Tous les articles et traductions

, par FANON-MENDES FRANCE Mireille, Groupe ONU d’Attac, RUIZ DIAZ BALBUENA Hugo

Les Institutions financières et commerciales internationales : réforme ou restructuration ?

Document de travail, mai 2005, 6p., RTF

Pour instaurer la sécurité et la coopération économique dans le monde de l’après-guerre, la solution proposée lors de la Conférence monétaire et financière des Nations Unies tenue à Bretton Woods consistait à créer un ensemble d’institutions intergouvernementales qui auraient pour mission de surveiller les négociations et la coordination multilatérales de politiques susceptibles de parer à toutes les menaces qui paraissaient compromettre la survie du nouveau système commercial et financier multilatéral.
La conception de ces institutions reposait sur le caractère inséparable des objectifs nationaux et internationaux. Mais ces efforts déployés pour mettre en place un ensemble cohérent et coordonné d’institutions internationales pour promouvoir le plein emploi, libre-échange équitable et le développement n’ont jamais été achevé. Il appelle aujourd’hui à une réforme radicale.

, par FANON-MENDES FRANCE Mireille, Groupe ONU d’Attac, RUIZ DIAZ BALBUENA Hugo

Le Mur et les obligations des Etats parties à la IVe Convention de Genève

Document de travail, décembre 2004, 7p., RTF

Le 7 juin 1967, les forces israéliennes ont annoncé que pour d’impérieuses raisons de sécurité et de maintien de l’ordre public, elles occupaient et avaient pris le contrôle de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Depuis lors, le peuple palestinien vit sous occupation, ce qui revient à dire que l’Etat d’Israël, en tant que puissance occupante, se trouve dans l’obligation d’appliquer la IVe Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre. Ce qu’il ne fait pas.

, par FANON-MENDES FRANCE Mireille, Groupe ONU d’Attac

Droits des peuples, droits humains face au nouvel ordre mondial : le cas de la Palestine

Document de travail, novembre 2004, 9p., RTF

Socle de toute mobilisation citoyenne, l’article premier des deux Pactes internationaux de 1966 affirme que « tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel ». Si les droits fondamentaux ne sont plus respectés dans certains lieux et dans d’autres fortement remis en cause, les raisons sont à chercher dans la globalisation économique qui entraîne, de fait, une réorganisation des relations internationales au profit du nouvel ordre mondial. Mais cela doit il se faire au détriment du droit international et en contradiction avec la déclaration concernant l’instauration d’un nouvel ordre économique international ?

, by Grain

USAID: Making the world hungry for GM crops

April 2005, Liberation Afrique, 24 pp

This briefing examine how the US government uses USAID to actively promote GM agriculture, as part of a multi-pronged strategy to advance US interests with GM crops. This is effected by the use of bilateral and multilateral free trade agreements, high-level diplomatic pressure, and of course lobbying and funding by biotech networks.

, par Grain

Que devient la biosécurité ?

Octobre 2005, GRAIN

D’après GRAIN et beaucoup d’autres groupes civiles, les cultures GM sont complètement incompatibles avec la souveraineté alimentaire. Cet article décrit les effets d’un lobby pro-OGM très offensif sur la législation de la biosécurité dans les pays africains, asiatiques et du Amérique Latin. Pourtant, il souligne aussi les mouvements sociales en opposition de plus en plus mobilisés et sophistiqués.

, by Grain

Whither Biosafety?

October 2005, GRAIN

Despite the introduction of the Cartagena Protocol in 2000, countries are increasingly facilitating the entry of GM crops. According the international NGO GRAIN and many other civil society groups, GM crops are completely incompatible with the principles of food sovereignty. This text argues (...)

, par Focus on the global south

La fin d’une illusion : la réforme de l’OMC, la société civile mondiale et la route vers Hong Kong

Focus on the Global South, 31 mai 2005, traduit par Gilbert Sanseau, Bertrand Declercq, Florence Piquemal

L’"Accord Cadre de Juillet" est le dernier clou enfoncé dans le cercueil de l’illusion que l’OMC puisse être réformée, que ce soit pas à pas ou de façon plus générale, dans le sens des intérêts des pays en développement. Plus que jamais, l’accord et ses conséquences prouvent que l’OMC est une cage en acier qui piège les pays en développement dans un jeu de négociations systématiquement truqué en faveur des grandes puissances commerciales du Nord.

