Surveiller et punir 2.0

Oppressions numériques et résistances au Tchad, au Cameroun et ailleurs...

mer. 28 nov. / 18h-22h / CICP, 21ter rue Voltaire, Paris 11e

Depuis plus de 6 mois, le Tchad fait l’objet d’une censure spécifique sur Internet de la part des opérateurs locaux, en raison de restrictions imposées par l’autorité de régulation des télécommunications, aux ordres du gouvernement. L’accès aux grandes plates-formes de réseaux sociaux n’y est donc possible qu’à travers des moyens techniques de contournement [1].
En 2017, c’est l’Internet camerounais qui est purement et simplement coupé ou très Fortement perturbé [2]. En 2011, l’Internet tunisien ne répondait plus. L’Internet égyptien disparaissait de la toile quelques semaines plus tard. La Syrie était impactée peu après.

Mais cette litanie de mesures coercitives n’est pas l’apanage de quelques régimes tyraniques : l’autorité de régulation des télécommunication états-unienne a renoncé à défendre la neutralité du net en décembre dernier. En France, la Loi de Programmation Militaire institue la pose de boîtes noires chez les opérateurs et hébergeurs français, en violation du secret de nos correspondances, après avoir établi des moyens étendus de surveillance de nos métadonnées, entre autres, suite à la Loi Renseignement de 2015.

Face à ces violations répétées de la liberté d’expression, et son corollaire, celle de communiquer, face à la surveillance, la censure ou le contrôle social, des hacktivistes s’organisent, là-bas comme ici...

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda