Rien ne peut justifier l’accaparement des terres !

, par GRAIN

« Rien ne peut justifier l’accaparement des terres ! » disent les mouvements sociaux et les OSC à la Banque mondiale, aux agences de l’ONU et aux gouvernements

17 avril 2011

Aujourd’hui, Journée internationale des luttes paysannes, des organisations reconnues de paysans, de pêcheurs, de chercheurs et de défenseurs des droits humains critiquent sévèrement la Banque mondiale, trois agences onusiennes et des gouvernements pour la façon dont ils soutiennent des investissements agricoles qui provoquent un accaparement massif des terres.

Du 18 au 20 avril 2011, des investisseurs, des responsables gouvernementaux et des membres des agences internationales vont se retrouver à Washington pour la Conférence annuelle sur le foncier et la pauvreté, afin de discuter des façons d’opérationnaliser un cadre de travail connu sous le nom de Principes pour des Investissements Agricoles Responsables (RAI). Formulés par la Banque mondiale, le Fond international de développement agricole (FIDA), la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), les RAI consistent en sept principes que les investisseurs peuvent choisir, ou non, de respecter quand ils se lancent dans des acquisitions de terres agricoles à grande échelle.

Une déclaration publiée par les Amis de la Terre International, la Campagne Globale pour la Réforme Agraire, Centro de Estudios para el Cambio en el Campo Mexicano, FIAN International, Focus on the Global South, GRAIN, Land Action Research Network, La Via Campesina, Rede Social de Justiça e Direitos Humanos et le Forum Mondial des Populations de Pêcheurs, réclame l’interdiction pure et simple de l’accaparement des terres. Lire

 La déclaration « Il est temps de proscrire l’accaparement des terres, pas question de le rendre “responsable” » est disponible en français sur
http://www.grain.org/o/?id=112.