Accueil > S’informer > Dossiers > Un monde qui s’emmure... > Chronologie des murs de séparation (...)

Dossier Un monde qui s’emmure...

Chronologie des murs de séparation qui divisent le monde

Chronologie non-exhaustive

, par Monde Solidaire La Flèche

« Les Hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts »
Isaac Newton

Murs anciens

IIème siècle avant JC : la Grande muraille de Chine avait pour objectif de protéger la Chine des « invasions barbares » et mesure 6700 km.

122 après JC : le mur d’Hadrien construit par les Romains sur toute la largeur de l’Angleterre, il mesurait 117 km et avait pour but d’empêcher les invasions des tribus calédoniennes (actuelle Ecosse).

Début des années 1930 : le Reticolo confinato, financé par l’Italie, séparait l’Egypte et la Lybie sur 270 km dans le cadre de la lutte contre la confrérie des Sanusiyya.

Entre 1956 et 1962 : la barrière Algérie/Maroc et la ligne Morice établies par la France pendant les guerres coloniales contre l’Armée de libération nationale algérienne.

En 1961 : Le mur de Berlin (155 km), construit par la RDA et détruit en 1989, sépare physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans, et constitue le symbole le plus marquant d’une Europe divisée.

Entre septembre 1966 et 1982 : le barrage de Djibouti érigé autour de la presqu’île où se trouve la ville de Djibouti afin de contrôler les accès terrestres, en particulier les migrations somalies.

Murs d’aujourd’hui

Depuis 1953 : la zone coréenne démilitarisée, zone tampon qui coupe la péninsule coréenne en deux sur une longueur de 248 km et sur environ 4 km de large.

Depuis les années 1970 : les murs de la paix (Peace Wall), barrières de séparation construites majoritairement à Belfast en Irlande du Nord pour séparer les quartiers catholiques des quartiers protestants.

Depuis 1974 : la ligne verte, zone démilitarisée établie entre la République turque de Chypre du nord et la République de Chypre et contrôlée par les casques bleus (UNFICYP).

Depuis 1975 : le mur construit par l’Afrique du sud entre l’Afrique du sud et le Mozambique sur 120 km pour lutter contre les migrations.

Depuis 1980 : le mur des sables, barrière de séparation érigée au Sahara occidental entre 1980 et 1987 par le Maroc, sépare les Sahraouis vivants dans les campements de réfugiés et les Sahraouis vivants dans les territoires occupés par le Maroc.

Depuis 1990 : 1624 km de barrières sont érigées entre l’Inde et la Birmanie pour lutter contre le terrorisme et le trafic de drogues.

Depuis 1991 : une barrière électrifiée et une tranchée construites par le gouvernement koweïtien séparent le Koweit et l’Irak sur 193 km.

Depuis 1998 : les barrières de Ceuta et Melilla construites par l’’Espagne entre 1998 et 2001 pour protéger les deux enclaves face à l’immigration.

De 1999 à 2009, L’Ouzbékistan s’emmure :
En 1999 : en conflit contre le Kirghizistan, les Ouzbeks bâtissent 870 km de barrières.
En 2001 : 209 et 1700 km de barrières pour lutter contre les immigrations afghane et turkmène .
En 2006 : 45 km de murs sont érigés pour l’isoler du Kazakhstan, contre le trafic de drogue.
En 2009 : le mur de Samarkand cache les quartiers pauvres à la vue des touristes.

Depuis 2002 : en Cisjordanie, une barrière de séparation israélienne longue d’environ 681 km dans le but d’empêcher des infiltrations de Palestiniens en Israël.

Depuis 2003 : une barrière métallique électrifiée de 500 km est érigée par le Bostwana sur sa frontière avec le Zimbabwe pour empêcher toute migration liée au travail.

Depuis 2004 : un mur de 75 km est construit par l’Arabie Saoudite pour empêcher les Yéménites de débarquer.

Depuis 2004 : une barrière construite par l’Inde, pour matérialiser la ligne de contrôle établie dans le conflit avec le Pakistan, divise le Cachemire en deux sur près de 1000 km.

Depuis 2005 : le mur de Limbang (20 km) entre Brunei et la Malaisie pour lutter contre l’immigration.

Depuis 2005 : le mur de Charm el-Cheikh en Egypte (20 km) pour lutter contre le terrorisme.

Depuis 2006 :

  • 900 km entre l’Arabie Saoudite et l’Irak pour lutter contre le terrorisme.
  • 1416 km entre la Chine et la Corée du nord pour lutter contre l’immigration.
  • 1200 km entre les Etats-Unis et le Mexique pour lutter contre l’immigration et le trafic de drogue [il devrait atteindre 3200 km].
  • un mur de via Anelli (Padoue, Italie) pour entourer un quartier essentiellement peuplé d’ immigrés.

Depuis 2007 :

  • 32 km entre le Pakistan et l’Afghanistan pour lutter contre le terrorisme (2400 km sont en projet).
  • 5 km pour séparer des quartiers sunnites et chiites de Bagdad.

Depuis 2008 : 14 km entre l’Egypte et la bande de Gaza pour empêcher l’entrée de palestiniens.

Depuis 2011 : 12 km entre la Grèce et la Turquie pour empêcher migrants et demandeurs d’asile de pénétrer dans l’espace européen.

Murs en cours de construction

  • Emirats Arabes Unis/Oman : 410 km pour lutter contre l’immigration.
  • Inde/Bangladesh : 3268 km pour lutter contre l’immigration et le trafic de drogue.
  • Iran : 456 km pour lutter contre la contrebande.
  • Iran/Pakistan : 700 km pour lutter contre le trafic de drogue.
  • Israël/Egypte : 250 km pour lutter contre l’immigration.
  • Russie/Géorgie : 85 km pour lutter contre le terrorisme.

 Murs en prévision

  • Arabie Saoudite/Jordanie
  • Irak/Syrie
  • Russie/Tchétchénie (700 km prévus pour lutter contre le terrorisme et pour mieux contrôler le territoire)
  • Thaïlande/Malaisie (650 km prévus pour lutter contre le terrorisme)

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous