À Rennes, la protection de l’eau se transforme en repas scolaires de qualité

Une initiative sur l’eau

, par Agenda de la Solidarité Internationale

Chaque mois, à travers une thématique, l’agenda de la solidarité internationale propose de revenir sur deux initiatives portées par des associations, citoyen·nes, ONG, etc. pour comprendre les grandes problématiques internationales, montrer le pouvoir des mobilisations et donner des envies d’engagement.
Nous vous offrons donc, tout au long de l’année, des extraits de notre agenda.
En février, la lumière est mise sur l’eau.

Image par Markus Distelrath de Pixabay

À Rennes, comme dans une grande partie de la région bretonne, les conséquences de l’agriculture intensive sont néfastes, notamment en ce qui concerne les ressources en eau. Ces dernières, saturées de nitrates et de pesticides, entraînent des coûts de traitement élevés qui ne cessent d’augmenter. Pour protéger au mieux cet « or bleu », la métropole française et la collectivité Eau du Bassin Rennais ont décidé de faire d’une pierre deux coups. Comment ? En demandant aux producteur·rices agricoles d’adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement, avec un cahier des charges bien précis, notamment en protection de l’eau. En échange, il et elles obtiennent la garantie que leur soient fournis des débouchés, notamment avec les cantines scolaires. Des changements de procédés qui en valent largement la chandelle avec, en jeu, la production d’aliments qui serviront potentiellement aux 11 000 repas servis par jour dans les cantines des écoles maternelles et primaires.

Ce modèle novateur en cours d’expérimentation depuis plusieurs années a nécessité une implémentation par étapes et une réflexion juridique stratégique, afin de respecter le droit des marchés publics. Pour cela, il fallait mettre en avant la volonté de protéger les ressources en eau. Après avoir démarré en 2015 avec le porc et le lait, la gamme de produits locaux a été élargie en 2018. Aujourd’hui pommes, pain, jambon et produits laitiers peuvent provenir de ce projet. Une marque a même été créée : « Terres de sources ».

Lauréate de l’appel à projets national « Territoires d’innovation et de grande ambition » en 2019, l’initiative est bien partie pour se développer. Avec une enveloppe de 20,6 millions d’euros d’aides d’ici à 2028, elle va pouvoir accompagner les agriculteur·rices et soutenir le développement de nouvelles filières locales pour rendre ses produits, issus d’une agriculture respectueuse de la qualité de l’eau du bassin rennais, accessibles au plus grand nombre.

Pour en savoir plus