Du pain et des roses

Féminismes et luttes sociales

, par arteradio.com

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, les femmes se mobilisent en nombre. Elles bloquent les ronds points, participent aux barrages, allument les feux. Elles créent aussi des groupes non mixtes, pour partager leurs expériences communes et manifester entre femmes. Elles sont travailleuses précaires, salariées dans le secteur du soin ou du nettoyage, commerçantes retraités, mères célibataires ou travaillant au foyer. Elles habitent les zones rurales, les centres villes ou les banlieues. Elles se mobilisent parce qu’elles représentent 70% des travailleur.euses pauvres et qu’elles ont toujours pris part à toutes les formes de résistances, partout dans le monde.

Les gilets jaunes. Photo prise le 12 janvier 2019 par Patrice Calatayu (CC BY-SA 2.0)

A travers leurs témoignages, cette émission de radio [1] propose d’interroger la valeur du travail, gratuit et salarié, et de penser l’articulation entre féminisme, lutte des classes et luttes antiracistes.

Ecouter l’émission sur arteradio.com

Notes

[1Le titre de cet épisode reprend celui d’un poème de James Oppenheim, « Du pain et des roses ». C’est aussi un slogan scandé lors de la mobilisation de 1912 des ouvrières du textile américaines contre leurs conditions de travail et leurs bas salaires. Il synthétise leurs revendications pour de meilleures conditions de vie. C’est également le nom d’un collectif féministe argentin « Pan y Rosas » qui ne cesse de grandir depuis 2010 dont l’une des représentantes s’appelle Andrea d’Atri.

Commentaires

Émission enregistrée en janvier-février 2019 et mise en ligne le 6 mars dans le cadre de l’émission Un podcast à soi (création de Charlotte Bienaimé).

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda