Du SRAS au Covid-19 : à Hong Kong, une loi anti-sédition, deux pandémies

, par asialyst.com , LUI Tamara

Alors que Pékin remet à l’ordre du jour l’implémentation de la loi "anti-sédition" (dont l’objectif est de prévenir, arrêter et punir les menaces à la souveraineté chinoise), l’incertitude autour de la reprise des mouvements sociaux spectaculaires de 2019 plane. Et ce d’autant plus, que le gouvernement hongkongais se dit prêt à coopérer pleinement avec les autorités chinoises.

L’interdiction des rassemblements publics a été prolongée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ; malgré tout, les appels à manifester agitent les réseaux sociaux. La police réprime durement les quelques rassemblements dans les centres commerciaux sur l’île de Hong Kong.

Dans une période pré-électorale à Hong Kong, l’ambiance reste donc tendue.

Le 9 juin 2020, des manifestant·es défilaient dans les rues de Hong Kong pour exiger le maintien de l’indépendance de leur île vis à vis du Parti communiste chinois. Crédit photo : Studio Incendo (CC BY 2.0)

Lire l’article complet sur le site de Asialyst