Accueil > S’informer > Articles et traductions > LafargeHolcim au Cameroun : 1# : (...)

LafargeHolcim au Cameroun : 1# : Djoungo sous la poussière d’une multinationale

, par AITEC

L’Aitec publie cette étude alors que cette semaine, du 23 au 27 octobre 2017 les États entameront à Genève des négociations historiques au sein de l’ONU pour l’élaboration d’un traité contraignant relatif aux violations des droits humains par les entreprises multinationales.

Premier chapitre d’une enquête complète sur Cimencam, filiale camerounaise du géant cimentier franco-suisse, cette étude rappelle par les faits le besoin impérieux d’accélérer les efforts de régulation des multinationales, autant sur le plan national qu’international.

L’Aitec s’est intéressée à l’impact de la multinationale sur l’environnement et les riverains à Djoungo, dans l’ouest du Cameroun, où elle exploite une carrière de pouzzolane, un intrant du ciment. L’entreprise ne respecte pas les normes environnementales, et dépasse le niveau autorisé des émissions de poussières (concentration de poussière en moyenne sept fois plus élevée que le minimum autorisé). Elle montre en outre la plus grande négligence à l’égard des normes de sécurité du transport et de suivi de la qualité de l’air et met directement la santé des habitants en danger (infections respiratoires telles que la broncho-pneumonie, la bronchite, la pneumonie, ainsi que la grippe). Cimencam brille évidemment par son opacité et aggrave ainsi ces dangers.
Or face à la négligence de l’entreprise, les cadres légaux sont totalement insuffisants pour neutraliser ces risques, et garantir des dommages aux populations lorsque le mal est fait.

La loi française sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre, promulguée en mars 2017, représente une avancée dans la lutte contre l’impunité des multinationales, et aurait pu être un outil précieux pour limiter les dommages causés par LafargeHolcim au Cameroun. Cependant, suite à la fusion de Lafarge avec Holcim en 2015, Cimencam appartient désormais à un groupe suisse, et non plus français. La loi ne pourra donc s’appliquer, bien que Lafarge ait été la maison mère responsable des actions de Cimencam ces dernières décennies. (...)

Lire l’étude sur le site de l’AITEC

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous