L’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale (ECSI)

Les acteur·rices de l’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale

, par ritimo, RESIA

De très nombreuses structures associatives promeuvent ou mènent des actions d‘ECSI, bien que ne se présentant pas toujours sous cette « étiquette ». Certaines revendiqueront leur appartenance à l’éducation populaire, d’autres souligneront plutôt leur thème d’engagement principal (alimentation durable, migrations, ...).

Image by Gerd Altmann from Pixabay

Nous vous présentons ici une liste non exhaustive de ces réseaux et associations qui participent au petit monde de l’ECSI.

Ne sont pas citées dans cette liste les structures membres et relais du réseau ritimo, actrices de l’ECSI et militantes tout à la fois de l’éducation populaire, de l’éducation à l’environnement, de l’éducation à l’information ou de l’accompagnement de celles et ceux qui souhaitent découvrir le monde et élargir leur horizon culturel.

Les réseaux nationaux de plaidoyer et de promotion de l’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale (ECSI)

CRID
Créé en 1976, le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID) regroupe aujourd’hui une cinquantaine d’associations françaises de solidarité internationale qui partagent les mêmes valeurs, de partenariat et de solidarité. Dix-huit des associations membres siègent au conseil d’administration du CRID, dont ritimo. Fort de ce réseau, le CRID mène de nombreuses campagnes d’interpellation des décideurs publics et de mobilisation citoyenne en s’appuyant sur le travail de plaidoyer fait par ses membres. Le CRID participe et coordonne de nombreux espaces (Forums sociaux mondiaux, États généraux des migrations, Université d’été solidaire...) où se rencontrent la société civile et le grand public. Le CRID coordonne également chaque mois de novembre, depuis 20 ans, le Festival des Solidarités, rendez-vous international d’animations autour de la solidarité mondiale.
https://www.crid.asso.fr/

EDUCASOL
Plate-forme française d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, l’association, créée en 2013, compte 26 membres et 3 personnes qualifiées. C’est un espace de valorisation des pratiques des acteur·rices de l’ECSI. Educasol a également l’objectif de renforcer le positionnement des acteurs de l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale et de mieux les représenter auprès des pouvoirs publics français et européen. La plate-forme est présente au CNDSI (comité national pour le développement et la solidarité internationale), et CONCORD (confédération des ONG européennes).
http://www.educasol.org/

Les organismes producteurs/diffuseurs d’outils pédagogiques et de formations en ECSI

La Fédération Artisans du Monde
Depuis 1974, Artisans du Monde défend un modèle de commerce alternatif. Réseau de distribution de plus de 170 points de vente, associatifs et militants, la Fédération Artisans du Monde est aussi engagée dans l’éducation au commerce équitable. Elle propose formations et animations pédagogiques et construit des outils pédagogiques pour donner aux citoyen·nes des clés de compréhension sur le commerce mondial. La Fédération Artisans du monde est co-animatrice, avec ritimo et Starting-Block, de la semaine de formation à l’ECSI.
www.artisansdumonde.org

CCFD - Terre solidaire
Fondée en 1961, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre solidaire (CCFD) est une association composée de 29 mouvements de laïcs et services d’Église. Si le CCFD se mobilise principalement, au début de son histoire, dans le secours d’urgence, il a développé, depuis, de nombreuses actions éducatives pour agir « sur les causes plutôt que sur les effets ». L’organisation produit chaque année de nombreux outils pédagogiques ainsi que des formations pour sensibiliser à la souveraineté alimentaire, la justice climatique, la finance solidaire, les migrations internationales, etc.
https://ccfd-terresolidaire.org

CITIM (Luxembourg)
Le Centre d’Information Tiers Monde, créé en 1982 par l’association Action Solidarité Tiers Monde, est « la seule vitrine de l’éducation à la citoyenneté mondiale et de la solidarité internationale » au Luxembourg. En plus de la bibliothèque Nord-Sud ouverte à tou·tes, le CITIM est aussi un lieu de formations, d’animations autour de la citoyenneté mondiale et de prêts d’outils pédagogiques.
https://www.citim.lu/

ITECO (Belgique)
« Centre de formation pour le développement », ITECO est une « organisation d’éducation permanente et d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire créée en 1963 par des associations belges d’envoi de volontaires dans les pays du Sud ». « A l’inégale répartition des richesses dans le monde et en particulier entre le Nord et le Sud, ITECO oppose une éducation des citoyens à la solidarité internationale qui renforce leurs capacités à lutter pour un monde dans lequel pouvoir et ressources sont partagés ». ITECO propose outils pédagogiques, formations et publications.
www.iteco.be

Les associations d’éducation populaire

Ceméa
Né en 1937, dans la foulée du Front populaire, le mouvement des Ceméa (Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Éducation Active) a fait du droit aux vacances un de ses principaux engagements. « Il n’y a qu’une éducation. Elle s’adresse à tous. Elle est de tous les instants ». Si l’éducation est permanente, il faut former les animateurs·rices des temps de loisirs et de vacances, qui accompagnent les enfants dans leurs découvertes. Pour les Ceméa, « à la simple surveillance, il faut substituer une pédagogie qui crée des situations où chacun, en prenant conscience de son milieu de vie, peut se l’approprier, le faire évoluer, le modifier, dans une perspective de progrès individuel et social ».
www.cemea.asso.fr

Solidarités jeunesses
« Dès le départ, 1923, ceux et celles qui portent le projet de Solidarités jeunesses sont convaincu·es de la nécessité de dépasser les frontières pour travailler à la paix et à l’entente entre les peuples ». Solidarités Jeunesses « lutte contre les réseaux d’oppression idéologique, sexiste, politique, culturelle et économique. Soutient toutes celles et ceux qui veulent prendre en main leur histoire pour organiser collectivement une société responsable et libératrice ». Au coeur des activités de l’association, le volontariat et les chantiers de solidarité internationale. Mais Solidarités jeunesses propose aussi des formations pour penser/déconstruire nos modes d’organisation collective et de communication.
https://www.solidaritesjeunesses.org

L’Engrenage
Coopérative d’éducation populaire, l’Engrenage se compose de 3 coopératrices salariées et 3 coopérateurs·rices non-salarié·es. Ils·elles visent « la transformation sociale », ce qui veut dire être conscient-es des oppressions, injustices et mécanismes de domination. Comprendre le système, rechercher ce qui peut le modifier vers plus de justice et d’égalité. Cela suppose d’avoir du temps et des méthodes pour construire de l’intelligence collective et aller vers l’action collective ». Les interventions de la SCOP (formations, ateliers, …) « ont l’ambition de libérer l’imaginaire politique, de redonner de l’espoir et du sens pour construire ensemble de nouvelles façons d’agir ». 
http://lengrenage.blogspot.com/

Compagnie NAJE
Créée en 1997, NAJE est une compagnie théâtrale associative et professionnelle « pour la transformation sociale et politique ». Elle pratique la méthode du Théâtre de l’Opprimé, afin de permettre « à l’opprimé de s’approprier le théâtre pour mettre en représentation publique son oppression et chercher des stratégies collectives ou individuelles ». « NAJE intervient auprès de groupes d’habitants, d’usagers, d’agents et parfois d’élus… pour traiter de questions sociales et politiques. Ces ateliers débouchent souvent sur des spectacles, ils peuvent aussi préparer des actions ou des décisions. » La compagnie propose également des formations au théâtre-forum ou au théâtre-image.
http://www.compagnie-naje.fr/

Les associations d’éducation à l’environnement

Robins des villes
« Association d’éducation populaire, créée en 1997, Robins des Villes milite pour une ville partagée, agréable, accessible à tou·tes, et imaginée par ses habitat·es. Elle se donne pour objectif de partager, questionner et diffuser les savoirs sur la ville ainsi que d’agir pour transformer nos cadres de vie. Pour cela, elle propose notamment des ateliers, balades urbaines, des activités de pédagogie à l’espace et à l’environnement urbain ».
https://www.robinsdesvilles.org

Réseau École et Nature
Le réseau École et Nature (REN) est né en 1983. C’est « un espace de rencontres et d’échanges pour partager ses expériences et repenser son rapport au monde. Un espace convivial de projets et d’innovation pédagogique pour créer des ressources » en éducation à l’environnement. Le REN considère l’éducation à l’environnement comme une « source d’autonomie, de responsabilité et de solidarité avec les autres et la nature. Un tremplin pour mener des actions à toutes les échelles de territoire. » Le REN, dont les membres sont aussi bien des associations que des collectivités territoriales, est l’organisateur principal des « rencontres nationales des acteurs de l’EEDD ».
http://reseauecoleetnature.org

Fédération des clubs « Connaître et Protéger la Nature »
Créée en 1983, la Fédération des clubs « Connaître et Protéger la Nature » (FCPN) a pour objet « l’éducation populaire, et plus particulièrement le développement de la culture naturaliste (ou culture de la nature) chez les jeunes et pour tous ceux qui le désirent ». Les clubs souhaitent transmettre « des méthodes (observation, capture), une attitude de curiosité, un esprit critique, l’autonomie, une sensibilité, une réceptivité, le goût de la Nature ». Les 500 clubs en France, mais aussi en Europe et en Afrique, organisent des sorties et rallyes nature, ainsi que des ateliers de sensibilisation (oiseaux, arbres, champignons...) ou de création (nichoirs, arboretum...). La FCPN publie outils pédagogiques et fiches d’animation. Les « rencontres internationales des CPN » ont lieu deux fois par an.
http://www.fcpn.org/

Les associations d’éducation à l’information et aux médias

Les Pieds dans le PAF
« Association d’éducation populaire, « Les Pieds dans le PAF » (Paysage Audiovisuel Français) est née en 1988. L’idée ? Permettre aux citoyens de mettre un pied dans le PAF ! Et défendre le droit des usagers des médias à être des acteurs plutôt que des consommateurs. L’association fait de l’éducation aux médias auprès pour tous publics et tous les âges. Elle propose des ateliers allant de l’apprentissage à la création audiovisuelle, du décryptage à la fabrication d’information, de l’expérimentation à l’étude des nouvelles pratiques et consommations médiatiques, comme les réseaux sociaux, les jeux-vidéos… ».
http://www.piedsdanslepaf.org

Jets d’encre
Jets d’encre est une association qui défend le droit d’expression des enfants en accompagnant la création de journaux réalisés par les jeunes entre 11 et 25 ans, que ce soit dans le cadre scolaire ou d’une maison de quartier, association... Jets d’encre réalise également un travail d’information sur les droits et responsabilités des journalistes jeunes. Enfin, l’association « entend lutter contre la censure et les pressions plus ou moins directes exercées contre les journalistes jeunes ».
http://www.jetsdencre.asso.fr