Suivez-nous

Accueil > S’informer > Articles et traductions > Le plan chinois d’ensemencement des (...)

Le plan chinois d’ensemencement des nuages Himalayens est bien de la géo-ingénierie - involontaire ou non

, par ETC Group

Le « Sky River » sur le plateau tibétain est le plus grand projet de modification de la météo de tous les temps, des dizaines de milliers de chambres de combustion sont prévues

Vallée de l’Himalaya, Tibet @Prasad Kholkute (CC BY-SA 2.0)

Un vaste réseau de modification météorologique – le plus grand jamais prévu – est en préparation sur le plateau tibétain. Le plan, selon des rapports récents, prévoit de couvrir une zone de la taille de l’Espagne avec des milliers de chambres de combustion (ressemblant grossièrement à des fusées à l’envers) pour projeter de l’iodure d’argent dans l’atmosphère, stimulant ainsi la formation de nuages et les précipitations.

L’objectif immédiat du projet, tel que proposé par la Société Aérospatiale pour les Sciences et la Technologie (un important sous-traitant militaire), serait de canaliser de 5 à 10 milliards de mètres cubes de pluie supplémentaires par an dans les régions du nord de la Chine. Cela pourrait avoir des effets dévastateurs sur les moyens de subsistance des éleveurs et des paysans vivant sur le plateau tibétain. Mais les répercussions pourraient être encore plus profondes : le projet aura des effets inconnus sur les modèles climatiques mondiaux et pourrait potentiellement créer une infrastructure de facto pour la géo-ingénierie.

Le South China Morning Post a récemment annoncé que 500 de ces chambres de combustion avaient déjà été construites. Mais une énorme extension proposée, connue sous le nom de Tianhe ou « Sky River », impliquerait l’ajout de dizaines de milliers de ces chambres de combustion sur le vaste plateau. De plus, un réseau de surveillance par satellite prévu pour 2020 fournirait des données permettant d’affiner les effets et de suivre l’évolution des phénomènes météorologiques de la mousson au fur et à mesure de leur formation dans l’océan Indien.

Impacts écologiques

Ce n’est pas la première fois que la Chine a recours à une technologie de modification du climat, ayant notoirement utilisé de l’artillerie et des lance-roquettes pour assurer une météo claire lors des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de 2008 et des célébrations de 2009. La technique de l’ensemencement des nuages a été développée pour la première fois aux États-Unis à la fin des années 1940. En l’espace de quelques décennies, l’armée américaine s’en servait pour attaquer le Vietnam et Cuba en perturbant les modèles météorologiques. Plus récemment, la Russie, l’Inde, plusieurs États américains et d’autres pays tentent d’utiliser l’ensemencement des nuages pour lutter contre la sécheresse et les pénuries d’eau.

Bien que largement utilisé pour l’ensemencement des nuages, l’iodure d’argent est considéré comme toxique pour la vie aquatique et les effets écologiques en aval de son utilisation à grande échelle ne sont pas bien compris. Un ingénieur chimiste a déclaré à Asia Times qu’« une fois que l’iodure d’argent pénètre dans les eaux souterraines, sous forme de pluie, il ne devrait pas se présenter sous une forme très toxique, mais pourrait perturber l’écosystème aquatique ». Un article scientifique de 1970 suggère que l’iodure d’argent pourrait affecter les cycles de vie des micro-organismes aquatiques, perturbant les cycles des nutriments.

De même, les effets des changements climatiques sur la trajectoire des vents et les cours d’eau à l’échelle continentale, sont mal compris. Les détournements des rivières chinoises et le vaste réseau de plus de 22 000 barrages ont eu des effets profondément dévastateurs sur les rivières, qui dans certains cas ont complètement cessé de couler.

En contradiction avec ces inconnues, l’expansion proposée de la modification des conditions météorologiques menée par la Société Aérospatiale et Technologique de la Chine fait l’objet d’un discours d’un optimisme forcé. Selon le PDG de la société, Sky River « apportera une contribution importante non seulement au développement de la Chine et à la prospérité mondiale, mais également au bien-être de l’ensemble de la race humaine ».

Le Tibet sans Tibétains ?

La Chine a lancé un processus de dépopulation des zones de nature sauvage dans le cadre d’un programme de « protection de l’environnement » et de la création d’une série de réserves naturelles. Le gouvernement présente la relocalisation de villages comme faisant partie d’un programme de lutte contre le braconnage et les incendies de forêt.

Cependant, de nombreux Tibétains vivant sur ces terres ont contesté ces politiques. Un rapport de la Campagne Internationale pour le Tibet suggère que la politique de la Chine ne prend pas en compte les besoins et les moyens de subsistance des habitants autochtones, ni leur rôle important pour la préservation des terres et de la biodiversité. Des préoccupations concernant des violations du droit international, une indemnisation insuffisante et un manque de consentement libre, préalable et éclairé ont également été soulevées.

D’autres rapports jettent le doute sur les affirmations du gouvernement suggérant que les zones « environnementalement protégées » sont en réalité sujettes à une augmentation de l’extraction, citant des preuves de production accrue d’eau en bouteille et la construction de nombreux nouveaux barrages. L’information au sujet des localisations de l’énorme extension proposée des chambres de combustion est rare, en partie parce que l’accès au plateau tibétain lui-même est de plus en plus limité.

Les effets de l’augmentation des précipitations soulèvent des préoccupations supplémentaires. Les agriculteurs tibétains sont déjà confrontés à des problèmes importants dus à la grêle et aux blizzards, et une couverture nuageuse croissante ainsi que la fréquence des précipitations pourraient avoir des conséquences significatives sur les cultures. Des précipitations supplémentaires pourraient également accélérer la fonte du pergélisol, libérant dans l’atmosphère des gaz à effet de serre tels que le méthane à un taux plus élevé.

Un article paru dans le Bulletin de l’Académie Chinoise des Sciences décrit le plateau comme « un abri important pour la sauvegarde de l’environnement et du système écologique de la Chine », ayant « une incidence forte sur la circulation atmosphérique et le régime climatique sur le plateau et ses régions environnantes… il joue un rôle important dans l’approvisionnement et la conservation des sources d’eau. »

Potentiel de Géo-ingénierie Mondiale

L’un des aspects du projet Sky River qui n’a été mentionné dans aucun des rapports jusqu’à présent est la possibilité que, intentionnellement ou non, le projet puisse créer une infrastructure de géo-ingénierie mondiale.

Le Scientific American a documenté un « étrange effet de pompage » selon lequel les vents de mousson balayent la pollution de l’Inde et de la Chine à des altitudes incroyables – jusqu’à 18 km. À partir de là, les polluants se répandent dans le monde entier sous l’effet de forts vents horizontaux dans la stratosphère.

Un réseau de chambres de combustion coordonnées par satellites pourrait, en théorie, être utilisé pour pomper d’autres types de particules dans la stratosphère, les dispersant à l’échelle mondiale. Une utilisation potentielle d’une telle infrastructure serait d’introduire dans la stratosphère des substances qui augmenteraient la quantité de lumière solaire réfléchie dans l’espace, créant ainsi une plate-forme potentielle pour des expérimentations de Gestion du Rayonnement Solaire.

Bien que la géo-ingénierie ne fasse pas partie du mandat officiel du projet en tant que tel, le projet Sky River tel que proposé aurait des conséquences transfrontières importantes sur les régimes météorologiques et la grande envergure du projet est sans précédent. Aucune modification météorologique n’a jamais été réalisée à cette échelle auparavant. Il existe une grande incertitude quant à ses impacts probables, tant au niveau régional que sur le climat mondial. Si le gouvernement décidait de faire à l’avenir des expérimentations sur des formes explicitement mondiales de géo-ingénierie, il est possible qu’une grande partie du travail aura alors déjà été faite pour les mettre en place.

