Accueil > S’informer > Dossiers > Le système de santé mondial à l’épreuve

Dossier Introduction

Le système de santé mondial à l’épreuve d’Ebola

, par CIIP

L’apparition et la recrudescence de certaines maladies, déjà répertoriées ou inconnues, surtout dans les pays pauvres, avèrent les persistances des menaces sur la sécurité sanitaire mondiale. Les risques d’épidémies voire de pandémies [1] ravageuses et dévastatrices continuent aujourd’hui de faire peser des risques sur la sécurité sanitaire dans le monde.

Origine et brève histoire des épidémies/pandémies

Les maladies virales sont, dans la plupart des cas, des zoonoses [2], autrement dit des maladies d’origine animale transmises aux humains : le virus dont les animaux sont le foyer naturel mute et s’adapte à l’Homme, suite à un processus long. Après franchissement de la barrière des espèces, la transmission du virus devient interhumaine et elle est favorisée par les comportements et le mode de vie (densité de la population, déplacement, mode de consommation, etc.), qui à leur tour peuvent provoquer l’apparition d’épidémies et de pandémies.

JPEG - 87.1 ko
Mission_anti-paludisme de l’Armée française en mai_1917. Par Garitan (SPCA) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) ou Public domain], via Wikimedia Commons

Les pandémies ont marqué l’histoire de l’humanité depuis la nuit des temps et les historiens ont étudié en détail les conséquences considérables – à la fois démographiques, économiques et sociales - de ce phénomène aux différentes époques. L’origine mystérieuse d’apparition et de propagation des pandémies et leurs effets dévastateurs ont marqué l’imaginaire collectif. En absence de toute explication rationnelle, nos ancêtres le considéraient comme les manifestations de mécontentement et de châtiments divins.

La première épidémie répertoriée est celle de la peste noire en 545 avant J.C. à Athènes pendant la guerre avec Sparte. Elle a décimé la moitié de la population de la ville. Mais faute de connaissances, pendant des siècles, le terme peste noire était utilisé pour toutes les maladies infectieuses. La véritable peste noire reconnue par les historiens est celle qui a frappé la ville de Constantinople en 542. La pandémie a duré plusieurs décennies. Elle réapparaît plusieurs siècles plus tard, au Moyen-âge, en 1345 et se propage en Europe par les marchands de retour de la zone infectée. Elle a ravagé les populations de régions entières et a provoqué des famines encore plus meurtrières. En l’absence de soins pour l’éradiquer, la peste noire réapparaît épisodiquement en Europe jusqu’au 19e siècle.

Les effrayantes épidémies de peste noire n’étaient pas l’unique pandémie dévastatrice de l’histoire. Depuis l’Antiquité d’autres épidémies ont marqué notre histoire. Ainsi entre le 15e et le 20e siècle, les pandémies de la grippe ont frappé l’Europe à plusieurs reprises. Celle de la grippe espagnole a décimé entre 50 et 100 millions de personnes. Le choléra s’est propagé au cours du 19e siècle en Inde et partout dans le monde ; il a tué au cours de plusieurs pandémies des dizaines de millions de personnes et reste une maladie endémique dans plusieurs pays du monde. Selon des estimations, il cause chaque année le décès de près de 120 000 personnes dans le monde [3]. D’autres pandémies ravageuses comme la tuberculose, la syphilis, la variole, le sida sont des fléaux qui ont marqué l’histoire de l’humanité, et qui restent de graves menaces sociales, économiques et même existentielles dans certaines régions de notre planète.

Épidémies émergentes

Avec le 19e siècle et les grands progrès de la médecine, l’humanité a cru à la fin des arrivées épisodiques de pandémies aux conséquences dévastatrices. Mais l’apparition de nouvelles pandémies et la transformation de certaines en maladies endémiques tout au long du 20 siècle, continue de faire des ravages dans certaines régions de la planète. Ainsi selon le Dr. Pinel, entre 1944 et 2004, 360 épisodes d’épidémies émergentes ont été répertoriés dans le monde [4]. Quelques-unes parmi cette pléthore d’épidémies émergentes de l’histoire contemporaine, de par leur taux de mortalité très fort (Sida, grippe aviaire) ou de par leur vitesse de propagation et l’absence de soins efficaces (Ebola), ont créé de la frayeur dans le monde.

Que signifie une maladie émergente ? Selon Janes KE la notion [5] de maladies émergentes signifie  :

  • Apparition d’une maladie inconnue.
  • Résurgence ou augmentation du nombre de cas d’une maladie.
  • Découverte récente d’une pathologie ancienne.
  • Evolution d’un agent ancien.

Ebola, un exemple d’épidémie émergente

Origine du virus
Le virus d’Ebola a été découvert en 1976, par le médecin belge Peter Piot à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, sur l’échantillon sanguin d’une malade décédé près de la rivière Ebola au Zaïre (aujourd’hui République démocratique du Congo) Depuis cette date, ce virus a fait plusieurs apparitions et a causé le décès de plusieurs milliers de personnes.

JPEG - 109.4 ko
Photo : UNMIL/Emmanuel Tobey, 15 janvier 2015

Une variété de chauve-souris est probablement l’hôte naturel de ce virus, de la famille VIH (fièvres hémorragiques virale), composée de plusieurs groupes de VIH. Les contacts avec le sang, le corps, les excréments de ces animaux sont les sources de la transmission de virus à l’Homme. Ebola est une maladie virale très fortement contagieuse. Les contacts avec le corps, le sang, les excréments, même les objets touchés par les personnes infectées peuvent causer la transmission interhumaine de la maladie.

Les symptômes de la maladie
La maladie d’Ebola se manifeste par une poussée de fièvre, maux de tête, vomissements, perte de poids et d’appétit, ensuite d’atteintes rénale et hépatique, ainsi que d’autres complications dans certains cas. Le taux de létalité [6] varie entre 50 % et 90 %. La ressemblance des symptômes avec d’autres infections, rend le diagnostic très difficile et nécessite l’hospitalisation des malades ainsi que des mesures sanitaires contraignantes pour éviter le risque de contamination. Actuellement, il n’existe aucun médicament ni vaccin spécifique, l’hospitalisation permet de maintenir le fonctionnement rénal et d’éviter la déshydratation du malade.

Les foyers infectés
Selon le comité international de taxonomie [7], entre 1976 - la date de découverte du virus - jusqu’à fin janvier 2015, plus de 20 épisodes d’épidémies liées aux différents groupes des virus d’Ebola ont été répertoriés dans le monde. Les pays africains comme la RDC, le Soudan, le Nigeria, le Sierra Léon, l’Ouganda, le Congo sont les principaux foyers de ces épidémies. Mais jusqu’en 1913, le nombre de malades ainsi que le taux de létalité dus à ces épidémies restent relativement limités. A partir de 2013, surtout dans les 3 pays de l’Afrique de l’Ouest, la propagation de l’épidémie s’accélère ; l’épidémie risque de se transformer en pandémie et de devenir une grave menace sanitaire au niveau mondial.

Ainsi sur 22581 malades d’Ebola répertoriés entre 1976 et 2014 plus de 21714 (96 %) ont été infectés depuis 2013 ; et le nombre de décès en un an (2013-2014) est de 8641 personnes, ce qui représente 91 % des personnes décédées depuis 1976.

Notes

[1Une épidémie est une maladie infectieuse (contagieuse) d’une extension rapide, mais localisée. Une pandémie désigne une épidémie touchant la quasi-totalité d’une population d’une zone géographique très étendue.

[2Une zoonose est une maladie transmissible entre les animaux et les humains causée par des agents biologiques vivants (parasites, virus…)

[3Aide-mémoire n°14, février 2014

[4Année universitaire 2010/2011, UJF Grenoble

[5Revue Nature, février 2008

[6Proportion de cas fatals liés à une maladie ou à une affection particulière, par rapport au nombre total de cas atteints par la maladie

[7Wikipédia, consulté le 24 janvier 2015

Infos complémentaires

Provenance ritimo

Type de document dossier

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous