Suivez-nous

Accueil > S’informer > Articles et traductions > Rébellion ouvrière dans l’Amazonie

Rébellion ouvrière dans l’Amazonie

par Raúl Zibechi

, par CETRI

Au mois de mars de cette année, a éclaté la plus grande protestation sociale depuis de nombreuses années au Brésil. Plus de 80 000 travailleurs de tout le pays ont paralysé les travaux du “progrès” : centrales hydroélectriques, usines thermiques et raffineries. La mèche de la protestation a pris dans la forêt amazonienne, à Jirau, et fut allumée par l’arbitraire, la violence et l’autoritarisme.

Tout a commencé avec quelque chose de très petit, comme en Tunisie, semblable à la façon dont commencent les grands événements sociaux. Une bagarre entre un ouvrier et un chauffeur de bus, dans l’après-midi du 15 mars, dans le camp où des milliers de peones [manœuvres, hommes de peine], en provenance des coins les plus pauvres du Brésil, construisent un des plus grands barrages hydroélectriques du pays, un chantier gigantesque sur le rio Madeira qui coûtera 10 milliards de dollars.

Peu de temps après la bagarre dans laquelle l’ouvrier a été battu, des centaines de travailleurs ont commencé à mettre le feu aux autobus qui les amènent depuis leurs baraquements jusqu’au chantier. Certaines sources parlent de 45 autobus et 15 véhicules brûlés, tandis que d’autres élèvent le nombre à 80 autobus incendiés en quelques minutes. Ont aussi brûlé les bureaux de l’entreprise de construction Camargo Correa [1], la moitié des chambres et au moins trois distributeurs automatiques de billets de banque. Environ 8.000 travailleurs sont entrés dans la jungle pour échapper à la violence. La police a été débordée et à peines a-t-elle pu protéger les dépôts d’explosifs utilisés pour détourner le cours de la rivière. Le calme est revenu juste lorsque le gouvernement de Dilma Rousseff a envoyé 600 soldats de la police militaire pour contrôler la situation. Mais les travailleurs, environ 20.000 à l’usine de Jirau, ne sont pas retournés au travail et sont repartis dans leurs lieux d’origine.

Dans l’usine voisine de San Antonio, a commencé une grève des 17.000 travailleurs qui construisent une autre centrale sur le même rio Madeira, près de Porto Velho, la capitale de l’État de Rondônia. En à peine une semaine, une vague de grèves dans les grands travaux s’est propagée : 20.000 travailleurs ont cessé le travail à la raffinerie Abreu e Lima dans le Pernambouco, 14.000 autres dans l’usine pétrochimique Suape dans la ville du même nom, 5000 à Pecém, dans l’État du Ceará. Ce qui est commun entre toutes ces grèves, c’est qu’elles se déroulent dans les chantiers géants du Programme d’Accélération de la Croissance (PAC) , et qu’elles s’affrontent aux grandes entreprises de la construction du pays, les multinationales brésiliennes qui travaillent pour le gouvernement.

Lire

Agenda

Tout l'agenda