, by BELLO Walden

The Global Crisis of Legitimacy of Liberal Democracy

Focus on the Global South, October 2005

In the beginning of the 1990s, Samuel Huntigton argued that the "third wave of democratization" would free the world from dictators, and spread the model of Anglo-American democracy worldwide. However, history took another path. Analyzing the recent democratic trends in countries like the Philippines, Brazil and Argentina, this article warns that "capitalism and democratic deepening are no longer compatible."

, par MASSIAH Gustave

Les associations de solidarité internationale et les syndicats

Mai 2005

Les relations entre les associations de solidarité internationale (ASI) et les syndicats ne sont pas nouvelles. Nous sommes, ensemble, partie prenante du mouvement associatif, au sens de ceux qui s’associent pour faire société ; nous nous référons à la solidarité et nous considérons que la solidarité internationale en est une dimension essentielle. Ceux qui militent à la fois dans les syndicats et dans les ASI sont nombreux ; ils vérifient la complémentarité des actions et des réflexions de nos deux mouvements.

, par MASSIAH Gustave

Débat sur l’évolution stratégique des Forums sociaux

Intervention au Conseil International des Forums sociaux, juin 2005

Le mouvement altermondialiste est confronté aujourd’hui au débat stratégique. Cette intervention aborde quelques unes des questions posées par ce débat.
Partons de l’état des lieux du mouvement. Notre mouvement est riche de sa diversité, de la multiplicité des courants de pensée qui le composent. Il (...)

, par ZIEGLER Jean

L’Empire de la honte

Paris, Fayard, 2005

L’empire de la honte ? « Ce pourrait être, disait J. Ziegler dans une récente interview, cette emprise généralisée du sentiment de honte provoqué par l’inhumanité de l’ordre du monde. En fait, il désigne l’empire des entreprises transcontinentales privées, dirigées par les cosmocrates. Les 500 plus puissantes d’entre elles ont contrôlé l’an passé 52 % du produit mondial brut, c’est-à-dire de toutes les richesses produites sur la planète. » C’est un empire de la rareté organisée, de la guerre permanente, de la démocratie dégradée, de la nature saccagée, du droit agonisant, auquel Jean Ziegler oppose les idéaux de la révolution française et la philosophie des Lumières.

, par Vacarme , MASSIAH Gustave

Entretien avec Gus Massiah (Cedetim et mobilisations anti-impérialistes)

Vacarme, juin 2001, entretien réalisé par Stany Grelet et Isabelle Saint-Saëns

L’histoire du Cedetim, né entre 1965 et 1967 de la convergence de plusieurs groupes anti-colonialistes, rejoint celle des luttes contre les impérialismes menées tout au long de la seconde moitié du XXe siècle et qui perdure aujourd’hui encore. Des premières mobilisations pour l’Algérie et le Vietnam aux Forums sociaux mondiaux en passant par la lutte des foyers Sonacotra, cette histoire, ici racontée par l’un des fondateurs du Cedetim, est aussi celle des ratages de la décolonisation et des initiatives citoyennes pour un autre monde.

, par MASSIAH Gustave

L’égalité d’accès aux services publics, une alternative au néo-libéralisme

Le débat sur les services publics s’est aujourd’hui imposé comme un débat stratégique. Les raisons ne manquent pas. Les services publics sont devenus un des éléments déterminants des politiques économiques. Autour d’eux se concrétisent les affrontements sur l’efficacité et l’égalité, le marché et les droits, les entreprises publiques et la concurrence. Ils sont présents à toutes les échelles d’intervention, au niveau local dans les politiques municipales, au niveau national avec les péréquations et l’aménagement du territoire, au niveau européen avec l’avalanche de directives pour ouvrir le marché européen, au niveau mondial avec l’accord sur le commerce des services. Ils sont aussi au centre des mouvements sociaux, des luttes de travailleurs des entreprises du secteur public sur les revenus, l’emploi et les statuts, des usagers sur l’accès, les prix et la qualité des services, des écologistes sur la prise en compte des écosystèmes, des mouvements de lutte contre les exclusions, les inégalités et les discriminations, des mouvements de solidarité internationale.

, par DIAL , GEBARA Ivone

Femmes et Eglises

Intervention au colloque sur les alternatives latino-américaines réalisé à Lyon par DIAL les 23 et 24 avril 2004

Partant des constats que ceux qui détiennent le plus de pouvoirs et de biens en Amérique latine sont des chrétiens et que les femmes n’ont pas eu de conquêtes significatives au niveau des lois ecclésiastiques, l’auteure revient sur quelques aspects du rôle de l’Eglise - et particulièrement l’Eglise catholique romaine - par rapport au mouvement des femmes sur le continent.

, par AITEC , MASSIAH Gustave

Argumentaire pour l’annulation de la dette

30 novembre 1998

Ce texte est une proposition d’argumentaire rédigé en novembre 1998 pour le lancement de la campagne française « Pour l’an 2000, annulons la dette ! » Il reprend les principaux arguments des partisans de l’annulation de la dette, comme les conditions discutables dans lesquelles ont été contractés ces dettes et leurs conséquences désastreuses d’une part sur les conditions de vie des couches les plus fragiles de la population et de l’autre sur les systèmes bancaires et certains secteurs commerciaux.

, par WALLERSTEIN Immanuel

Le Forum social mondial à la croisée des chemins

Janvier 2005

Officiellement, le Forum Social Mondial cherche à rassembler ceux qui s’opposent à la "globalisation néolibérale" et à l’"impérialisme sous toutes ses formes". Le Forum se veut un "espace ouvert" et non un mouvement. Ce principe très original est assez controversé parmi les participants du Forum même.

, par MASSIAH Gustave

La Place Des « Sans Droits » dans les Forums Sociaux

Novembre 2004, Marches européennes / Euromarches (www.euromarches.org)

La mondialisation néolibérale accentue les inégalités sociales et les exclusions au sein de chaque société mais aussi entre les Etats à l’échelle mondiale. S’y ajoute actuellement l’extension sans fin du marché mondial fondé sur la logique du profit et le modèle productiviste et la montée des idéologies sécuritaires.

Au cœur de ces phénomènes, on trouve les « Sans ». Sans abri, sans terre, sans travail, etc., ces sans droits ont autant besoin des forums sociaux (pour y parler, y revendiquer et y exister dans leur dimension politique) que les forums sociaux ont besoin des sans droits (pour réellement prétendre être des rassemblements populaires, pour éviter le glissement vers l’élitisme militant et la dégradation du dialogue en juxtaposition de slogans abstraits).

, par MASSIAH Gustave

Les migrants acteurs des sociétés et du monde

Réseau IPAM (Initiatives pour un autre monde), novembre 2003

Les flux migratoires sont au cœur du développement et du système mondial. Les questions des migrants et des étrangers sont des révélateurs de nos sociétés et des analyseurs du monde que nous voulons construire. Il faut rappeler le rôle historique des flux migratoires, et des migrants en tant qu’acteurs (...)

, par MASSIAH Gustave

La réforme de l’ONU et le mouvement altermondialiste

CETIM, août 2004

Les Nations Unies sont à la croisée des chemins. Elles n’ont pas vraiment démérité, elles n’ont pas du tout convaincu. Elles sont l’objet d’une immense attente, celle d’une institution qui assurerait la régulation d’un système international de plus en plus ressenti comme inique et dangereux, d’une défense possible des droits des faibles par rapport aux forts. Elles suscitent une immense déception, celle qui naît de l’illusion du droit par rapport à la réalité du pouvoir, de la velléité de solutions équitables ramenée en fin de compte au rôle d’une chambre d’enregistrement au service des puissances occidentales et des puissantes entreprises internationales. L’enjeu est considérable. Il s’agit de la construction d’un système international et d’instances politiques qui répondent à la globalisation des échanges économiques et à la primauté du marché mondial.

Texte publié par le CETIM (Centre Europe-Tiers Monde)

, par MASSIAH Gustave

Le G8 : Un mode de gouvernance oligarchique et illégitime

Rinoceros, août 2004

Le G8 est une tentative, engagée il y a trente ans, pour imposer une nouvelle « gouvernance mondiale » contrôlée directement par les chefs d’État et de gouvernement des pays les plus riches et les plus puissants de la planète. Cette manifestation d’un pouvoir oligarchique impliquait la marginalisation des Nations Unies.

Une première version de ce texte a été publiée par Le Monde Diplomatique en mai 2003 sous le titre : « Le G8, un club de riches très contesté » (http://www.monde-diplomatique.fr/20...).