Accueil > S’informer > Dossiers > Pratiques citoyennes du droit en Ile de France > Le droit, un outil au service des (...)

Dossier Pratiques citoyennes du droit en Ile de France

Le droit, un outil au service des familles

Informer, Sensibiliser, Former

, par Juristes Solidarités

L’association École des Parents et des Éducateurs de l’Île-de-France (EPE-IdF) a été fondée en 1929 par un collectif de parents convaincus que l’éducation ne relevait pas uniquement de la compétence de l’Éducation nationale. L’association est reconnue d’utilité publique depuis 1951.

L’EPE Île-de-France appartient au réseau des quarante neuf associations réparties sur l’ensemble du territoire français, dont la mission est de soutenir et d’accompagner les parents, les professionnels et les jeunes pour renforcer les alliances éducatives. Ces associations sont fédérées entre elles grâce à la Fédération Nationale des Écoles des Parents et des Éducateurs.

L’éducation, une responsabilité partagée par l’ensemble des acteurs éducatifs

Les Écoles des Parents et des Éducateurs poursuivent principalement trois objectifs :

  • Contribuer à rendre les parents et les jeunes acteurs de leur vie, en renforçant leurs ressources propres et leurs compétences personnelles, quelle que soit leur situation sociale, culturelle et professionnelle.
  • Participer à la formation et à l’accompagnement des partenaires de l’éducation et du secteur sanitaire et social (l’EPE-IdF dispose d’un service de formation).
  • Mettre en relation les parents et les professionnels des secteurs éducatif, sanitaire et social.

Ces objectifs reposent sur le fait que l’éducation est une responsabilité partagée par l’ensemble des adultes et que tous les parents ont normalement les capacités nécessaires pour éduquer leur enfant.

Des lieux à disposition des parents et des jeunes en Île-de-France

L’EPE Île-de-France est composée de différents lieux d’accueil Parents-Enfants dont la Maison Ouverte, le Café de l’École des parents, un centre médico-psychologique, ainsi qu’un centre de téléphonie sociale et un service de formation.

L’EPE-IdF s’inscrit dans une tradition d’échanges, de débats et de co-éducation. Elle mène diverses actions de prévention à travers des programmes d’accueil, d’information, d’orientation et de formation des professionnels.

Un suivi personnalisé

Des entretiens personnalisés sont proposés à travers des consultations pour les parents, les enfants, les adolescents et les couples confrontés à des questions ou des difficultés : consultations psychologiques de guidance parentale, entretiens de médiation, etc. L’EPE a également mis en place des services téléphoniques pour répondre au besoin d’écoute individuelle et anonyme des parents ou des jeunes. Plusieurs lignes y sont regroupées, comme Inter Service Parents, Fil Santé Jeunes, Jeunes Violence Écoute. Des modes de communications interactifs sont également mis à disposition des jeunes sur le site www.filsantejeunes.com, qui propose un espace forum, un chat et des réponses aux courriers électroniques.

Des actions collectives d’accompagnement et de prévention

L’EPE-IdF met en place des groupes de parole à destination des parents. Entourés de professionnels, tiers neutres et garants de la confidentialité, les parents et les jeunes échangent librement sur les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ces rencontres leur permettent de saisir les caractéristiques communes à leurs situations et d’échanger sur les solutions qu’ils ont trouvées à leurs problèmes.

Enfin, certaines EPE organisent et encadrent des conférences-débats concernant des thèmes qui les touchent au plus près. Ces rencontres se déroulent aux sièges des EPE et/ou dans des lieux extérieurs (écoles, maternités, centres sociaux, quartiers, mairie, etc.), en zone urbaine et rurale.

Vers une appropriation du droit par les parents

L’EPE-IdF a également pour objectif (via le café de l’Ecole des Parents) de donner des informations juridiques aux parents pour qu’ils évitent de recourir directement aux services d’un avocat dans le cadre d’une requête devant le juge aux affaires familiales (ou le juge des enfants,…) quand cela n’est pas nécessaire.

L’enjeu est d’éviter que l’avocat ne s’accapare le litige en question, mettant ainsi le droit hors de portée des personnes concernées alors qu’un auxiliaire de justice n’est pas systématiquement nécessaire, le litige pouvant être résolu dans le cercle familial.

Le droit, un outil indissociable de la psychologie

Si le droit reste un outil primordial, l’EPE-IdF considère qu’un croisement disciplinaire entre droit et psychologie est nécessaire pour résoudre les conflits familiaux, la psychologie de la famille ayant à connaître la règle, le droit (pour poser des limites à l’enfant par exemple). La culpabilité, la sanction, l’autorité sont en effet des notions tant psychologiques que juridiques. En outre, une approche pluridisciplinaire permet de préparer les familles à comparaître devant le juge : grâce à une prise de distance avec leurs émotions, elles sont à mêmes de lui livrer les éléments factuels dont il a besoin.

L’EPE-IdF considère donc qu’il est important de proposer aux parents des entretiens avec des psychologues et des juristes, d’autant plus que dans une démarche juridique, le psychologue peut aider à la qualification d’un fait.

Infos complémentaires

Provenance dph

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous