Villes contre multinationales

Passerelle n°20

Ce numéro de la collection Passerelle, réalisé en partenariat avec plusieurs organisations européennes, dont l’Observatoire des multinationales, donne un aperçu des différents rapports de force qui existent entre villes et multinationales.

De plus en plus, les villes sont un lieu crucial de résistance et d’alternative aux multinationales et à la logique économique insoutenable (socialement et écologiquement) que celles-ci incarnent.

Dans un contexte de « capture » croissante des institutions européennes et nationales par les intérêts privés, elles apparaissent comme un bastion démocratique, ne serait-ce que parce que les élus locaux sont confrontés aux conséquences concrètes des politiques d’austérité et de la crise climatique. Ils sont également plus soucieux de renforcer l’économie locale et d’éviter l’« extraction » de richesse par des multinationales qui privatisent les biens communs ou font remonter leurs profits aux actionnaires plutôt que de les réinvestir dans les territoires.

D’autre part, de nombreuses alternatives sociales et écologiques sont développées au niveau local par des élus et/ou des citoyens, en matière de transition énergétique, de régulation du transport et du logement, de zéro déchet, de systèmes alimentaires locaux, de monnaies locales. Ces alternatives se heurtent aux intérêts établis de grandes entreprises qui les combattent souvent activement. Enfin, les villes se trouvent confrontées à l’arrivée de grands fonds d’investissement spécialisés dans l’immobilier, ou de nouveaux acteurs comme Uber ou Airbnb qui menacent leurs politiques publiques en matière de logement ou de transport.

De Barcelone à Berlin, du nord de l’Angleterre à Naples, de Dubrovnik à Grenoble et à Paris, cette publication est la toute première tentative de donner un aperçu d’ensemble de cette confrontation entre villes et multinationales. Elle réunit les contributions de journalistes, de militant·es, d’élu·es et de chercheur·ses de tout le continent.

Télécharger gratuitement le numéro en français, en anglais et en espagnol sur le site de la coredem.

Pour commander un (ou plusieurs) exemplaire(s), au tarif de 10 euros l’unité (plus 4 euros de frais de port), merci d’envoyer un message à contact@ritimo.org.

Télécharger gratuitement le numéro