Association Nationale d'Assistance aux Frontières pour les Etrangers (ANAFE)

21 ter, rue Voltaire
75011 PARIS
Tél. : 01 43 67 27 52
Fax : 01 43 67 27 52
contact@anafe.org
http://www.anafe.org

Créée en 1989, l’Anafé est composée de 51 membres (associations, syndicats et membres individuels). L’Anafé regroupe 9 des 11 autres associations habilitées à visiter les zones d’attente . Elle vise à agir en faveur des droits des étrangers qui se trouvent ou se sont trouvés en difficulté aux frontières ou en zone d’attente, via les deux aspects de son action :
  Dimension opérationnelle :

►en zones d’attente : visites des zones d’attente, droit d’accès permanent en zone d’attente de Roissy, permanences juridiques à l’aéroport de Roissy (ZAPI) et téléphoniques pour l’ensemble des zones d’attente, récolte d’informations et de témoignages, défense des migrants et demandeurs d’asile, observations des audiences judiciaires et administratives, contentieux ;
►aux frontières intérieures : observations des pratiques, récolte d’informations et de témoignages sur la situation aux frontières intérieures (frontière franco-italienne principalement), missions exploratoires dans des zones frontalières, information juridique à destination des personnes refoulées, contentieux ;
►en lien avec le territoire français ou l’étranger : missions exploratoires dans les pays de renvoi, formations et élaboration d’outils, suivis des personnes refoulées, placées en garde à vue et/ou libérées, soutien des défenseurs des droits humains poursuivis pour leurs actions en faveur des personnes étrangères ;

  Dimension politique : à travers ses activités d’analyse, de communication, de sensibilisation et de plaidoyer (élaboration et diffusion de rapports d’observation, de documents d’analyse et d’information sur les questions liées à l’accès au territoire européen et français et au refoulement notamment, travail inter-associatif, sensibilisation de l’opinion publique et interventions auprès des autorités compétentes).

Chaque année, l’Anafé constate que le contrôle des frontières l’emporte sur l’accueil et la protection des exilés – peu importe les raisons pour lesquelles ils migrent – et en particulier des personnes les plus vulnérables. L’argument d’une supposée « crise migratoire » a permis de justifier un contrôle accru des frontières via de nombreuses entraves sur les parcours des exilés : rétablissement des contrôles aux frontières internes de l’espace Schengen et notamment de la France, édification de murs et militarisation des frontières extérieures de l’espace Schengen, arsenal pour détecter les personnes migrantes, multiplication des fichiers, ouverture de hotspots, refus de délivrer des visas, maintien des visas de transit aéroportuaire, enfermement, rôle des compagnies de transport dans le contrôle des frontières, prolifération des accords de réadmission ou de coopération passés par l’Union européenne avec des pays d’émigration dont la seule finalité est de stopper les flux migratoires aux portes de l’Europe...

Association Loi 1901

Date de création : 1989

Publication(s) : Rapports d'observation, rapport d'activité et financier, notes d'informations et d'analyse...