Vers une économie solidaire ?

Ressources documentaires sur l’économie sociale et solidaire (ESS) (2024)

, par CDTM 34

L’économie sociale et solidaire : une utopie réaliste pour le XXIe siècle ?
BOYER, Robert, PARIS : LES PETITS MATINS, 2023, 119 P.
Les politiques économiques se définissent depuis longtemps soit par rapport aux forces du marché, soit par rapport à l’interventionnisme de l’État ce qui exclut tout principe d’un tiers secteur que représente l’économie sociale et solidaire (ESS). L’auteur propose au contraire d’en faire une alternative sérieuse au néolibéralisme ce qu’elle n’a pas encore réussi à faire. Il propose un retour historique et s’appuie sur des exemples cubain et israélien. Certes, l’ESS a des limites face à l’État et au marché, mais elle porte des projets de développement solidaire et a des potentialités en période de crise sanitaire (exemple du Covid 19), économique ou financière voire environnementale avec la crise climatique et elle est à la pointe de l’innovation sociale.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84946

Réussir une transition écologique juste
Le Labo de l’économie sociale et solidaire . - PARIS : LE LABO DE L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, 2023/03. - 112 P. photographies, encadrés, ill.
En opposition à la conception économique dominante assimilant l’abondance à la profusion, on observe aujourd’hui une conscientisation de la société sur la nécessité de transformer radicalement l’économie. L’étude s’interroge sur le rôle des structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) françaises dans la réalisation d’une transition écologique juste. Au-delà de son engagement social historique, l’ESS s’est confrontée plus récemment aux défis environnementaux. Au vu des enjeux actuels, l’ESS doit réinterroger ses modèles d’actions par des initiatives qui tentent de mêler engagements écologiques et sociaux, activités réparatrices et transformatrices. L’étude s’intéresse à l’analyse de ces modes d’actions et de ces projets de transformation, afin de dégager des enseignements et des propositions permettant d’enrichir la réflexion de l’ESS sur sa contribution à une transition écologique juste.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=83108

Promouvoir l’économie sociale et solidaire dans la région MENA : enjeux et contraintes
ADAIR, Philippe HLASNY, Vladimir ; OMRANI, Mariem - In : MAGHREB-MACHREK, année 2022 (01/01/2023), N°250-251, P. 149-166
Selon l’étude de six pays de la région MENA (Égypte, Maroc, Tunisie, Jordanie, Liban, Palestine), l’économie sociale et solidaire (ESS) comprend à la fois des entités à but lucratif et non lucratif, des coopératives, des associations et des mutuelles. Leurs cadres juridiques et leur impact économique, notamment en termes d’emploi et de contribution au PIB sont étudiés. Les déficiences du système bancaire doivent être surmontées par la microfinance. L’ESS y compris les institutions de microfinance s’intéressent au secteur informel et à la création d’emplois pour les jeunes et les femmes.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=83462

L’économie solidaire en mouvement
COMBES, Josette, LASNIER, Bruno ; LAVILLE, Jean-Louis - TOULOUSE : ÉRÈS, 2022, 243 P.
Cet ouvrage a été publié à l’occasion des 20 ans du Mouvement pour l’économie solidaire et propose un tour d’horizon des expériences depuis les appels de 1995 et 1997 à promouvoir l’économie solidaire jusqu’à aujourd’hui. À partir des années 2000, une vingtaine de pays se sont dotés d’une loi sur l’économie solidaire. De nombreuses initiatives citoyennes et de modèles socio-économiques en ce domaine ont vu le jour. L’économie solidaire s’est structurée et s’est développée sur les territoires et dans de nombreuses filières, a créé de nouveaux concepts et a permis l’alliance entre acteur·rices et chercheur·ses de l’économie solidaire ou entre collectivités territoriales. Les contributeur·rices témoignent des évolutions qui ont parsemé l’histoire de l’économie solidaire, des transformations sociétales à la transition écologique et proposent une vision de l’économie solidaire de demain.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84768

Pour une économie de la réconciliation : faire de l’ESS la norme de l’économie de demain
SADDIER, Jérôme - PARIS : LES PETITS MATINS, 2022, 133 P.
L’auteur, président d’ESS France, exprime ses convictions sur la place actuelle et future de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans la société. Il considère que la démocratie est en crise et que la société civile se fragilise d’où l’importance de retrouver le sens du collectif par le biais de l’ESS. Selon lui, cette dernière permet la réconciliation entre l’économie et la citoyenneté car elle contribue aux nombreuses initiatives économiques, sociales et écologiques portées par la société civile. Il est pour lui essentiel que l’ESS agisse à l’échelle des territoires en fonction des besoins identifiés et mobilise les acteur·rices économiques de ces territoires. Il insiste sur la gestion désintéressée de l’ESS : "agir par l’ESS ne peut avoir pour motivation la seule satisfaction d’un intérêt individuel". Il considère que la réconciliation de l’ESS avec le monde de l’entreprise est possible à travers une vision renouvelée du contrat social au travail (travailler autrement mais dignement) et la clarification de la responsabilité globale de l’entreprise pour satisfaire des objectifs d’intérêt général et collectif.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84774

Panorama de l’ESS : Ce que l’ESS apporte à la société
2022/05, 120 P. , Bibliographie
Panorama d’ESS France qui fédère les organisations nationales représentant les différentes formes statutaires de l’économie sociale et solidaire ainsi que les chambres régionales de l’ESS, et toute autre personne morale, de type fédération, réseau, collectif ou regroupement de niveau national qui souhaite s’investir dans ses activités. ESS France anime l’Observatoire national de l’ESS et porte des chantiers transversaux comme la promotion et la sensibilisation, la transition écologique, l’égalité femmes-hommes et le développement économique Présentation d’initiatives concrètes permettant d’illustrer les grands chiffres de l’ESS.
En ligne : https://www.ess-france.org/panorama-de-l-ess-ce-que-l-ess-apporte-a-la-societe

Introduction à l’Économie Sociale
Léa MONZIBILA - 2022/12 14 P. + pages non paginées, bibliographie.
Notes d’analyse publié par le Think tank européen Pour la solidarité,
Présentation de l’économie sociale en Europe à travers les entités et acteurs qui la composent. Présentation des enjeux, perspectives et stratégies des institutions européennes pour développer un écosystème encourageant le développement d’une économie sociale tenant compte des enjeux de transition écologique et numérique.
En ligne : https://www.pourlasolidarite.eu/sites/default/files/publications/files/na_2022_introduction_a_leconomie_sociale.pdf

Définitions, chiffres, enjeux... Tout comprendre à l’Investissement Socialement Responsable
In : L’INFO DURABLE (ID), 30 septembre 2021 (30/09/2021), 30/09/2021
L’investissement socialement responsable (ISR) désigne la prise en compte de facteurs dits "extra-financiers" dans les décisions d’investissements, selon des critères liés au développement durable ou critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). Malgré son essor depuis une décennie, l’ISR reste mal perçu par les intermédiaires financiers et les investisseurs finaux. Pourtant, les enjeux liés à la création et à la diffusion de produits financiers durables sont bien réels et clairement identifiés. Chiffres et définitions à l’appui, l’article présente les points de vue de différent·es acteur·rices de la finance solidaire.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=81825

L’économie sociale et solidaire dans les territoires
DAUFRESNE, Raphaël, ROUSSEAU, François - VOIRON : TERRITORIAL, 2021, 206 p ;
Dans quelle mesure l’économie sociale et solidaire (ESS) est-elle un levier de développement des territoires ? Pour répondre à cette question, les auteurs se sont appuyés sur leurs propres expériences d’accompagnement de porteurs de projets de collectivités, d’établissements sociaux, etc. La première partie de l’ouvrage porte sur la notion d’ESS, sur la typologie des structures de l’ESS et sur ce qui fait que cette économie correspond à un mode territorial d’entreprendre. La seconde partie démontre l’intérêt pour les territoires de mettre en place une politique de l’ESS qui peut renforcer leur attractivité et être un puissant levier de développement et d’innovations. La dernière partie s’attache à présenter les repères nécessaires pour développer et faire vivre l’ESS dans les territoires, construire et développer un projet territorial de l’ESS.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84894

Effervescences féministes : réorganiser la reproduction sociale, démocratiser l’économie solidaire, repenser la valeur
VERSCHUUR, Christine, GUERIN, Isabelle ; HILLENKAMP, Isabelle - PARIS : L’HARMATTAN, 2021, 232 P.
Les auteures commencent par exposer la situation actuelle de la reproduction sociale et de l’économie, en soulignant les inégalités et les pressions subies par les femmes. Elles mettent en évidence le travail invisible et non rémunéré accompli par les femmes, tant au niveau de la sphère domestique que dans la communauté. Elles proposent ensuite une réflexion sur l’économie solidaire et son potentiel pour améliorer la situation des femmes et soutiennent que l’économie solidaire, basée sur la coopération, la solidarité et la recherche du bien-être social plutôt que sur le profit, offre des opportunités pour repenser les relations sociales et économiques en citant en exemple des initiatives féministes en économie solidaire en Amérique latine et en Inde. Enfin, les auteures plaident pour renforcer le lien entre le féminisme et l’économie solidaire pour une meilleure valorisation du travail de reproduction sociale, ainsi que pour la transformation des structures économiques afin de favoriser la participation des femmes.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=82980

Quel monde associatif demain ?
COLER, Patricia, HENRY, Marie-Catherine ; LAVILLE, Jean-Louis ; ROUBY, Gilles - TOULOUSE : ÉRÈS, 2021/04, 188 P.
Cet ouvrage issu d’une recherche participative croisant les réflexions entre chercheurs et acteurs associatifs de divers secteurs (culture, défense des droits, éducation populaire, social...) propose un ensemble d’analyses originales pour penser l’avenir du monde associatif. Deux scénarios contrastés sont ainsi envisagés : l’un pointe les limites qui entravent son action ou peuvent l’affaiblir (la néo-philanthropie, la marchandisation, la managérialisation), tandis que le second relève les dynamiques à approfondir ou à mettre en œuvre pour libérer le potentiel transformateur des associations (financement, fonctionnement interne, synergies, approches par le commun, co-construction de l’action publique).
Constatant l’importance des mouvements citoyens pour éviter l’isolement et le désarroi qui font le lit de l’autoritarisme, sans céder pour autant à l’idéalisation, cet ouvrage est conçu comme un outil à mobiliser pour alimenter les débats internes (d’après le résumé de l’éditeur)
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=80549

Utopies locales : les solutions écologiques et solidaires de demain
DUVERGER, Timothée - PARIS : LES PETITS MATINS, 2021, 141 P.
Le "monde d’après" annoncé par tant de prophètes pendant le confinement du printemps 2020 existe déjà. Il ne demande qu’à se déployer pour que les innombrables "utopies locales", porteuses d’une autre manière de produire, de vivre et de consommer, deviennent la norme de l’économie de demain. Ce monde d’après est en grande partie mis en musique par des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Cette foule d’initiatives citoyennes défriche les possibles et construit des solutions écologiques et solidaires face aux besoins et aux aspirations des habitants. Pôles territoriaux de coopération économique, tiers-lieux, revenu de transition écologique, énergies citoyennes, foncières solidaires, mobilités partagées : les expérimentations des associations, coopératives, mutuelles, fondations et autres entreprises sociales se multiplient dans les territoires. Elles ouvrent la voie à une "société post-croissance", une société où primerait la finalité du bien-vivre. (Résumé d’éditeur).
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84538

L’exemplarité dans l’économie sociale et solidaire : initiatives inspirantes et modèles novateurs
COMBES-JORET, Monique, LETHIELLEUX, Laëtitia - REIMS : PRESSES UNIVERSITAIRES DE REIMS (EPURE), 2020, 344 P.
Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’économie sociale et solidaire était présentée comme une sorte d’économie alternative peu développée. Face à l’incapacité de l’économie dominante à apporter des réponses à la crise écologique et aux crises sociales, elle est désormais perçue comme une réponse possible aux problèmes sociétaux et comme un fondement indispensable de la rénovation de la vie économique. L’ESS est aujourd’hui confrontée à trois défis. Le premier est politique : elle doit passer à la conception d’une politique de développement. Le second défi est celui de la révolution technologique qui fait naître une nouvelle sociabilité et constitue de nouveaux pouvoirs. Le troisième défi est celui de l’écologie. L’ESS peut-elle se développer sans augmenter son impact sur l’environnement ? Les défis ne sont pas encore complètement relevés. Mais les acteur·rices de l’ESS font preuve d’inventivité et trouvent de nouvelles voies pour gérer le rapport au travail, fixer de nouveaux modes d’exercices du pouvoir, etc. Les expériences présentées dans cet ouvrage attestent de l’innovation et de la vitalité de l’ESS qui refuse de subordonner les relations sociales et culturelles à des finalités économiques et commerciales.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84571

Du social business à l’économie solidaire
JUAN, Maïté, LAVILLE, Jean-Louis ; SUBIRATS, Joan - TOULOUSE : ÉRÈS, 2020, 331 P.
"L’innovation sociale est partout considérée comme vertueuse mais cet éloge unanime ne saurait faire illusion. Elle regroupe en fait un ensemble de pratiques très diversifiées, voire divergentes. Deux approches contrastées sont ici dégagées : la première qualifiée de social business se contente d’une amélioration du modèle économique dominant, l’innovation s’inscrivant dans une perspective réparatrice et fonctionnelle ; la seconde, du côté de l’économie solidaire, a pour horizon une démocratisation de la société.
Cet ouvrage propose un bilan inédit du social business (Amérique, Asie, Europe) qui a pris l’ascendant dans différents continents alors que les effets de réalisations restent difficiles à cerner.
S’éloignant du discours dominant, il met aussi en lumière les multiples innovations citoyennes qui s’attaquent à des problèmes structurels affectant le quotidien des populations. Dans ces dynamiques de politisation ordinaire, les habitants retrouvent un pouvoir d’agir. Certaines collectivités locales commencent à les soutenir, à l’instar de la mairie de Barcelone dont l’expérience primaire de municipalisme valorise les communs autant que les alliances entre acteur·rices, chercheur·ses et responsables politiques." (Résumé de l’éditeur).
Dans la Ritimothèque :https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=78314

Souffrance en milieu engagé
RUSSO, Pascale, Dominique PARIS : FAUBOURG, 2020, 177 P.
En 2016, le secteur de l’économie sociale et solidaire employait 2,4 millions de salarié·es. Qu’en est-il de la réalité du traitement des ressources humaines dans les entreprises de ce secteur ? Les valeurs affichées sont-elles mises en pratique en interne ? Très investi·es dans leur travail, les salarié·s peuvent avoir des difficultés à établir la frontière entre vie professionnelle et vie privée. La souffrance au travail peut prendre le pas sur le sens de l’engagement. L’auteure a mené son enquête dans de grandes associations telles qu’Emmaüs, France terre d’asile et le groupe SOS ou dans des mutuelles pour comprendre ce qui pouvait les conduire dans une organisation du travail nuisible aux salarié·es.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=78743

Les trois visages de l’économie sociale et solidaire : institutionnalisations, trajectoires, territoires
DUVERGER, Timothée, ITÇAINA, Xabier ; LAFORE, Robert - BORDEAUX : LE BORD DE L’EAU, 2020, 165 P.
Il n’est pas aisé de définir l’économie sociale et solidaire (ESS) et d’en saisir la nature. Les auteurs partent de l’hypothèse qu’elle est relativement indéfinissable et qu’il s’agit plutôt d’une notion, mais pas d’un concept. Pour le démontrer, ils s’appuient sur trois approches distinctes : en premier lieu, l’ESS résulte d’un phénomène d’institutionnalisation et se réfère à un contexte politique, social et économique ; en second lieu, c’est un processus ancré dans des logiques d’innovations et d’expériences ; en troisième lieu, elle s’inscrit dans des territoires.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84376

Les circuits courts alimentaires : Entre marché et innovation sociale
CHIFFOLEAU, Yuna TOULOUSE : ÉRÈS, 2019, 174 P.
Les circuits courts alimentaires (CCA), en France, sont en plein renouvellement depuis la fin des années 1990. Cet ouvrage en quatre partie décrit un phénomène foisonnant encore largement méconnu. La première partie en retrace l’histoire en France, de leurs racines précapitalistes à leur renouveau actuel. La deuxième partie dresse un bilan (provisoire) des circuits courts alimentaires, qui met à disposition du lecteur un compte rendunuancé de leurs potentialités et limites. Les deux dernières parties, plus succinctes, positionnent successivement les CCA dans les alternatives au modèle agro-industriel, puis dans une perspective théorique (économie collaborative, innovation sociale...).
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76278

Les communs, un nouveau regard sur l’économie sociale et solidaire ?
FERRATON, Cyrille, VALLADE, Delphine - MONTPELLIER : PRESSES UNIVERSITAIRES DE LA MEDITERRANEE (PULM), 2019/06, 249 P.
Elinor OSTROM, et plus généralement l’École de Bloomington, ont décrit les modes d’appropriation et d’accès qui font figure d’alternatives à la propriété privée et entre autres les "communs". Les coordinateurs de cet ouvrage collectif lisent par extension dans ces communs des mouvements de résistance à la propriété privée capitaliste. Ils y voient aussi la recherche de formes démocratiques nouvelles dont l’émergence contribuera à répondre aux enjeux planétaires actuels. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’économie sociale et solidaire, avec l’ambition de l’approfondir et le renouveler. Les auteurs apportent leur contribution à la définition d’une "nouvelle économie", nourrie d’initiatives citoyennes et d’innovation sociale et démocratique.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=79564

L’économie sociale et solidaire : De ses fondements à son "à venir"
GLEMAIN, Pascal - RENNES : APOGÉE, 2019/04, 117 P.
L’économie sociale et solidaire a suscité de nombreuses publications. Mais est-ce un secteur économique à part entière ou n’est-ce qu’un espace de militantisme alternatif ? Elle relève à la fois d’une dimension politique qui regroupe l’utilité sociale, la solidarité et la gouvernance démocratique et d’une dimension économique et gestionnaire pour devenir un modèle socio-économique. Directeur du master "Economie sociale et solidaire" de l’Université Rennes 2, l’auteur propose les résultats de son expérience et de ses analyses critiques sur cette économie d’altérité(s) qui présente un intérêt certain dans un contexte économique ébranlé.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=77934

Les modèles socio-économiques associatifs
BUCOLO, Elisabetta, EYNAUD, Philippe ; GARDIN, Laurent - PARIS : INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE ET DE L’EDUCATION POPULAIRE (INJEP), 2019/10, 112 P.
Les modèles socio-économiques des associations font l’objet de débats, en raison de la crise économique, du recul de l’État-providence et de l’extension du libéralisme. Les controverses se limitent généralement à une approche État-marché qui ne prend pas en compte l’originalité du fait associatif et qui aborde l’économie des associations par l’analyse des subventions. En parallèle, des études cherchent à mieux cerner la richesse (peu évaluée) que représente le bénévolat dans les budgets associatifs, en tentant de le valoriser monétairement. Or les modèles socio-économiques associatifs ont connu une forte évolution au cours des trente dernières années, due à la conjonction de deux phénomènes : la montée en puissance du modèle entrepreneurial et l’endettement croissant des États impliquant une diminution des prestations associées à l’État-providence. En conséquence, l’entrepreneuriat social favorise la professionnalisation du secteur social, qui s’inspire des "recettes gestionnaires" issues des entreprises. D’une part, cette marchandisation croissante du modèle associatif questionne certain·es acteur·rices, qui ne se reconnaissent pas dans ces évolutions tendant à invisibiliser les initiatives citoyennes. D’autre part, ces évolutions s’inscrivent dans le sillage de l’économie sociale et solidaire qui invente des modèles sociaux alternatifs, comme ceux des communs. La démultiplication de ces acteur·rices montre la vitalité du milieu associatif, notamment dans les territoires, dont l’articulation des différents échelons est nécessaire à la co-construction des politiques publiques.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=80382

Tout savoir et tout comprendre sur la loi Économie Sociale et Solidaire
2019/08, 16 P.
Brochure en téléchargement dans un dossier de la Mutualité Française.
Présentation de la loi du 31 juillet 2014.
En ligne : https://sud.mutualite.fr/dossiers/dossier-tout-savoir-sur-leconomie-sociale-et-solidaire-ess/

La loi sur l’économie sociale et solidaire : Points de RepèrESS
2019/07, non paginé.
Le 21 juillet 2014, l’Assemblée nationale a adopté la loi sur l’ESS, après 2 ans de réflexions, consultations et débats avec les acteurs. Ce document est édité par le Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire (RTES) qui réunit aujourd’hui plus de 130 collectivités, régions, départements, intercommunalités et communes. Il présente les principales dispositions de cette loi, et notamment celles qui concernent particulièrement les collectivités. Il dresse les effets attendus par cette loi qui conforte la place de l’ESS comme modèle socio-économique porteur d’innovation de solidarité, de coopération et de citoyenneté économique.
En ligne : https://www.rtes.fr/system/files/inline-files/PtdeReperESS_LoiESS_Web.pdf

Dictionnaire des biens communs
CORNU, Marie, ORSI, Fabienne ; ROCHFELD, Judith - PARIS : PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE (PUF), 2018/08, 1280 P.
"Que sont les "communs", les "biens communs", les "patrimoines communs", les "choses communes" ? Ces notions sont fortement mobilisées aujourd’hui dans nombre de disciplines des sciences sociales et actions de citoyens. Leur poussée traduit une évolution des pratiques sociales : sous la pression de la crise écologique et de la transformation numérique notamment, les biens seraient davantage mis en partage. Logiciel libre, encyclopédie et habitat participatif, vélos ou voitures en usage successif, entreprise qui serait le "bien commun" de toutes les parties prenantes : les notions des communs intéressent les domaines de la culture, de la protection de l’environnement, de l’urbanisme, de la santé, de l’innovation, du travail, etc." (Résumé de l’éditeur).
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74467
 
Économie sociale et Social Business ?
GLEMAIN, Pascal, RICHEZ-BATTESTI, Nadine - PARIS : L’HARMATTAN, 2018, 223 P.
L’« entreprise sociale » et sa version anglophone du Social Business n’est pas un phénomène nouveau. Il prend une dimension plus radicale et plus polarisée avec les débats contemporains sur l’entreprise, sur les modes renouvelés de production et de gouvernance de biens et services sociaux et sur la diffusion de normes managériales issues du secteur privé lucratif. Le désistement des acteurs publics conduit à des dérives liées à la marchandisation du social. Les innovations sociales et les outils de financement de l’« économie sociale et solidaire » (fonds de dotation, finance participative...) sont fragiles, mais leurs enjeux en matière d’emploi, de revenu et d’activité demeurent colossaux. Dans un contexte d’incertitude radicale, l’« économie sociale et solidaire » (comme l’entreprise sociale) n’échappe pas aux ambiguïtés des régulations émergentes et aux transformations massives de son écosystème. Les entreprises qui l’animent évoluent autant que les modèles financiers qui la soutiennent. Ce numéro de Marché et Organisations aborde conjointement le renouveau des modes d’entreprendre et d’innover, et des modes de financement affectant directement ou indirectement l’« économie sociale et solidaire ». (Résumé de l’éditeur).
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=84893

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires
VERSCHUUR, Christine, GUERIN, Isabelle ; HILLENKAMP, Isabelle - PARIS : L’HARMATTAN, 2018, 411 P.
De multiples initiatives existent de par le monde pour construire des alternatives (cantines populaires, jardins de quartier, crèches communautaires, etc.), inventer de nouveaux rapports sociaux, bâtir une économie citoyenne qui ne soient pas au service du profit, mais basés sur la solidarité et l’intérêt collectif. Mais l’économie sociale et solidaire est-elle seulement un palliatif aux effets négatifs de l’économie néolibérale ou ouvre-t-elle de réelles possibilités d’émancipation ? Peu de livres s’intéressent à la place du genre dans l’économie sociale et solidaire. Ce numéro propose de croiser les regards de l’économie sociale et solidaire et des études féministes. Ces dernières peuvent contribuer à la construction d’une économie solidaire, féministe et transformatrice, empreinte de justice sociale.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=76525

Économie sociale et solidaire : Socioéconomie du 3e secteur
DEFOURNY, Jacques, NYSSENS, Marthe - LOUVAIN LA NEUVE (BELGIQUE) : DE BOECK SUPERIEUR, 2017, 443 P.
L’économie sociale et solidaire représente aujourd’hui près de 15 % de l’emploi salarié et des millions de volontaires. Elle apporte des réponses, encore partielles parfois, à de nombreux défis. Les coordinateurs de cet ouvrage ont fait appel à une dizaine des meilleurs spécialistes francophones de ce 3e secteur –les deux premiers étant le secteur privé de type capitaliste et le secteur public- de l’économie pour qu’ils livrent leurs connaissances actuelles et leur approche socioéconomique de ce sujet. La première partie, appelée "fondements", passe en revue les acteurs et les formes d’organisation de l’ESS. La seconde partie, intitulée "Enjeux", est consacrée à des questions transversales sur le sujet : les statistiques, les politiques publiques, les formes de gouvernance, la performance économique et sociale.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=73346 

Histoires d’économie sociale et solidaire
DRAPERI, Jean-François PARIS : LES PETITS MATINS, 2017, 204 P.
L’auteur a rassemblé des histoires plurielles de l’économie sociale et solidaire depuis les prémisses en 1848 avec les premiers ouvriers qualifiés qui se sont réunis en associations coopératives, mutualistes et syndicales, jusqu’aux enjeux contemporains de l’ESS. Les utopies, les projets, les conquêtes sociales ont jalonné cette riche histoire de l’ESS, en France, mais aussi en Angleterre, en Inde, au Japon, à contre-courant de l’économie dominante pour privilégier l’humain avant le profit.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=73570

Sophie Swaton : un revenu de transition écologique scellerait l’union de l’écologie politique avec l’économie sociale et solidaire
SWATON, Sophie - In : LA REVUE DURABLE, été-automne 2017 (01/09/2017), N°59, P. 7-11
L’économie sociale est née avec la révolution industrielle. L’écologie politique débute dans les années 1970. Devenue "Économie Sociale et Solidaire" l’ESS se rapproche actuellement de l’écologie politique. Le creusement des inégalités va de pair avec la catastrophe écologique, fruit pourri de la croissance. L’ESS et l’écologie politique convergent pour sortir de la triple misère économique, sociale et écologique, se fondant sur la coopération plutôt que la compétition et sur l’éthique délibérative. L’auteur propose un "revenu de transition écologique" (RTE) plutôt qu’un revenu de base inconditionnel. Il serait conditionné à une implication dans la durabilité. Il s’agit de participer à la transition pour réduire l’empreinte écologique de la planète.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=73227

L’économie sociale et solidaire : Pratiques, théories, débats
LAVILLE, Jean-Louis - PARIS : POINTS, 2016/08, 461 P.
Version revue et augmentée de l’ouvrage paru en 2010 sous le titre "Politique de l’association".
L’auteur retrace les histoires américaines et européennes de l’associationnisme ("projet constitué à partir des actions collectives mises en oeuvre par des citoyens libres et égaux se référant à un bien commun"), étape importante pour comprendre les enjeux actuels de l’économie sociale et solidaire. Il explique les débats théoriques entre les tenants du tiers secteur, de l’économie sociale et de l’économie solidaire au Sud comme au Nord.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=74385

L’économie sociale et solidaire en Afrique
NIYONKURU, Deogratias FALL, Abdou Salam ; FAYE, Cheikhou Oumar ; TOUHAMI, Abdelkhalek - In : ALTERNATIVES SUD, 2e trimestre 2015 (01/06/2015), VOL. 22-2015/2, P. 109-154
Dans les pays africains, l’extrême pauvreté des populations et les fortes inégalités sociales ont fait naître des entreprises d’économie sociale et solidaire d’initiatives privées ou publiques. Au Burundi, elles couvrent un secteur assez large, mais l’absence d’un cadre juridique, le poids excessif de l’aide, les rivalités entre structures sont des obstacles à la consolidation de ces pratiques. Au Sénégal, des dynamiques communautaires et de solidarité active ont été développées pour réduire la pauvreté. Le potentiel du mouvement coopératif est réel, mais les contraintes qui pèsent sur lui en freinent le développement. L’économie sociale et solidaire a connu un développement remarquable ces dernières années au Maroc. Les pouvoirs publics se sont beaucoup investis dans sa promotion et son encadrement. Ils y voient un moyen de combler les inégalités sociales. Mais cela comporte une dépendance excessive aux subventions publiques, des risques de récupération politique et une conception instrumentale du secteur.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=65992

L’économie sociale et solidaire en Amérique latine
QUIROGA DIAZ, Natalia GAIGER, Luiz Inacio ; WANDERLEY, Fernanda ; ELIE, Jean-Rénol
In : ALTERNATIVES SUD, 2e trimestre 2015 (01/06/2015), VOL. 22-2015/2, P. 27-106
En Amérique latine, la perspective des économies populaires et sociales a ébranlé le paradigme individualiste de l’approche néolibérale et s’est fixé pour objectif principal la satisfaction des besoins collectifs. Les économies féministes, sociales et populaires soulignent l’importance des activités non marchandes ainsi que la prise en compte des différents besoins et contributions des femmes et des hommes. Ces activités comprennent par exemple les espaces liés aux services domestiques et aux activités de reproduction. On découvre ainsi la pluralité de pratiques économiques fondées sur des dimensions ethniques, territoriales et de genre (cf cas de la Colombie). Au Brésil, deux instruments récents ont permis de dresser un panorama général de l’économie solidaire et du profil des entreprises actives dans ce secteur. Il s’agit de deux cartographies établies par des instituts publics. En Bolivie, la Constitution de 2009, a instauré un État plurinational et un modèle d’économie plurielle. Mais de profondes divergences subsistent en matière de projets de développement et d’intérêts économiques au sein de la société bolivienne. Des "sociétés de moitié" aux mutuelles de solidarité, l’économie sociale et solidaire en milieu rural haïtien, compose une mosaïque vaste et complexe. Les initiatives viennent de l’État, des Églises ou des ONG. Les aspects contraignants de la structure agraire en limitent la portée.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=65962

L’économie sociale et solidaire en Asie
MUKHERJEE-REED, Ananya YU, Xiaomin - In : ALTERNATIVES SUD, 2e trimestre 2015 (01/06/2015), VOL. 22-2015/2, P. 157-192
L’État du Kerala a mis sur pied un programme ambitieux de lutte contre la pauvreté, ancré dans la démocratie locale et participative. Des milliers de femmes marginalisées participent au Kudumbashree. C’est une avancée indéniable, mais il faudrait beaucoup de ces initiatives collectives pour assurer la justice sociale dans cet État de l’Inde méridionale. Les entreprises sociales chinoises ont émergé dans un contexte de transition vers l’économie de marché. Elles sont très différentes de celles qui existent ailleurs. Leur cadre légal et institutionnel est insuffisant.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=65993

L’économie solidaire : une perspective internationale
LAVILLE, Jean-Louis - PARIS : FAYARD, 2013/09, 383 P.
Une contribution sur le fond ainsi que sur les formes appliquées d’une économie souhaitant remettre l’homme au cœur de ses préoccupations. A ce tour d’horizon des pratiques sur différents continents, notamment en Amérique latine, viennent s’ajouter les problématiques liées à la mise en réseau à l’échelle internationale et à la place de l’Etat ; avec la conviction que les enjeux d’une recomposition des rapports entre économie et social concernent tant l’action publique que la justice et l’égalité entre les sexes.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=77780

Godin, inventeur de l’économie sociale
DRAPERI, Jean-François - VALENCE : REPAS, 2012, 195 P.
"Ce livre est destiné à celles et à ceux qui souhaitent mieux connaître l’œuvre de Jean-Baptiste André Godin et laisser l’expérience familistérienne interroger leur vie." Le Familistère, coopérative d’habitat, de production et de consommation en lien avec un ensemble de mutuelles et d’associations, est un modèle architectural et organisationnel remarquable du XIXème siècle fondé par Jean-Baptiste André Godin. Son œuvre, méconnue, renvoie pour certains à un utopisme dépassé, alors qu’elle est avant toute chose une expérimentation. Godin est une figure majeure et méconnue de la pensée économique et sociale du XIXe siècle, aujourd’hui d’une actualité étonnante. Il a contribué à l’émergence d’une pensée et d’une pratique d’économie sociale. Afin de prendre la mesure de ce que représente le Familistère, il faut le replacer face au problème qu’il veut résoudre : "la misère du peuple".
La pensée de Godin s’articule autour de trois initiatives : la mutualité, d’intérêt général - la coopération, outil majeur de développement de l’économie sociale - l’association, qui est l’institution globale des deux autres. La conception économique et sociale (largement ignorée) de Godin s’est construite par la confrontation permanente d’idéaux humanistes à une expérience remarquable.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=55798

L’économie sociale et solidaire : une réponse à la crise ?
DRAPERI, Jean-François - MALAKOFF : DUNOD, 2011/10, 281 P.
L’auteur pose la question fondamentale d’un changement de paradigme économique, où une économie moins inégalitaire et moins destructrice renforcerait le lien social mis en péril par la concurrence économique exacerbée avec la mondialisation. Toutefois, pour envisager une alternative crédible au capitalisme, il convient d’élaborer une théorie générale distincte du libéralisme, qui constituerait une vision altermondialiste. Cet ouvrage n’a pas l’ambition de produire cette théorie, mais de mesurer les limites de l’économie sociale et solidaire, de présenter des pistes pour une critique du capitalisme, puis de susciter une mise en question radicale du système économique mondial actuel, en proposant des voies de réflexion citoyenne et d’action générale.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=55645

L’alter-économie : quelle autre mondialisation ? CAILLÉ, Alain- PARIS : LA DECOUVERTE, 2003/01, 431 P.
Un autre monde est-il possible sans une autre économie ? Et cette visée d’une alter-économie est-elle plausible ? L’économie alternative dans ses diverses modalités constitue-t-elle une alternative économique véritable au capitalisme ? Telles sont les questions qu’affronte cet ouvrage en mêlant le récit et l’analyse de multiples expériences à une discussion proprement théorique bien nécessaire.
Dans la Ritimothèque : https://www.ritimo.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=32858