Suivez-nous

Accueil > S’informer > Dossiers > L’Accès à la terre : Une question d’actualité > Bibliographie sur l’accès à la terre

L’Accès à la terre : Une question d’actualité

Bibliographie sur l’accès à la terre

, par CRIDEV

Généralités

Gouvernance foncière et sécurisation des droits dans les pays du Sud : Livre blanc des acteurs français de la Coopération
LAVIGNE-DELVILLE Philippe - FONCIER ET DEVELOPPEMENT, AFD, juin 2009
L’objectif du Livre blanc sur « la gouvernance foncière et sécurisation des droits dans les pays du Sud » est d’être un outil d’échange et de dialogue avec tous les acteurs impliqués dans les projets ayant une dimension ou des implications foncières, et en premier lieu les gouvernements et les partenaires de l’aide internationale au développement. Dans un monde globalisé, il propose un regard critique sur les interventions passées et actuelles des acteurs français de la coopération. Il propose un cadre d’analyse de la question foncière afin d’en comprendre la dynamique et de proposer des outils et des modalités d’intervention compte tenu des contraintes locales, nationales et globales.

Politiques foncières rurales
GRAIN DE SEL, Bulletin de veille n°163, juillet 2010
Ce bulletin de veille spécial est consacré aux politiques foncières rurales, principalement en Afrique de l’Ouest et à Madagascar. A quelles problématiques la mise en place de politiques foncières tente-t-elle de répondre ? Quels sont les instruments de politiques foncières sur le terrain ? Quelles évolutions récentes peut-on constater dans l’élaboration des politiques foncières et quels sont les enjeux de demain ? Ce bulletin tente d’apporter des éclairages à ces questions, en rassemblant de la documentation et des références bibliographiques essentielles.

Réforme agraire et Mouvement des sans-terre sous le gouvernement Lula
FERNANDES, Bernardo Mançano - ALTERNATIVES SUD, n°1, 2010/03, P. 105-121
Le premier mandat présidentiel de Lula a suscité de fortes espérances et les mouvements paysans ont réalisé le plus grand nombre d’occupations de toute l’histoire de la lutte pour la terre au Brésil. Contrairement à ce qui s’est passé pendant le second mandat Cardoso qui a criminalisé les occupations, le gouvernement Lula a privilégié le dialogue. Ces dernières années, l’agrobusiness et la paysannerie ont tous deux élargi leur territoire respectif. L’expansion du territoire paysan résulte de la cession de terres publiques par régularisation foncière et par l’achat de terres au moyen de politiques de crédit foncier.

Mouvement des sans-terre : 25 ans d’obstination
STEDILE, Joso pedro - DIAL, n°3066, 2009/07/02, 2 P.
L’auteur est membre de la direction nationale du Mouvement des sans-terre (MST) qui célèbre en 2009 ses 25 ans d’existence. Après l’occupation d’une terre, un village avec tout ce qu’il faut pour vivre, ou "assentamento" est créé sur le terrain récupéré par une communauté de sans terre. En janvier dernier, une réunion de plus de 2 000 personnes a été organisée dans le "Novo sarandi", dans l’Etat de Rio Grande do Sul, qui fut le premier assentamento créé par le MST.

Le foncier, un enjeu crucial aux multiples dimensions
GRAIN DE SEL, n°36, 2006/09, P. 12-26
L’Accès à la terre est un droit et constitue tout l’enjeu des politiques foncières. Dans bon nombre de pays africains la sécurité foncière est une des conditions d’un développement durable. Face à l’urbanisation, aux lois du marché, l’accaparement de la terre est source de conflits et de luttes de pouvoir. Face à ces enjeux, l’Etat a un rôle important de régulation à jouer.

Un nouveau radicalisme agraire
DUCLOS, Nathalie - CRITIQUE INTERNATIONALE, n°31, 2006/04, P. 121-195
Régulièrement annoncé comme mort, le monde agricole résiste encore et s’invite toujours dans les agendas politiques. Que ce soit à propos de l’Accès à la terre ou des modes de production, ces mouvements peuvent être radicaux. Certains sont issus de l’extrême droite nationaliste nostalgique d’un "âge d’or" mythifié, d’autres sont les héritiers de révolution sociale. Ce qui est fondamentalement en cause dans ces radicalités, c’est le refus de se voir imposer un modèle de développement productiviste. Au delà des différences, les modes d’action se ressemblent dans leur souci d’efficacité (activation de réseaux politiques, souci d’élargir l’assise de leurs revendication...).

Agricultures et paysanneries des Tiers Mondes
DUFUMIER, Marc - PARIS : KARTHALA, 2004/09, 600 P.
L’auteur présente et explique la diversité des conditions et des modalités de transformation de l’agriculture dans les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Les paysanneries du "Sud" ont continuellement modifié leurs systèmes de production agricole de façon à pouvoir mettre durablement à profit des caractéristiques propres de leurs environnements respectifs, d’où des techniques et des savoir-faire adaptés à la diversité des écosystèmes : association de cultures, nomadisme pastoral, repiquage du riz... Ce serait une erreur de croire que le développement de l’agriculture dans les divers Tiers Mondes devrait suivre la voie tracée par les exploitants des pays industrialisés (produits chimiques et mécanisation). Le problème est que, dans le contexte de la mondialisation, les paysans du Sud avec leur outillage manuel ne peuvent résister à la concurrence des exploitants du Nord ; ils sont souvent condamnés à l’exode.

Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité
LAVIGNE-DELVILLE, Philippe (sous la dir. de) - PARIS : KARTHALA ; COOPERATION FRANCAISE, 1998/10, 744 P.
En Afrique noire, la question foncière est au centre des problèmes. L’échec du modèle de gestion étatique est avéré, mais les politiques de privatisation des années quatre-vingt ont un bilan mitigé. On parle d’une gestion locale des ressources, mais ses contenus et ses modalités restent flous. De fortes interrogations demeurent sur les options de politiques foncières aptes à faire face aux enjeux du XXIe siècle et sur les méthodes pour les mettre en œ uvre. Cet ouvrage confronte les avancées récentes de la recherche foncière et les acquis des expérimentations de terrain, dans une perspective transdisciplinaire. Il propose un état des lieux des connaissances et des savoir-faire, à partir desquels décideurs, chercheurs et praticiens peuvent travailler ensemble à mettre en place les dispositifs juridiques, institutionnels et techniques adaptés. Cet ouvrage traite des multiples facettes de la question foncière, telles que les enjeux des conflits fonciers, les conséquences de la coexistence de multiples systèmes de normes foncières, le rôle des autorités locales dans la régulation foncière, ainsi que des liens entre sécurité foncière et intensification. Il aborde également des perspectives de gestion des ressources communes, des enjeux politiques et économiques du contrôle de la terre, des problèmes d’articulation entre décentralisation administrative et gestion décentralisée du foncier, ou bien encore les problèmes de recueil et de transcription juridique des droits fonciers.

Question foncière et développement

De la civilisation des normes à la spoliation des droits de propriété : le stress foncier des campagnes camerounaises
ANTANG YAMO - ENJEUX, n°39, 2009/04, P. 59-61
Depuis l’époque coloniale, la question foncière est omniprésente au Cameroun. Deux registres juridiques s’y opposent : la coutume et le droit de l’Etat. Alors que la pression démographique se fait sentir, différents usagers veulent se procurer la terre pour la mise en culture, la création de plantations ou celle d’aires protégées. Des communautés rurales autochtones ont été expropriées au profit de l’agro-industrie, d’autres se sentent menacées par la création de parcs nationaux.

Droit foncier
RCN JUSTICE ET DEMOCRATIE - BRUXELLES : RCN JUSTICE ET DEMOCRATIE, 2009/01, 35 P.
L’association RCN se centre au premier trimestre 2009 sur la question du droit foncier et de ses difficultés associées dans les Etats du Rwanda, du Burundi, de la RDC, du Soudan et de la Belgique. Ainsi se pose la question de l’état civil, de l’identité familiale ou de groupe ou encore de lutte contre la pauvreté par l’accès à la terre. Les conflits qui en découlent doivent être encadrés au mieux par l’Etat qui doit également protéger les populations locales contre les pressions du marché international. Les conflits du droit foncier et du développement local, sont également associés aux problèmes environnementaux.

Accorder l’accès à la terre
CRIDEV ; PEKEA ; FRERES DES HOMMES - RENNES : CRIDEV ; PEKEA ; FRERES DES HOMMES, 2007/09, 126 P.
Près d’un milliard de ruraux vivent aujourd’hui dans le monde sans pouvoir se nourrir correctement du fait de la difficulté, voire l’impossibilité, d’accéder à la terre. Posséder une parcelle de terre, c’est disposer d’une source de richesse. Les activités liées à la terre sont à la base même des moyens de subsistance, d’emplois, de revenus et de gestion durable de l’environnement. Le contrôle de la terre est donc un enjeu politique et économique majeur et ce dans toutes les régions du globe. Du Brésil à l’Indonésie, en passant par le Zimbabwe, cet ouvrage vise à faire un point sur la situation de l’accès à la terre dans le monde et à exposer les enjeux politiques, économiques et sociaux de ces luttes.

Accès à la terre, dynamique démographique et ancestralité à Madagascar
OMRANE, Mustapha - L’HARMATTAN, 2008, 264 P.
Interactions entre la croissance démographique et l’accès à la terre à Madagascar. Cet ouvrage met en évidence les enjeux de la gestion foncière.

Comment garantir le droit à la terre ?
DEFIS SUD, n°74, 2006/08, P. 19-38
L’Accès à la terre engendre violences et conflits. Face à la complexité accrue de la gestion du foncier, on se demande comment et pour qui garantir le droit à la terre. Pour 80 pour cent des habitants d’Afrique, c’est un enjeu primordial. Des intérêts multiples mêlent les traditions, les lois, les réformes. Les petits paysans font des cultures vivrières, tandis que les cultures d’exportation sont sous le contrôle de l’agro-industrie. Ce dossier présente les problèmes du foncier dans différents pays africains et un exemple en Amazonie ; il montre l’importance pour les différents acteurs, en particulier pour l’Etat, de réglementer l’Accès à la terre et de la sécuriser.

Le foncier en Afrique : Actif marchand ou moyen de subsistance sûr ?
IIED ; NRI ; RAS - PROGRAMME ZONES ARIDES, n°136, 2005/03, 20 P.
Ce dossier sur le foncier en Afrique est issu d’une conférence tenue en Angleterre visant à générer des messages politiques en vue du sommet du G8 prévu en 2005 sous la présidence britannique. Reconnaissant la sécurité des droits fonciers comme indispensable à la paix, la stabilité et la croissance économique, constatant les défis issus de l’essor des métropoles, explorant les divers moyens mis au point pour réformer la gestion de ces droits fonciers et sécuriser le foncier africain, les intervenants ont formulé un ensemble de recommandations qu’ils souhaitaient voir pris en compte par le G8.

Le développement d’un marché foncier ? Une perspective ivoirienne
COLIN, Jean-Philippe - AFRIQUE CONTEMPORAINE : AFRIQUE ET DEVELOPPEMENT, n°213, 2005/01, P. 179-196
La question des marchés fonciers est devenue centrale dans la réflexion économique sur le développement. Cet article étudie les conditions d’émergence et de développement des transactions foncières en Afrique, à partir du cas de la Côte d’Ivoire. Les marchés de droits sur la terre jouent potentiellement un rôle déterminant en permettant d’améliorer l’allocation des facteurs dans un contexte où les facteurs de production et les capacités de gestion sont hétérogènes.

Individus et collectifs dans l’appropriation des ressources : le cas d’une communauté andine péruvienne
AUBRON, Claire - AUTREPART, n°34, 2005/07, P. 65-84
Dans un contexte de communauté paysanne où les rapports fonciers sont des combinaisons de droits individuels et collectifs, les modalités d’appropriation des ressources et leurs évolutions conditionnent la durabilité des systèmes de production. Cet article étudie ce phénomène dans le cas d’une communauté andine péruvienne qui travaille essentiellement dans la production laitière.

Patrimoines locaux et législations foncières à l’heure de la décentralisation en Haute-Casamance (Sénégal)
FANCHETTE, Sylvie, 2005/02, P. 97-134
Dans une logique à la fois productiviste (développement des cultures d’exportation et des cultures vivrières) et environnementale (protection des ressources naturelles), le gouvernement du Sénégal s’est engagé dans une réforme foncière pour libérer la terre de la mainmise des autorités coutumières, notamment en Haute-Casamance. Cet article cherche à voir si les lois foncières et décentralisatrices des années 1990 ont permis d’améliorer les conditions de répartition et de gestion des terres dans cette région. Sa conclusion est plutôt pessimiste.

Lorsque le Far East n’était pas le Far West. La dynamique de l’appropriation foncière dans un ancien "no man’s land" de basse Côte d’Ivoire
COLIN, Jean-Philippe - AUTREPART, n°30, 2004/10, P. 45-62
Dans une zone de la petite côte, des principes partagés par les pionniers de différentes origines qui ont colonisé cette zone, ont permis de réguler l’accès initial à la terre. Le fait que le droit du pionnier sur la terre ne venait pas d’un héritage coutumier lui a permis de disposer de la terre en tant que bien propre.

Bouleversements fonciers en Méditerranée : Des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations
ELLOUMI, Mohamed (sous la dir. de) ; JOUVE, Anne-Marie (sous la dir. de) - PARIS : KARTHALA ; CIHEAM, 2003, 384 P.
Résultat d’une coopération du CIHEAM et de l’UE, cet ouvrage analyse les changements des structures foncières des espaces périurbains dans le bassin méditerranéen dans le contexte de la privatisation du foncier et de l’urbanisation.

Sécurisation des droits fonciers délégués en Afrique de l’Ouest
LAVIGNE DELVILLE, P. ; TOULMIN, C. ; COLIN, J-P. ; CHAUVEAU, J-P. - PROGRAMME ZONES ARIDES, n°107, 2001, 32 P.
Ce texte synthétise les résultats de l’étude "Droits délégués d’Accès à la terre et aux ressources renouvelables : négociation, renégociation, sécurisation" qui s’est déroulée entre 1998 et 2001. Le document donne une synthèse des procédures de délégations de droits d’exploitation en analysant les débats contemporains et l’importance qualitative et quantitative des procédures locales de délégation des droits fonciers. Puis il analyse les modalités, dynamiques et enjeux des droits délégués et les implications pour les politiques foncières.

Les conflits autour de la terre

Les Mapuches du Chili
VOLCANS, n°63, 2006/11, P. 12-23
Malgré une farouche résistance, les Mapuches n’ont pu conserver qu’une infime partie de leur ancien territoire. Réduits à cultiver de minuscules lopins de terre, la plupart d’entre eux sont devenus ouvriers agricoles très mal payés ou chômeurs dans les grandes villes. Les politiques et même la gauche chilienne n’ont pas pris en compte les spécificités de leur culture. Avec la relance de l’exploitation des richesses, les conflits s’amplifient et des Mapuches sont actuellement les seuls citoyens chiliens emprisonnés pour des motifs politiques.

La terre ou le fusil ? Les racines agraires des conflits de la région du fleuve Mano
RICHARDS, Paul - AFRIQUE CONTEMPORAINE, n°214, 2005/03, P. 37-57
L’origine des conflits du Libéria et de Sierra Leone a été souvent associée à la situation de la jeunesse urbanisée. Des recherches récentes indiquent cependant que la prise en compte du contexte rural est très importante. Les combats se sont déroulés principalement en zone rurale, impliquant de nombreux jeunes ruraux qui avaient des préoccupations locales. Il faut donc substituer au modèle de conflits urbains, reflet du mouvement estudiantin des années 1970, un nouveau modèle de guerre comme révolte rurale. L’article suggère que la résolution de ces conflits passe par une situation agraire plus juste, de la réforme du droit foncier à celle des règles matrimoniales.

Un autre monde est-il possible ? Le mouvement des sans-terre au Brésil
MORAES, Reginaldo C. ; COLETTEI, Claudine - CRITIQUE INTERNATIONALE, n°31, 2006/04, P. 161-175
Les transformations des structures agraires brésiliennes après 1964 permettent d’expliquer l’apparition et l’expansion du Mouvement des sans-terre. L’exclusion sociale conjuguée à l’incapacité du syndicalisme rural traditionnel à lutter contre la concentration des terres dans les mains de quelques-uns, le tout lié à une influence grandissante des mouvements liés à l’Eglise catholique progressiste, ont permis aux sans-terre de s’organiser et de se renforcer. Ainsi les spécificités, les modes d’actions, les valeurs entre autres choses, révèlent une idéologie socialiste mêlée d’influences religieuses et qui se tournent aujourd’hui vers l’altermondialisme.

Zimbabwe : la "soif de terres" aux origines du mouvement des anciens combattants
ANDREW, Nancy ; SADOMBA, Wilbert - CRITIQUE INTERNATIONALE, n°31, 2006/04, P. 125-144
En 2000, les anciens combattants de la lutte pour l’indépendance des années 1970 ont lancé un vaste mouvement d’occupation des terres. Les dynamiques de la géographie de ce mouvement ainsi que l’attitude de l’Etat rendent ces occupations différentes des précédents mouvements. Ce mouvement a certes mis fin au contrôle des grandes fermes par la minorité blanche mais de nombreuses questions restent en suspens notamment sur le cadre politique actuel et sur les effets sur l’attribution des terres.

Le temps des jacqueries
CHAUMEAU, Christine - ENJEUX INTERNATIONAUX, n°13, 2006/07, P. 14-17
L’essor économique de l’Asie masque de nombreuses inégalités. La misère rurale et l’explosion du nombre de paysans sans terre sont une réalité criante. Dans de nombreux pays, les conflits et les luttes paysannes se multiplient, bien que les problématiques soient souvent très différentes d’un pays à l’autre.

Enjeux et conflits autour des territoires amérindiens en Amazonie brésilienne
LE TOURNEAU, François-Michel - PROBLEMES D’AMERIQUE LATINE, n°60, 2006/05, P. 71-91
Les territoires réservés aux populations indiennes se sont multipliés en Amazonie brésilienne depuis une vingtaine d’années et constituent actuellement un cinquième du territoire de la région. Ceci est dû aux revendications des Indiens qui ont abouti à la Constitution de 1988. Mais l’attribution de terres rend plus difficile l’exploitation des ressources naturelles et perturbe la politique fédérale d’aménagement. Si le rôle des Indiens dans la protection des forêts tropicales a souvent été mis en avant, ceux-ci développent parfois des pratiques contraires à cet objectif. L’attribution des terres n’a guère amélioré la situation sociale et économique des populations indiennes. L’action du lobby indigéniste s’est orientée vers une gestion des territoires qui permette d’apporter des bénéfices à leurs habitants et de préserver l’environnement.

Le Darfour, un conflit pour la terre ?
TUBIANA, Jérôme - POLITIQUE AFRICAINE, n°101, 2006/03, P. 111-131
Au Darfour, le déplacement de deux millions de civils non arabes ne résulte pas seulement de la répression gouvernementale contre la rébellion. Les supplétifs arabes profitent de la guerre pour essayer de récupérer des terres ; ils demandent la mise en place d’un droit foncier moderne, alors que le gouvernement, sous la pression des "rebelles" s’est engagé à restaurer le système traditionnel.

La paysannerie mexicaine entre insurrection et exode
DUFUMIER, Marc, 2004/09, P. 321-354
L’agriculture mexicaine a commencé dans de grandes haciendas. Les révoltes paysannes ont amené différents épisodes de réforme agraire. Actuellement les productions de blé et de légumineuses sont exposées à la concurrence des productions états-uniennes. Les productions dont le Mexique était traditionnellement exportateur (coton, café) ont considérablement baissé. L’exode rural est important et souvent suivi de tentatives d’émigration vers les
Etats-Unis.

Genre et Accès à la terre

Synthèse du rapport de recherche "droits des femmes et accès au foncier, une citoyenneté à conquérir" (GESTES)
Le lundi 28 juin 2010, le GESTES (Groupe d’études et des recherches genre et sociétés) a organisé à Saint-Louis un atelier national de restitution des résultats de la recherche « Droits des femmes et accès au foncier : une citoyenneté à conquérir »
Lire en ligne en 4 parties : http://www.hubrural.org/..1. ; http://www.hubrural.org/..2.
http://www.hubrural.org/..3. ; http://www.hubrural.org/...4

Le désert vert avance
DOS REIS, Isabelle - ALTERMONDES, n°6, 2006/06, P. 41
Au Brésil et en Uruguay, la monoculture de l’eucalyptus est désignée par les associations sous le nom de "désert vert". Gourmande en espace et en eau, cette culture dégrade les sols. Des sociétés multinationales sont propriétaires des plantations et des usines de cellulose très polluantes, où les conditions de travail sont souvent indignes pour une production de papier d’emballage, destinée aux pays du Nord. Le 8 mars 2006, 2000 femmes soutenues par Via Campesina ont mené une action "coup de poing" pour dénoncer cette situation. 37 risquent actuellement la prison.

Pauvreté et inégalités de droits en Afrique : une perspective "genrée"
ORDIONI, Natacha - MONDES EN DEVELOPPEMENT, n°129, 2004, P. 93-106
A partir d’un tour d’horizon des normes juridiques qui régulent les relations entre les sexes dans différents pays africains, cet article analyse à travers quels processus les discriminations dont sont victimes les femmes affectent leur pouvoir d’action, leur santé et leur sécurité, et compromettent les perspectives du développement. L’évolution des lois ne garantit pas toujours l’amélioration de la situation des femmes, par exemple en matière d’Accès à la terre. En outre, la faible socialisation juridique des femmes et le recours aux stratégies judiciaires (forum shopping) renforcent la coexistence de plusieurs ordres normatifs qui leur sont défavorables. Malgré la lenteur des progrès constatés, l’ordre normatif coutumier ressort affaibli par les évolutions démographiques qui traversent l’Afrique. (Résumé de la revue)

Le mouvement sans-terre en Bolivie
FERRARI, Sergio - VOLCANS, n°57, 2004/11, P. 25-26
Depuis 1953, une réforme agraire a été mise en oeuvre en Bolivie, sans effet. La terre est toujours accaparée par "ceux qui ont de l’argent, des armes et du pouvoir". Aujourd’hui quatre millions de Boliviens n’ont pas de terre. Le Mouvement sans terre n’existe que depuis quatre ans et s’appuie sur le MST brésilien. L’action du gouvernement actuel se fait attendre. En tant que femme et paysanne, J. Chambi compte beaucoup sur le soutien des organisations internationales comme Via Campesina.

Pression foncière et nouvelles normes d’Accès à la terre : vers une déféminisation de l’agriculture au sud du Niger ?
DOKA, Marthe ; MONIMART, Marie - PROGRAMME ZONES ARIDES, n°128, 2004/03, 18 P.
Au Sud-Niger, faisant suite à des déséquilibres écologiques ainsi qu’à un fort accroissement démographique, un déséquilibre s’est fait jour dans l’accès et le partage des ressources naturelles. Des changements dans les responsabilités alimentaires intra-ménages assurées majoritairement par les femmes sont alors apparus. On assiste à un mécanisme d’exclusion des femmes de la propriété foncière, phénomène renforcé par des pratiques relatives à la religion musulmane. En dehors des activités agricoles, quelles perspectives leur reste-t-il pour garantir leurs moyens d’existence ?

Garantir aux femmes l’Accès à la terre en Afrique australe
WALKER, Cherryl - ALTERNATIVES SUD, n°4, 2002, P. 197-220
Actuellement, la nécessité de renforcer l’accès et le contrôle des femmes sur la terre, en Afrique australe et orientale, fait l’objet d’un large consensus politique au niveau international. Face à l’accroissement de la pauvreté et à l’augmentation des inégalités, le renforcement du droit des femmes à la terre apparaît en effet comme l’une des conditions indispensables pour augmenter la productivité agricole, pour assurer la sécurité alimentaire des ménages et pour réduire la pauvreté. Il est gage de bien-être, d’équité, "d’empowerment" et d’efficience, bref il ne peut que procurer des avantages sociaux et économiques. Mais il existe des avis divergents quant aux politiques à mettre en oeuvre pour atteindre ce but, d’autant qu’elles doivent répondre à une grande diversité de situations, où bien souvent les femmes font, plus que partout ailleurs et plus que tout autre groupe, les frais de la dégradation des conditions d’existence. Quoi qu’il en soit, certaines recommandations peuvent malgré tout servir à l’élaboration d’un cadre stratégique commun de lutte contre la discrimination des femmes et pour le renforcement de leurs droits. Elles vont de l’abrogation ou de la révision des textes à caractère discriminant, à la sensibilisation des populations concernées et des responsables locaux et nationaux, en passant par l’accompagnement juridique des femmes et l’augmentation des investissements dans les programmes d’aide à l’agriculture, les soins de santé et l’éducation. (Résumé éditeur)

Afrique : la terre à celles qui la cultivent
DEMBELE, Malado - SYFIA PRESSE, n°28, 2003/05, P. 14-15
Les femmes rurales africaines ont un accès difficile à la propriété des terres cultivables alors qu’elles représentent 70 % de la force de travail agricole. Pourtant dans certains pays, les lois foncières leur accordent les mêmes droits qu’aux hommes. Au Sénégal, des associations de femmes de plusieurs pays se sont rencontrées pour échanger leurs expériences et les astuces qu’elles mettent en oeuvre pour accéder à la propriété des terres.

La réforme agraire

Réforme agraire pour l’Amazonie ?
PATUELLI, Andrès - DEFIS SUD, n°74, 2006/08, P. 36-37
Le projet MAP concerne trois entités territoriales de la haute Amazonie, une au Pérou, une au Brésil, une en Bolivie. Il a pour but de lutter contre la déforestation, de former les populations, d’aider au développement des communautés.

Une réforme agraire radicale
STEDILE, Joao Pedro - VOLCANS, n°61, 2006/02, P. 18-19
L’auteur témoigne d’une évolution, au Venezuela, qui améliore à tout point de vue la vie des pauvres. L’expropriation de terres s’effectue avec l’appui des forces armées. Il s’agit de terres non exploitées, accaparées par de grands propriétaires. (NDLR : en désaccord avec le titre, cet article donne peu d’informations sur la réforme agraire qui pourraient valider son affirmation d’une réforme plus radicale qu’au Brésil).

La réforme foncière en Afrique du Sud : des résultats peu convaincants
ANSEEUW, Ward, 2004/06, P. 129-148
Les inégalités foncières sud-africaines résultent de deux lois foncières, les Native Land Acts de 1913 et 1935. Ces lois attribuaient 13 pour cent du territoire sud-africain aux non-blancs qui représentaient environ 90 pour cent de la population. Les instruments de la réforme foncière mis en place par le nouveau régime n’ont que très peu effacé les inégalités existantes : dix ans après les élections démocratiques de 1994, seulement 1,5 pour cent des terres ont été redistribuées.

La réforme agraire mexicaine comme processus de frontière. Logiques d’autonomisation, ancrage de l’Etat et production institutionnelle dans la région des Tuxtlas
LEONARD, Eric - AUTREPART, n°30, 2004/10, P. 97-116
Entre 1920 et 1980, la réforme agraire mexicaine a conduit à une redistribution de près de la moitié des terres du pays. Elle a aussi été au centre du processus de construction du système politique et de l’ancrage de l’Etat en milieu rural : sa mise en oeuvre a permis la constitution de nouvelles collectivités paysannes et une recomposition des territoires politiques au profit de catégories d’acteurs qui cherchaient à s’émanciper des anciennes structures politico-foncières représentées par la communauté indienne et l’hacienda.

Brésil : réforme ou colonisation agraire ?
DUFUMIER, Marc, 2004/09, P. 393-427
Le Brésil a connu au cours de son histoire une succession de cycles et de booms agricoles fondés chacun sur l’essor brutal d’un nombre limité de productions destinées à l’exportation (sucre, café, cacao, coton, soja). La règle au départ était la grande propriété. Actuellement, la réforme agraire toujours promise n’est pas encore en route. Certains considèrent que dans un pays aussi vaste que le Brésil où les terres agricoles sont relativement abondantes, il n’est pas indispensable de redistribuer les terres des grands propriétaires. C’est ainsi que des lots de terres "vierges", éloignées de tout, ont été distribuées en Amazonie à des sans terre venus de tout le Brésil. Seule la Réforme agraire pourrait être efficace pour la croissance économique.

Réformes agraires, "révolution verte" et développement économique en Asie du Sud-Est
DUFUMIER, Marc, 2004/09, P. 287-320
Les pays d’Asie du Sud-Est ont connu une croissance économique accélérée, mais la crise économique dont l’ensemble de la région a été victime en 1997 a mis en évidence la fragilité de ce processus de développement. La croissance démographique a obligé à accroître la production agricole, ce qui s’est fait par l’extension des surfaces cultivées, souvent par la déforestation. La technique de la riziculture en fonds de vallées inondées a été développée. Après des périodes de collectivisation, il y a intervention des Etats sur les marchés agricoles ce qui devrait permettre aux agriculteurs de dégager des revenus suffisants pour équiper leurs exploitations.

Réformes agraires en Afrique australe : discours et réalités
DUFUMIER, Marc, 2004/09, P. 181-214
Les nations de l’Afrique australe sortent d’une longue période de discrimination. Mais cette libération effective dans le domaine des droits civiques tarde à se concrétiser sur le plan économique. La récupération des terres ancestrales et l’accès à la justice sociale ont été les principales revendications des militants anti-apartheid. Mais ces mesures semblent difficiles à mettre en oeuvre.

Nouveautés

Ressources documentaires

Accéder à toute la documentation

Formations

Toutes les formations

Campagnes

Toutes les campagnes

À lire sur les sites des membres

Tous les articles