Accueil > S’informer > Dossiers > La gestion des risques liés au climat et aux catastrophes dans la (...) > Projet piscicole aux Philippines : (...)

Dossier La gestion des risques liés au climat et aux catastrophes dans la coopération au développement

Projet piscicole aux Philippines : Sécurité alimentaire et gestion durable des zones de pêche

, par Pain pour le prochain , KUNZLER Marion, Stückelberger Simon

Toile de fond

Les changements climatiques et les catastrophes menacent tout particulièrement les moyens d’existence des plus démunis. Les populations des pays en développement n’ont généralement pas la possibilité de se protéger contre les risques croissants liés aux changements climatiques et aux catastrophes. La coopération au développement de longue date risque également de perdre en efficacité. Or, les projets de développement peuvent renforcer la capacité d’adaptation aux risques en matière de climat et de catastrophes. Aussi Pain pour le prochain et Action de Carême intègrent-elles dans leurs activités de coopération au développement ces deux thèmes par le biais de l’outil participatif des changements climatiques et risques de catastrophes (CCRC) conçu à cet effet. Les enseignements tirés de l’outil CCRC permettent d’adapter les projets de manière pertinente. Les informations analysées sont glanées dans les ateliers avec les bénéficiaires et les projets sont adaptés en conséquence. Les collaborateurs des partenaires du Sud suivent une formation afin d’acquérir des connaissances de base et d’apprendre à utiliser l’outil CCRC.

Philippines – la montée des eaux

Les Philippines sont composées de 7100 îles et de 18 400 kilomètres de côte. Quelque 45 pour cent des 88 millions d’habitants doivent vivre avec moins de 2 dollars US par jour. La majorité de la population vit de l’agriculture et de la pêche. La population rurale pauvre est donc fortement touchée par les changements climatiques. « En raison des hautes marées, qui montent de plus en plus haut, il arrive régulièrement que notre île se trouve submergée d’eau, que les terres soient emportées et que les sols subissent une salinisation. Mes récoltes agricoles en sont devenues très incertaines », déplore Jose Novallo, pêcheur et habitant de l’île de Mahaba.

Projet halieutique sur l’île de Mindanao

Le projet d’Action de Carême examiné à l’aide de l’outil CCRC est mené au nord-est de l’île de Mindanao, dans la baie de Hinatuan. Il favorise l’utilisation durable de zones de pêche ainsi que la pérennité des moyens de subsistance de la population locale. Les familles de pêcheurs vivent essentiellement de la pêche mais également de petits potagers. Les activités du projet permettent notamment de :

  • renforcer les compétences des organisations locales dans le domaine de la gestion des ressources et la gestion organisationnelle ;
  • favoriser la pêche durable en instaurant des zones de pêche protégées et en recensant et en surveillant les ressources côtières et maritimes ;
  • mener des activités socio-économiques favorisant l’autonomisation : soutien à des programmes de développement des entreprises, de groupes de crédit et d’épargne, par ex. en fournissant une aide de départ pour des fermes d’algues et l’élevage de crevettes ;
  • sensibiliser et mobiliser les groupes d’intérêt, les fonctionnaires locaux du gouvernement et de la police mais également les Églises et les écoles en matière de protection durable des ressources côtières ;
  • encourager l’égalité entre hommes et femmes dans le cadre des divers projets et en organisant des formations contre la violence à l’égard des femmes et des enfants.

Des pêcheuses dessinent une carte indiquant les risques liés au climat dans la baie de Hinatuan

Analyse des risques liés au climat et aux catastrophes dans le cadre du projet

Lors de plusieurs ateliers, les familles de pêcheurs et les collaborateurs locaux du projet ont discuté des changements climatiques, de leurs conséquences ainsi que d’éventuelles stratégies de gestion avant de chercher des solutions. Les femmes et les hommes ont participé à des ateliers séparés afin que soient pris en compte les divers emplois du temps et problèmes des deux sexes, et afin aussi de garantir une participation équilibrée.

