Accueil > S’informer > Dossiers > Commerce équitable : quelle réponse aux défis sociaux et environnementaux (...) > Des producteurs partenaires

Dossier Commerce équitable : quelle réponse aux défis sociaux et environnementaux ?

Des producteurs partenaires

, par CDTM de Paris

Les petits producteurs sont en grande majorité des agriculteurs, cultivant de petites parcelles, éloignées, voire très éloignées de tout accès au marché pour des raisons matérielles et/ou de connaissance du marché. Ce sont aussi des groupes d’artisans marginalisés dans leur contexte local (femmes seules, personnes déplacées…).

Dans les pays du Nord, le contexte est un peu différent, les partenaires de commerce équitable sont souvent des petits agriculteurs écrasés par une économie productiviste et/ou ayant fait le choix d’une production à échelle humaine et dans le respect de l’environnement. Tous ont en commun la volonté de vivre de leur travail. On estime que le secteur de l’équitable, dans les pays du Sud, concerne environ 1,5 million de producteurs qui font vivre 10 millions de personnes.

Afin d’évaluer les impacts du commerce équitable sur les groupes de producteurs, des expertises sont régulièrement menées. On constate, en règle générale, que les paysans et artisans ont gagné une meilleure sécurité financière surtout lorsque les cours des matières premières baissent. Ils peuvent vivre correctement de leur activité rurale ou artisanale et ne sont pas tentés par une migration urbaine, voire un exode plus lointain. Ces groupes ont surtout réussi à améliorer leurs capacités organisationnelle, technique, sociale et politique. Ils ont développé une autonomie, accèdent davantage à l’information et sont donc mieux armés face au marché. L’exigence d’un fonctionnement démocratique profite en priorité aux femmes qui ont acquis une place et des compétences reconnues par la communauté, même si la lutte contre les discriminations reste un combat permanent.

La prime de développement prévue pour les producteurs par le cahier des charges du commerce équitable est destinée à l’amélioration des conditions de vie de la communauté comme, par exemple, la création d’une école, d’un dispensaire, l’accès à l’eau ou l’amélioration des moyens de communication. Cette prime, élément original du mouvement équitable, est un pilier de la lutte contre la pauvreté.

Bien souvent, les organisations de commerce équitable ne se limitent pas à trouver des débouchés pour les produits équitables. Elles sont aussi une aide aux petits producteurs sur le plan technique et commercial. C’est ainsi, par exemple, que Fairtrade International [1], en lien avec d’autres organisations, aide les caféiculteurs d’Amérique du Sud à s’adapter au changement climatique affectant leur production. Et l’organisme belge Trade for Development Centre accompagne les associations berbères, dans le sud marocain, pour la phase marketing de leur récolte d’argan dans l’objectif d’améliorer sensiblement leurs revenus.

Dans le commerce équitable, la relation commerciale est basée sur un partenariat de longue durée. Les producteurs sont donc des partenaires et non des bénéficiaires d’un système. C’est pourquoi les producteurs du Sud participent, à parité, avec les acteurs du Nord, aux instances décisionnelles de Fairtrade International. Quant à WFTO [2], World Fair Trade Organization, il regroupe plus de producteurs du Sud que d’acteurs du Nord.

Notes

[1Fairtrade International gère au niveau mondial la promotion du commerce équitable et tout particulièrement le système de certification

[2WFTO est une organisation mondiale regroupant les structures de commerce équitable.

Infos complémentaires

Provenance ritimo

Type de document article