Berlin : une mobilisation historique contre les loyers chers

, par Agenda de la Solidarité Internationale

Chaque mois, à travers une thématique, l’agenda de la solidarité internationale propose de revenir sur deux initiatives portées par des associations, citoyen·nes, ONG, etc. pour provoquer le changement. L’objectif est de comprendre les grandes problématiques internationales, montrer le pouvoir des mobilisations et donner des envies d’engagement.
Nous vous offrons donc, tout au long de l’année, des extraits de notre agenda. En mai, la lumière est mise sur la précarité et le droit au logement.

Image par melancholiaphotography de Pixabay

Dans beaucoup de pays européens, on assiste depuis plusieurs années à la vente du parc immobilier social. Les grandes villes font également face à une gentrification importante. Mais le cas de Berlin est emblématique. Les loyers y ont doublé en dix ans ! Face à cela, plus de 40 000 personnes ont manifesté dans la capitale fédérale en avril 2019 contre les sociétés immobilières et tou·tes celles et ceux qui contribuent à la hausse sans fin des prix des loyers.

Cette mobilisation a bénéficié d’une méthodologie et d’une horizontalité incroyables ! Cela a commencé avec quelques habitant·es impliqué·es et leurs associations, qui ont arpenté la ville, une cage d’escaliers à la fois, bâtiment par bâtiment, rue par rue, afin de discuter avec le plus de personnes possibles pour les convaincre de la nécessité de se rassembler derrière UN mot d’ordre : la fin de cette augmentation folle et incessante des loyers. Un travail long et fastidieux, mais remarquable et nécessaire.
Face à l’ampleur de cette mobilisation, les Berlinois·es ont été entendu·es ! Quelques semaines après la manifestation, en juin 2019, la ville a décidé de geler les loyers pendant 5 ans. Cette mesure a dû entrer en vigueur début 2020 et concerne environ 1,5 million d’appartements. Une belle victoire !

Une pétition a aussi été lancée afin de proposer l’expropriation des sociétés immobilières détenant plus de 3 000 logements dans la capitale. Un référendum local devra être organisé si la pétition obtient un nombre de signatures supérieur à 170 000. Au-delà des aspects économiques, il s’agit de faire valoir un choix politique autour des questions du logement, mais plus largement du territoire et de la façon d’habiter la ville.

L’ensemble du pays est concerné par ces loyers trop chers et des problématiques liées au droit au logement. Des manifestations de soutien à Berlin avaient d’ailleurs été organisées dans d’autres villes. Certaines ont ouvert la discussion. Cela donnera peut-être de bonnes idées ailleurs.