Informer autrement avec les médias alternatifs de Grenoble

Rencontre filmée avec les médias locaux, radios et journaux

, par CIIP

En décembre 2018, la Maison des Associations de Grenoble a présenté une des expositions du réseau ritimo parmi les plus appréciées : "Décryptons l’information !" tirée d’un guide édité sous le titre "S’informer, décrypter, participer !".
Le 19 décembre s’est tenue une table ronde intitulée "Informer autrement, le rôle des médias libres", organisée par le CIIP (Centre d’Information Inter-Peuples, membre du ritimo) et la Maison des Associations de Grenoble.

Le réseau ritimo est né en 1980 sur des questionnements liés à la solidarité internationale et ses modalités d’action avec, parmi ses sujets phares, le thème de l’information.

"S’informer c’est déjà agir", un de ses premiers slogans, marquait déjà l’idée que l’information sur ce qu’on appelait à l’époque le Tiers-monde existait bel et bien mais qu’elle était – volontairement ou non - sous-traitée, maltraitée, voire occultée par les médias dominants.

Ritimo, initié par des associations comme le CIIP, à la fois centre de documentation largement ouvert au public et agissant dans le champ de "l’éducation au développement" (selon le vocabulaire de l’époque), s’est fondé sur une culture du partage, produisant une information alternative et mettant en œuvre l’idée que l’information peut être considérée comme un bien immatériel partageable. Les bouleversements induits par les évolutions des techniques de l’information et la disponibilité de masses de données ont complètement changé la situation : aujourd’hui l’information circule de plus en plus hors professionnels de l’information (journalistes, documentalistes, etc.), avec un système médiatique disqualifié. Cependant la participation de médiateurs alternatifs de l’information (médias libres ou citoyens) est nécessaire ainsi que, dans la mesure où chacun·e est acteur·trice de sa propre information, une éducation à l’information et aux médias pour se construire en tant que citoyen·ne à l’esprit et au sens critique aiguisés. Le guide "S’informer, décrypter, participer !" et l’exposition "Décryptons l’information !" ont été conçus en ce sens.

Les médias alternatifs grenoblois exposent tour à tour à l’assistance leur histoire, leurs objectifs et leurs expériences. Outre leur positionnement dans la manière d’informer autrement, plusieurs soulignent leur action et leur rôle d’éducateur·trice aux médias et à l’information (New’s FM, Radio Campus, Le Crieur de la Villeneuve, Radio Grésivaudan, Clémentine Métenier).

Introduction par Olivier Potet (CIIP) et Bernard Salamand (ritimo)

Farid Boulacel pour "New’s FM", radio locale créée en 1991 par des jeunes d’un quartier populaire d’Échirolles (agglomération grenobloise) : de la "radio pirate" au "média de proximité et de lien social".

Martin Kirchgessner pour "Radio campus Grenoble", dont tout le contenu est fait ou sélectionné par des bénévoles, aucun journaliste (hormis les étudiant·es en école de journalisme).

Benjamin Bultel pour "Le crieur de la Villeneuve", lancé suite à la diffusion d’un reportage d’Envoyé spécial sur France 2 présentant le quartier de la Villeneuve de Grenoble comme un ghetto, avec l’objectif de créer un journal participatif (web et papier) dans lequel les habitant·es puissent donner un contre-discours au discours dominant et donner une autre image de leur quartier.

Éric Labaj pour "Radio Grésivaudan" née en 1981 - avant la loi sur les radios libres - d’un collectif de personnes issues de l’éducation populaire dans le but de créer un média par et pour celles et ceux qui habitent le territoire (habitant·es, structures collectives et institutions).

Stéphane Debusschère pour "RCF" (Radio Chrétienne Francophone) radio locale de proximité associée à un réseau national.

Vincent Peyret pour "Le Postillon" journal papier bimestriel, critique sur l’actualité de "Grenoble & sa cuvette" et l’histoire locale.

Jo Briant pour "Inter-Peuples" journal papier mensuel du CIIP, écho des mobilisations, des actions, des luttes, des solidarités, des initiatives "ici et là-bas".

Clémentine Méténier, journaliste indépendante grenobloise collaborant avec les médias locaux. Le choix d’être journaliste indépendante, alternant projets ancrés dans le territoire et grands reportages radios à l’international.

Extraits des débats avec les assistants.

Commentaires

Réalisateur des vidéos : Khaled Baïtiche (Tchookar).