Accueil > S’informer > Dossiers > Afrique du Sud : 20 ans plus tard, un tableau positif ? > Chronologie et histoire récente de (...)

Dossier Afrique du Sud : 20 ans plus tard, un tableau positif ?

Chronologie et histoire récente de l’Afrique du Sud

, par CEDIDELP

Préhistoire

vers - 40 000 et - 25 000 ans : Les plus anciens habitants connus ont développé la culture des Bochimans, chasseurs-cueilleurs nomades, plus vieille culture au monde ayant existé de manière continue, avec celle des Aborigènes d’Australie.

vers - 2 500 ans : Certains Bochimans ont acquis du bétail des régions plus au nord, devenant des éleveurs et se sont alors déplacés vers le sud, rejoignant l’actuel Cap de Bonne-Espérance. Avec les Bochimans de l’intérieur, nommés San, ils formeront le peuple des Khoïsans.

Colonisations hollandaise et britannique

1488 : Bartolomeu Dias atteint le cap des Tempêtes (Cap de Bonne-Espérance).

1652  : Établissement d’une station de ravitaillement néerlandaise au Cap pour la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Les premiers colons importent des esclaves en provenance de Batavia et Madagascar.

1691  : L’établissement du Cap devient officiellement la colonie du Cap.

1795  : Les Anglais s’emparent du Cap.

1814  : Les Néerlandais renoncent définitivement à leur ancienne colonie.

1879  : Guerre anglo-zoulouse, gagnée par les Britanniques.

1880-1881 : Première guerre des Boers (Sud-Africains blancs qui parlent l’Afrikaans), défaite des Britanniques.

1899-1902 : Seconde guerre des Boers. La Grande-Bretagne, victorieuse, annexe les républiques Boers. Inauguration des camps de concentration dans lesquels périront 26 000 Boers.

Les débuts de l’Afrique du Sud (1910 – 1948)

1910  : Entrée en vigueur du South Africa Act : création du Dominion de l’Union Sud Africaine, dominion britannique.

1912  : Création d’un mouvement noir africain, le SANNC, qui deviendra, en 1923, l’African National Congress (ANC), premier mouvement nationaliste noir qui lutte pour l’égalité des droits et la démocratisation du régime de l’Union Sud-Africaine.

1913  : Native Land Act : les terres que les Africains peuvent occuper sont limitées à 7,3% de la superficie du pays.

1916  : Reservation of Seperate Amenities Act légalisant la ségrégation des lieux publics.

1923  : Native Urban Areas Act imposant aux Africains d’habiter des quartiers urbains réservés.

1945  : L’Afrique du Sud est membre fondateur des Nations Unies.

Institutionnalisation et gloire de l’apartheid (1948-1970)

1948  : Le Parti National Afrikaner, composé de descendants des anciens colons blancs, remporte les élections dans un pays où seuls les Blancs peuvent voter. Le Dr Malan devient Premier ministre et met en place l’apartheid.

1949–1954 : Mise en place des principales lois d’apartheid avec la systématisation de la suprématie blanche : en 1949, loi sur l’interdiction des mariages mixtes, en 1950, le Population Registration Act classifiant la population selon les races, le Group Areas Act délimitant les zones de résidence autorisées, encore l’interdiction du Parti communiste sud-africain et de tout parti assimilé, loi sur le passeport intérieur (1952).

1950  : Première condamnation de l’apartheid par l’ONU.

1951  : Création des Bantoustans, territoires alloués aux différents groupes ethniques d’Afrique du Sud. 13% de la superficie du pays sont alloués à 80% de la population.

1960  : Manifestation et massacre de Sharpeville, un township de la ville de Vereeniging (69 morts et 200 blessés – bilan officiel). L’état d’urgence est déclaré, l’ANC interdit.

1961  : Les nationalistes blancs proclament la République sud-africaine et se retirent du Commonwealth.

1961  : Création de la branche armée de l’ANC, l’Umkhonto we Sizwe.

1962  : L’ONU appelle à la rupture de tous les liens commerciaux avec l’Afrique du Sud et fonde le Comité spécial des Nations Unies contre l’apartheid.

1963  : Arrêté en 1962, Nelson Mandela est condamné à la prison à vie pour sabotage et conspiration en 1963.

1970  : Le Bantou Homeland Citizenship Act prive les Africains de tout droit en Afrique du Sud blanche, hormis dans les bantoustans.

La montée des résistances (1970-1989)

1972  : Le conseil de sécurité de l’ONU adopte la résolution 311 condamnant l’apartheid, reconnaissant la légitimité de la lutte du peuple opprimé d’Afrique du Sud et exigeant la libération des prisonniers. Le texte est voté par 14 voix pour et l’abstention de la France. L’Afrique du Sud sera finalement exclue de l’Assemblée générale des Nations Unies en 1974.

1976  : Massacre à Soweto d’écoliers et d’étudiants manifestant contre l’imposition de l’enseignement exclusivement en langue afrikaans. La police tire sur des enfants. Il y a officiellement 23 morts et 220 blessés mais le bilan réel n’est pas vraiment connu. L’un des premiers morts, Hector Pietersen, un jeune garçon de 12 ans, devient le symbole de la répression aveugle du régime.

1977  : La Communauté Economique Européenne adopte un « code de conduite » pour les entreprises européennes investissant en Afrique du Sud.

1977  : Torture et mort en prison de Steve Biko, dirigeant du Mouvement de la Conscience Noire.

1979  : Le Comité Olympique Sud-Africain blanc et raciste est expulsé du mouvement olympique international.

1981  : Conférence internationale sur les sanctions contre l’Afrique du Sud, organisée à Paris par les Nations Unies.

1984  : Révolte dans les townships. Pieter Botha devient président de la République. L’archevêque anglican du cap Desmond Tutu reçoit le prix Nobel de la paix.

1985  : La CEE annonce des sanctions : embargo sur l’importation et l’exportation d’armes, arrêt de la coopération militaire, arrêt du transport de pétrole vers l’Afrique du Sud.

1985  : La police tire sur la foule qui commémore le massacre de Sharpeville. 21 morts, nouvelles émeutes. Révolte des townships.

1986  : Les Etats-Unis, en dépit du veto du président Reagan, adoptent une série de sanctions contre l’Afrique du Sud (interdiction des prêts bancaires, de la livraison de matériel nucléaire, suppression de l’aide aux entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale entre Noirs et Blancs, etc...).

La transition vers la fin de l’apartheid (1989-1992)

1989  : Frederik De Klerk, qui succède à Pieter Botha, annonce des négociations avec l’ANC.

1990  : Libération de Nelson Mandela.

1991  : Suppression officielle de la politique d’apartheid. En huit mois, toutes les lois ségrégationnistes sont abrogées et des négociations multiraciales chargées d’élaborer une nouvelle Constitution démocratique sont ouvertes.

1992  : Par référendum, 68,7% des Blancs apportent leur soutien à la politique d’ouverture du président De Klerk.

La Nouvelle Afrique du Sud

1993  : Nelson Mandela et Frederik de Klerk reçoivent le prix Nobel de la Paix.

1994  : Premières élections multiraciales, « un homme, une voix », remportées par l’ANC. Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud.

1994  : Les bantoustans, enclaves territoriales réservées à la population noire, sont réintégrés à l’Afrique du Sud.

1995  : Abolition de la peine de mort ; ouverture des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation. De Klerk quitte le gouvernement d’union nationale.

1997  : Entrée en vigueur de la première constitution post-apartheid. Thabo Mbeki succède à Mandela comme président de l’ANC. Il sera réélu en 2004.

2000  : A deux mois de la conférence mondiale sur le sida qui doit se tenir à Durban, Thabo Mbeki convoque une conférence donnant une large place aux scientifiques "dissidents" qui nient tout lien entre le VIH et le sida, suscitant l’indignation des milieux scientifiques et médicaux.

2003  : Cinq ans après le début des audiences, la commission Vérité et réconciliation remet son rapport final. Ayant entendu plusieurs dizaines de milliers de personnes, la Commission a accordé une amnistie aux auteurs des violations des droits de l’homme qui ont reconnu leurs crimes. 5 000 personnes ayant renoncé à demander l’amnistie, pourraient être poursuivies. Les 22 000 victimes identifiées devraient recevoir une indemnité de 3 400 euros.

2005  : Thabo Mbeki met fin aux fonctions du vice-président Jacob Zuma, soupçonné de corruption. Il écarte le principal favori à sa succession pour les élections de 2009.

2007  : Les fonctionnaires sud-africains se mettent en grève pendant un mois pour réclamer une hausse des salaires ; il s’agit de la plus longue grève depuis la fin de l’apartheid, en 1994.

2008  : Des attaques xénophobes dans les faubourgs de Johannesburg, puis dans sept des neuf provinces du pays, font des dizaines de victimes parmi les émigrés africains.

2008  : Accusé d’être intervenu auprès de la justice contre son rival Jacob Zuma, Thabo Mbeki est évincé par l’ANC et démissionne. Le vice-président de l’ANC, Kgalema Motlanthe, lui succède. Création, par les amis de Thabo Mbeki, d’un nouveau parti issu d’une scission de l’ANC, le Congrès du peuple (Cope).

2009  : L’ANC, dirigé par Jacob Zuma, remporte les élections présidentielles.

Agenda Tous les événements

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous