Accueil > S’informer > Dossiers > La gestion des risques liés au climat et aux catastrophes dans la (...) > Projets agricoles en Ethiopie : (...)

Dossier La gestion des risques liés au climat et aux catastrophes dans la coopération au développement

Projets agricoles en Ethiopie : Gestion durable des ressources naturelles pour lutter contre la vulnérabilité de la population locale

, par Pain pour le prochain , BHEND Jonas

Toile de fond

L’évolution du climat et les risques climatiques menacent tout particulièrement les moyens d’existence des plus démunis. Les populations des pays en développement n’ont généralement pas les moyens de se protéger contre les risques climatiques croissants. Les changements climatiques mettent donc en péril le travail de coopération au développement mené depuis longtemps. Or, les projets de développement peuvent renforcer les capacités d’adaptation aux changements climatiques et contribuer à l’atténuation de ces derniers. Aussi Pain pour le prochain et l’EPER ont-elles décidé en 2009 d’intégrer la question du changement climatique dans leurs activités de coopération au développement. Dans le cadre d’une étude-pilote, deux projets de développement menés au sud du Honduras ont été examinés. Les résultats ont été présentés aux organisations partenaires lors d’un atelier à Tegucigalpa.

En attendant la pluie

Située dans la corne de l’Afrique, l’Éthiopie est l’un des pays les plus pauvres du continent : environ 80 pour cent de la population vit avec moins de deux dollars US par jour. Les famines, la sous-alimentation répandue, le manque de soins de santé et le bas taux d’alphabétisation sont autant de témoins de cette situation terrible.

En Éthiopie, les principaux risques climatiques sont le manque de précipitations, l’arrivée tardive de la saison des pluies et les sécheresses qui en résultent, les infestations parasitaires et les maladies telles que le paludisme. Ceci met particulièrement en danger la sécurité alimentaire : on constate en effet une augmentation des famines et de la malnutrition.

Renforcement des moyens d’existence dans la région d’Oromiya

Le projet examiné à l’aide de l’outil CCRC est mené dans les districts de Guduru et de Hababo-Guduru en Éthiopie centrale. Le climat régional est marqué en alternance par la saison des pluies d’avril à août et par la saison sèche. Or, ces dernières années, la saison des pluies n’a débuté qu’à la mi-juin pour s’arrêter inhabituellement tôt.

Le projet renforce les moyens d’existence et encourage l’utilisation durable des ressources naturelles grâce à de nombreuses mesures :

• Transmission de connaissances générales pour la gestion durable des ressources naturelles, par ex. formations sur les techniques agricoles, les soins aux arbres ou l’irrigation.

• Diversification des revenus, par ex. grâce à l’apiculture pour les paysans sans-terre.

• Encouragement spécial accordé aux femmes en leur offrant des formations sur les compétences entrepreneuriales et en leur faisant prendre conscience de leurs propres droits.

Pépinière de l’organisation de développement Gurmuu

Analyse des risques liés aux changements climatiques et aux catastrophes

Les informations sur lesquelles repose l’analyse ont été recueillies lors de discussions avec les bénéficiaires et les responsables de projet. Dans des groupes séparés, les femmes et les hommes ont évoqué les principaux risques climatiques et leurs conséquences. Les femmes ont souligné les risques liés à la santé et l’eau tandis que les hommes ont décrit en détail le danger qu’entraînent les parasites.

On constate que le projet réduit la vulnérabilité face aux risques climatiques. Les activités influencent directement les ressources naturelles : les réchauds plus efficaces sur le plan énergétique réduisent notamment l’utilisation de bois à brûler, prévenant ainsi la déforestation. Quelque 1.000 des 150.000 personnes vivant dans la région couverte par le projet profitent de cette mesure. Si sa portée était étendue à plus large échelle, le projet pourrait contribuer sensiblement à renforcer la résistance de la population face aux risques climatiques.

Les variétés végétales résistantes à la sécheresse et l’expansion des réservoirs d’eau permettent d’atténuer les répercussions négatives du manque de pluie. Même si les routes et les infrastructures ne sont pas, pour l’instant, touchées par les risques climatiques, il pourrait être important de les protéger à l’avenir si le nombre de fortes précipitations et d’inondations devait augmenter comme prévu. Le projet contribue également à la protection du climat en favorisant le stockage de dioxyde de carbone dans le sol et les plantes.

Atelier à Addis-Abeba

L’atelier organisé et financé par Pain pour le prochain a eu lieu en novembre 2009 à Addis-Abeba. Les organisations partenaires éthiopiennes, des experts locaux de l’université et du gouvernement ainsi que d’autres membres d’organisations de développement ont participé à l’atelier.

Les experts locaux et le spécialiste international de Pain pour le prochain ont présenté des exposés livrant des connaissances de base sur le changement climatique, ses causes et ses conséquences ainsi que des stratégies sur la gestion du changement climatique. A travers une série d’exercices de groupe, les participants/participants ont appris à analyser un projet de développement à l’aide de l’outil CCRC. Ils ont marqué les régions particulièrement touchées par les risques climatiques sur une carte affichant les dangers. Le développement de catastrophes dans le passé a pu être tracé sur un axe du temps. Ces exercices ont débouché sur une proposition de projet de développement relatif au climat. Lors de l’excursion dans la Subba State Forest, les participants ont pu appliquer ce qu’ils ont appris. Ils ont en particulier discuté de l’influence qu’exerce la forêt sur la vulnérabilité des habitants et habitantes face aux risques climatiques.

L’atelier d’Addis-Abeba a suscité un grand intérêt auprès des organisations partenaires et d’autres organisations de développement. Les participants ont souligné avoir obtenu les bases nécessaires pour les futures activités en matière de changement climatique grâce à l’atelier. Comparé aux ateliers précédents, le contexte plus homogène et la plus grande expérience des participants ont facilité la préparation et la présentation des exposés. En outre, l’allongement de la durée de l’atelier a favorisé les discussions et l’apprentissage en groupe.

Un groupe de femmes recense les risques climatiques sur une carte indiquant les dangers

Pour plus d’information sur l’outil CCRC et des données sur la question climatique en Ethiopie (en anglais) : www.ppp.ch/ateliers

Pour des questions éventuelles :

Marion Künzler / Pain pour le prochain-Responsable des Ateliers « Climat »

kuenzler@bfa-ppp.ch

Commentaires

« Cet atelier est un excellent début. Maintenant c’est à nous, les participants, de transmettre à d’autres les connaissances acquises sur le changement climatique. » Un participant de l’atelier, Addis Abeba

Traduction : Nadja Benes

L’article est disponible en anglais Agricultural project in Ethiopia : Sustainable Management of Natural Resources in order to Fight Against the Vulnerability of the Local Population

Infos complémentaires

Provenance dph

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous