Environnement : protéger notre planète

Bibliographie sur les déchets, les pollutions

, par CDTM 34

Le monde "développé" est un grand fournisseur de déchets et de polluants. Le traitement des déchets est une industrie en elle-même. Mais si l’élimination des déchets courants, ménagers, n’est qu’un problème de technique, de financement et de décision politique, il en va tout autrement des lourds déchets toxiques dont les pays industrialisés produisent chaque année plus de 300 millions de tonnes. Les responsables cherchent à minimiser la gravité du problème, tout en essayant d’envoyer ces indésirables se faire traiter ailleurs, comme les bateaux amiantés, les polluants chimiques et autres déchets atomiques : différents scandales ont fait connaître le problème de ce commerce des déchets toxiques dont l’ampleur ne peut être mesurée en raison d’une forte opacité dans les flux. De Bhopal à l’Erika, les catastrophes écologiques se succèdent, avec un cortège de procès et des victimes qui ne verront jamais les dégâts réparés.

Pétroliers de la honte : la loi du silence... ceux qui ont décidé d’en parler
BENQUET, Patrick ; LAURENCEAU, Thomas - PARIS : EDITIONS 1, 2000, 302 P.
Chaque mois, un pétrolier coule quelque part dans le monde. Cet ouvrage est une enquête sur le pourquoi de ce phénomène. La réalité qu’il dévoile est parfois effrayante : les bateaux peuvent changer de nom et de pavillon en pleine mer, les marins ne comprennent même pas la langue de leur commandant. Les véritables ambitions de ceux qui laissent circuler ces pétroliers sont ici révélées.

Les vaisseaux du poison : la route des déchets toxiques
ROELANTS DU VIVIER, François - PARIS : SANG DE LA TERRE, 1988, 174 P.
De nombreux bateaux ont transporté vers des pays du Tiers Monde des cargaisons de déchets toxiques. L’auteur, après une enquête minutieuse, donne les détails sur les sociétés en cause, les contrats, les montants financiers en jeu, dans ce trafic qui risque de transformer les pays pauvres en poubelles de l’Occident. L’auteur ne se contente pas de dénoncer, il analyse le fond du problème et propose des mesures au niveau européen.

Kashagan : pharaonique et dévastateur
WASSE, Gwenael - ALTERMONDES, n°14, 2008, P. 7
L’exploitation du plus gros gisement pétrolier découvert depuis quarante ans, le champ offshore de Kashagan (Kazakhstan), pose des problèmes écologiques graves, notamment à cause de la toxicité du pétrole de cette zone. Malgré les conclusions apportées par des études menées par des ONG, le projet se poursuit parce que le pétrole représente une manne financière pour le pouvoir corrompu en place.

Chine : le développement au risque de l’environnement
MELDAN, Michal – L’état du monde 2008 - PARIS : LA DECOUVERTE, 2007, P. 71-84
La Chine, grande puissance économique, est dans le peloton de tête des pollueurs. Sa croissance exponentielle entraîne une forte dégradation de l’environnement. Les autorités ont conscience des problèmes, mais, pour le moment, les stratégies pour améliorer la situation tardent, d’autant plus que l’autonomie des gouvernements locaux freine l’efficacité de la politique antipollution et que la prise de conscience écologique de la population est très faible. Le contrôle de la croissance économique chinoise doit se faire avec l’aide internationale.

Pollution : les coûts de l’inaction
L’OBSERVATEUR DE L’OCDE, n°263, 2007, P. 29-30
La pollution de l’air et de l’eau cause chaque année des milliers de décès prématurés dans le monde entier. Si des politiques environnementales efficaces étaient mises en place, les coûts des soins de santé seraient moindres sans oublier l’impact sur l’économie (perte de productivité). "Plutôt prévenir que guérir" pour reprendre la formule bien connue. Faute de nouveaux efforts de lutte contre la pollution atmosphérique, 3,1 millions de décès sont à prévoir en 2030. Les pays en développement sont plus touchés que ceux de l’OCDE.

Le choix écologique de la Chine
MA, Jun ; XIAOYI LIAO, Sheri - L’OBSERVATEUR DE L’OCDE, n°261, 2007, P. 33-34
21 ONG environnementales chinoises ont lancé une initiative commune en mars 2007 en direction de la population chinoise. Elles invitent les Chinois à prendre en considération les performances environnementales des entreprises au moment de leurs achats quotidiens. Les consommateurs peuvent s’appuyer sur la liste publiée par l’Institut de Recherche pour le public et l’environnement de Pékin. Les entreprises figurant sur cette liste sont en infraction avec les normes de rejets polluants alors que la Chine est confrontée à des problèmes préoccupants de pollution hydrique.

