Accueil > S’informer > Dossiers > Turquie : le grand revirement d’Erdogan > Chronologie sur la Turquie

Dossier Turquie : le grand revirement d’Erdogan

Chronologie sur la Turquie

, par CDTM 34

A cheval sur deux continents, la Turquie est un pays charnière entre l’Europe et l’Asie, occupé depuis des millénaires, par des peuples aux puissantes civilisations.
L’Empire ottoman fut fondé au XIIIe siècle. A son apogée, au XVIIe siècle, il s’étendait sur toute la région des Balkans, la Hongrie, la Roumanie actuelles, une grande partie du pourtour de la Mer Noire, le Moyen-Orient, quelques régions de la pninsule arabique et la partie orientale de l’Afrique du Nord (jusqu’à l’Algérie). C’était un empire très vaste et très centralisé, ayant à sa tête un sultan.

À la fin de la Première Guerre mondiale, les Ottomans, qui s’étaient alliés aux Allemands, partagèrent leur défaite ; l’Empire est démantelé.

1914-1923  : Exportations et massacres de grande ampleur d’Arméniens, de Grecs et d’Assyriens. La reconnaissance de génocides fait toujours débat en Turquie, malgré la reconnaissance par 22 pays.

1919/1922 : Révolution turque conduite par Mustafa Kema dit Attatürk (le Père des Turcs).

1922 : Abolition du Sultanat ottoman.

1923 : Fondation de la République turque. Premier Président : Mustafa Kemal Atatürk.
Traité de Lausanne qui reconnaît les frontières actuelles de la Turquie.

1938 : Mort de Mustafa Kemal Atatürk ; İsmet İnönü, dit Milli Sef (le Chef national) lui succède à la tête de l’Etat.

1947 : La Turquie participe à la BIRD et au FMI.

1948 : La Turquie accepte le Plan Marshall et entre dans l’OECE (actuelle OCDE). la Turquie adhère au Conseil de l’Europe.

1952 : Adhésion de la Turquie à l’OTAN.

1955 : Signature du Pacte de Bagdad (devenu Cento en 1958) avec l’Iran, l’Irak, le Pakistan, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

1963 : Accord d’association entre la Turquie et la Communauté économique européenne.

1974 : A la suite du coup d’état des colonels en Grèce, à Chypre le gouvernement Makarios est renversé par des Chypriotes grecs qui veulent le rattachement de l’île à la Grèce. Intervention militaire de la Turquie et partition de l’île.

1978 : Les Etats-Unis lèvent l’embargo imposé après l’invasion de Chypre. Naissance du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui prône l’indépendance du Kurdistan. Contacts avec l’URSS en vue d’un équilibrage des relations extérieures turques.

1982 : La Turquie mène une diplomatie active pour renforcer ses relations avec le Moyen Orient et les pays de l’Europe de l’Est.

1987 : La Turquie présente une demande d’adhésion à la Communauté européenne (avril). Crise gréco-turque en mer Egée.

1988 : Afflux de réfugiés kurdes irakiens vers la Turquie, à la suite de l’utilisation massive d’armes chimiques par l’armée irakienne.

1991 : La Turquie met à disposition ses bases aériennes pour attaquer l’Irak pendant la guerre du Golfe. Visites de diplomates turcs en Arménie, Yougoslavie et Bulgarie.

1992 : Sommet avec les chefs d’état des républiques turcophones d’Asie centrale et d’Azerbaïdjan.

1993 : Voyage du Président de la République aux Balkans. Soutien turc à la Bosnie-Herzégovine.

1995 : Union douanière avec l’UE. Attaque de l’armée turque contre les bases du PKK situées au Nord de l’Irak.

1999 : La Turquie est officiellement reconnue candidate à l’adhésion à l’UE.

2003 : Le Parlement turc vote contre le déploiement de troupes nord-américaines sur le sol turc pour envahir l’Irak.

2005 : Ouverture des négociations d’adhésion à l’UE.

2006 : refus de la Turquie d’appliquer à Chypre les dispositions de l’union douanière qui la lie à l’UE.

2010 : la Turquie approuve par referendum une réforme de la constitution afin de la rapprocher de celles d’Etats plus démocrates.

2011  : Recep Tayyip Erdoğan, chef du Parti Justice et Développement (AKP), est nommé Premier Ministre pour la troisième fois.
Juin : L’AKP remporte les élections législatives.

Décembre 2012 : les autorités annoncent officiellement que des discussions sont en cours avec Abdullah Ocalan, chef du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan en prison depuis 1999, afin de trouver une solution au problème kurde.

2013
Mars : Ocalan appelle les forces armées kurdes à cesser les combats.
Mai : manifestation sur la place Taksim pour protester contre un projet immobilier dérivant sur une contestation du gouvernement dans son ensemble, durement réprimée par le régime.

2014
Mars : l’AKP remporte la majorité aux élections législatives.
Août : Après avoir été premier ministre pendant 11 ans, RecepTayyip Erdogan est élu président de la République de Turquie, au suffrage universel.

2015
Juin : l’AKP perd la majorité absolue au Parlement lors des élections législatives.
Juillet : Le président annonce une lutte sans merci contre le terrorisme, contre daesh mais aussi contre le PKK et la rupture des négociations avec les Kurdes.
Octobre : Un attentat à Ankara fait 102 morts, visant des manifestants du HDP, le parti de gauche soutenant les Kurdes.
Novembre : nouvelle élection législative permettant à l’AKP de retrouver la majorité absolue.
L’aviation turque abat un bombardier russe.

2016
Mars :Accord entre Bruxelles et Ankara au sujet du renvoi de migrants arrivant en Grèce vers la Turquie, contre une aide financière de l’Union Européenne.
Mai : démission du premier ministre Ahmet Davutoglu dû à un « manque de consensus » avec son parti.
Juillet : Tentative de coup d’Etat militaire : 290 morts, arrestation d’environ 7500 militaires et instauration de l’état d’urgence.
Août : La Turquie lance un mandat d’arrêt contre Fethulla Gülen,accusé d’avoir organisé le putsch de juillet.
Octobre-Décembre : Arrestation de plusieurs journalistes d’un quotidien d’opposition,
Décembre : assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara.
La Turquie, la Russie et l’Iran déclarent un « cesez-le-feu élargi » avec la Syrie.

Avril 2017 : la Turquie approuve par referendum une réforme pour la révision de la Constitution parlementaire en Constitution présidentielle, renforçant les pouvoirs du président. Referendum au succès mitigé (51,4 %) et dont le déroulement est contesté par les observateurs du Conseil de l’Europe et de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE).

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous