La terre est à nous ! Pour la fonction sociale du logement et du foncier, résistances et alternatives

Les articles

Les terres palestiniennes comme principal axe de conflit face à l’occupation et au colonialisme

, par ABU RAMADAN Muhsin

Lorsque les Nations Unies ont accepté la candidature de l’État d’Israël comme membre en 1948, l’accord passé stipulait qu’Israël devait appliquer le droit au retour des réfugiés palestiniens ; comme l’Assemblée Générale de l’ONU l’a affirmé dans sa résolution 194 [1]. Ceci faisait suite à la résolution 181 de l’AG de l’ONU portant sur la partition de la Palestine de 1947 [2], qui proposait d’établir un État juif sur 56 % de la Palestine et un État arabe sur 44 % du territoire, dans le cadre d’une union économique du pays. L’établissement de l’État d’Israël a certainement mené à une dispersion du peuple palestinien, le déplaçant vers la Cisjordanie et la Bande de Gaza, territoires palestiniens historiques, sans compter la population réfugiée et exilée dans les pays arabes et ailleurs. Par la suite, en juin 1967, Israël a mené une attaque contre les pays arabes qui a entraîné l’occupation du reste des territoires palestiniens (la Cisjordanie, alors administrée par le Royaume hachémite de Jordanie, la Bande de Gaza, sous administration égyptienne) et de terres appartenant à l’Égypte, la Syrie et le Liban.

En 1994, Israël a permis l’établissement de l’Autorité nationale palestinienne en tant qu’administration autonome, afin de réduire la charge de l’occupation dans le cadre d’une application de jure de la quatrième Convention de Genève. Aujourd’hui, une large part de la responsabilité administrative des territoires palestiniens repose sur l’Autorité palestinienne et des donateur internationaux. L’État d’Israël a tiré parti des négociations portant sur le « statut final » avec l’Autorité palestinienne, les utilisant pour couvrir son imposition de faits sur le terrain, en poursuivant et étendant ses activités de colonisation, en confisquant des terres, en judaïsant Jérusalem, en établissant un système d’enclaves et de cantons afin de contenir les populations palestiniennes, et en construisant un mur de séparation le long de la Cisjordanie.

Au cours de la première décennie du « processus d’Oslo », Israël avait déjà doublé la superficie des terres confisquées à des fins d’installation de colonies juives en Cisjordanie, et également doublé le nombre de colons juifs résidant dans ces zones [3]. Aujourd’hui, ces colonies sont au moins au nombre de 268, avec plus de 670 000 colons y résidant [4]. Parallèlement, Israël a pris le contrôle de la Vallée du Jourdain, dont le territoire représente environ 23 % de la Cisjordanie et constitue la manne agricole des Palestiniens assurant leur sécurité alimentaire. Israël a également mis la main sur les nappes aquifères, qui comptent pour environ 80 % de l’eau en Cisjordanie et 86 % sur le plateau du Golan. Par conséquent, un résident palestinien de Cisjordanie consomme 1/15e du volume d’eau dont dispose un colon israélien qui vit dans une colonie établie illégalement dans cette région. [5]

Israël persiste à fragiliser l’idée d’un État palestinien indépendant en séparant Gaza de la Cisjordanie et en établissant des colonies. De la même manière, Israël emprisonne les communautés palestiniennes dans des ghettos situés sur une superficie qui ne dépasse pas 58 % des terres occupées en 1967, à savoir seulement 22 % de la Palestine historique. Le blocus israélien de la bande de Gaza s’est poursuivi même après la mise en œuvre par Israël de son plan de désengagement en 2005. Israël déploie de plus de brutales forces d’occupation afin de contrôler ladite « zone tampon », une zone d’accès limité s’étendant sur environ 500m2 au niveau des frontières nord et est de la bande de Gaza. De même, les pêcheurs palestiniens ne sont pas autorisés à pêcher, mis à part dans une zone spécifique n’excédant pas trois milles nautiques de la côte. Ceci participe d’une politique de harcèlement des fermiers et pêcheurs palestiniens, qui nuit à la sécurité alimentaire de la population.

Le conflit relatif aux terres et ressources palestiniennes se traduit par la confrontation de la population à un colonialisme expansionniste qui vise à marginaliser et appauvrir le peuple palestinien. Cette méthodologie d’occupation a pour objectif d’approfondir la dépendance des Palestiniens envers l’économie d’occupation et l’aide internationale ; elle anéantit les dynamiques locales de développement et épuise la viabilité et vitalité économiques nécessaires à l’établissement d’un État indépendant selon les frontières de juin 1967, comme le prônent chaque année les résolutions de l’ONU.

Des citoyens arabo-bédouins ont subi des expulsions forcées, des transferts de population, des démolitions de maisons et villages entiers et des confiscations de terres / Crédit photo : HLRN