Les femmes construisent la souveraineté alimentaire en Afrique

, par SANNI Sefu

Sefu Sani, de la Marche Mondiale des Femmes au Kenya, parle de ce qui est nécessaire pour que les pays africains atteignent la souveraineté alimentaire.

Coopérative de femmes dans la commune de Yoko, au Cameroun. Photo
UN Women (CC BY-NC-ND 2.0)

Vous êtes-vous déjà retrouvée à la maison à choisir votre repas pour le dîner ? Vous décidez en fonction de ce que vous avez et de ce que vous aimez, et aussi de ce que vous avez le plus envie de manger, n’est-ce pas ? Dans les régions considérées comme des « granges » au Kenya, au Nigeria, au Cameroun, en Ouganda et dans de nombreux autres pays africains, la récolte est abondante et la population peut choisir ses aliments préférés, à produire et à consommer, en fonction de sa culture, de sa nature et de son organisation.

Matoke (banane plantain verte) en Ouganda, fufu (igname pétrie au Nigeria), ugali (bouillie de farine de maïs au Kenya), il existe de nombreux aliments de base dans les différentes parties de l’Afrique. La capacité de choisir ce qu’il faut cultiver et produire en tenant compte de sa culture et de son palais est la souveraineté alimentaire. Il y a une énorme différence - bien que directement liée - avec la sécurité alimentaire, qui signifie essentiellement avoir de la nourriture pour échapper à la famine, même si vous ne pouvez pas la choisir, comme c’est le cas pour les dons dans les zones sujettes à la sécheresse. Dans ces cas, la population touchée ne peut pas choisir sa nourriture, même si elle dispose de provisions pour continuer à vivre. C’est à l’État de garantir la capacité de se nourrir même si la nourriture n’est pas choisie ou liée à la culture, simplement pour la survie.

Dans le contexte africain, lorsqu’il s’agit d’alimentation et de nutrition, les femmes entrent en jeu.
En effet, dans la plupart des sociétés africaines, si ce n’est toutes, les femmes sont chargées de cultiver la terre et de fournir de la nourriture et de la nutrition à leur famille et, plus largement, à leur communauté.

Ces dernières années, certains de ces aspects ont changé avec la sensibilisation, l’urbanisation, le niveau d’éducation et même les intérêts commerciaux, c’est-à-dire l’émergence de la production alimentaire en tant qu’activité commerciale. Cela a entraîné la participation de toutes sortes de personnes et l’utilisation de machines et de produits chimiques dans la production alimentaire, ce qui a réduit le travail humain et n’a pas ou peu renforcé l’autonomie économique de la plupart des familles. Mais dans les régions rurales d’Afrique, la majeure partie du travail est encore à la charge des femmes.

Dans le contexte de la croissance des villes et de l’urbanisation en Afrique, les zones rurales sont responsables de la production des aliments consommés dans les zones urbaines, car elles disposent de grandes étendues de terre, contrairement aux villes, qui sont encombrées de bâtiments et de maisons. Le sol des campagnes est fertile et abondant, contrairement à celui des villes, où la pollution et les déchets le dégradent.

Mais un problème majeur dans les zones rurales est la "fuite des cerveaux", c’est-à-dire la migration d’une grande partie de la population - principalement des jeunes, la plus grande main-d’œuvre - vers les villes à la recherche de "cols blancs". Dans ce processus, seules les personnes âgées et les personnes plus affaiblies ou handicapées restent dans les zones rurales, incapables de travailler dans la production alimentaire. C’est pourquoi de nombreux pays africains ont décidé d’importer des denrées alimentaires en provenance d’autres pays.

La convergence entre la crise climatique et l’augmentation des importations alimentaires en Afrique crée les conditions d’un désastre. Si des mesures ne sont pas prises pour mettre en place des systèmes alimentaires locaux et pour inverser la dépendance croissante à l’égard des importations de céréales et d’autres produits de base, les crises alimentaires comme celle de 2007-2008, qui a donné lieu à de grandes manifestations sur tout le continent, se reproduiront et seront encore plus graves.

Avec la famine qui se développe dans la plupart des régions d’Afrique, il est important que les populations locales soient en mesure de contrôler la production alimentaire pour assurer leur autosuffisance. Avec l’accès à la terre, à l’eau, aux semences et aux moyens de production, ainsi qu’un contrôle équitable des marchés locaux et internationaux, elles produisent des bénéfices économiques. Les Israéliens, les Arabes et la majorité de la population des pays du Moyen-Orient vivent dans un désert, mais ont réussi à améliorer leur autosuffisance et leur production alimentaire pour répondre à leurs propres besoins. Dans le nord du Kenya et la vallée du Grand Rift, par exemple, les gens meurent de faim chaque année, tandis que le Liban, comme d’autres pays du Moyen-Orient, importe des terres des mêmes régions du Kenya frappées par la sécheresse pour développer des activités agricoles.

Les prévisions concernant l’approvisionnement alimentaire de l’Afrique dans les prochaines décennies sont préoccupantes. Le continent devra augmenter son approvisionnement alimentaire pour suivre la croissance démographique et les projets des Nations unies devraient passer de 1,2 à 1,7 milliard de dollars au cours des dix prochaines années. Mais à mesure que la demande augmentera, les effets croissants du changement climatique rendront la production sur le continent encore plus difficile. On estime que le réchauffement climatique pourrait réduire la production alimentaire totale de l’Afrique de 10 à 20 %.

Dans tous ces aspects, nous constatons que la dépendance excessive de la ville par rapport à la campagne pour la production alimentaire, la migration de la majeure partie de la main-d’œuvre vers les zones urbaines à la recherche d’emplois de cols blancs et l’idée que l’agriculture est une activité "arriérée", "indigne" ou "arriérée", le changement climatique et l’ignorance des méthodes agricoles modernes entraînent une immense inégalité dans les régions céréalières de nombreux pays africains et l’incapacité à atteindre la souveraineté alimentaire dans de nombreuses régions du continent.

Cela dit, il convient de noter que malgré tous ces obstacles et difficultés, certaines régions d’Afrique sont plus proches de la souveraineté alimentaire et donc, presque par effet domino, de la sécurité alimentaire également. Malheureusement, elles ne sont pas la majorité. Chaque année, le continent gagne 3,2 milliards de dollars en café et en cacao. Chaque année, l’Allemagne gagne à elle seule 4 milliards de dollars grâce à la réexportation de produits de café et de cacao importés d’Afrique. L’Afrique a besoin de dirigeants qui ne se contentent pas de vendre la production de leur pays, mais qui pensent à une économie au service de la vie des gens.

L’Afrique a un grand potentiel pour atteindre la souveraineté alimentaire dans toutes ses régions et, en même temps, pour construire l’organisation féministe et le pouvoir des peuples. Bien entendu, cela ne sera possible que si certaines mesures sont prises. Il s’agit notamment de réformes agro-écologiques des systèmes alimentaires visant à assurer une meilleure relation entre le travail et la nature et des améliorations dans la nutrition et la santé des communautés, en particulier les plus pauvres. Elle contribuerait également à prévenir et à combattre des maladies telles que le covid-19 et le cancer, entre autres. La souveraineté alimentaire garantit la diversification des moyens de subsistance et la défense de la dignité et du travail des femmes rurales, qui sont les principales responsables de ce secteur en Afrique. La souveraineté alimentaire fait partie d’un processus radical de plaidoyer et d’autonomisation des populations pour faire revivre le sol et la terre, cultiver des plantations fortes et diversifiées et construire des écosystèmes et des communautés résilients et non exploités. Pour ce faire, nous nous appuyons sur des systèmes de production innovants qui reposent sur des connaissances ancestrales et qui répondent aux besoins nutritionnels, culturels et spirituels du peuple africain.

L’Afrique trouverait ainsi une bonne voie vers la souveraineté alimentaire, qui n’a pas encore été atteinte dans la plupart des continents du monde.

Lire l’article sur capiremov.org

Commentaires

Traduit de l’anglais par Andréia Manfrin.
Cet article a été publié sur le site capiremov.org en français, anglais, espagnol et portugais le 5 janvier 2021 sous licence Creative Commons BY-NC-SA et est republié ici sous les mêmes conditions et non pas selon la licence appliquée à l’ensemble de notre site (CC BY-NC-ND 3.0).