Les familles de pêcheurs vivant dans la baie de Hinatuan sont quotidiennement confrontées aux changements climatiques. Elles sont aux prises non seulement avec la montée du niveau de la mer, mais également avec les conséquences indirectes de plus en plus nombreuses des typhons. Les précipitations en découlant provoquent, par exemple, des variations de salinité dans la mer, ce qui perturbe le rendement de la pêche ou des fermes d’algues. Le futur réchauffement climatique ne fera qu’aggraver les risques et en entraînera de nouveaux, tels que la dengue, qui n’ont pas vraiment posé problème jusqu’à présent.

La population locale a déjà élaboré des stratégies de gestion du changement climatique. Par exemple, elle réduit sa dépendance à la pêche en cultivant des produits agricoles ou en transférant les fermes d’algues dans des régions à teneur en sel stable. Or, les effets de ces stratégies visant à atténuer la vulnérabilité de la population locale face aux risques climatiques sont limités, surtout eu égard aux changements climatiques à venir.

Les activités menées jusqu’à présent dans le cadre du projet aident les familles de pêcheurs à mieux gérer les risques liés aux changements climatiques et aux catastrophes : les zones maritimes protégées ont permis d’augmenter les stocks halieutiques et le reboisement de mangroves protège contre les hautes vagues. Le projet contribue également à la lutte contre les changements climatiques : bien que l’utilisation d’électricité et de véhicules entraîne des émissions de gaz à effet de serre, une grande quantité de dioxyde de carbone est stockée grâce au reboisement des mangroves et aux zones maritimes protégées.

La capacité d’adaptation de la population doit cependant être davantage renforcée : il est important de diversifier encore plus les revenus de l’agriculture et de chercher des variétés de céréales ou des espèces de poissons tolérant respectivement la sécheresse et le sel. Il est également nécessaire de dispenser plus de formations permettant à la population locale d’anticiper les typhons ou d’autres phénomènes naturels.

Formation à Davao

La formation organisée et financée par Pain pour le prochain et Action de Carême a eu lieu en juillet 2010 à Davao. Des organisations partenaires d’Action de Carême et de l’EPER dans les Philippines comptaient parmi les participants.

Des experts locaux et internationaux ont livré aux participants des connaissances de base sur les catastrophes et les changements climatiques, en abordant également leurs incidences et la manière de les gérer. En effectuant plusieurs exercices de groupes, les participants ont appris à utiliser l’outil CCRC afin de pouvoir mener ultérieurement des analyses de projet de manière autonome. La formation s’est terminée par une visite d’une journée chez un riziculteur aux méthodes novatrices, dans le sud-ouest de Mindanao. Ce dernier a expliqué aux participants la manière dont il gère les changements climatiques : à l’aide d’une banque de semences de plus de 170 variétés de riz, de la gestion ciblée du cycle végétatif et de l’utilisation de l’eau ainsi que de l’agriculture biologique, il récolte suffisamment de riz pour nourrir sa famille et pour pouvoir en vendre un peu.

Les réactions des participants laissent espérer qu’il a été possible de poser un premier jalon et que les projets se développeront plus avant. L’ambiance a considérablement changé au cours de la formation : si, au départ, les participants étaient abattus et désespérés, ils ont peu à peu retrouvé espoir et se sont montrés disposés à collaborer pour prendre à bras le corps le changement climatique. Plein de nouvelles idées, les participants sont retournés au travail, où ils peuvent appliquer directement et de manière concrète dans leurs projets ce qu’ils ont appris.

Visite d’un projet de développement visant à favoriser la biodiversité lors de la formation sur le climat à Davao

Pour plus d’information sur l’outil CCRC et des données sur la question climatique aux Philippines (en anglais) : www.ppp.ch/ateliers

Pour des questions éventuelles : Marion Künzler / Pain pour le prochain- Responsable des Ateliers « Climat » : kuenzler@bfa-ppp.ch

Commentaires

Traduction de l’allemand : Nadja Benes

L’article est disponible en anglais Fisheries project in the Philippines : Food security and sustainable management of fishing zones

« Au printemps dernier, les vagues qui ont inondé ma maison était si hautes que mes enfants ont pu apprendre à nager dans notre salon au lieu d’aller à la mer. »

Une mère vivant avec ses quatre enfants sur une île dans la baie de Hinatuan.

Infos complémentaires

Provenance dph

Agenda Tous les événements

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous