Cartographier la contre-offensive : le spectre du féminisme

, par GAGO Veronica

Ritimo s’efforce de tendre des ponts entre les mondes sociaux, culturels et politiques, à travers l’outil de la traduction. Parfois, les articles sont trop longs pour les faire traduire. Nous vous proposons alors une synthèse en français du propos et des principaux arguments de l’article, et vous renvoyons vers l’article en langue originale pour approfondir la réflexion.
Ici, le résumé d’un article en espagnol, qui porte sur le "backlash" (le retour de bâton) auxquels les féminismes doivent faire face, un peu partout dans le monde, et en particulier en Amérique latine.

Les féminismes défient les pouvoirs en place, qui réagissent en lançant une contre offensive sur trois plans : ecclésiastique, économique et militaire, avec comme point d’ancrage, entre autre, la lutte contre « l’idéologie de genre ».

Parler de « contre-offensive » est important, car cela inscrit le phénomène actuel dans le rapport de force politique. En effet, c’est bien en réponse à l’offensive féministe que l’on voit émerger au niveau mondial, mais avec une force toute particulière en Amérique latine, ce mouvement conservateur.

La contre-offensive ecclésiastique

Le concept d’ « idéologie du genre » résume aujourd’hui une véritable croisade menée par l’Église catholique en tête, contre la déstabilisation de l’ordre établi provoquée par le féminisme et le mouvement LGBTI. Depuis les années 1990 [1], les lobbys de la droite dure états-unienne auprès des hautes sphères de négociation internationale développent l’argument selon lequel le genre serait un « outil néocolonial de la conspiration féministe internationale ».

Les thématiques qui font controverse sont larges : méthodes contraceptives, défense de la famille traditionnelle… La construction rhétorique de la lutte de la communauté trans, et les avancées légales qu’elle a connues en Allemagne ou en Argentine par exemple, sont présentées comme une « menace » et sont un élément déclencheur de la contre-offensive conservatrice. En Amérique latine, tous les mouvements conservateurs sont intervenus un an environ après les avancées spectaculaires des mouvements féministes.

Une jeune femme manifeste pour le droit à l’avortement libre, gratuit et sûr en Amérique du Sud @Fotografias Emergentes (CC BY-NC 2.0)

Le féminisme, avec sa mystique politique, sa façon de mobiliser les affects et les passions, de tisser un lien entre le corps, les idées et la communauté, construit une nouvelle « spiritualité politique » qui rentre en compétition avec le pouvoir et le contrôle sur les corps exercés par l’Église.

Ses détracteurs expliquent que cette « idéologie du genre » tire ses racines de ce qu’ils appellent le « marxisme culturel », supposé ennemi de la chrétienté occidentale. Cette association avec la gauche progressiste et libérale permet dès lors de consolider l’intersection avec le nationalisme et les populismes de droite, qui se déclarent défenseurs du peuple victime de la mondialisation. Ainsi, le décor est planté pour que l’anti-néolibéralisme ne puisse qu’aller de pair avec la conservation des « valeurs traditionnelles ». L’Église devient ainsi la défenseure des femmes les plus pauvres, nécessairement mères ; et considère l’avortement comme un geste excentrique des classes aisées (alors même que la légalisation de l’avortement est une question de justice sociale pour les plus pauvres, qui meurent en procédures clandestines).

La contre-offensive morale… et économique

La question de fond est liée au néolibéralisme, et comment définir ce qui est « populaire ».. Les conservateurs proposent un combat contre le néolibéralisme basé sur le retour à la famille, le travail discipliné comme source de dignité et la maternité obligatoire comme raison d’être des femmes.

Cependant, il semble paradoxal que l’Église Catholique, institution qui est à l’origine de l’ordre colonial en Amérique latine, puisse battre le pavillon de l’anticolonialisme. De plus, la vague d’ajustement structurel dans le sous-continent a frappé de façon différenciée la vie et les corps féminins : privatisation des services publics, insécurité alimentaire, licenciements massifs… l’approfondissement de la crise de la reproduction sociale [2] est soutenue par une augmentation du travail féminin, non-rémunéré et obligatoire.

L’alliance entre conservateurs et néolibéraux est bien au cœur de la dynamique d’asservissement renouvelé des femmes, à travers l’obligation de fournir des contreparties d’aide sociale via la logique de care et de responsabilité dans le cadre familial.

La contre-offensive économique est également une contre-offensive moralisatrice, qui exige des femmes qu’elles continuent à se plier aux politiques néolibérales et aux injonctions d’être de « bonnes femmes » au niveau sexuel et familial.. Il est donc paradoxal que l’Église catholique s’érige comme anti-néolibérale en lutte contre un mouvement féministe qui n’a eu de cesse de politiser de façon novatrice et radicale la crise de la reproduction sociale... imposée par les chantres du néolibéralisme.

La contre-offensive militaire

La criminalisation des luttes autochtones, l’assassinat de défenseuses de l’environnement et la persécution judiciaire sont en augmentation exponentielle. La construction de l’idée d’ « ennemi intérieur » que représenteraient les féministes, les femmes qui luttent, les femmes qui revendiquent leur place dans l’espace public, ne peut pas être lue séparément de la violence qui s’abat sur ces militantes de toutes les luttes.

Ces néo-fascismes ne sont, en fin de compte, qu’une tentative de stabiliser la crise de légitimité politique continue du néolibéralisme. Si les féminismes sont en ligne de mire des gouvernements conservateurs et militarisés, c’est justement parce qu’ils font partie des mouvements politiques les plus subversifs du moment politique mondial.

Lire l’article complet en espagnol sur le site de Nueva Sociedad

Notes

[1C’est à partir des années 1990 que la question du « genre », de la situation des femmes, commence à percer dans les organismes internationaux comme l’ONU et les grandes ONG internationales

[2Dans les théories économiques féministes, la crise de la reproduction sociale fait référence aux conditions socio-économiques et politiques qui rendent difficiles ou impossibles la capacité de la population à vivre et à survivre : pollution des eaux de consommation, salaires tellement en dessous du niveau des prix que manger devient « un luxe », incompatibilité de trouver une solution pour s’occuper des enfants lorsque l’on travaille…

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda