Accueil > S’informer > Dossiers > Turquie : le grand revirement d’Erdogan > Entre Arabie saoudite et Iran

Dossier Turquie : le grand revirement d’Erdogan

Entre Arabie saoudite et Iran

, par CDTM 34

Erdogan amorce une nouvelle ligne de politique étrangère et adopte une nouvelle position dans ses relations avec les autres pays du Proche-Orient. En se rapprochant de l’Arabie saoudite, il s’éloigne de l’Iran car les relations entre l’Arabie saoudite à majorité sunnite et l’Iran à majorité chiite ont toujours été extrêmement tendues en raison de leurs divergences religieuses.

JPEG - 64.3 ko
Dogubayazit (Kurdistan), route vers l’Iran
Photo de Nanak26 (Flickr), prise le 8 août 2010.

A partir de 2015, le président turc se montre officiellement d’accord avec les agissements de l’Arabie saoudite en soutenant son intervention militaire au Yémen et en condamnant les agissements de l’Iran. Erdogan accuse l’ancien Empire perse de vouloir dominer l’ensemble du Proche-Orient.

En janvier 2016, l’Arabie saoudite exécute un ayatollah chiite qu’elle considérait comme extrémiste. En conséquence, l’Iran coupe toutes relations diplomatiques officielles avec Riyad, créant des tensions dans l’ensemble de la région.

Erdogan se refuse à condamner l’Arabie saoudite alors même qu’il avait prôné, pendant longtemps, l’entente cordiale entre chiites et sunnites dans l’ensemble du Proche-Orient et dans le monde musulman, afin de garantir les échanges économiques et commerciaux et favoriser le niveau de vie de l’ensemble de la région. Il avait même condamné les répressions, souvent orchestrées par les troupes du Conseil de coopération du Golfe (en majorité sunnites), à l’encontre des soulèvements menés en majorité par des chiites, comme le soulèvement à Bahreïn en 2011.

Erdogan opère ce rapprochement avec l’Arabie saoudite car il désire s’imposer dans le conflit syrien et les deux pays ont besoin de s’entendre au sujet du soutien à apporter aux forces rebelles syriennes. Par ailleurs, il décide de se positionner fermement contre les terroristes et donc contre l’EI, ce qui entraîne une réorientation des relations de la Turquie pour s’allier à ceux qui s’opposent à l’EI.

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous