Accueil > S’informer > Dossiers > Afrique du Sud : 20 ans plus tard, un tableau positif ? > Bibliographie sur l’Afrique du (...)

Dossier Afrique du Sud : 20 ans plus tard, un tableau positif ?

Bibliographie sur l’Afrique du Sud

, par CEDIDELP

Généralités

Mandela, Un héros de notre temps
Numéro Hors-Série de Courrier International, juin 2010, 99 p.
Numéro spécial du Courrier International qui reprent les articles de la presse internationale parus ces 20 dernières années au sujet de Mandela sous cinq rubriques : L’homme, le leader, le président, le patriarche et l’héritage.

Où en est l’Afrique du Sud ?
Politis, 3 Juin 2010, pp. 20-23.
Avant la Coupe du monde, qui débute le 11 juin, Politis consacre son dossier au pays qui accueille la compétition. Verra-t-on alors la véritable Afrique du Sud, malmenée par le chômage, la violence et le sida ? Quelles perspectives dessine cet événement, en termes d’image, d’infrastructures, de conséquences économiques et sociales ?

Mes bifurcations
BRINK, André, ACTES SUD, 2010/01. 543 P. (LETTRES AFRICAINES)
André Brink aborde l’histoire de son pays d’une manière littéraire et à partir de son itinéraire personnel. Les récits de l’enfance et de l’adolescence nous font découvrir la société afrikaner marquée par un calvinisme rigoureux. Un monde qui ignore les noirs, puis qui invente les lois de l’apartheid à partir de 1948. L’auteur lui-même prend conscience assez tardivement du problème noir, mais il s’engage alors par ses écrits dans la lutte anti-apartheid ; ses ouvrages sont interdits et lui-même persécuté par la police. L’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela comble ses vœux, mais il manifeste un certain désenchantement vis-à-vis de ses successeurs, bien qu’il reste très attaché à sa terre natale.

Johannesburg - La fin de l’apartheid : et après ?
CESSOU, Sabine, PARIS : AUTREMENT, 2008/01. 208 P. (VILLES EN MOUVEMENT)
Quatorze ans après la fin de l’apartheid, la mixité ne semble pas encore réalisée dans Johannesburg. Il est bien difficile de gérer l’expansion d’une mégapole qui a longtemps vécu sur la séparation entre banlieues blanches riches et townships misérables. La ville cependant se tourne résolument vers l’avenir. C’est ce qui ressort des 23 témoignages de personnalités très diverses, écrivain, architecte, chanteur, commerçant, journaliste, etc... noirs et blancs.

Contradictions et ambiguïtés sud-africaines
CONCHIGLIA, Augusta, PARIS : LA DECOUVERTE, 2009/09. P. 307-313.
Institutionnelle, politique et surtout sociale, c’est la plus grave crise que traverse le régime sud-africain depuis la fin de l’apartheid. Cependant, l’ANC (African National Congress) a fait élire en avril 2009, Jacob Zuma à la présidence et a maintenu sa position hégémonique. Mais on constate que le vote a pris une connotation raciale surtout dans la riche province de Western Cape qui a échappé à l’ANC. Jacob Zuma doit affronter maintenant la crise économique et les conséquences de la répartition des revenus la plus inégalitaire du monde.

Histoire de l’Afrique du Sud
FAUVELLE-AYMAR, François-Xavier, PARIS : SEUIL, 2006/01. 480 P. (L’UNIVERS HISTORIQUE)
Vaste ouvrage de synthèse qui raconte, à partir de la préhistoire, l’histoire des peuplements et de la constitution d’un espace sud-africain. L’auteur souligne les épisodes de violence qui ont marqué cette histoire, notamment le colonialisme caractérisé par la domination des autochtones africains par les colonisateurs, mais également par les affrontements internes entre colonisateurs boers et anglais. Une large place est faite, dans le dernier chapitre, au développement de la ségrégation finalisée dans la politique d’apartheid, ainsi qu’à la réconciliation nationale apparemment réussie. Les problèmes actuels (criminalité, sida) sont en partie des héritages du passé.

L’Afrique du Sud dix ans après : Transition accomplie ?
GUILLAUME, Philippe (sous la dir. de) ; PEJOUT, Nicolas (sous la dir. de) ; WA KABWE-SEGATTI, Aurelia (sous la dir. de), PARIS : KARTHALA ; IFAS, 2004/06. 368 P. (HOMMES ET SOCIETES)
Cet ouvrage cherche à apprécier les transformations survenues depuis la rupture avec l’apartheid, de manière objective et de traiter l’Afrique du Sud comme un pays ordinaire normalisé. Les auteurs abordent des thèmes essentiels à la compréhension de la société post-apartheid : réforme agraire, politique d’immigration, réformes éducatives, sida, gouvernement...

L’Afrique blanche : histoire et enjeux de l’apartheid
HASKI, Pierre, PARIS : SEUIL, 1987/01. 303 P. (L’HISTOIRE IMMEDIATE)
Histoire de l’Afrique du Sud et de l’apartheid ainsi que celle de la résistance de la majorité noire : racines historiques, minorité blanche, majorité noire, contexte régional et international...

Un long chemin vers la liberté
MANDELA, Nelson, PARIS FAYARD, 1994, 667p.
En 1974, alors qu’il est au pénitencier de Robben Island, Nelson Mandela rédige clandestinement des "souvenirs". C’est ce texte, sorti en fraude, qu’il retrouvera lors de sa libération en 1990, après plus de vingt-sept ans de détention, et qu’il reprendra pour en faire le présent ouvrage. Ce récit de sa vie et de sa jeunesse mêle les souvenirs personnels aux analyses de la situation en Afrique du Sud et aux descriptions des luttes contre la domination blanche et l’apartheid. Cet ouvrage est le récit d’une vie exemplaire entièrement consacrée à l’affirmation de la dignité de l’homme. C’est aussi un document exceptionnel sur un des bouleversements majeurs de cette fin de XXème siècle.

L’Afrique du Sud, montrer le chemin
Le Courrier, mars-avril 2010.
Le magazine bimensuel des relations et coopérations Afrique - Caraïbes - Pacifique & Union Européenne examine Le parachèvement de la construction des deux plus grandes révolutions pacifiques du XXe siècle, l’UE et l’Afrique du Sud.

Sida

Le sida en Afrique
Via Le Monde, 2002/11. 168 p.
Ce dossier apporte des éléments d’informations sur la situation du Sida en Afrique, le développement de la maladie et ses conséquences, l’accès aux soins et aux médicaments dans les pays du Sud, les actions de coopérations menées par les associations, les institutions ou les entreprises.

Afflictions : l’Afrique du Sud, de l’apartheid au sida
FASSIN, Didier (sous la dir. de), PARIS : KARTHALA, 2004/10. 304 P. (HOMMES ET SOCIETES)
En Afrique du Sud, de 1990 à 2000, les taux de séroprévalence sont passés de moins de 1 pour cent à plus de 20 pour cent. Avec plus de cinq millions de séropositifs, l’Afrique du Sud est le pays du monde le plus gravement touché par le virus. La société sud-africaine a été divisée par une controverse sur les causes de l’épidémie et sur les effets des médicaments. Cet ouvrage analyse l’histoire de ce pays pour mieux comprendre la progression de l’infection et la vision qu’en ont les acteurs.

Sida en Afrique du Sud 1990-2004 : logiques gouvernementales et mobilisations sociales
HAYEM, Judith, KARTHALA, 2004/06. P. 299-325
L’Afrique du Sud est le pays le plus contaminé de la planète avec 5,3 millions de personnes séropositives pour 44.8 millions d’habitants, soit 11.8 pour cent de la population en 2002. Le pays doit aussi la sinistre popularité du désastre sanitaire qui le frappe aux choix et aux déclarations de son gouvernement en matière de lutte contre l’épidémie. Cet article étudie la faiblesse de l’action gouvernementale et le développement des initiatives locales dans le domaine médical.

Sida, savoir et réinvention de la société civile en Afrique du Sud
HERWITZ, Daniel, POLITIQUE AFRICAINE, 2006/10, 103. P. 46-60
Le président Mbeki a pris, sur la question du traitement du Sida, une position contestée. Il a rejeté la thérapie antirétrovitale, en raison de facteurs politiques, économiques et idéologiques : un refus postcolonial de ce qui est perçu comme une domination de la science et du capitalisme occidentaux, à travers les industries pharmaceutiques, au détriment des Africains. Certains mouvements sociaux et intellectuels donnent leur point de vue à ce sujet.

Luttes politico-sociales

Afrique du Sud, grandeur et revers de l’ANC
CESSOU, Sabine, ALTERNATIVES INTERNATIONALES , 2009/03, 42. P. 20-24.
Le Congrès National Africain (ANC = African National Congress) a été fondé en 1912. Contraint à la clandestinité en 1960, une partie de ses chefs étant emprisonnés, l’ANC a cependant triomphé de l’apartheid en 1994. Les élections qui se déroulent dans le calme portent Mandela au pouvoir avec 62.6 pour cent des voix. Il est le premier président noir de la nouvelle Afrique du Sud ; il se retire en 1999. Une politique de redistribution des richesses est lancée, la Commission Vérité et Réconciliation permet aux victimes et aux bourreaux de se parler. Il y a une forte criminalité et des dissensions politiques. Mais les lignes de démarcations ne sont plus raciales.

Le fossé "racial" : l’accès à l’emploi en Afrique du Sud
BROOKES, Michel ; HINKS, Timothy, KARTHALA, 2004/06. P. 53-78
Cet article a pour objectif de montrer, en se basant sur un calcul de probabilités statistiques, l’évolution des possibilités d’emploi en Afrique du Sud, en fonction de la couleur de la peau. La conclusion est que, malheureusement, en dépit de l’abolition des lois d’embauche de la période d’apartheid et du vote de l’Employment Equity Act (1999), l’écart d’emploi subsiste entre groupes raciaux sauf peut-être dans les très grandes entreprises. Le niveau de discrimination entre Blancs et Noirs a même augmenté ; même chose en ce qui concerne les groupes Blancs - Métis ou Blancs - Indiens. La cause de cette situation réside dans le maintien des différences au niveau de la formation.

Générations post-apartheid : enjeux et constructions identitaires
FRANCHI, Vijé, KARTHALA, 2004/06. P. 271-298
Prenant pour toile de fond la problématique identitaire qui se dessine dans l’ensemble des phénomènes sociaux, politiques et culturels, cet article s’interroge sur le sens que peuvent avoir les articulations identitaires d’étudiants éduqués dans les universités multiculturelles de l’Afrique du Sud post-1994. Quelle place occupe la variable de "race" dans les représentations que ces jeunes adultes construisent d’eux-mêmes et des autres ?

Afrique du Sud : "apartheid social" et contestations populaires
GENTLE, Leonard ALTERNATIVES SUD , 2007/12, VOL. 14, 4. P. 125-129
L’Afrique du Sud a mis fin en 1994 à l’apartheid politique racial ; mais elle n’a pu mettre fin à l"apartheid social" que tendent à perpétuer les politiques néolibérales. Le mécontentement populaire grandit à l’égard des gouvernants actuels et se manifeste sous la forme de mobilisations sociales pour la défense du secteur public et l’accès aux services de base. Ces mobilisations sont encore dispersées, mais un mouvement est en construction autour de la recherche d’une plus grande clarté politique, d’une convergence entre les différents acteurs et d’une éducation politique au sein des nouveaux mouvements sociaux.

La dégénérescence de l’Afrique du Sud
PITHOUSE Richard, CETRI, 14 avril 2010
L’African National Congress (ANC) de l’Afrique du Sud a dégénéré au point de ‘’devenir aujourd’hui un danger clair pour l’intégrité de la société’’ écrit Richard Pithouse. Il fut un temps où on imaginait ‘’qu’avoir le pouvoir permettrait un projet politique collectif qui transformerait la société depuis le bas’’, note-t-il pour constater : ’’Au lieu de quoi on voit maintenant que c’est une affaire d’incorporation personnelle dans la minorité capable de profiter d’une société aux inégalités croissantes’’.

Le lumpen-radicalisme du président Jacob Zuma
MBEMBE, Achille, LE MONDE DIPLOMATIQUE , 2009/06, 663. P. 12-13.
Jacob Zuma, chef de l’ANC (Congrès national africain), principal parti d’Afrique du Sud, a été élu président de la République, le 22 avril 2009. Il a promis de mettre en place un "gouvernement pour tous les Sud-Africains". Mais dans ce pays rongé par la criminalité, la corruption, la pauvreté, on ne sait comment ce personnage énigmatique, charismatique et peu fiable, pourra diriger la première puissance économique de l’Afrique.

Terres et Urbanisme

Les formes de la démocratie locale dans les villes sud-africaines
BENIT-GBAFFOU Claire (sous le dir. de) ; GERVAIS-LAMBONY, Philippe (sous la dir. de), REVUE TIERS MONDE , 2008/10, 196. P. 733-880.
En mai 2008, les métropoles sud-africaines ont connu une vague de violences qu’on a qualifiées de "xénophobes" car les victimes n’appartenaient pas à la majorité sud-africaine. Ceci incite à analyser les dysfonctionnements de la société sud-africaine. Il y a un fossé grandissant entre la population et le gouvernement local, pourtant démocratiquement élu. Ce fossé est particulièrement visible dans les lieux où l’Etat est effectivement présent, où il s’efforce de fournir les biens et les services manquants, mais sans parvenir à dialoguer avec la population sur les modalités pratiques de réalisation des projets et d’attribution des ressources publiques.

Marchés de l’eau et hiérarchies territoriales en Afrique du Sud
BLANCHON, David, IRD, 2006. P. 229-248
A partir de l’étude de trois périmètres irrigués en Afrique du Sud, analyse des évolutions liées à la mondialisation (échange d’eau virtuelle et adaptation d’un modèle mondial de gestion de l’eau) et de leurs conséquences sur les dynamiques agricoles des pays tributaires de la gestion de l’eau.

Développement urbain inégal, financiarisation et accès à l’eau en Afrique
BOND, Patrick,, ALTERNATIVES SUD , 2007/04, VOL. 14, 2. P. 53-83.
La mondialisation, la financiarisation de l’économie et les politiques d’ajustement structurel ont abouti en Afrique à un accroissement important des inégalités infra et inter-urbaines. Le financement de l’approvisionnement en eau dans les villes, la privatisation des circuits de distribution et les modes de tarification témoignent des logiques dominantes à l’œuvre en matière de politiques urbaines. Promouvoir et améliorer les services d’accès à l’eau pour tous suppose de plaider pour la suppression de la dette et de lutter contre la fuite des capitaux. L’auteur constate que, vu la crise de légitimité du système lié à la mondialisation, de nouvelles forces sociales apparaissent pour contester ces processus.

Afrique du Sud : Donner un peu de terre plutôt que de tout perdre
CESSOU, Sabine, SYFIA PRESSE , 2005/01, 48. P. 38-39.
La redistribution des terres sud-africaines à des fermiers noirs devient une majeure question politique car à peine 3% des terres sont actuellement redistribués. Le manque d’une classe paysanne noire, écrasée par la colonisation et l’apartheid, incite à une réforme lente, par contre, le chômage qui frappe 40% de la population, la pauvreté et le désir de participer finalement à la richesse du pays imposent des mesures accélérées. En tout cas, la redistribution doit être accompagnée par des programmes de formation professionnelle.

Intégrer les populations démunies dans les villes sud-africaines
HERVE, Fanny, PARIS : AFD, 2009. 169 P.
Réussir à intégrer les populations démunies dans les villes est un défi pour les pouvoirs publics des pays du nord comme du sud. Depuis la fin de l’apartheid, les autorités sud-africaines cherchent à faire renaître des territoires divisés et à intégrer les populations historiquement défavorisées. Les grandes villes sud-africaines, comme Johannesburg, Le Cap ou Durban, restent encore associées à leurs townships et à l’insécurité qui y règne. Comprendre les origines et le devenir des territoires urbains sud-africains accueillant les populations démunies paraît dès lors essentiel. Des points de comparaison avec la situation française, en métropole et en outremer, sont proposés dans ce document afin de permettre une meilleure compréhension et un certain recul face aux situations exposées.

Du droit au logement à la précarisation immobilière ? Le cas du Cap en Afrique du Sud
PLANCQ-TOURNADRE, Marie, AUTREPART , 2006/11, 39. P. 111-127.
La mise en place d’un régime démocratique en Afrique du Sud s’est accompagnée de l’inscription d’un "droit au logement" dans la nouvelle constitution. La mise en pratique de ce droit a pris la forme d’une politique d’accession à la propriété et aux services domiciliaires, en direction des populations les plus pauvres. Cet article étudie les évolutions et ajustements de cette ambition, ainsi que les répercussions sur la situation des bénéficiaires.

Quand les Sud-Africains réclament un toit : quatorze ans de démocratie et une longue attente
RIVIERE, Philippe, LE MONDE DIPLOMATIQUE , 2008/04, 649. P. 8-9.
L’Afrique du Sud connaît un boom remarquable de la construction : stades, hôtels, infrastructures touristiques, train à grande vitesse. Tout cela en lien avec la Coupe du monde de Football de 2010. Les nouveaux riches se multiplient et la corruption se développe. Mais, à l’encontre, des millions de personnes sont évincées des centres-villes ; ils n’ont toujours pas de logements décents, ni d’accès à l’eau et à l’électricité. La question des inégalités devrait être au cœur de l’élection présidentielle de 2009.

Economie

La crise économique et sociale de l’Afrique du Sud
BOND, Patrick, INFORMATIONS ET COMMENTAIRES , 2009/07, 148. P. 13-22.
Le taux élevé de manifestations de travailleurs et de pauvres en Afrique du Sud depuis 2005 résulte, selon l’auteur, de la dimension spéculative de la "croissance" adoptée par ce pays, avec des politiques macro et micro économiques néolibérales. L’histoire de ces politiques économiques depuis les années 90 et les mouvements sociaux qui s’en sont suivis peut servir de leçon pour la résistance aux conséquences de la crise capitaliste mondiale, en Afrique du Sud et partout ailleurs dans le monde. Les victoires pour la fabrication des médicaments pour le sida et la fourniture publique de l’eau en sont deux exemples.

Afrique du Sud : mouvements sociaux face à l’industrie agroalimentaire
HATTINGH, Shawn, ALTERNATIVES SUD , 2008/12, VOL. 15, 4. P. 35-40
Le programme de dérégulation du secteur agroalimentaire engagé par le régime de l’apartheid et poursuivi par le gouvernement de l’ANC a donné un pouvoir considérable aux industriels, qui en abusent pour organiser des hausses artificielles des prix. Face à la vulnérabilité croissante des pauvres, la société civile mobilise.

Le paradoxe sud-africain : les conditions de travail depuis la fin de l’apartheid
PONS-VIGNON, Nicolas ; ANSEEUW, Ward, POLITIQUE AFRICAINE , 2007/06, 106. P. 149-164.
L’adoption d’une constitution et d’une législation très progressistes, à la pointe de la protection des droits civils, économiques et sociaux, par l’Afrique du Sud post-apartheid, est apparue comme un progrès remarquable. Malheureusement, l’analyse de l’évolution des conditions de travail au sein de trois secteurs (mines, forêt et agriculture) montre une précarisation accrue des statuts et des situations des travailleurs. Le paradoxe est saisissant au regard des attentes qui avaient accompagné la transition et reflète la difficile restructuration de la société sud-africaine.

Dette et réparation, le procès de l’apartheid
ROMANET de, Virginie, Powerpoint CADTM, 14-15 novembre 2009.
A la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud et à l’entrée en fonction du premier gouvernement de l’ANC (African National Congress, l’organisation de Nelson Mandela), celui-ci a hérité d’une dette de 25,6 milliards de dollars dont 15,2 milliards dus par le gouvernement central et les pouvoirs publics à des banques et transnationales étrangères. Ces prêts sont en contradiction avec la résolution de Nations Unies de 1973 qui avait qualifié le régime de l’Apartheid comme un crime contre l’humanité.

La Commission Vérité et Réconciliation

Les politiques de vérité ou la vérité sur les politiques ? Amérique latine et Afrique du Sud : leçons d’expériences
ROSS, Amy, POLITIQUE AFRICAINE , 2003/12, 92. P. 18-38
Cet article traite de la manière dont, en Afrique du Sud, la commission Vérité et Réconciliation a remodelé le schéma des commissions Vérité qui avaient déjà fonctionné dans certains pays d’Amérique latine. Si la commission sud-africaine s’est inspiré des expériences latino-américaines, son organisme chargé de recueillir la "vérité" s’en est radicalement éloigné. La tenue publique du récit des violences, le lien entre amnistie et responsabilité individuelle et la croyance que la vérité mènerait à la réconciliation sont des interprétations sud-africaines particulières des acquis des commissions Vérité précédentes.

Amnistie et crime en Afrique du Sud après la Commission "Vérité et réconciliation"
SIMPSON, G., CAHIERS D’ETUDES AFRICAINES , 2004, VOL. 44, 173-174. P. 99-126
Comment bâtir une démocratie après des années de violence politique et criminelle ? L’exemple d’une société en transition, la société sud-africaine, est ici évoqué. Le processus d’amnistie mis en place par la Commission "Vérité et réconciliation" en Afrique du Sud après 1995, a suscité de nombreuses controverses notamment sur les plans moral et juridique. Néanmoins, malgré quelques anomalies, le fonctionnement de la commission apporte une approche novatrice au concept de "justice transitionnelle".

Amnistier l’Apartheid : Travaux de la Commission Vérité et Réconciliation
TUTU, Desmond (sous la dir. de), PARIS : SEUIL, 2004. 352 P. (L’ORDRE PHILOSOPHIQUE)
Ce document comprend les extraits les plus importants des travaux menés par la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud après l’abolition de l’Apartheid.

Fin des conflits et réconciliation : conditions pour une paix durable
UNIVERSITE DE LA PAIX, VERDUN : LES CAHIERS DE LA PAIX DES LIBERTES ET DES DROITS DE L’HOMME, 2004. 324 P.
La fin de la guerre froide et l’avènement de la mondialisation ont pu faire penser que la paix aller régner de manière égale sur la planète. Or, après la chute de l’empire soviétique de nouveaux conflits post coloniaux, ethniques, religieux ou politiques ont vu le jour ou se sont intensifiés. Les Nations Unis, la société civile et les ONG tentent d’enrayer ces conflits locaux qui peuvent vite dégénérer en conflit régionaux et même mondiaux.

Réflexions sur quelques enseignements tirés des activités de la Commission sud-africaine pour la vérité et le réconciliation, à mettre à profit pour l’éducation
WILDSCHUT, Glenda, EDUCATION DES ADULTES ET DEVELOPPEMENT , 2007/07, 68. P. 63-74.
Avec la libération de Nelson Mandela en 1990 s’ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire sud-africaine, un chapitre qui changera la face de toute la société et conduira quatre ans plus tard, avec l’élection de Nelson Mandela en tant que président, à la fin officielle du système d’apartheid. La réorganisation de la société est un processus difficile qui se poursuit jusqu’à ce jour. Il convenait ici aussi de se demander comment le passé avait été assumé et surmonté, comment en utiliser les enseignements pour construire une nouvelle société et quelles en sont les conséquences, notamment pour le système de l’enseignement et de l’éducation des adultes.

Spécial Coupe du Monde de Football

Dossier Coupe du Monde / Afrique du Sud
ALTERMONDES n°22, http://altermondes.org/spip.php?article817
Il en va de la Coupe du Monde de Football comme des Jeux Olympiques qui, à chaque édition, déchaîne les passions. Et pas seulement des supporters. Pour la première fois de son histoire, l’événement le plus médiatisé se déroule sur le continent noir. Une aubaine pour l’Afrique du Sud ou une nouvelle consécration de l’argent-roi qui ne bénéficiera qu’à une poignée ? Enquête auprès des organisations de la société civile sud-africaine et auprès de ceux pour qui le football est aussi un vecteur de solidarité.

Dossier « Heurs et malheurs de la Footafrique »
POLITIS, 10 juin 2010, pp.20-24.
La Coupe du monde de foot se tient pour la première fois en terre africaine. C’est l’occasion de se pencher sur les liens entre l’Europe et ce continent, « réservoir » de joueurs. Une relation liée à l’histoire commune de ces territoires, et source de rêves comme de désillusions.

Dossier « Afrique du Sud : Coupe du monde des inégalités »
CCFD, Juin 2010.
Le principal événement sportif planétaire n’a pas encore rendu son verdict mais en Afrique du Sud, on connaît déjà les quelques gagnants et les nombreux perdants. Le CCFD - Terre Solidaire et les organisations locales sud-africaines qu’il soutient font un rapide tour d’horizon de l’impact social du Mondial.

Agenda Tous les événements

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous