La démocratie, au coeur de l’ECSI

Un rendez-vous zapatiste pour échanger sur nos modes d’organisation politique

Du côté de l’ECSI N° 35 – juillet 2021

, par ritimo

Un « voyage zapatiste pour la vie »

« Dans les montagnes du sud est mexicain, tous les mondes du monde ont rencontré et rencontrent toujours une écoute dans nos cœurs. Leur parole et leur action ont alimenté notre résistance et notre rébellion, qui ne sont que la continuation de celles de nos prédécesseurs (...) Nous pensons que c’est le moment désormais pour que nous, zapatistes, nous rendions la pareille à l’écoute, à la parole et à la présence de ces mondes proches ou lointains par la géographie »

« Les délégations zapatistes seront formées majoritairement par des femmes. Non seulement parce que de cette manière elles veulent rendre l’embrassade qu’elles ont reçu durant les rencontres internationales antérieures. Mais aussi, et surtout, pour que nous, les hommes zapatistes, faisions clairement savoir que nous sommes ce que nous sommes, et ne sommes pas ce que nous ne sommes pas, grâce à elles, pour elles, et avec elles. »
Extraits de la Sixième partie du communiqué du comité clandestin révolutionnaire indigène - commandement général de l’armée zapatiste de libération nationale. Mexique. Octobre 2020.

Après une journée d’échanges autour des "sororités dans les luttes pour la défense du corps-territoire" organisée début juillet en Ile de France, avec le Collectif Paris Ayotzinapa "de solidarité avec les luttes mexicaines, contre les disparitions forcées et les violences d’Etat au Mexique", la délégation zapatiste se rendra à la ZAD de Notre-Dame des Landes fin juillet et début août.

Les rencontres des 28 et 29 juillet seront réservées aux « femmes, personnes trans, inter et non-binaires de l’Autre Europe »
Celles des 30 juillet et 1er août seront des rencontres mixtes.

"Rassemblement intergalactique" ZAD Notre Dame Des Landes - Zapatistes - juillet 2021

Au programme des ces quatre jours

  • « Autonomies contre l’hydre capitaliste – les résistances territoriales et la construction d’autonomies durables autant que contagieuses face à des formes de gouvernementalités adverses et d’économies marchandes
  • Communautés et soins – la question du soin – au sens large – et de la « justice réparatrice » basées sur les expériences des communautés en lutte et la prise en considération des oppressions systémiques.
  • Soulèvements de la Terre et luttes pour la vie – le front du foncier, les mouvements paysans, eco-féministes et issus de la jeunesse climatique, pour le vivant et contre l’empoisonnement des sols.
  • Espaces d’organisation contre le racisme et les violences policières
  • Relations affectives et sexualités – désir, hétéronormativité, violences patriarcales et autodéfense. »

« Le débarquement » de León Gieco interprété par León Gieco (Voix et Harmonica), Jairo (Voix et Djembé), Silvina Moreno (Voix), Sandra Corizzo (Voix), Diego Boris (Harmonica), Antonio Druetta (Mandoline), Pablo Elizondo (Guitare), Luciana Elizondo (Viole de gambe). 2021.