Uranium, le malheur des nomades
ALGHABID, Ahmad ; AG GANTA MOUSSA, Bilalan - ALTERMONDES, n°12, 2007, P. 14
Depuis une quarantaine d’années, le groupe AREVA exploite des mines d’uranium dans une grande région d’élevage du Nord Niger. Malgré plus de 100 000 tonnes extraites, le Niger demeure l’un des pays les plus pauvres de la planète alors que les conséquences dramatiques sont nombreuses : pollution, problèmes de santé, déplacement de population, conflits... Une catastrophe écologique et humanitaire se profile.

L’or africain : pillages, trafics, commerce international
LABARTHE, Gilles ; VERSCHAVE, François-Xavier - MARSEILLE : AGONE, 2007, 222 P.
L’or, pourtant symbole de richesse nationale, ruine l’Afrique : la ruée vers le précieux métal provoque guerres et pollutions innombrables. Le cas de Sadiola, le plus important gisement au Mali, est exemplaire, mais tous les États riches en or d’Afrique de l’Ouest comptent parmi les nations les plus pauvres du globe. Les richesses aurifères sont entre les mains d’une poignée de multinationales occidentales soutenues par la Banque mondiale. La production aurifère s’accompagne de graves pollutions des eaux et les multinationales d’extraction de cet "or sale" sont liées à des activités troubles sur lesquelles la Banque mondiale et les Etats préfèrent fermer les yeux.

Vieilles décharges, nouveaux habits
JAIM, Minti - DOWN TO EARTH, n°1, 2007, P. 20-21
La Régie Municipale du Grand Bombay sous-traite la mise en place d’un procédé de traitement de quatre anciens dépôts d’ordures à Bombay. La tâche est immense. Recyclage puis recouvrement des déchets vont coûter très cher et les techniques envisagées ne peuvent qu’engendrer de nouveaux désastres.

Le triangle de Chittagong
KUSHAL PAL SINGH, Yadav - DOWN TO EARTH, n°22, 2007, P. 29-32
Venant de tous les pays du monde, des cargos, porte-containers, tankers, paquebots, bateaux de croisière arrivent à Chittagong. Ils sont démantelés pièce par pièce dans trente chantiers de destruction qui emploient trente mille ouvriers. De 150 000 à 200 000 autres y travaillent indirectement dans la récupération. Toutes les parties y trouvent leur compte : le pays récupère 90 % de ses besoins en fer ; le gouvernement reçoit des taxes ; les propriétaires des chantiers en retirent des profits ; et les travailleurs qui viennent des régions les plus pauvres du Bangladesh gagnent un peu d’argent. Mais, il n’y a aucune protection sanitaire Des milliers de gens sont exposés à de nombreux dangers, en contact permanent avec l’amiante. Personne ne s’en soucie, le profit et le besoin de travail prédominent.

Déchets-cadeaux
TOBNER, Odile - SILENCE, n°341, 2006, P. 41
A part les protestations d’ONG de protection de l’environnement, le stockage de déchets nucléaires en Afrique n’intéresse personne. Le scandale qui a eu lieu en août 2006 avec le déversement de déchets mortels à Abidjan a permis d’aborder cette question le plus souvent ignorée des médias.

Pollution marine : Après la bataille, la guerre continue
O’RIORDAN, Brian - SAMUDRA, n°45, 2006, P. 10-14
Au Chili, l’entreprise Celco (70 % de la pâte à papier chilienne) se croit tout permis : milliers d’hectares de plantations de pins et d’eucalyptus, mépris des droits historiques des peuples indigènes, pollution atmosphérique et, surtout, effluents toxiques non traités, déversés soit dans la rivière Cruces polluant la réserve naturelle Carlos Anwandter (zone humide d’importance internationale) soit dans la mer en baie de Maiquillahue (les conduites d’évacuation traversant le territoire traditionnel des Mapuches). Le projet Valdivia de construction d’une nouvelle usine est donc combattu tant par les pêcheurs que par les défenseurs de l’environnement et des communautés autochtones

Lac Nokoué, accès critique
GELPEROWIC, Cyrille - ALTERMONDES, n°8, 2006, P. 42
Au Bénin, la moitié des habitants n’a pas accès à l’eau potable, et en particulier les riverains du lac Nokoué, lagune proche de la mer mais dont l’eau est salée et très polluée. Actuellement, ce sont les enfants qui font la corvée d’eau avant l’école, ce qui les prive parfois de la journée de classe. L’association Sonagnon met en place un projet coopératif d’accès à l’eau potable pour huit villages lacustres, en développant la scolarisation des enfants et l’alphabétisation, ainsi que le microcrédit.

Un monde de brut
LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT. EMBLANC, Georges - PARIS : LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT, 2004, 108 P.
Ce document développe la problématique des catastrophes écologiques causées par les naufrages de pétroliers. Les fiches doivent permettre aux scolaires mais aussi aux citoyens de comprendre ce genre de phénomènes, d’en débattre et de faire avancer le concept de développement durable.

Bhopal, l’infinie catastrophe
BAILLY, Olivier - LE MONDE DIPLOMATIQUE, n°609, 2004, P. 18-19
L’auteur décrit la catastrophe écologique de Bhopal en 1984 : une fuite s’est déclarée dans l’usine chimique, filiale de la multinationale américaine Union Carbide et un gaz très toxique s’est répandu sur la région. La catastrophe a été à l’origine de plusieurs milliers de morts et plus de 300.000 malades, dont beaucoup, handicapés, vivent dans des conditions lamentables. A ce drame a succédé le scandale de l’impunité des dirigeants d’Union Carbide qui ont échappé à la justice indienne et à leurs responsabilités. Une coalition d’ONG demande la décontamination du site, vingt ans après.

Moruroa et nous : Expériences des Polynésiens au cours des trente années d’essais nucléaires dans le Pacifique Sud
DE VRIES, Peter ; SEUR, Han - LYON : CDRPC, 1997, 224 P.
L’ouvrage présente les résultats d’une enquête sociologique indépendante sur les conséquences des essais nucléaires sur la vie des habitants de Polynésie française. 737 anciens travailleurs sur les sites nucléaires ont été enquêtés ainsi que les habitants des îles situées dans un rayon de 500 km. Aucune enquête n’avait eu lieu en 30 ans d’essais nucléaires, aucune statistique sanitaire n’a été établie avant 1988. Les dossiers des salariés sont classés secrets. Ceci entraîne une suspicion sur des maladies non identifiées et de nombreux cancers. Le CEP a rendu les Polynésiens dépendants économiquement et socialement.

Les essais nucléaires français 1960-1996 : Conséquences sur l’environnement et la santé
BARILLOT, Bruno - LYON : CRDPC, 1996, 383 P.
Bilan de trente-six ans d’expériences des essais nucléaires de la France, d’abord au Sahara, puis en Polynésie. Grâce à la consultation d’une documentation officielle longtemps tenue secrète, l’auteur fait une analyse objective et méticuleuse des opérations menées par l’armée et le CEA de 1960 à 1996. Le constat est sévère : atteintes graves à l’environnement, répercussions sur la santé, liste des accidents et incidents.

La mer malade de la terre
CHARPENTIER, Béatrice - GRENOBLE : GLENAT, 1992, 178 P.
Cette enquête s’appuie sur certains résultats du "Plan Bleu", observatoire international de la Méditerranée, et tente de cerner les enjeux et les périls écologiques qui menacent la Méditerranée. Une situation explosive liée à un développement infernal au Nord, doublé d’une démographie et d’une urbanisation galopantes au Sud.

Pas de visa pour les déchets
BERANI, Yves ; DEHAIS, Fabienne ; DELAFLOTE, Anne ; LABERTIT, Guy - PARIS : L’HARMATTAN, 1990, 224 P.
Certaines catastrophes écologiques dans les pays du Nord, l’établissement de réglementations plus strictes entraînant une hausse du coût de traitement des déchets, ont déclenché de scandaleux trafics de déchets toxiques entre ces pays et l’Afrique. Les trafiquants, bénéficiant de hautes complicités, ont profité du vide juridique et de l’asphyxie financière pour imposer leurs marchés aux pays africains. Cet ouvrage, fruit d’une réflexion commune d’Africains et d’Européens, fait un constat et des propositions.

Les poisons du Tiers Monde
BOUGUERRA, Mohamed Larbi - PARIS : LA DECOUVERTE, 1985, 267 P.
Dans la première partie, l’auteur, à l’aide de nombreux exemples, montre l’impact dévastateur des pesticides sur le Tiers Monde. Dans la seconde partie, il propose des solutions pour arrêter l’hécatombe : l’information du public, une législation rigoureuse et une recherche adaptée.