Les extrêmes droites, mieux les connaître pour mieux les combattre

En Pologne, le gouvernement ultra-conservateur attaque sans relâche les droits des femmes

, par Basta ! , KNAEBEL Rachel

Automne 2015, le parti polonais ultra-conservateur Droits et justice (PiS) remporte largement les élections législatives. Il obtient une majorité absolue au Parlement, qui ne compte plus aucun élu de gauche. Immédiatement, il s’attaque à la Cour constitutionnelle, pour l’empêcher de bloquer ses lois. Les droits des femmes sont aussi dans sa ligne de mire dès le début de la législature. « Très vite, le gouvernement a arrêté de soutenir les associations qui accompagnent les femmes victimes de violence conjugale, en disant que ces organisations étaient discriminatoires puisqu’elles n’aidaient que les femmes », rapporte Julia Kubisa, professeur de sociologie à l’université de Varsovie et activiste féministe. Au printemps 2016, le nouveau gouvernement apporte son soutien à un projet de loi prévoyant l’interdiction totale de l’avortement, la criminalisation des femmes qui le pratiqueraient, et des enquêtes sur les fausses couches.

Vendredi Noir à Cracovie. Les Polonaises manifestes contre la loi qui restreint d’avortement, mars 2018 @Jakub Halun (CC BY-SA 4.0)

La Pologne a déjà l’une des lois les plus restrictives d’Europe sur les interruptions volontaires de grossesse (IVG). Elles y étaient légales jusqu’en 1993, date à laquelle le pouvoir d’alors fait passer, sous pression de l’Église, une loi d’interdiction sauf dans trois cas précis : danger de mort de la femme enceinte, malformation grave du fœtus, et grossesse résultant de viol ou d’inceste. La loi ne prévoit cependant pas de poursuivre les femmes en justice. « Une pétition avait à l’époque été signée par plus d’un million de personnes contre cette loi, rappelle Julia Kubisa. Et c’était avant Internet, c’était sur papier, avec des comités locaux qui récoltaient les signatures. Mais toutes ces voix ont été ignorées. » [1]. En 2016, pour faire entendre leurs voix, les femmes polonaises descendent cette fois massivement dans la rue, pendant plusieurs mois. Le 3 octobre 2016, elles sont des dizaines de milliers, vêtues de noire, à Varsovie et dans plus de cent villes du pays. « Ça n’était comparable, en terme d’échelle, avec aucune autre manifestation féministe des vingt années précédentes. Et c’était un mouvement parti de la base, souligne la professeur de sociologie. Cela a été possible grâce au mouvement féministe déjà existant. Avant 2016, les féministes étaient les seules à parler encore d’avortement, à contester ce qui avait été présenté comme un “compromis” en 1993. »

Suite à cette mobilisation, le gouvernement polonais abandonne finalement son projet. Il revient à la charge en 2018, et veut cette fois interdire l’avortement en cas de malformation du fœtus. Ce qui représente la quasi-totalité des avortements aujourd’hui légaux dans le pays. « Le mouvement s’est remobilisé en quelques jours seulement, avec une immense manifestation. C’était une démonstration de force », se souvient Julia Kubisa. Encore une fois, le gouvernement renonce, mettant son projet de loi au placard.

Des pharmaciens veulent pouvoir refuser de vendre des contraceptifs

Ce n’est qu’une demi-victoire pour les femmes polonaises. D’abord parce que la loi actuelle, même inchangée, n’autorise qu’environ un millier d’avortement légaux dans le pays chaque année, et seulement au terme de longues et complexes procédures administratives. 150 000 Polonaises avorteraient chaque année clandestinement, 200 000 à l’étranger  [2]. Ensuite, parce que même dans les cas légaux, des médecins font valoir une « clause de conscience » pour refuser de pratiquer une IVG. Une clause qui pourrait même s’élargir aux pharmaciens pour la vente de contraceptifs « Depuis les élections de 2015, la pression se fait de plus en plus sentir pour élargir la clause de conscience à d’autres professions », note un récent rapport de la Fédération internationale de droits humains (FIDH)  [3]. « L’association des pharmaciens catholiques a récemment soumis une plainte dans ce sens, disant qu’ils étaient discriminés par rapport aux médecins ». Le rapport de la FIDH souligne que des pharmaciens font déjà illégalement usage de cette « clause de conscience » à travers le pays, surtout dans les petites villes.

En 2017, le gouvernement polonais a déjà rendu plus difficile l’accès à la pilule du lendemain. Elle était auparavant disponible, comme en France, directement en pharmacie. Il faut désormais une prescription médicale. Soit un obstacle de plus pour les femmes qui font face à une possible grossesse non voulue. Une initiative en ligne, « Women on web », propose depuis aux Polonaises de leur fournir une ordonnance de médecins européens pour pouvoir acheter cette pilule du lendemain en Pologne. Mais là encore, le pouvoir répond par la répression des femmes. « Le gouvernement a annoncé en septembre 2018 qu’il allait traquer sur les forums en ligne les femmes qui demandent une prescription de pilule du lendemain sur Women on Web et par le biais d’autres initiatives similaires », rapporte la FIDH.

Manifestation en faveur de l’avortement légal en Pologne @Workers Solidarity Movement (CC BY-NC-SA 2.0)

Des descentes de police coordonnées dans plusieurs associations d’aide aux femmes

Les associations d’aide aux femmes font aussi l’objet d’une oppression accrue. « Le 3 octobre 2017, des activistes ont organisé des manifestations pour l’anniversaire de la grande protestation du “Lundi noir” contre la loi d’interdiction de l’avortement. Le lendemain, les bureaux de différentes associations de soutien aux femmes ont fait l’objet de descentes de police », écrit l’ONG Human Rights Watch dans un rapport publié en février  [4]. Ces raids ont lieu simultanément dans trois antennes du Centre des droits des femmes à Varsovie, Lodz et Gdansk, et dans les bureaux d’une autre association, Baba, implantée dans une ville moyenne de l’ouest du pays, Zielona Góra. Les deux organisations accompagnent les femmes victimes de violences conjugales. Des documents, des ordinateurs, des disques durs sont saisis. « Les forces de l’ordre ont justifié l’opération par une enquête sur l’équipe précédente du ministère de la Justice et ses subventions », dit le rapport  [5].

Le Centre pour les droits des femmes fait partie des organisations qui ont vu leurs subventions s’arrêter net avec l’arrivée au pouvoir du PiS, parce qu’accusées d’agir de manière discriminatoire puisque spécifiquement pour les femmes. Le rapport de Human Rights Watch fait aussi état de harcèlement contre des enseignantes d’écoles publiques, menacées par leur hiérarchie pour avoir participé aux manifestations de 2016.

« Sur l’homophobie aussi, c’est de pire en pire »

« Il y a eu un important mouvement. Mais aujourd’hui, peu de femmes sont encore engagées. Nous sommes fatiguées. Nous avons beaucoup manifesté, et puis, finalement, le gouvernement fait ce qu’il veut », déplore Aleksandra Magryta. La jeune femme est coordinatrice de l’association Campagne contre l’homophobie de Varsovie. « Sur l’homophobie aussi, c’est de pire en pire, dit-elle. Des politiciens font régulièrement des déclarations publiques foncièrement homophobes. » Ce type de propos est même devenue un des moteurs principaux de la campagne du PiS pour les élections européennes de mai. En février, le maire de Varsovie, issu du parti de centre-droit de la Plateforme civique, a adopté une déclaration de soutien aux droits des personnes LGBT+. C’en est déjà trop pour le parti au pouvoir. Le leader du PiS Jaroslaw Kaczynski a dit voir dans cette charte de Varsovie un « grand danger »  [6] « Mais les LGBT+ s’organisent, assure Aleksandra Magryta. Cette année, il va y avoir des marches de l’égalité dans 20 villes différents du pays, du printemps jusqu’à l’automne ». Là encore, il s’agira d’une mobilisation inédite en Pologne.

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres