Suivez-nous

Accueil > S’informer > Articles et traductions > Lettre d’information DigiGlot : (...)

Lettre d’information DigiGlot : l’application qui connecte les réfugiés aux traducteurs volontaires

, par Global Voices

DigiGlot est une lettre d’information collaborative bimensuelle sur la manière dont les communautés linguistiques en danger, minoritaires et autochtones adoptent et adaptent la technologie. Ces communautés ont deux objectifs : accroître la présence numérique de leurs langues et changer le paysage Internet en augmentant la diversité linguistique en ligne.

Lorsque les réfugiés arrivent dans un nouvel endroit, ils affrontent une variété de défis, y compris, très souvent, la barrière de la langue. Être incapable de comprendre et de communiquer dans la langue de leur nouvel environnement peut rendre encore plus difficile l’accès aux informations et aux services importants. La crise des réfugiés est mondiale : l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) estime que 68,5 millions de personnes à travers le monde ont été déplacées de force] (« traduire pour moi » en arabe), disponible pour iOS et Android, cherche à réduire cette barrière de la langue en mettant en relation les réfugiés et travailleurs humanitaires avec des traducteurs volontaires offrant leurs compétences à distance par smartphone. Grâce à l’application, les réfugiés et les traducteurs entrent en contact via une discussion en ligne, où ils peuvent choisir de communiquer par message écrit, audio ou conversation vidéo.

L’application était lancée en 2017 pour offrir un soutien aux personnes touchées par la crise des réfugiés syriens et l’interdiction de voyage aux États-Unis. Le cofondateur Atif Javed explique par courriel qu’il y a maintenant 8000 volontaires enregistrés parlant environ 90 langues différentes. Les langues les plus fréquemment employées sont l’arabe, le persan, le grec, le français, le pachtou, l’espagnol et l’italien. L’équipe du Tarjimly a reçu des demandes pour des langues telles que le tigrinya, le rohingya, le kurde, et le somali, parmi d’autres. Et il y a un besoin urgent de volontaires bilingues parlant ces langues pour s’inscrire sur le site. De plus, il y a un intérêt croissant à l’ajout de volontaires compétents dans les langues autochtones d’Amérique latine. Car cela permet de mieux servir les demandeurs d’asile le long de la frontière américano-mexicaine.

Les étudiants en immersion linguistique peuvent maintenant coder en hawaïen

Un groupe de programmeurs hawaïens ont traduit en codant la langue de l’anglais vers l’hawaïen, pour aider les élèves dans les programmes d’immersion linguistique à coder en hawaïen. Les organisateurs de cette initiative ont dû relever des défis imprévus, comme trouver la terminologie qui est culturellement pertinente sans sacrifier l’exactitude et en évitant la traduction littérale. Les programmeurs sont convaincus que l’initiative aidera les personnes a acquérir une connaissance approfondie de leur travail, et éviter l’apprentissage par cœur des termes anglais.

Une plateforme en ligne favorise la disponibilité des livres de contes dans les langues minoritaires

Un matériel de lecture multilingue pour les enfants, stimulant et divertissant, est d’une importance primordiale pour la revitalisation linguistique. Pourtant il existe peu de matériel de ce genre disponible pour les langues minoritaires. StoryWeaverest une plateforme en ligne créé en Inde qui permet la création et le partage de livres de contes gratuits et disponibles en 130 langues indiennes et autres langues mondiales différentes, telles que le marathi, le dhopadhola, le mixe, et le shona. Storyweaver permet aux narrateurs de créer des livres qui sont librement accessibles et téléchargeables par d’autres pour la diffusion et la traduction dans d’autres langues. Les organisations travaillant avec les communautés tribales en Inde ont trouvé la plateforme d’une grande utilité, car elle permet une production rapide et facile de livres de contes dans la langue maternelle des enfants de ces communautés. Storyweaver héberge actuellement plus de 10 000 livres de contes, tous disponibles sous une licence Creative Commons, et a été rendu accessible en ligne à un million de lecteurs.

Cartographie des systèmes d’écriture « en déclin et émergents » du monde entier

« Une langue meurt toutes les deux semaines » est devenu un titre très familier. Un aspect de cette histoire qui est rarement rapporté est que certains scripts ou systèmes d’écriture sont aussi en danger. Un projet appelé l’Atlas des alphabets en dangerconsigne plus de 100 systèmes utilisés pour transcrire les langues qui pourraient disparaître à moins qu’un effort particulier soit réalisé pour les préserver. Certains de ces scripts ont des milliers d’années, et d’autres ont été créés ils y a moins de deux siècles. Mais tous confrontés au même défi : sans une interface numérique conçue pour permettre aux personnes de dactylographier en utilisant cet alphabet, ils risquent fortement de disparaître dans les prochaines décennies. L’élément central du site est une carte qui permet aux utilisateurs de naviguer par pays et des exemples de textes écrits dans des scripts extraordinairement beaux.

Apprendre l’anishinaabemowin sur Facebook

Deux locuteurs Anishinaabemowin (Ojibwé) ont utilisé Facebook pour enseigner leur langue à quiconque partout dans le monde qui souhaite l’apprendre. James Vukelich et Roy Tom publient régulièrement des vidéos mettant en lumière un mot par jour, accompagné d’explications détaillées de leurs significations et portée. Les apprenants peuvent aussi communiquer les uns avec les autres et partager les connaissances au sein du groupe Facebook appelé « Anishinaabemowin avec Roy Tom. »

Mot ojibwé de la nuit ! Ours, canot d’écorce de bouleau !

Possibilités de financement

  • La campagne de subvention des patrimoines linguistiques pour le fonds des langues en danger de 2019 est maintenant ouverte. Ces subventions offrent jusqu’à 2.000 dollars (1762.53 €) pour soutenir les efforts de documentation et de revitalisation linguistiques dans le monde ; une formation universitaire n’est pas requise. La date limite d’inscription est le 15 mars 2019. Plus d’information disponible ici.
  • Le programme de subventions de 2019 de la fondation Sacred Fire est ouvert depuis le 15 février 2019. Ils offrent des subventions jusqu’à 15.000 dollars (13219.72 €) aux projets menés par des autochtones qui soutiennent et/ou rétablissent le savoir ancestral, les perspectives autochtones, et/ou les pratiques dans plusieurs domaines d’intervention, y compris la langue. La date limite d’inscription est le 15 mars 2019. Postulez ici.

Événements à venir

Lire l’article sur globalvoices.org

Commentaires

Traduction d’Élodie Bacherot publiée le 25 Février 2019 par Global Voices. (CC BY 3.0)
Ce rapport écrit par Rising Voices a vu le jour grâce aux contributions d’Amanda Lichtenstein, d’Anna Belew, de Claudia Soria, de Filip Noubel, et d’Eddie Avila ainsi qu’au travail d’édition de Georgia Popplewell.

Nouveautés

Ressources documentaires

Accéder à toute la documentation

Formations

Toutes les formations

Campagnes

Toutes les campagnes

À lire sur les sites des membres

Tous les articles