Préoccupations géopolitiques

Si cela fonctionne comme prévu, le projet chinois Sky River pourrait donner au pays un contrôle significatif sur l’approvisionnement en eau dont dépend environ la moitié de la population mondiale. Le plateau tibétain alimente non seulement les fleuves Jaune et Yangtsé qui traversent la Chine, mais aussi les fleuves Mékong, Salouen et Brahmapoutre, qui sont importants pour le Myanmar, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam et l’Inde.

Bien que l’on ignore comment le projet chinois affectera ces cours d’eau, il serait difficile de ne pas percevoir un pouvoir de contrôle, ne serait-ce que potentiel, comme une menace géopolitique. Comme l’a noté un chercheur indien dans Asia Times, le fleuve Brahmapoutre provoque régulièrement des inondations qui causent des dommages importants et des pertes en vies humaines. La Chine pourrait-elle utiliser les futures infrastructures de modification météorologique pour atténuer les inondations… ou les intensifier ? Les applications géopolitiques de vastes réseaux comme le projet Sky River sont rarement mentionnées, mais néanmoins bien réelles.
Les préoccupations géopolitiques ne font qu’augmenter avec la possibilité que ce projet puisse être utilisé pour modifier les températures mondiales à l’avenir. Un réseau sophistiqué comme Sky River laisse entrevoir la possibilité – même s’il n’y a aucune certitude – de modifier les régimes météorologiques dans différentes parties du monde, potentiellement à l’insu de ceux dont le climat est modifié.

Convention sur l’Interdiction d’Utiliser des Techniques de Modification Environnementale

Des observateurs – dont l’auteur de l’article précité d’Asia Times – ont constaté l’utilisation par les États-Unis de technologies de modification du climat, en particulier l’Opération Popeye, qui visait à créer des conditions météorologiques défavorables pour le Nord-Vietnam pendant la guerre du Vietnam.

Ce que l’on mentionne moins souvent, c’est le traité international qui a été signé suite à cela : la Convention sur l’Interdiction d’Utiliser des Techniques de Modification Environnementale, entrée en vigueur en 1978. Depuis, elle a été ratifiée par la Chine, les États-Unis, la Russie, le Brésil et le Royaume-Uni ainsi que 73 autres signataires. La Convention ENMOD, telle qu’on la désigne, interdit toute utilisation de techniques de modification de l’environnement – à des fins « militaires ou hostiles ».

Bien que l’ENMOD soit désormais inactive, elle représente un cadre établi pour répondre aux préoccupations relatives aux vastes réseaux de modification du climat tels que le projet Sky River. À tout le moins, elle pourrait être utilisée pour pousser à davantage de transparence sur l’utilisation par la Chine de technologies de modification du climat et pour imposer des limites explicites aux applications de géo-ingénierie.

La Chine est également signataire de la Convention sur la Diversité Biologique, où un moratoire de facto sur la géo-ingénierie a été instauré en 2010. Bien que les intentions déclarées de Sky River n’incluent pas la géo-ingénierie telle que définie dans le moratoire de la CDB, l’envergure du projet et son potentiel en matière de géo-ingénierie devraient être examinés par la CDB en tant que violation potentielle du moratoire.

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) s’est également déclarée préoccupée par la géo-ingénierie et la modification des conditions météorologiques, soulignant qu’il est difficile de contenir les modifications apportées aux conditions météorologiques dans une zone limitée. « L’atmosphère n’a pas de murs », aurait déclaré un membre de l’équipe d’experts de l’OMM. « Ce que vous ajoutez peut ne pas avoir l’effet désiré dans votre voisinage proche, mais le fait d’être transporté peut avoir des effets indésirables ailleurs. »

Voir l’article en anglais sur le site de ETC Group

Nouveautés

Ressources documentaires

Accéder à toute la documentation

Formations

Toutes les formations

Campagnes

Toutes les campagnes

À lire sur les sites des membres

Tous les articles