Accueil > S’informer > Articles et traductions > Égypte. Les dirigeants militaires (...)

Égypte. Les dirigeants militaires ont « anéanti » les espoirs des manifestants de la Révolution du 25 janvier

, par AISF

Les dirigeants militaires de l’Égypte n’ont absolument pas tenu les promesses faites aux Égyptiens en matière de respect des droits humains et se sont rendus responsables d’une longue liste de violations de ces droits qui, dans certains cas, ont surpassé le bilan de Hosni Moubarak, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public mardi 22 novembre.

Dans ce rapport intitulé Broken Promises : Egypt’s Military Rulers Erode Human Rights, l’organisation rend compte du bilan déplorable en matière de droits humains du Conseil suprême des forces armées, à la tête du pays depuis la chute de l’ancien président Hosni Moubarak au mois de février.

Ce document est publié alors que l’Égypte a connu plusieurs journées sanglantes, au cours desquelles un certain nombre de personnes sont mortes et des centaines ont été blessées, lorsque l’armée et les forces de sécurité ont violemment dispersé les manifestants hostiles au Conseil suprême des forces armées rassemblés place Tahrir, au Caire.

« En faisant comparaître des milliers de civils devant les tribunaux militaires, en réprimant les manifestations pacifiques et en élargissant le champ d’application de la législation d’urgence, le Conseil suprême des forces armées perpétue la tradition du régime répressif que les manifestants du 25 janvier ont combattu si ardemment, a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

Lire plus sur Amnesty

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous