Honduras, état des lieux dix ans après le coup d’État

, par El Salto Diario , UHARTE Luismi

Le coup d’État du 28 juin 2009 au Honduras contre le président Zelaya a inauguré une série de coups d’État parlementaires contre les gouvernements de l’ère progressiste d’Amérique latine. Lui ont succédé les coups d’État contre Lugo au Paraguay (2012), contre Roussef au Brésil (2016) et celui qui a échoué contre Maduro au Venezuela (2016-2017).

En décembre 2017, des groupes de jeunes furent à l’origine de blocages de routes, de construction de barricades et même, dans certains cas, de pillages sur les routes et dans les rues du pays, tout cela s’inscrivant dans les manifestations contre la fraude électorale. Photo : Ariel Sosa (CC BY-SA 3.0 ES)

La destitution de Zelaya avait pour objectif explicite de faire avorter un processus à l’origine du rejet croissant de l’oligarchie et de l’impérialisme états-unien. Au cours de la première année de son mandat (2006), on ne remarque aucun changement notoire, mais c’est à partir de 2007 qu’un virage est amorcé à travers le rapprochement avec le Venezuela et l’entrée dans Petrocaribe. L’année 2008 sera déterminante puisque Zelaya rejoint l’ALBA (l’Alliance bolivarienne pour les Amériques) en plus d’augmenter le salaire minimum de plus de 60 % et de négocier un décret avec le mouvement paysan pour légaliser l’occupation des terres occupées.

La proposition de consultation populaire de 2009 pour encourager la formation d’une Assemblée constituante sera la goutte d’eau qui fait déborder le vase et servira de justification au coup d’État.

Zelaya, en plus de passer pour un « traître à sa classe » aux yeux des élites du pays, avait tenté de redéfinir le rôle géopolitique assigné historiquement au Honduras (être une plateforme contre-révolutionnaire contre les pays alentours, principalement le Nicaragua et le Salvador), ce qui explique la planification de sa chute par le Pentagone.

Le coup d’État ne s’est pas vraiment fait dans la dentelle : Zelaya a été séquestré à l’aube par des militaires, transféré vers la base américaine de Palmerola (à proximité de Tegucigalpa) et envoyé par avion au Costa Rica. Le lendemain, le Parlement a cherché à légitimer le coup d’État en présentant une prétendue lettre de démission du président, dont lui-même dénonça l’authenticité.

Laboratoire de dystopie

Le régime qui, depuis une dizaine d’années, s’est imposé au Honduras est un mélange d’autoritarisme politique et d’ultralibéralisme économique, ce qui explique pourquoi la notion de « libéral » est évacuée de l’équation politique, tout en se radicalisant sur le plan économique. C’est un parfait exemple d’un nouveau type de régime expérimenté dans certaines parties du monde et dans lequel un capitalisme toujours plus extrême est associé à des systèmes politiques pas exactement dictatoriaux, mais qui se dirigent néanmoins vers un post-État de droit. En somme, un échantillon du laboratoire de dystopies du XXIe siècle.

Le nouveau régime politique post-libéral se traduit par l’hybridation d’un modèle électoral frauduleux et d’un modèle d’administration du pouvoir toujours plus coercitif. D’un côté, les deux dernières élections présidentielles (2013 et 2017) ont été remportées par l’opposition de centre gauche (le parti LIBRE et ses alliés), mais la droite putschiste (le Partido Nacional) a continué à gouverner grâce à une fraude soutenue par les puissances occidentales. Le modèle électoral autorise pourtant bien les scrutins électoraux multipartites, mais la présidence n’est pas occupée par qui gagne réellement, sinon par qui l’on veut voir gouverner, supprimant brutalement l’un des principes fondamentaux du libéralisme électoral. En résumé, on garantit le droit de se présenter (« ce n’est pas une dictature traditionnelle ») mais le droit de gouverner est rendu impraticable.

Le second pilier de ce nouveau régime est un modèle d’administration du gouvernement dans lequel le « pouvoir coercitif » pèse toujours davantage face au « pouvoir persuasif ». Faire consensus importe de moins en moins, ce qui explique que l’on donne la priorité à la coercition, laquelle s’exerce en combinant instruments légaux et illégaux.

La répression « légale » se matérialise peu à peu au travers de trois outils principaux : la militarisation, la judiciarisation et l’emprisonnement. COFADEH [1], une des associations de défense des droits humains les plus prestigieuses du pays, a dénoncé la militarisation croissante de par la création d’une police militaire et l’utilisation des forces armées à des fins policières, ainsi que la présence toujours plus importante de conseillers du Mossad, du DAS [2] et bien sûr, de la CIA. Le ministre de l’Intérieur actuel est l’une des figures phares de la répression des années 80 et le gouvernement a imposé une « taxe de sécurité » afin de financer l’escalade répressive.

La judiciarisation est un autre des instruments favoris de la répression. En effet, les chefs d’accusation les plus durs (terrorisme, usurpation) sont utilisés de manière abusive pour infliger des peines disproportionnées aux leaders du mouvement populaire. En plus de cela, en novembre, le Congrès semble vouloir approuver un nouveau code pénal extrêmement répressif. À cela s’ajoutent une augmentation substantielle du nombre de prisonniers politiques et la création de prisons de haute sécurité (destinées officiellement aux narcotrafiquants, officieusement aux défenseur·ses des terres et des territoires).

Le régime orchestre la répression légale grâce à tout type d’instruments illégaux. D’une part, le mouvement paysan et indigène dénonce l’infiltration réalisée dans le but d’engendrer des divisions à l’intérieur des communautés. D’autre part, il faut souligner les campagnes de criminalisation qui qualifient les leaders sociaux de chefs de gang, de narcotrafiquants ou de terroristes pour légitimer les actions menées à leur encontre. En parallèle, les menaces et la surveillance ont obligé un grand nombre de leaders populaires à vivre en respectant de lourdes mesures de sécurité et, dans certains cas, en situation de semi-clandestinité. Pour couronner le tout, les agressions et les assassinats sont devenus monnaie courante, avec une forte augmentation du nombre de féminicides, indique Suyapa Martínez du Centre d’études de la femme, et tout ceci dans un contexte d’impunité pour plus de 90 % des crimes. Pour Berta Oliva, directrice du COFADEH, « nous ne sommes pas dans un État de droit, mais dans un État passe-droit. »

Régime économique ultralibéral

L’un des principaux objectifs du coup d’État a été le rétablissement du modèle néolibéral en même temps que sa radicalisation. Les piliers du modèle actuel sont : l’intensification de l’extractivisme et de l’agro-industrie, une contre-réforme agraire, la réduction brutale des salaires et les privatisations.

Ce que l’on dénomme « diarrhée législative » (Nueva Ley de Minería – Nouvelle loi sur l’activité minière, de 2013, etc.) a favorisé la distribution massive de territoires pour des projets miniers et énergétiques transnationaux. Le secteur de l’exploitation minière a connu une augmentation de 100 %, mais si l’on y ajoute les projets en cours, celle-ci est en réalité de 450 %. Comme le dénonce La Vía Campesina [3] (LVC) du Honduras, la délivrance irrégulière de permis environnementaux est devenue habituelle.

Les impacts de tous ces projets sur les communautés paysannes et indigènes qui vivent ou habitent à proximité des territoires cédés sont multiples. L’un des plus notables relevés par LVC est la restriction de l’accès à l’eau à cause de la privatisation des bassins hydrographiques, la déviation de lits de rivières et la contamination des aquifères. L’association attire aussi l’attention sur la restriction de l’accès aux ressources forestières causée par l’élagage massif.

La contre-réforme agraire qui remonte aux années 90 (Loi de « modernisation » agraire) a encore pris de l’ampleur suite à l’expansion du modèle agro-industriel et à l’expulsion massive de paysan·nes de leurs terres en résultant. La concentration des terres s’est accélérée autour de produits d’exportation phare : café, banane, huile de palme et canne à sucre. En parallèle, l’importation d’aliments de base s’est elle aussi accélérée, augmentant le niveau d’insécurité alimentaire.

Rafael Alegría, dirigeant paysan historique, souligne que le mouvement paysan continue à demander des terres à l’INA (l’Institut national agraire), mais comme ce dernier ne remplit pas ses fonctions, les familles se voient obligées d’occuper les terres (de « récupérer » ce qui a été volé par le passé). L’État active alors le protocole d’expulsion, déclenchant un niveau élevé de conflit et de répression. Au cours de la dernière décennie, plus de 8 000 paysans et paysannes se sont fait arrêter suite à des expulsions.

La réduction du salaire des classes ouvrières s’est faite au travers de la Ley de Empleo por Hora (littéralement « Loi sur l’emploi par heure ») de 2014, qui permet de rémunérer moins que le salaire minimum. Quant aux privatisations, en 2019 le gouvernement a tenté de privatiser, en plus des routes, les secteurs de la Santé et l’Éducation, ce sans y parvenir grâce à la mobilisation populaire. D’un autre côté, le projet phare de la décennie s’est révélé être les ZEDES (Zonas Especiales de Desarollo Económico, littéralement « Zones spéciales de développement économique ») connues généralement comme des « villes modèles » où les terres ne sont pas seulement livrées au capital transnational, mais également autogouvernées et disposent d’une police et d’une administration judiciaire propres. En somme, une suppression radicale de la souveraineté nationale...

Les conséquences sociales de ce laboratoire de dystopies sont dramatiques, car ce sont elles qui ont mené le pays jusqu’à un état d’ « urgence sociale » évident. Pourtant, l’écran médiatique international dissimule cette réalité. Aujourd’hui, deux personnes sur trois sont pauvres et plus de 40 % souffrent d’une pauvreté extrême. Dans le même temps, l’émigration a explosé. D’après Eugenio Sosa, sociologue et professeur à l’Université nationale autonome du Honduras, près de 40 % de la population a prévu de migrer et environ 20 % n’écarte pas cette possibilité.

Résistance populaire

En dépit de cet état des lieux dramatique, Sosa souligne une série d’éléments qui prouvent qu’une résistance importante à ce modèle existe bel et bien. Il affirme qu’au cours des dix dernières années, une lutte constante s’est organisée et un processus d’intense politisation s’est produit dans les milieux populaires. Il distingue toute une série de luttes qui symbolisent une décennie de résistance : la longue lutte, de plusieurs mois, contre le coup d’État ; la lutte quotidienne contre l’extractivisme dans tout le pays ; la réactivation du mouvement étudiant ; le grand mouvement contre la fraude électorale de 2017 et la plus récente (et victorieuse) des mobilisations contre la tentative de privatisation des secteurs de la Santé et de l’Éducation. Sa conclusion augure une intensification du conflit et de la confrontation entre le bloc putschiste au pouvoir et le bloc populaire du changement.

Lire l’article original sur le site de El Salto Diario

Notes

[1Comité de Familiares de Detenidos Desaparecidos en Honduras, en français « Comité des familles de détenus disparus au Honduras ».

[2La DAS, Departamento Administrativo de Seguridad, est un service de sécurité colombien.

[3La Via Campesina est un mouvement international qui rassemble des millions de paysannes et de paysans, de petits et de moyens producteurs, de sans-terres, de femmes et de jeunes du monde rural, d’indigènes, de migrants et de travailleurs agricoles dans le but de lutter pour la justice sociale et leur dignité.

Commentaires

Cet article, initialement paru en espagnol le 27 novembre 2019, a été traduit vers le français par Charlotte Henry, traductrice bénévole pour ritimo.

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda