Le développement durable

Bibliographie sur le développement durable

, par CDTM 34

Généralités

Comment les riches détruisent la planète
KEMPF, Hervé - PARIS : SEUIL, 2007, 150 P.
Articulant son propos autour de la situation écologique catastrophique, du capitalisme et d’un système social défaillant, Hervé Kempf, journaliste d’environnement, nous livre sa vision du monde actuel. Il est alarmant concernant la mise en danger de l’homme, de la biosphère, de libertés ou des générations futures. Il confirme que la crise écologique est liée à la crise sociale mondiale et que l’une ne se résoudra pas sans l’autre. Selon lui, c’est la classe dirigeante néolibérale, qui n’a d’autre ressort que l’avidité et d’autre idéal que la conservation de ce système, qui fait obstacle à un réel changement de cap. Réquisitoire contre une couche dominante qui régente la vie de milliards d’individus et des générations futures, réflexions et anecdotes incisives et bien informées tout cela condensé dans un ouvrage simple et éclairé.

Encyclopédie du développement durable
Association 4 D. Editions des Récollets. A partir de 2007/03
Cette encyclopédie veut rassembler références et réflexions permettant de faire le point sur le concept, sur ses implications globales, sur ses applications locales ou sectorielles à court, moyen et long terme. Les objectifs poursuivis sont de comprendre le respect du au monde vivant, de maîtriser les sciences et les techniques, de partager les savoirs pour partager les décisions.
Cette encyclopédie est organisée en 6 grands chapitres. Les articles sont diffusés au fur et à mesure de leur parution.

La ville durable, un vrai chantier
ALTERNATIVES ECONOMIQUES, n°253, 2006/12, P. 57-68
L’essor de la population urbaine place la ville au coeur de la lutte contre le changement climatique. Des mesures volontaires s’imposent en matière d’isolation. La maîtrise de l’occupation des sols doit minimiser la dépendance vis à vis de la voiture individuelle et structurer l’urbanisation pour de meilleurs transports collectifs. En Europe, la France est à la traîne dans tous ces domaines. En Chine, les autorités tentent de réagir avec quelques réalisations spectaculaires et un plan quinquennal de maîtrise de l’énergie et de l’environnement.

Le développement durable : Maintenant ou jamais
BOURG, Dominique ; RAYSSAC, Gilles-Laurent - PARIS : GALLIMARD, 2006/11, 128 P.
Surexploitation des ressources énergétiques fossiles, dérèglement climatique et écologique, augmentation des inégalités social..., le constat est clair et appelle une rupture dans notre mode de développement. Le concept de développement durable est né de cette prise de conscience. Les solutions existent. Elles requièrent une éthique nouvelle, des politiques publiques exigeantes mais aussi l’engagement de chacun. Changer de cap, maintenant ou jamais, tel est le défi.

Ethique et développement durable
DROZ, Yvan ; LAVIGNE, Jean-Claude - PARIS ; GENEVE : KARTHALA ; IUED, 2006/03, 183 P.
Les auteurs tentent dans cet ouvrage d’analyser des termes fréquemment employés actuellement comme "éthique" et "développement durable". Ils souhaitent prendre en compte la multiplicité des regards et des acteurs pour offrir une perspective raisonnée sur ce mouvement global qu’on appelle le développement durable. Il leur paraît essentiel d’analyser les termes qui permettent d’appréhender le monde et d’en évaluer les valeurs implicites. Car ce n’est que lorsque les valeurs deviennent explicites que la mise en dialogue de différents systèmes de valeurs devient possible et permet d’éviter l’hégémonie d’un système sur les autres.

Ensemble, réinventer le développement
ALTERMONDES, n°6, 2006/06, P. 15-38
Le développement, cette utopie née au lendemain de la guerre, a été trahi par les politiques et les compromis internationaux. Dans le contexte actuel de libéralisation tous azimuts et d’accroissement des inégalités sans précédent, parler de développement a-t-il encore un sens ? Eclairant le travail des organisations de solidarité internationale, Altermondes rappelle que le développement consiste à assurer à la population d’un pays la satisfaction de l’ensemble de ses droits humains et de ses libertés fondamentales, tâche immense à laquelle de nombreux partenaires travaillent jour après jour.

Socio-économie de l’environnement et du développement durable : état des lieux et perspectives
BOIDIN, Bruno ; ZUINDEAU, Bertrand - MONDES EN DEVELOPPEMENT, n°135, 2006/03, P. 7-37
Cet article propose un état des lieux critique des approches socio-économiques de l’environnement et du développement durable. Par opposition au caractère désocialisé et dénaturalisé de l’analyse standard, les approches socio-économiques cherchent à conceptualiser l’inscription de l’économie dans la société et dans la nature. Elles ouvrent ainsi des perspectives prometteuses, mais se heurtent à plusieurs difficultés qui rendent encore incertaine leur traduction dans des propositions concrètes. (Résumé de la revue).

Pourvu que ça dure ! Le développement durable en question
PIERRE, Jean-Claude - S.L. : LIV’EDITIONS, 2006/03, 191 P.
La notion de "Développement durable" a émergé en 1992. Récupérée par les politiques cette notion demande plus que des paroles pour être effective. Pour Jean-Claude Pierre la base doit être l’engagement de chaque citoyen, la volonté de chacun de partager les ressources de la planète avec équité, volonté sans laquelle une conscience écologique planétaire ne peut voir le jour. Nous devons tous remettre en cause notre façon de vivre, économiser les ressources de la terre et les partager enfin avec ceux qui n’ont rien.

Changer le monde : (nouveau) mode d’emploi
WHITAKER, Chico - PARIS : EDITIONS DE L’ATELIER, 2006, 256 P.
L’auteur a été un des fondateurs du Forum Social Mondial, en 2001. Il analyse dans cet ouvrage la situation actuelle et future de l’altermondialisme. Celui-ci n’a pas d’avenir s’il reste prisonnier des vieux réflexes politiques. Chico Whitaker présente ce qu’il appelle le "nouveau mode d’emploi pour changer le monde", et qui doit être le rôle des forums sociaux mondiaux. Il faut à la fois renforcer l’espace où se rencontrent tous ceux qui, de façons diverses, travaillent déjà à changer le monde. Mais il faut éviter de transformer les forums en une nouvelle Internationale. L’auteur pense qu’il faut miser sur la mise en réseaux de ceux qui, dans leur pratique, privilégient l’humain par rapport au profit financier, en combinant changement social et changement personnel.

Quel développement durable pour les pays en voie de développement ?
FROGER, Géraldine (sous la dir. de) - CAHIER DU GEMDEV, n°30, 2005/11, 239 P.
Les débats au cours des séminaires ont abordés les questions touchant le développement durable au Sud. Les cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté ont été abordés d’abord sous la forme d’une première question : les cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté peuvent-ils intégrer la question de durabilité du développement ? L’étude des documents stratégiques de réductions de la pauvreté souligne un renouveau de l’aide au développement, la place des bailleurs de fonds dans le système de l’aide au développement a été étudié à partir du Plan national d’actions environnementales de Madagascar. La dette des pays pauvres très endettés a été abordée. Ensuite les stratégies de gestion des risques naturels dans les pays en développement ont été discutées à partir du rôle des réseaux de micro finances et de l’expérience de gestion des risques à Madagascar. Les rapports entre la bio prospection et le développement durable ainsi que les problèmes de déforestation ont été comparés à partir des politiques forestières des différents pays.

Modes de production et de consommation durables
FUSSLER, Claude (sous la dir. de) - LIAISON ENERGIE FRANCOPHONIE, n°69, 2005/10, 63 P.
L’impact des activités humaines actuelles sur l’environnement mondial offre un bilan des plus inquiétants. Au-delà de la prise de conscience, il faut agir sur les modes de production et de consommation pour les concilier avec une perspective de développement durable. Divers moyens d’action sont présentés dans ce dossier : responsabilisation des citoyens (jeunes, familles, ...) et des entreprises, actes politiques aidés dans leurs genèses par des analyses scientifiques.

Le développement durable
ALTERNATIVES ECONOMIQUES, n°63, 2005/01, 66 P.
Notre développement est devenu insoutenable. Au delà des bonnes intentions affichées par les dirigeants d’entreprises et les responsables politiques, c’est surtout au Nord que ça coince le plus. Quelques mesures prises pour protéger l’environnement sont insuffisantes par rapport à la seule solution raisonnable qui consiste à transformer rapidement et profondément nos modes de production et de consommation. Compte tenu des inégalités au sein des nations et entre nations, on n’y parviendra pas sans adopter une gestion démocratique des périls à l’échelle locale et mondiale.

Notre mode de vie est-il durable ? nouvel horizon de la responsabilité
JUSTICE ET PAIX FRANCE - PARIS : KARTHALA, 2005/11, 221 P.
Le développement durable est défini à partir de deux constats : toute activité humaine amène à s’interroger sur la préservation du milieu naturel avec lequel elle entre en interaction et le but ultime est le développement humain, c’est à dire un bien-être qui dépend plus de la qualité de vie que du bien-être économique. Ainsi faut-il aussi apprendre à mieux se situer dans les domaines qui concernent les dimensions culturelles, politiques et éthiques du développement durable et cela demande un engagement personnel.

Développement durable : avenirs incertains
LEVEQUE, Christian ; SCIAMA, Yves - PARIS : DUNOD, 2005/09, 232 P.
Cet ouvrage apporte sa pierre à la réflexion sur le développement durable. Il fait un bilan de l’action de l’homme sur l’environnement et présente le développement durable, avec trois piliers (écologique, économique et social). Il montre que des changements de grande ampleur attendent l’humanité et cherche comment les anticiper et les atténuer.

L’Amazonie brésilienne et le développement durable : Expériences et enjeux en milieu rural
ALBALADEJO, Christophe ; ARNAULD DE SARTRE, Xavier - PARIS : L’HARMATTAN, 2005/09, 286 P.
Il s’agit d’une analyse en profondeur de la réalité du développement durable en Amazonie (rythme de défrichement). Cette réflexion nous guide vers un apprentissage sur le terrain ainsi que des représentations et des pratiques de l’espace par les paysans amazoniens. On exploite la forêt pour un système productif, mais le développement durable peut apporter beaucoup plus pour la population et la gestion du site.

Le développement soutenable
VIVIEN, Franck-Dominique - PARIS : LA DECOUVERTE, 2005/09, 122 P.
Le développement durable est un concept en vogue aujourd’hui, il s’immisce dans tous les domaines (ou presque) de la société. A durable qui semble ne poser que le problème de la continuité du développement, Franck-Dominique Vivien préfère l’adjectif soutenable qui permet de mieux décrire les liens relatifs à la "répartition des richesses entre les générations et à l’intérieur des générations".Il décrit les racines intellectuelles du développement soutenable (les "classiques", Marx, Geddes...) et montre comment la problématique du développement soutenable s’est appuyé sur la gestion des ressources renouvelables (forêts et ressources halieutiques). Enfin il traite les liens, tant de continuité que d’antagonisme, avec les thèmes de la décroissance (Serge Latouche) ou de la convivialité (Ivan Illich).

Le développement durable
BRUNEL, Sylvie - PARIS : PUF, 2004, 127 P.
Le livre essaie de répondre à ces questions : qu’est que le développement durable ? Quelle est son "idéologie" ? Quelle est son histoire ? Pourquoi est-il apparu ? Comment s’est-il diffusé et imposé auprès des différents acteurs mondiaux de l’économie, de la politique, de l’écologie (l’aspect du développement durable le plus puissant de nos jours) et du social ? Alors qu’aujourd’hui, avec les inégalités qui s’accentuent chaque jour, où l’idée même du développement parait désuète, le monde ne parle que du développement durable. Pourquoi ? Est-il, aujourd’hui un vrai engagement ou un simple "argument publicitaire" ? Quelles sont ses solutions et que faut-il en espérer ?

La vie n’est pas une marchandise : les dérives des droits de propriété intellectuelle
SHIVA, Vandana, Editions de l’atelier, 2004, 160 p.
Jusqu’aux années 1980, les demandes de brevets portaient sur des machines ou des produits chimiques. Les Etats-Unis ont décidé de traiter la vie comme une invention et ont inséré des droits de propriété intellectuelle (DPI) dans l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Les brevets sur les formes de vie qui découlent de la biotechnologie ont engendré des conflits d’ordre morale ou écologique, dont sont victimes les savoirs indigènes et les innovations traditionnelles.

Le développement durable

ROUDART, Laurence (sous la dir.de) ; MAZOYER, Marcel (sous la dir.de) - MONDES EN DEVELOPPEMENT, n°121, 2003, 125 P.
Ce dossier est consacré à la notion de développement durable, essentiellement sous ses aspects économiques et environnementaux. Il rappelle les circonstances de l’invention de ce terme et son évolution, évoque l’échec relatif des Sommets de Rio et de Johannesburg, et les résultats principaux des accords internationaux dans le domaine de l’environnement, tant pour les pays en développement que pour les pays industrialisés. Un article est consacré au redressement économique du Japon et de
la Thaïlande après la crise de 1997.

Réflexions pour un monde vivable
TESTART, Jacques, MILLE ET UNE NUITS, 2003/10, 128 P.
Durant trois années, la Commission française du développement durable (placée sous l’autorité du Premier ministre) s’est saisie des principaux enjeux en matière d’environnement et de santé publique : OGM, nucléaire, émissions de gaz à effet de serre, principe de précaution... Son travail ayant été entravé, en mai 2003, la plupart des membres de la Commission ont choisi de démissionner. Dans cet ouvrage, qui reprend et explicite leurs avis (censurés par le ministère de l’Ecologie et du Développement durable), ils exposent leur conception du "développement durable", projet d’épanouissement humain plutôt que de croissance compétitive.

Population et développement durable : des cartes pour voir...
PELTRE, Pierre, IRD, 2003/10, 32 P.
L’objectif de cet atlas (avec un cédérom permettant une utilisation interactive des données) est de montrer par des cartes les inégalités de développement dans le monde et de faire percevoir à quel point l’évolution démographique conditionne étroitement toutes les questions de développement. La méthode de cartographie utilisée est celle de l’anamorphose : la taille des Etats aux contours simplifiés est fonction de l’intensité du paramètre cartographié. Un texte explicatif accompagne chaque cartogramme.

Le guide du développement durable : Internet pour une Terre nette
GIRAN, Michel, ALIAS ETC, 2003, 280 P.
Ce livre avec cédérom est une base de données qui réunit tous les thèmes du développement durable et de l’écologie. Ces données sont issues d’années d’échanges auprès des associations, des collectivités, des groupes de recherche. C’est une base de données reconnue par les acteurs du développement durable et extrêmement complète, traitée par ordre alphabétique, de "Agenda 21" à "Zones Humides".

Mobilités durables
GIORGI, Liana, REVUE INTERNATIONALE DES SCIENCES SOCIALES, n°176, 2003/06, 400 P.
Le terme de mobilité durable marque une rupture avec la démarche traditionnelle de la planification des transports vus seulement comme une infrastructure d’appui pour la croissance économique. En incluant des notions comme la protection de l’environnement ou la démocratie participative, il change les règles du jeu dans les processus de décisions. La question de la gestion, de la coordination, de l’analyse de ces processus de décision éclairés par l’évaluation des risques, est d’ailleurs le fil rouge de la quasi-totalité des articles de ce dossier. Si les thèmes de l’intégration transecteurielle et de l’exclusion/équité sociale sont aussi représentés, en revanche le point de vue de l’utilisateur est moins abordé.

Recherche et développement durable
LIAISON ENERGIE-FRANCOPHONIE, n°61, 2003/10, 63 P.
Ce dossier présente en une dizaine d’articles inspirés d’expériences sur le terrain, les rapports essentiels entre le développement durable et la recherche. Le premier ne peut se faire sans l’appui de la science. Mais la démarche ne doit pas être que technique. Il faut prendre en compte l’interdépendance qui caractérise l’homme et son milieu ce qui implique l’interdisciplinarité, l’étude des facteurs culturels et de leur diversité, l’évaluation scientifique à long terme et la valorisation du travail de terrain. Est aussi à noter la notion primordiale de "volonté politique affirmée" dans ce domaine du développement durable sans laquelle rien ne se fera.

Le financement du développement durable
LIAISON ENERGIE-FRANCOPHONIE, n°60, 2003/07, 86 P.
Dans la perspective d’un symposium organisé en mai 2004 sur l’accès au financement international pour les pays moins avancés francophones, ce dossier s’attache à faire le point et à présenter certaines nouvelles orientations de cette question en pleine refondation, le financement du développement durable. Sont ainsi traités les thèmes de l’aide publique au développement des modes de financement novateurs, des investissements directs étrangers, du traitement de la dette, des partenariats public-privé, des systèmes de financement décentralisés ainsi que du financement des biens publics mondiaux.

Développement durable : quelles dynamiques ?
CAHIER DU GEMDEV, n°29, 2003/10, 209 P.
Plusieurs auteurs se focalisent ici sur trois questions majeures du développement durable : la gouvernance mondiale ; les dynamiques temporelles, en particulier les effets des politiques sur le développement durable, et les dynamiques territoriales, c’est à dire l’influence de l’espace en matière de développement durable. Pour chacune de ces problématiques, cet ouvrage reprend une discussion sur le concept ainsi que les principaux débats qui existent aujourd’hui.

Développement durable : doctrines, pratiques, évaluations
MARTIN, Jean-Yves, IRD, 2002/08, 345 P.
La crise environnementale que connaît actuellement la terre marque les limites de la science et du progrès technologique. Elle remet en cause bien des certitudes. L’environnement physique et biologique a été au coeur des discussions de la Conférence de Rio. Le Sommet de Johannesburg vise à concilier les impératifs sociaux, économiques et environnementaux dans une nouvelle démarche : le développement durable. Les articles de cet ouvrage étudient les différents aspects du développement durable : les doctrines qui le sous-tendent, l’évolution des pratiques locales face au discours dont il est porteur et son insertion dans les grands enjeux de la mondialisation.

Atlas mondial du développement durable
SACQUET, Anne-Marie, AUTREMENT ; COMITE 21, 2002/08
Le développement durable analyse l’état de la terre et de ses habitants sur la base d’indices à la fois humains, économiques et environnementaux. Grâce à lui on connaît les liens entre inégalités sociales et inégalités écologiques. Cet atlas propose une lecture inédite du monde, croisant des données socio-économiques, géopolitiques et environnementales. Il jette des passerelles entre l’accès à l’éducation, les écarts de niveau de vie au Nord et au Sud, les droits civiques des femmes, les changements climatiques et la solidarité internationale.

Les nouveaux utopistes du développement durable
DUCROUX, Anne-Marie, AUTREMENT, 2002/09, 343 P.
Cet ouvrage donne la parole à des acteurs qui portent un regard international sur le développement durable : gouvernements, institutions, élus, entreprises, consultants, investisseurs, ONG, syndicats, associations, collectivités territoriales, médias, chercheurs, consommateurs, citoyens ... tous impliqués dans la réflexion et l’action. Le panel qui peut surprendre au premier abord va de Gro Brundtland au PDG des ciments Lafarge, en passant par Ignacy Sachs. La diversité des auteurs ou interviewés fait l’originalité de cet ouvrage.

Le développement durable : Dynamique et constitution d’un projet
ZACCAI, Edwin, P.I.E., 2002/11, 360 P.
Cet ouvrage analyse le développement durable pour savoir s’il peut offrir une véritable alternative face aux dommages infligés à l’environnement et face aux échecs du développement. Sur le plan politique, il retrace la rencontre entre les courants du développement et de l’écologie. Sur le plan économique, il analyse diverses réformes visant à intégrer les préoccupations environnementales. Le rôle des entreprises, mais aussi des associations et des experts, est étudié au regard des enjeux de durabilité, sachant que les différents acteurs interprètent les problèmes chacun selon sa logique.

Développement durable : pourquoi ? comment ?
CHASSANDE, Pierre, EDISUD, 2002/08, 189 P.
L’idée de développement durable est explicitée à travers "une approche globale, économique, environnementale et sociale du développement". Les différents principes de la Déclaration de Rio de 1992 sont présentés. Ils concernent la participation, la précaution, l’évaluation environnementale et le pollueur-payeur avec une approche économique. La population est finalement amenée à réfléchir sur le développement durable, lequel est ensuite mis en relation avec la périurbanisation.

La biopiraterie ou le pillage de la nature et de la connaissance
SHIVA, Vandana, ALIAS, 2002, 166 p.
L’auteure, scientifique et limitante indienne, démontre que la colonisation des peuples du Sud par les pays du Nord se poursuit par l’appropriation des ressources naturelles dont ils ont besoin. Elle expose la menace globale que représentent les transformations des organismes et leur exploitation pour le profit.

Mondialisation, institutions financières internationales et développement durable
AITEC ; AGIR ICI ; CRID, ARCHIMEDE ET LEONARD, 2000/07, n°14
Ce numéro fait le point sur les principaux sujets liés à la mondialisation de l’économie et à ses conséquences sur le développement durable, les droits économiques et sociaux, la lutte contre la pauvreté... Basés sur un renouveau de la pensée au sein de la société civile, les différents articles proposent également des alternatives au système économique dominant, des analyses sur la réforme des institutions financières, des programmes d’ajustement structurel et sur le traitement de la dette.

L’environnement

Sur le plan environnemental, atteindre l’objectif d’un développement durable, c’est savoir respecter les principales conditions suivantes :
 l’utilisation, la gestion durables des ressources naturelles (air, eau, sol, vie) et des savoirs humains ;
 le maintien des grands équilibres naturels (climat, diversité biologique, océans, forêts…) ;
 la maîtrise de l’énergie et l’économie des ressources non renouvelables (pétrole, gaz, charbon, minerais…) ;
Voir le dossier Environnement

L’Economie

Sur le plan économique, le développement durable dépend en particulier :

 d’un développement économique respectueux des milieux naturels d’où proviennent les ressources de base (agriculture et pêche)

 d’un changement profond dans les relations économiques internationales afin de promouvoir un commerce équitable et un tourisme solidaire et d’exiger que les entreprises prennent en compte les conditions du développement durable

 de l’annulation de la dette des pays pauvres et d’une augmentation des investissements afin qu’ils ne soient plus contraints à opter pour des profits à court terme en contradiction avec leur développement durable et celui de la planète.

 d’une réflexion sur une décroissance soutenable dans les pays développés.

Economie et développement durable : sept secteurs en débat
SACQUET, Anne-Marie ; BLANC, Nicolas - PARIS : COMITE 21, 2005/03, 225 P.
Il manque toujours une stratégie qui ouvrirait le marché français aux filières de l’économie sociale et de l’environnement qui peinent à s’installer sur le territoire. Sept secteurs (agroalimentaire , commerce, construction, énergie, industrie, transports, services) se concertent et suggèrent, aux vues des initiatives existantes, des actions pour ancrer le développement durable au coeur de l’activité économique en France.

Eco-économie : une autre croissance est possible, écologique et durable
BROWN, Lester R., SEUIL, 2003, 437 P.
La généralisation du modèle de croissance occidental est matériellement impossible. Il faut donc repenser l’économie en fonction de l’environnement et non l’inverse. Les moyens techniques existent pour mettre en oeuvre un véritable développement durable à l’échelle de toute la planète. Les nouvelles technologies, les énergies renouvelables et non polluantes, les politiques de la ville, la reforestation, entre autres, sont autant de pistes connues, expérimentées et maîtrisées qui dessinent la route vers une éco-économie.

Economie, le réveil des citoyens : les alternatives à la mondialisation libérale
ROUILLE D’ORFEUIL, Henri, LA DECOUVERTE, 2002/02, 197 P.
Cet ouvrage resitue le mouvement social mondial qui s’est manifesté à Seattle, Porto Alegre ou Gênes, dans le contexte économique et social de la fin du XXème siècle. Il est une invitation à agir, avec d’autres, pour essayer de changer les règles du jeu de l’économie libérale et pour participer à la construction d’une société d’initiative et de solidarité. Il propose de nombreux exemples d’actions concrètes, de la plus locale à la plus globale, qui construisent des approches citoyennes de l’économie.

Le développement soutenable
HARRIBEY, Jean-Marie, ECONOMICA, 1998/01, 112 P.
Cet ouvrage analyse la crise du développement qui n’arrive pas à faire reculer la pauvreté et qui est devenu insoutenable socialement et écologiquement. Il présente les propositions des économistes de l’environnement qui tentent d’estimer économiquement la valeur de la nature et de faire prendre en charge sa gestion relationnelle par le marché. Il montre que cette analyse est insuffisante car elle réduit les processus vivants à des phénomènes monétaires. Ensuite, il présente les tentatives en cours pour replacer l’économie dans la biosphère, en respectant les processus de reproduction des êtres vivants. Ce n’est qu’à cette condition que la durabilité (soutenabilité) c’est à dire l’équité intra et intergénérationnelle, pourra être assurée. Cela remet en cause le mythe du progrès humain apporté par la croissance économique illimitée.

Entreprises

Responsabilité sociale et environnementale : l’engagement des acteurs économiques
COMMENNE, Vincent (sous la dir. de) - PARIS : CHARLES LEOPOLD MAYER, 2006/06, 319 P.
Le développement durable a pour fondements un développement économique socialement équitable et respectueux de l’environnement. Cela pousse les entreprises à s’engager dans cette démarche de double responsabilité. Mais d’autres acteurs (associations de développement, syndicats, organisations de consommateurs, pouvoirs publics) mettent aussi en place une démarche éthique de responsabilité sociétale. Cet ouvrage analyse le fonctionnement de ces divers acteurs, leurs modes de relation, les moyens de faire émerger ces pratiques, mais aussi les freins et les résistances qui s’opposent à ces dynamiques.

Entreprise, société, développement durable : quelles responsabilités pour les managers ?
BERTHET, Vincent, ECONOMIE ET HUMANISME, n°370, 2004/10, P. 8-74
La première partie du dossier constate et analyse les changements en cours dans la gestion des entreprises, en tenant compte de leurs responsabilités sociales. La seconde partie étudie les attentes exprimées par les différents acteurs de l’entreprise notamment les salariés. La troisième partie souligne le rôle d’un contexte durablement porteur d’une responsabilité des entreprises dans la société, notamment sur le plan du droit.

100 questions pour comprendre et agir : le développement durable
JOUNOT, Alain, AFNOR, 2004, 153 P.
Les entreprises sont au cœur du développement durable et sont un des acteurs de sa mise en œuvre. Cet ouvrage s’adresse d’abord à elles et, en particulier, aux PME-PMI. Il apporte des réponses simples aux cent questions les plus fréquentes sur le développement durable. Il aborde l’historique du développement durable, la responsabilité sociale des entreprises, les référentiels existants, en particulier le SD 21000. Il présente la genèse du guide Afnor, l’intégration du développement durable dans les modes de production et donne des pistes pour la mise en oeuvre d’une démarche de développement durable.

L’entreprise verte : le développement durable change l’entreprise pour changer le monde
LAVILLE, Elisabeth, VILLAGE MONDIAL, 2004, 354 P.
Le concept de la responsabilité sociale et environnementale (RSE) et le développement durable sont fortement liés. Les entreprises deviennent des acteurs en faveur du développement en intégrant de nouvelles idées portant sur les matières premières, les déchets, le soutien aux projets sociaux et environnementaux. Les "entreprises vertes" comme le Body Shop, Ben
Jerry’s et Timberland adoptent une philosophie du respect de l’autre, du soi et de l’environnement. Des partenariats entre ces entreprises et des ONG se mettent en place. En France, la RSE s’installe plus lentement que dans les pays anglo-saxons et scandinaves, freinée par la culture d’entreprise et du management. L’intégration de la RSE des entreprises à l’agenda politique français et européen est encore loin d’être atteinte et représente encore un défi.

Les entreprises face aux enjeux du développement durable : Eléments d’un débat
NAJIM, Annie ; HOFMANN, Elisabeth, KARTHALA, 2003, 485 P.
L’ouvrage présente tout d’abord les enjeux du développement durable dans le contexte actuel à partir des articulations entre les différents types d’acteurs (ONG, société civile, entreprises). Les auteurs s’interrogent sur la collaboration entre les entreprises et les ONG, partenaires si différents. Aidera-t-elle à l’émergence d’une gouvernance mondiale susceptible d’exprimer les intérêts collectifs et à un système de régulation du capitalisme (codes de conduites, labels sociaux) ? Les auteurs constatent qu’il reste difficile d’évaluer le comportement des entreprises en matière de développement durable. La deuxième partie expose les diverses facettes de l’engagement des entreprises face au développement durable : entreprise sociale, investissement socialement responsable, microfinance, assurance, filière coton... et tente de lever le voile sur ces nouveaux concepts. La dernière partie regroupe des témoignages, points de vue et prises de position des différents acteurs du développement durable (ONG et entreprises).

Développement durable : 21 patrons s’engagent
DELAPORTE, Pierre ; FOLLENFANT, Teddy, LE CHERCHE MIDI, 2002, 225 P.
Lors du Sommet de la Terre de Rio (1992), les gouvernements se sont engagés à adopter des changements profonds et à appliquer Action 21, un plan d’action global intégrant les fondements économiques, sociaux et environnementaux du développement. Une cinquantaine de chefs d’entreprise du monde entier s’étaient également réunis à l’époque et avaient produit une base de travail pour mettre en œuvre le développement durable : le manifeste "Changer de cap". En 2002, 21 patrons français ont décidé d’apporter leur contribution à ce manifeste et donnent ici leur témoignage.

Agriculture et alimentation

Agriculture , développement durable et mondialisation
VELAZQUEZ, Antonio ; GEVAERT, Pierre, COLOPHON, 2006, 108 P.
Cet ouvrage collectif revisite l’agriculture de tous les pays, en révélant les implications d’une mondialisation qui correspond à un développement régressif, opposant dominants et dominés. Les auteurs cherchent à mieux comprendre pour mieux agir en faveur d’une agriculture voulue et non subie, pour tous, travailleurs de la terre. Ils souhaitent que soient redécouverts des modèles d’agriculture respectueux de l’agriculteur et de la nature.

Accompagner des groupes vers l’agriculture durable : animation, formation et développement : méthodes et outils
EDUCAGRI, 2003, 221 P.
L’action TREFLE, Territoires en REseau pour des Formations Liées à l’Environnement, est un réseau de praticiens qui regroupe les correspondants de dix organismes français de formation et de développement agricole et rural. Cet ouvrage collectif propose des méthodes et outils testés et utilisés au sein de l’action TREFLE, dans des démarches de développement, d’animation et de formation vers l’agriculture durable. Il s’adresse à des agents de développement, des conseillers, des animateurs territoriaux, des formateurs, des acteurs locaux, des agriculteurs.

La sécurité alimentaire : pour des politiques de développement équitable et durable
CICDA, 2001/11, 26 P.
Texte fondateur de "Agricultures paysannes et sécurité alimentaire" destiné à préciser les orientations stratégiques de CICDA (Centre International de Coopération pour le Développement Agricole) sur ses actions de coopération. Il s’appuie sur différentes expériences de projets mis en œuvre par CICDA, plus particulièrement en Amérique latine.

Agriculture et ruralité au Brésil : un autre modèle de développement
ZANONI, Magda ; LAMARCHE, Hugues, KARTHALA, 2001/06, 351 P.
Les auteurs défendent l’idée qu’il est non seulement nécessaire de penser une autre agriculture, mais qu’il est possible de la mettre en oeuvre. Cette agriculture qui aurait pour base les exploitations familiales et les établissements de réforme agraire, aurait le grand avantage, en valorisant leurs qualités intrinsèques, de garantir beaucoup mieux qu’actuellement la sécurité alimentaire des Brésiliens, la protection de l’environnement et l’équilibre villes-campagnes, et donc d’apporter une contribution essentielle à un véritable développement durable. Mais son plus grand avantage serait de permettre l’intégration sociale et l’accès à la citoyenneté de millions de Brésiliens actuellement exclus parce qu’ils n’ont pas de terre ou sont privés des moyens de la travailler.

Voir aussi la bibliographie du dossier L’Enjeu alimentaire
Voir aussi la bibliographie du dossier Du Nord au Sud pêcher pour vivre

Relations internationales

Développement durable et solidarité internationale : enjeux, bonnes pratiques, propositions pour un développement durable au Sud et au Nord
HAUT CONSEIL DE LA COOPERATION INTERNATIONALE
NICOLAS, Yveline - PARIS : HCCI, 2006/06, 136 P.
Le concept de développement durable est désormais au coeur des relations Nord-Sud. L’Agenda 21, stratégie de Développement durable fondée sur un ensemble de principes articulant niveau local et niveau global, insiste sur l’exigence de solidarité des pays riches en matière d’aide et de transferts de technologies adaptées. Les pays industrialisés sont historiquement les premiers responsables de la dégradation de l’environnement et du déséquilibre climatique. La protection des ressources et des équilibres naturels est un impératif pour tous les pays, mais sa mise en oeuvre ne peut se faire aux dépens du développement des plus démunis. Cet ouvrage propose une analyse des enjeux, différents points de vue, des applications concrètes, des bonnes pratiques et des ressources documentaires.

Memento : Critères de développement durable appliqués aux actions de coopération et de solidarité internationale
HAUT CONSEIL DE LA COOPERATION INTERNATIONALE - PARIS : HAUT CONSEIL DE COOPERATION INTERNATIONALE, 2005/01, 41 P.
La coopération internationale et la solidarité internationale sont abordées transversalement par rapport à la notion de développement durable. De nombreuses fiches - outils d’information et d’aide à la décision - permettent de prendre connaissance des différents critères sociaux, économiques, environnementaux, culturels qui touchent au développement durable et à son éducation dans le cadre de projets coopératifs à destination des pays du sud.

Le Mémo de Jo’burg : l’équité dans un monde fragile : Mémorandum en faveur du Sommet Mondial pour le Développement Durable
SACHS, Wolfgang, FONDATION HEINRICH BOLL, 2003, 88 P.
Ce mémorandum propose un agenda en faveur de l’équité et de l’écologie pour la prochaine décennie. Il a été rédigé par 16 militants indépendants de divers pays. Il soutient que le souci de l’environnement est crucial pour assurer aux groupes marginalisés des moyens d’existence et que les résolutions prises à Rio ont été largement balayées par la propagation de l’économie de marché. Il met en avant la signification de l’équité dans un espace environnemental limité. Il dénonce l’idée selon laquelle l’éradication de la pauvreté serait en opposition avec le souci de l’environnement. D’ailleurs ce sont les pauvres qui souffrent le plus des dégradations de l’environnement. Par contre la diminution de la pauvreté est indissociable de celle de la richesse : le nanti devra s’accommoder de ressources légères. Il ne peut y avoir d’écologie sans équité et vice et versa. Finalement les auteurs proposent des pistes pour une gouvernance en faveur de l’écologie et de l’équité : droits aux ressources et aux moyens d’existence, prix tenant compte des coûts environnementaux, contestation de la primauté de l’OMC sur les droits humains et l’environnement, production socialement responsable, allégement de la dette et taxation des échanges spéculatifs, transformation du PNUE en Organisation Mondiale de l’Environnement

Johannesburg : Sommet mondial du développement durable 2002 : Quels enjeux ? Quelle contribution des scientifiques ?
BARBAULT, Robert ; SACHS, Ignacy ; WEBER, Jacques, MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, 2002/07, 208 P.
Le Sommet Mondial sur le Développement Durable se tient à Johannesburg en septembre 2002. Il est l’aboutissement d’un long processus de prise de conscience qui a débuté dans les années 1970. Il doit considérer qu’après l’économie et l’environnement, le développement social est la clé de voûte du développement durable. Cet ouvrage montre le progrès des connaissances scientifiques accompagnant cette prise de conscience. Des scientifiques français (économie, anthropologie, écologie, agronomie, climatologie...) mettent à la disposition du lecteur les éléments nécessaires à la compréhension des débats du Sommet de la Terre.

Commerce international et développement durable : voix africaines et plurielles
MELENDEZ, Ricardo (sous la dir. de) ; BELLMAN, Christophe (sous la dir. de)
CENTRE INTERN. POUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE, 2002, 329 P.
Cet ouvrage traite des liens entre le commerce et la sécurité alimentaire, les droits de la propriété intellectuelle et la gestion des ressources biologiques. La question à laquelle les auteurs tentent de répondre est : comment concilier les objectifs de croissance économique auxquels le commerce international doit contribuer, avec les exigences du développement humain et la préservation des ressources naturelles.

Critères de développement durable appliqués aux actions de coopération et de solidarité internationale
HCCI, 2005/01, 36 P.
Ce dossier comprend la Charte de l’environnement et 12 fiches pratiques présentant des aspects méthodologiques, l’intégration de critères environnementaux, sociaux, économiques, culturels... dans les actions projetées.
Ce mémento est un outil d’information et d’aide à la décision pour tous ceux qui contribuent à concevoir, financer et mettre en œuvre, suivre et évaluer des stratégies et programmes de développement ou d’éducation au développement durable. Ils fournissent des conseils et des critères d’évaluation des projets à travers le prisme du développement durable dont une définition est fournie.

Le financement du développement durable
LIAISON ENERGIE-FRANCOPHONIE, n°60, 2003/07, 86 P.
Dans la perspective d’un symposium organisé en mai 2004 sur l’accès au financement international pour les pays moins avancés francophones, ce dossier s’attache à faire le point et à présenter certaines nouvelles orientations de cette question en pleine refondation, le financement du développement durable. Sont ainsi traités les thèmes de l’aide publique au développement des modes de financement novateurs, des investissements directs étrangers, du traitement de la dette, des partenariats public-privé, des systèmes de financement décentralisés ainsi que du financement des biens publics mondiaux.

Voir aussi la bibliographie du dossier Le Commerce équitable
Voir aussi la bibliographie du dossier Tourisme solidaire

Décroissance

La face cachée de la décroissance : la décroissance, une réelle solution face à la crise écologique ?
DI MEO, Cyril - PARIS : L’HARMATTAN, 2006/12, 206 P.
Cet ouvrage tente de cerner l’idéologie de le décroissance qu’on oppose au développement durable et qui prône la nécessaire sortie de l’économie en même temps que du développement. Se fondant sur les théoriciens anciens et actuels de ce courant, il explore les soubassements et les implications politiques. Loin d’être une solution d’avenir, pour les penseurs alternatifs, la décroissance serait une impasse réactionnaire utilisant des arguments spiritualistes, individualistes, malthusiens, etc. L’auteur ouvre le débat de la finalité du projet capitaliste du développement de la croissance au détriment des écosystèmes et du bien-être des populations. Il y a urgence à penser un nouveau modèle social, plus égalitaire, plus respectueux de la nature et plus démocratique.

De l’état stationnaire à la décroissance : histoire d’un concept flou
CLERC, Denis, L’ECONOMIE POLITIQUE, n°22, 2004/05, P. 76-96
Depuis deux siècles, l’opinion que la croissance économique ne peut être une situation durable est partagée par un grand nombre d’économistes. Leurs prédictions ont varié entre le diagnostic d’une évolution vers un état stationnaire (par fatalisme ou par une sage volonté humaine) et l’annonce d’une catastrophe finale. L’approche la plus récente consiste à prôner la décroissance au nom de la survie de l’humanité. L’interrogation sur la croissance pose de vraies questions. Le modèle de développement productiviste est destructeur de liens sociaux et de ressources non renouvelables. Son extension au monde entier se heurte à des impossibilités environnementales ou physiques. Rejeter en bloc le courant qui développe ces critiques radicales n’est pas sérieux. Il serait temps que les économistes se réveillent et répondent à ces questions vitales.

Objectif décroissance : vers une société harmonieuse
BERNARD, Michel ; CHEYNET, Vincent, PARANGON, 2003, 221 P.
Cet ouvrage collectif se fait l’écho de la contestation de la croissance économique en tant que fondement de l’écologie politique. Pour viser une économie saine et une société harmonieuse, il faudrait s’engager dans la voie de la décroissance. Un changement nécessaire des mentalités est explicité à travers plusieurs exemples : lutte contre l’effet de serre, abandon de l’automobile, installation à la campagne.

Le développement a-t-il un avenir ? : Pour une société économe et solidaire
HARRIBEY, Jean-Marie, MILLE ET UNE NUITS, 2004/06, 242 P.
La question du développement est aujourd’hui complexe et controversée. Depuis plus de cinquante ans, un type de production et de consommation gaspilleur a été présenté comme la voie unique à emprunter par tous les peuples pour accéder au bien-être social. Or, non seulement ce modèle a engendré des effets pervers d’appauvrissement et d’inégalités, mais tout démontre qu’il n’est absolument pas généralisable, compte tenu des contraintes environnementales : il est à proprement parler insoutenable. Alors, quelle conception du développement pour demain ? Comment le déconnecter de l’idée de croissance économique ? Le concept de développement durable est-il valide ? Il s’agit de s’interroger sur nos modes de vie individuels et collectifs, sur la manière dont fonctionnent nos sociétés et sur l’avenir de la planète.

Survivre au développement
LATOUCHE, Serge, MILLE ET UNE NUITS (FAYARD), 2004/10, 128 P.
L’auteur pense que le développement a récemment revêtu des habits neufs avec les vocables de "social", "humain", "durable" qui satisfont les critères de la Banque mondiale et du FMI. Mais la logique économique est restée la même et le modèle de développement conforme au néolibéralisme. Cette vision du développement repose sur la croyance en une prospérité matérielle possible pour tous, ce qui serait insoutenable pour la planète. L’auteur remet en cause les notions de croissance, de pauvreté, de besoins fondamentaux. Il veut déconstruire "l’imaginaire économique". Pour cela, il ne faut pas un retour en arrière, mais des alternatives au développement ; la décroissance conviviale, le localisme.

Défaire le développement, refaire le monde
LA LIGNE D’HORIZON ; LES AMIS DE FRANCOIS PARTANT
PARANGON, 2003, 410 P.
Textes présentés au colloque organisé en mars 2002 à l’Unesco (Paris).
L’ère de la mondialisation, qui succède à celle du développement, impose le modèle occidental dans tous les pays du monde. Les multinationales font toujours plus de profit et se jouent même des Etats. Le résultat est une pauvreté accrue dans les pays du Sud. Dans les pays du Nord, toute une frange de la population se trouve exclue du partage des richesses, pour cause de chômage ou de revenus trop bas, tandis que l’environnement est partout dégradé. Face à cette course au profit, il faut réagir et proposer des alternatives, comme le développement des entreprises de commerce équitable ou la promotion de l’interculturalité. Les plus pauvres peuvent prendre des initiatives pour être moins dépendants d’un service social démantelé. Ne se contentant pas d’un tableau alarmiste, les participants à ce colloque ont proposé des pistes et des solutions.

Développement insoutenable, pour une conscience écologique et sociale
BONNEVAULT, Stéphane, EDITION DU CROQUANT, 2003, 252 P.
Notre type de développement économique est à la fois socialement mortifère et écologiquement catastrophique. L’auteur ne se borne cependant pas à faire visiter l’impasse sociale et écologique dans laquelle la planète est entraînée. Il avance des propositions de pistes qui donnent à penser qu’il est possible d’espérer en sortir, en particulier en s’inscrivant dans un processus de décélération de la croissance.

La justice sociale

Les facteurs sociaux du développement durable sont l’accès à l’éducation, l’habitat, l’alimentation, les soins… afin de :

 satisfaire les besoins essentiels des populations
 combattre l’exclusion sous toutes ses formes (sociale, professionnelle…)
 stabiliser la croissance démographique
 maîtriser la croissance urbaine et les flux migratoires

C’est au niveau local que peuvent se mettre en place les structures sociales indispensables à un développement humain harmonieux, au Nord et au Sud.

Au Nord

Des technologies appropriées pour la construction, l’eau et la santé
LA REVUE DURABLE, n°19, 2006/03, P. 13-55
Ensemble d’articles sur des procédés locaux, durables et économiques dans le domaine de la santé, l’habitat, le fertilisation et la gestion de l’eau.

L’économie sociale, l’alternative citoyenne
FREMEAUX, Philippe ; ALTERNATIVES ECONOMIQUES, n°244, 2006-02
L’économie sociale est constituée d’organisations privées à caractère non lucratif. Il s’agit d’une autre économie qui est venue suppléer les carences de l’Etat en matière de protection sociale. Son principal défi est de rester une force de transformation sociale.

Mémento du développement durable : Les territoires inventent l’avenir
SACQUET, Anne-Marie ; DELJARRIE, Bernard, DEXIA EDITIONS ; VICTOIRES-EDITIONS, 2003/11, 150 P.
Cet ouvrage présente dix projets remarquables de développement durable mis en oeuvre par des collectivités territoriales françaises (communes, communautés d’agglomération, départements, régions), qualifiés d’ "Agenda 21 local".

Le progrès sans dérailler ! : le développement durable, un enjeu du 21e siècle
AGENCE REGIONALE POUR L’ENVIRONNEMENT MIDI-PYRENEES, ARPE, 2002/02, 98 P.
Ce guide rappelle les enjeux du développement durable, tout en montrant qu’un peu partout à travers le monde, des citoyens et des acteurs socio-économiques ont commencé à construire des pistes vers ce développement durable.

Repères pour l’Agenda 21 local : Approche territoriale du développement durable
COMELIAU, Laurent ; HOLEC, Nathalie ; PIECHAUD, Jean-Pierre - 4D
MISSION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET LA QUALITE, 2001/09, 156 P.
Depuis le sommet de la Terre de 1992 à Rio, le concept de développement durable s’est imposé dans l’actualité des collectivités territoriales et de leurs partenaires. La nécessité de lier le développement économique au développement social et à la protection de l’environnement s’est transcrite dans des textes législatifs et réglementaires exprimant par la même une prise en compte territoriale du développement durable. Parce qu’aujourd’hui, un habitant sur deux à l’échelle mondiale vit en milieu urbain et que 80 pour cent de la population des pays du Nord vit en zone urbaine, les villes sont particulièrement concernées par la pratique du développement durable. Ainsi elles sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans des démarches originales d’Agendas 21 locaux. Cet ouvrage s’adresse aux équipes municipales et aux élus déjà impliqués ou souhaitant s’engager dans un processus d’Agenda 21. Il donne un aperçu des expériences et des pratiques de terrain ou encore des nombreux outils méthodologiques.

Le développement durable : une autre politique pour les territoires ?
RESEAU DES AGENCES REGIONALES DES ENERGIES ET DE L’ENVIRONNEMENT,
1998/04, 67 P.
Ce document donne tous les éléments nécessaires pour créer un Agenda 21 local. La première partie en donne une définition : c’est un processus par lequel les collectivités locales travaillent avec tous les acteurs de la communauté pour élaborer un plan d’actions concrètes visant un développement durable. Celui-ci prenant en compte les dimensions sociales, économiques et environnementales. La deuxième partie donne le processus d’élaboration : motiver les élus, associer le public dans des groupes de travail, élaborer un plan d’action, évaluer et assurer le suivi.

Au Sud

Amazonie : développement durable et dynamiques sociales
LENA, Philippe (sous la dir. de) ; APARECIDA DE MELLO, Neli (sous la dir. de) - CAHIERS DU BRESIL CONTEMPORAIN, n°63/64, 2007/01, P. 1-295
Depuis les premières dénonciations de la déforestation de l’Amazonie, dans les années 1980, la conservation environnementale s’est organisée et a gagné en puissance. Quand les gouvernements militaires ont décidé l’occupation de l’Amazonie, c’était pour exploiter l’espace et les ressources ; rares étaient ceux qui parlaient de respect de l’environnement. Aujourd’hui, la forêt représente un usage légitimé par les services écologiques ; c’est un choix cohérent d’affectation des sols qui entre en concurrence avec d’autres types d’usage (cultures, pâturages). Le maintien de la forêt ne veut pas dire qu’elle ne peut pas être exploitée, tant pour son bois que pour les produits non ligneux, mais cela doit être fait de façon à ne pas altérer le fonctionnement des écosystèmes et à assurer la reproduction de leur biodiversité. Ceci est le discours officiel, malheureusement très contredit dans les faits.

Amazonie, le chemin de l’espoir
RUELLAN, Alain ; VERFAILLIE, Bertrand, CHARLES LEOPOLD MAYER ; DESCARTES, 2005/06, 152 P.
Il est d’usage de condamner l’Amazonie qui serait vouée à une destruction massive et dont les habitants n’auraient aucun avenir. Cet ouvrage prend le contre-pied de cette vision catastrophiste. L’Amazonie a évidemment été victime, depuis une centaine d’années surtout. Mais derrière l’horreur des massacres, dans l’enfer d’ultralibéralisme indifférent aux hommes et aux écosystèmes, pousse un espoir de révolution économique et sociale. La prise de conscience vient de l’étendue des dégâts : les Brésiliens, en particulier les Amazoniens, cherchent des alternatives, expérimentent de nouveaux modèles, inventent un développement durable enraciné dans le terroir et répondant aux besoins de la population.La clé de la survie de l’Amazonie réside dans ces démarches endogènes : son exploitation rationnelle, équilibrée, intelligente est possible et ne peut que profiter à l’humanité tout entière.

L’Amazonie : Vers un développement durable
DROULERS, Martine, ARMAND COLIN, 2004/01, 224 P.
L’Amazonie représente un espace original aux enjeux écologiques, économiques et géopolitiques considérables, marqué depuis une trentaine d’années par une exploitation croissante des ressources (bois, mines de fer, d’étain, d’or, de diamant) et par le développement de l’élevage extensif et des cultures. Ces bouleversements entraînent une déforestation et une urbanisation spectaculaires et désordonnées. Ces phénomènes transforment en profondeur un des derniers territoires sous-peuplés de la planète. Cet ouvrage éclaire les aspects contradictoires du développement et de la protection de l’environnement pris entre les impératifs de la grandeur nationale et le respect des populations locales. Les notions de mise en réserve, de ressources renouvelables, de durabilité sont au centre des programmes d’aménagement pour lesquels la participation des populations est de plus en plus sollicitée.

Vivre avec la forêt : gestion locale des ressources naturelles en Amazonie brésilienne et au Costa Rica
CASTELLANET, Christian, UICN ; GRET, 2002/09, 162 P.
Cet ouvrage étudie la conservation des écosystèmes forestiers tropicaux au Brésil et au Costa Rica. La question centrale porte sur la décentralisation des responsabilités publiques vers les collectivités locales. Après une présentation des cadres historiques et juridiques des deux pays, les auteurs exposent plusieurs expériences, conduites avec la participation de municipalités ou de groupes locaux, qui apportent des réponses sur la gestion des ressources naturelles par les collectivités locales. Ces articles montrent comment se répartissent les compétences entre le niveau national et le niveau local, quelles sont les contraintes et comment les améliorer et comment se mobilisent les communautés pour mettre en place et défendre leurs projets.

Waza Logone : Histoires d’eaux et d’hommes
NORAY, Marie Laure de, UICN, 2002, 128 p.
Dans le Nord Cameroun, toute une région vivait au rythme des crues du Logone et des sécheresses. Cet équilibre convenait parfaitement aux populations. Mais la construction d’un barrage sur le Logone est venu tout bouleverser ; barrage décidé et financé par des technocrates qui ne connaissaient pas les modes de vie régionaux. Depuis quelques années, un contre-projet s’est mis en place. Les populations ont repris les choses en main et ont réorganisé leur vie, rendant à la région son équilibre écologique. L’auteure explique ce projet à travers les paroles et les portraits de personnages de la région : pêcheurs, éleveurs, chefs coutumiers, femmes, etc...

Le développement durable en Amapá (Brésil)
RUELLAN, Alain ; RUELLAN, Françoise, A.R. PUBLICIDADE, 1999/10, 92 P.
Evaluation critique du programme de développement durable de l’Amapá (PDSA) entrepris en 1995 par le gouverneur Capiberibe, élu fin 1994 et réélu fin 1998 pour un deuxième mandat (1999-2002). La mission effectuée en Amapá par les Ruellan en janvier 1999 leur a permis de conclure l’ouvrage par neuf recommandations au gouverneur.

La démocratie participative

Le respect de l’environnement, un développement économique respectueux et la mise en place d’une justice sociale ne peuvent être atteint qu’avec la participation de tous les citoyens. Le Développement Durable exige la démocratie et la participation effective à cette démocratie : c’est ce qu’on appelle la démocratie participative.

La société civile, le 3e pouvoir : Changer la face de la mondialisation
PERLAS, Nicanor, EDITIONS YVES MICHEL, 2003, 331 P.
L’auteur est une figure des militants engagés dans la lutte contre la mondialisation néolibérale. Selon lui, réduire la mondialisation à sa seule composante économique et financière est dangereux. Il ne faut pas oublier qu’elle concerne également les dimensions politique, sociale, culturelle, psychologique et même spirituelle de la vie de l’humanité.
Pour Nicanor Perlas, la société civile est constituée de toutes les forces vives sociales et culturelles d’une nation. C’est un troisième pouvoir qui est en train de s’affirmer dans un monde dominé par les pouvoirs économiques et politiques. La déroute de l’OMC à Seattle, en décembre 1999, marque l’apparition de cette troisième force à côté des gouvernements et des marchés. Plus elle s’organisera, plus les autres pouvoirs devront prendre en compte les valeurs qu’elle défend. Mais elle doit prendre conscience de la nature de son propre pouvoir, qui est culturel. L’auteur met la culture à égalité avec le politique et l’économique dans ce qu’il appelle la " triarticulation " (Marché, Etat et Société Civile) dont la finalité est de faire progresser la société vers un développement durable, vraiment global et intégré.

Les non-dits de la bonne gouvernance : pour un débat politique sur la pauvreté et la gouvernance
HAUT CONSEIL DE LA COOPERATION INTERNATIONALE, KARTHALA, 2001/08, 272 P.
Avec la mondialisation et l’accroissement de la pauvreté, il est urgent que les pauvres jouent un rôle de citoyens à part entière, jouissant de tous les droits économiques, sociaux et politiques. Il faut réaffirmer que l’Etat est un des instruments-clés du développement et de la lutte contre la pauvreté et sortir du faux débat opposant la société civile à l’Etat. Les politiques d’aide ont souvent sous-estimé l’importance des réformes institutionnelles permettant aux Etats de mieux gérer : le concept de gouvernance pourrait être la réponse à ce problème.L’Europe, prépondérante dans les institutions financières internationales, devrait pouvoir favoriser l’émergence du concept d’un développement durable, comprenant l’économie populaire et la démocratie participative.

Administrer l’environnement en Afrique : Gestion communautaire et développement durable
COMPAGNON, Daniel ; CONSTANTIN, François, KARTHALA ; IFRA, 2000/03, 495 P.
Les politiques autoritaires centralisées de gestion des ressources naturelles sont un échec. Elles ont entraîné la dégradation de la biodiversité. C’est pourquoi s’est imposée la nécessité d’une révision profonde de l’approche du problème, en favorisant la réintégration des populations locales comme acteurs primordiaux de cette gestion. Cette participation, présentée comme une composante de la démocratisation des systèmes politiques, devrait conduire à une rationalisation effective de l’utilisation des ressources naturelles, assurant leur renouvellement. L’une des pistes empruntées consiste à retrouver les modes de gestion communautaire que la culture juridique coloniale avait arbitrairement condamnés.Il s’agit, en s’appuyant sur différentes expériences, de confronter les pratiques et de briser les clivages traditionnels, scientifiques, linguistiques ou professionnels. Les communications ici rassemblées tiennent compte de la diversité des situations géographiques, des ressources à gérer de manière durable et des résultats, échecs et réussites.

Horizons nomades en Afrique sahélienne : Sociétés, développement et démocratie
BOURGEOT, André, KARTHALA, 1999/02, 496 P.
Cette étude sur les sociétés pastorales en Afrique sahélienne utilise une approche pluridisciplinaire et associe chercheurs du Sud et du Nord. Les différents thèmes soulignent l’émergence d’une problématique des sociétés pastorales.
 Démocratie, décentralisation et pouvoirs locaux : les changements dont l’Afrique a été le théâtre depuis le début des années 90.
 Organisation territoriale, transhumance et frontières : l’internationalisation des problèmes en matière d’élevage extensif.
 Economie et savoirs pastoraux : la crise généralisée des sociétés pastorales confrontées à une extension conflictuelle et parfois meurtrière de l’espace agricole.
 Gestion des espaces pastoraux et agro-pastoraux : les enjeux du foncier.

Approches participatives pour un développement durable
LAMMERINK, Marc P. ; WOLFFERS, Ivan, KARTHALA ; IPD, 1998/03, 216 P.
La recherche classique, qu’elle soit agronomique, médicale ou autre, s’est montrée inadaptée aux difficultés de nombreuses populations des pays du Sud. Les modèles conçus par les organismes de recherche ne peuvent être transmis tels quels à des groupes de personnes vivant en grandes difficultés. La méthode doit être inversée : ce n’est plus l’organisme de recherche qui doit se trouver au centre, mais la ferme, le dispensaire rural ou le quartier. Le recherche participative est menée par et pour les populations et non à leur sujet. Elle implique des relations différentes entre les personnes et les chercheurs, les instituts de recherche et l’Etat. Elle présente de multiples approches qui partent du constat que les populations ont un savoir, des connaissances, une expérience qu’il faut prendre en compte.La première partie de l’ouvrage présente les divers problèmes méthodologiques. La deuxième présente six expériences dans différents pays.

L’Education au développement durable

De l’école au campus, agir ensemble pour le développement durable, guide méthodologique de l’Agenda 21 scolaire
SACQUET, Anne Marie (sous la dir. de) - PARIS : COMITE 21 ; SCEREN, 2006, 104 P.
Ce guide situe les idées de développement durable et d’Agenda 21 du global au local puis donne des repères méthodologiques pour initier, poursuivre et évaluer des Agendas 21 d’établissements scolaires. De nombreux encarts donnent des témoignages et des exemples.

Pour tous, grâce à tous, au présent et au futur, le développement durable
ADEME - ANGERS : IME, 2005/03, 28 P.
Ce petit livret nous propose des engagements faciles à mettre en oeuvre dans notre quotidien (à la maison, en vacances, pendant des achats, le rapport avec les élus), comment participer en tant que citoyen et être à l’écoute du monde.

Clés pour une éducation au développement durable
RIONDET, Bruno, HACHETTE LIVRE ; CRDP POITOU CHARENTE, 2004, 143 P.
Parce qu’une éducation de tous les individus au développement solidaire est plus que jamais encouragée par les politiques publiques, ce livre donne une vision panoramique des formes multiples de cette éducation, sans oublier de signaler les pièges et autres difficultés tant pratiques que conceptuelles. En exposant clairement les principaux fondements (le social, l’économique, l’environnemental, la solidarité intergénérationnelle, la coopération Nord-Sud), il privilégie l’approche systémique, pour prendre en compte la complexité du monde, afin de mieux le transformer.

L’éducation au développement durable
CHASTANG, Sandrine (sous la dir. de), Cahiers pédagogiques n°405, 2002/06, P. 9-49.
Le développement durable est devenu un terme à la mode. Toutefois, même si ce concept tend à être récupéré, ce terme n’en est pas moins porteur d’un nouveau modèle économique et social alternatif. Pour expliquer le terme "développement durable", ce dossier se décline en trois parties : De quelques concepts ; Eduquer pour un autre monde ; Etats des lieux et enjeux.

Les chantiers du développement durable (sept fiches pour comprendre, anticiper, débattre)
Paris : Solagral, 2002/07, 36 P.
Ce document pédagogique vise à alimenter les débats sur les enjeux du sommet du Développement durable de Johannesburg. Il présente les grandes évolutions en cours, à partir de sept grands axes : développement durable, commerce, lutte contre la pauvreté, droits fondamentaux, société civile, acteurs privés et gouvernance.

Quel avenir pour le développement durable ?
Bourg, Dominique. Le Pommier, 2002, 61 P..
Le développement durable est un concept à la mode, présent dans toutes les bouches et accommodé à toutes les sauces. Mais sait-on précisément ce qu’il recouvre ? Après avoir tenté une définition du développement durable, l’auteur rappelle que l’on a commencé à s’interroger sur la non-durabilité du développement industriel au début du XXe siècle et que la notion d’éco-développement est apparue dans les années 1970. Il affirme ensuite qu’au point de vue des techniques, de l’économie, de l’énergie, de l’environnement, nos styles de vie sont condamnés à long terme.

Education et développement durable : le vrai chantier
La Revue Durable, n°8, 2004/01.
Un dossier qui se penche sur les possibilités de faire de l’école un lieu d’éducation d’acteurs solidaires et lucides.

Nouveautés

Formations

Ressources documentaires

Campagnes

À lire sur les sites des membres

Agenda

Tout l'agenda