Accueil > S’informer > Articles et traductions > Trafic de thaïlandais au service de (...)

Trafic de thaïlandais au service de la colonisation israélienne

Les grèves massives de travailleurs palestiniens et les violences ayant eu lieu lors des deux Intifada [1] ont paralysé l’économie israélienne, très dépendante de la main d’œuvre palestinienne, suite au verrouillage des frontières entre Israël et la Cisjordanie, par l’armée d’occupation. Le patronat des secteurs de la construction, l’agriculture et les soins aux personnes âgées – secteurs d’activité sous considérés et réputés gourmands en main d’œuvre peu chère et corvéable à merci – ont donc fait pression sur le gouvernement israélien pour obtenir l’autorisation d’importer des petites mains non juives… et ont gagné.

JPEG - 23.6 ko
Manifestation de travailleurs thaïlandais

Parallèlement à la mise en place de politiques incitatives à l’emploi dans ces secteurs en direction des israéliens ; dans le secteur agricole, dès 1995, ce sont des milliers d’ouvriers thaïlandais qui ont été littéralement importés par Israël. Tous sont issus de familles paysannes du Nord du pays et ont quitté la Thaïlande car la riziculture traditionnelle ne tient pas la concurrence avec les exploitations industrielles…

Consultez l’intégralité de l’article sur Echanges et Partenariats

Notes

[1Intifada : « soulèvement » en arabe. Désigne les deux principaux soulèvements populaires massifs en Palestine. La première Intifada, pacifique et massive, a eu lieu entre 1987 et 1994. La seconde, plus violente s’est déroulée entre 2000 et 2005.

Commentaires

L’auteure de l’article, Sarah, est volontaire en Palestine engagée avec l’association Echanges et Partenariat (E&P).

Infos complémentaires

Provenance veille internationale

Type de document article

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous