Cycle des minerais et étapes de développement

Par Monica Bruckmann

, par ALAI

Cet article a initialement été publié en espagnol, et il fait partie d’un dossier intitulé Ressources naturelles et géopolitique de l’intégration sudaméricaine. Il a été traduit par Florence Veillon, traductrice bénévole pour rinoceros .

Sans aucun doute, une étude de l’évolution de la consommation des minerais stratégiques dans chaque cycle technologique par rapport aux cycles économiques et industriels nous permettrait certainement d’évaluer de façon plus exhaustive les tendances de consommation de minerais dans l’économie mondiale. L’importance de cette analyse pour l’élaboration d’une réflexion sur la stratégie à adopter et sur les politiques économiques, scientifiques et technologiques est fondamentale. L’étude ci-dessous se limitera à attirer l’attention sur le besoin d’avancer dans le sens de cette élaboration théorique, et n’offrira que quelques éléments de réflexion concernant cette problématique.

Dans le but d’établir une articulation plus systématique entre la consommation de minerais et les étapes de développement, qui permettrait d’identifier les intérêts stratégiques concernant ces ressources et leurs tendances, nous trouvons intéressant d’introduire le cadre d’analyse basé sur les études du géologue Foster Hewitt [1] et utilisé par les agences d’études géologiques des États-Unis (U.S. Geological Survey). À partir d’une étude de la crise de 1929, Hewitt propose une matrice analytique pour prévoir les cycles d’utilisation intensive des minerais par rapport aux étapes de développement économique et industriel. Il propose la définition de cinq étapes :

 Infrastructure : indiquée par l’utilisation intensive de ciment et de matériaux de construction ;

 Industrie légère : indiquée par l’utilisation du cuivre ;

 Industrie lourde : indiquée par l’utilisation de l’aluminium et de l’acier ;

 Biens de consommation : indiquée par l’utilisation de minerais industriels ;

 Services : marquée par des taux stationnaires de consommation de minerais industriels.

Chaque cycle industriel a une durée approximative de 20 ans et ils se succèdent par intervalle de 5 ans depuis leur phase initiale. Le cycle complet des minerais associés à chaque étape de développement a une durée de 30 à 40 ans. La consommation de minerais augmente de façon exponentielle pendant les premières étapes de développement et diminue lentement pendant les deux dernières étapes (biens de consommation et services). Malgré les limites qu’elle peut présenter en exposant les phases de développement économique et industriel de façon linéaire [2], cette proposition peut cependant aider à entamer une réflexion plus systématique sur les cycles des minerais, en attendant un autre outil théorique et méthodologique visant l’étude des minerais et des ressources naturelles non plus seulement comme des commodities, mais comme des ressources en rapport avec l’innovation scientifique et technologique, avec la durabilité de l’environnement et en définitive avec l’avenir de la civilisation humaine.

Notes

[1Voir : MENZIE, David ; TSE, Pui-kwan ; FENTON, Mike ; JORGENSON, John ; OSS, Hendrik van. China’s Growing Appetite for Minerals. Open-File Report 2004-1374, USGS.

[2Des expériences historiques nous montrent qu’il est possible de passer d’une étape à l’autre sans suivre la séquence exposée par Hewit ou que deux étapes peuvent se développées simultanément. Le cas de l’industrialisation de l’Amérique latine à travers les politiques de substitution des importations nous offre une piste dans ce sens.

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda