Tous les articles et traductions

, par ROBIN Marie-Monique

Le monde selon Monsanto

ARTE Éditions/La Découverte, mars 2008, 372 pages, 20€

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle avec la production de PCB (pyralène), d’herbicides dévastateurs (comme l’agent orange pendant la guerre du Viêt-nam) ou d’hormones de (...)

, par Novethic

Les pro-OGM tentent de gagner la bataille parlementaire

Par Véronique Smée

Le projet de loi sur les OGM en débattu au Sénat revient sur les acquis du Grenelle de l’environnement. Dans le même temps, une autre bataille s’engage concernant la clause de sauvegarde sur le Mon 810, maïs transgénique de Monsanto, déposée par le gouvernement français auprès des autorités européennes. (...)

, par SC

L’homme sécurisé ?

Biométrie, RFID, NBIC - tant de termes nouveaux dans notre quotidien dont les conséquences sur le développement - démocratique, éthique, social, moral - de nos sociétés ne sont actuellement qu’à deviner mais touchent profondément aux bases de nos démocraties et de notre compréhension de ce qu’est le (...)

, par GRAIN

Déclaration de Nairobi sur les OGM dans l’agriculture africaine

1er décembre 2005

« Nous, soussignés, membres d’un grand nombre d’organisations de la société civile, nourries du même esprit, représentant des organisations d’agriculteurs, de consommateurs et d’acteurs environnementaux, venus de dix-neuf pays africains et soutenus par quatre pays non africains, nous sommes réunis les 27, 28 et 29 septembre 2005 à Nairobi (Kenya), pour un séminaire d’élaboration et d’adoption de stratégies sur les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) dans l’agriculture africaine. Nous référant aux débats du séminaire, déclarons ce qui suit. »

, par GRAIN

Que devient la biosécurité ?

Octobre 2005, GRAIN

D’après GRAIN et beaucoup d’autres groupes civiles, les cultures GM sont complètement incompatibles avec la souveraineté alimentaire. Cet article décrit les effets d’un lobby pro-OGM très offensif sur la législation de la biosécurité dans les pays africains, asiatiques et du Amérique Latin. Pourtant, il souligne aussi les mouvements sociales en opposition de plus en plus mobilisés et sophistiqués.