Accueil > S’informer > Dossiers > Pratiques citoyennes du droit en Ile de France > La lutte contre l’isolement social

Dossier Pratiques citoyennes du droit en Ile de France

La lutte contre l’isolement social 

Créer, Agir, Construire

, par Juristes Solidarités , FATTAH Sihame

L’association FEMRU (Femmes et Enfants en Milieu Rural et Urbain) regroupe des personnes en situation précaire, majoritairement des femmes d’origine immigrée, dans le but de combattre l’isolement social et l’ignorance du droit.

Cette association a pour origine les initiatives individuelles de femmes du quartier de Sevran qui, en intervenant dans la résolution des conflits familiaux inter-générationnels et conjugaux qu’elles observaient de manière croissante, se sont rendu compte qu’elles pratiquaient spontanément de la médiation familiale.

En très peu de temps, la demande de médiation s’est accrue et sa nature a changé. Ces femmes-médiatrices sont alors intervenues au niveau scolaire et au niveau de la résolution juridique et judiciaire des conflits. C’est en 2001 que l’association est née en vue de professionnaliser leurs pratiques. Elle est aujourd’hui financée par la Région Île-de-France et reçoit également une aide de la Mairie de Sevran.

Un espace d’accueil et de médiation

Les actions d’aide et d’accompagnement sont réalisées par deux personnes formées à la médiation. Ces dernières collaborent régulièrement avec un avocat qui les conseille. Les permanences se tiennent dans les locaux de l’association et une fois par semaine aux Restos du Cœur de Sevran et au Centre social local.

L’un des objectifs de FEMRU est d’apporter une aide individuelle à des femmes souvent analphabètes, ne parlant pas le français et fréquemment ignorantes de leurs propres droits. L’aide peut consister à les informer des droits dont elles disposent en tant que femmes et souvent en tant qu’étrangères, mais aussi à les aider dans l’accomplissement de diverses démarches administratives : procédures de régularisation, demandes de logement, de soins médicaux, d’inscription scolaire ou encore de formation professionnelle.

FEMRU joue également un rôle d’intermédiaire entre les femmes et les institutions, beaucoup d’entre elles faisant appel à l’association parce qu’elles ne comprennent pas le courrier envoyé par les services publics.

Jusqu’en 2008, FEMRU a mené une expérience de médiation en milieu scolaire. A l’origine pratiquée de manière informelle auprès des jeunes de Sevran en échec scolaire, cette expérience de médiation a ensuite été menée par FEMRU dans les locaux du collège Evariste Galois de Sevran. L’association était souvent invitée aux conseils de discipline et travaillait en lien avec les surveillants, les enseignants, les parents et les élèves.

L’accompagnement juridique

Grâce à la notoriété que FEMRU a acquise dans certains quartiers, notamment par le bouche-à-oreille, les femmes osent venir parler de problèmes privés, en cas de polygamie par exemple, ou encore d’abus de la part de la belle-famille ou de grossesse incomprise. Cet espace de confiance permet également à FEMRU de responsabiliser les femmes et de les rendre autonomes. Certaines acquièrent par exemple de l’autonomie en osant se rendre seules chez le gynécologue, sans leur belle-famille, pour s’occuper elles-mêmes de leur grossesse.

Grâce à la confiance des femmes en l’équipe de FEMRU, l’association a accompagné en 2005 plusieurs personnes concernées par des mariages polygames qui souhaitaient divorcer, lorsqu’une mesure gouvernementale a réservé l’octroi de papiers et de droit au logement aux femmes qui renonçaient à la polygamie. Un juriste qui parle le soninké, un dialecte malien parlé par la majorité des familles concernées par la polygamie, a contribué à appuyer les femmes dans leur procédure de divorce.

En cas de judiciarisation des conflits, l’équipe se maintient informée de la suite de l’affaire. Elle remplit alors un rôle d’interprète du droit en expliquant la décision judiciaire à la personne concernée. La majorité de ces dossiers judiciaires concerne des cas de régularisation mais certains correspondent également à des demandes de pension alimentaire, à un regroupement familial, à des conflits liés à la garde des enfants, etc.

L’alphabétisation

L’autre versant de l’action de FEMRU est l’alphabétisation. Étant un droit en soi, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture vise à rendre les personnes plus autonomes et leur permet d’exercer d’autres droits. Bien que les femmes soient majoritaires dans ces cours, ils sont ouverts à tout public.

Les cours sont ciblés sur les problèmes qu’elles peuvent rencontrer au quotidien. Elles apprennent ainsi à remplir une fiche de renseignement et à se familiariser avec le vocabulaire qui leur est le plus utile. Le bénéfice le plus rapidement ressenti par les femmes est la faculté de se déplacer en ville en lisant les plaques de signalisation des rues.

Les classes rassemblent seize nationalités différentes et ne se limitent pas aux cours d’alphabétisation stricto sensu mais visent également à élargir leurs connaissances par des ateliers consacrés à des thématiques aussi variées que la cuisine du monde, l’entretien de la bonne qualité de l’air dans les logements, la couture, le bricolage, ou encore l’informatique.

Dynamiser le lien social

FEMRU souligne que c’est à partir d’une perspective familiale qu’il faut aborder les souffrances vécues dans les quartiers défavorisés de Sevran et reste attachée à son rôle de « co-éducateur ». FEMRU vise à renforcer la fonction parentale pour résoudre les problèmes de délinquance juvénile et de décrochage scolaire.

Des tables rondes mensuelles sont organisées afin de rassembler tous les parents pour échanger autour des problèmes d’exclusion, de racisme et de violence vécus à l’école. C’est dans cet esprit également que les cours d’alphabétisation sont conçus : les carnets de notes servent de supports à l’apprentissage de la lecture afin de permettre aux parents de s’investir dans la vie scolaire de leurs enfants. De même, des cours de rattrapage sont organisés les mercredis après-midi. Enfin, pour vitaliser le lien social dans le quartier, des fêtes sont organisées autour de thèmes fédérateurs.

FEMRU a peu à peu acquis une réelle reconnaissance dans la commune de Sevran et a obtenu le label « Espoir Banlieue », octroyé par la Secrétaire d’État chargée de la Politique de la Ville.

Infos complémentaires

Provenance dph

Agenda Tous les événements

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous