistanais, 2 policiers et 2 civils).

Nouveautés

Ressources documentaires

Accéder à toute la documentation

Formations

Toutes les formations

Campagnes

Toutes les campagnes

À lire sur les sites des membres

Tous les articles