Tunisie : le carrefour migratoire négligé de l’Afrique du Nord

Titre original : Tunisia : North Africa’s overlooked migration hub

, par THE NEW HUMANITARIAN

Carte des routes d’immigration africaine vers l’Europe par historicair 24 February 2007 (UTC)
(CC-BY-SA-3.0)

Les dynamiques migratoires en Tunisie ont longtemps été négligées car l’attention était tournée vers le pays voisin, la Libye. En effet, jusqu’en février 2017, la Libye était le principal passage entre l’Afrique du Nord et l’Europe. Mais, suite à l’accord entre l’Italie et la Libye, la route a été presque complètement fermée et des dizaines de migrant.es se sont retrouvé.es dans des situations cauchemardesques en Libye. Ainsi, de plus en plus de personnes qui tentent le voyage vers l’Europe passent par la Tunisie : soit elles cherchent une nouvelle route vers l’Europe, soit elles fuient la situation en Libye, ou encore elles ont été sauvées près des côtes tunisiennes lors de leur traversée en Méditerranée.

La plupart des migrant.es et demandeur.ses d’asile ne souhaitent pas rester en Tunisie mais beaucoup se retrouvent coincé.es dans ce pays où le système d’asile est très complexe, en manque cruel de moyens et surchargé par le nombre croissant de personnes qui demandent de l’aide. Les centres d’accueil sont surpeuplés et les autorités tunisiennes bloquent l’ouverture de nouveaux lieux. Bien que les gens puissent tenter de demander l’asile en Tunisie, le gouvernement n’a pas encore adopté de loi leur garantissant ce droit.

Les migrant.es et demandeur.ses d’asile se retrouvent à devoir faire le choix entre un rapatriement volontaire dans leur pays d’origine, à rester sans papiers avec des droits très limités en Tunisie, ou simplement à attendre et espérer un nouveau moyen d’atteindre l’Europe. Les estimations parlent de 10 000 personnes sans papiers en Tunisie mais les statistiques officielles n’existent pas. Ces personnes peuvent se retrouver dans des situations de précarité extrême et exploitées dans des conditions proche de l’esclavage.

Le nombre de tunisien.nes souhaitant quitter leur pays augmente aussi de manière importante, notamment chez les jeunes diplômé.es en manque de perspective d’avenir. D’ailleurs, l’itinéraire Tunisie-Italie est aujourd’hui majoritairement emprunté par des tunisien.nes qui rêvent d’obtenir un passeport européen.

Lire l’article original en anglais sur le site The New Humanitarian

Commentaires

Cette synthèse est tirée d’un article écrit par Annalisa Camilli et traduit de l’italien à l’anglais par Eleanor Paynter. L’article est paru en anglais, le 22 janvier 2020, sur le site The New Humanitarian.