Accueil > S’informer > Dossiers > La République centrafricaine : un (...)

Dossier Introduction

La République centrafricaine : un pouvoir sous tutelle

, par Forum Réfugiés-Cosi

En 2013, nous avons assisté à la dramatique dégradation de la situation du pays avec un pouvoir à la dérive. Après le déploiement d’un dispositif militaire français dans le cadre de l’opération Sangaris, nous vous proposons de lire notre dossier publié en 2010, qui donne des clés pour comprendre l’évolution de la situation.

Depuis le 19è siècle, la république Centrafricaine, parce que son territoire est fertile et riche en ressources naturelles (pétrole, minerais etc.), est l’objet de convoitise et de jeux d’influences, notamment de la part de puissances internationales. Cette ancienne colonie française est, pour ces raisons, le théâtre d’instabilité politique et de violences, au détriment des populations qui s’enfoncent dans la pauvreté. La tutelle économique (présence du groupe Total) ou politique perdure bien après la colonisation, et va aujourd’hui au-delà d’une ingérence française avec l’entrée en lice de puissances régionales

La décolonisation et le règne de Bokassa

A la fin de la deuxième guerre mondiale, la situation géopolitique évolue et la décolonisation entre en marche. L’indépendance du pays est incarnée par Barthélémy Boganda, prêtre catholique, qui périt dans un accident dont les causes restent inexpliquées.

Jean Bédel Bokassa arrive au pouvoir en 1966 et met en place un régime qui s’inscrit dans la lignée des régimes dictatoriaux africains de l’époque instaurant un Etat prédateur et répressif. Bien que mal accepté par Paris à son arrivée au pouvoir, les autorités françaises le soutiennent jusqu’en 1979. A cette date, le régime de Bokassa devient de moins en moins recommandable. Paris orchestre alors sa chute.

Après divers rebondissements politiques, André Kolingba, chef d’état major de l’armée centrafricaine, met en place une oligarchie où la contestation sociale et politique grandit entre 1986 et 1991.

Violences sous l’ère Patassé : rivalité pour le pouvoir et rivalité ethnique

Suivant le courant de démocratisation amorcée lors du sommet de la Baule en 1992, les premières élections multipartites ont lieu la même année : Ange-Félix Patassé du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) est élu président pour un mandat de six ans. En 1995, une nouvelle Constitution est adoptée par le Parlement qui prévoit la mise en place d’une politique de décentralisation.

Le pays est marqué par la rivalité entre Patassé et Kolingba. Le premier est originaire du Nord. Le deuxième représente les gens du fleuve.
En 1996-97, des mutineries de soldats éclatent à Bangui et dégénèrent en conflits interethniques désorganisant la vie économique, politique et sociale. Patassé maintient son pouvoir en finançant des forces spéciales, agents de sécurité privés et milices personnelles, qui se rendent coupables de graves exactions. Les forces françaises interviennent, suivies d’une force d’interposition africaine, puis de l’ONU. En septembre 1999, Patassé est réélu pour six ans au premier tour d’un scrutin contesté. La situation économique du pays est précaire, l’instabilité politique se poursuit.

Kolingba lance un coup d’Etat en mai 2001 provoquant par riposte la mort arbitraire de près de 300 personnes principalement les membres de son ethnie (les Yakoma). Bozizé, chef d’état major des FACA (lexique), accusé d’en être l’auteur caché se réfugie avec ses partisans au Tchad. Cet « asile » tchadien provoque de vives tensions entre les deux pays. Depuis son exil, Bozizé déclenche un deuxième soulèvement à Bangui, réprimé dans le sang par Patassé, avec les appuis libyens et congolais. Patassé affaibli, lâché par la France et ses alliés dans la région, devra laisser la place à son rival.

Le régime Bozizé : un pouvoir sous influences dans un pays encore instable

En mars 2003, une coalition composée du Tchad, du Congo-Brazzaville, du Congo-Kinshasa, permet à Bozizé de s’emparer de Bangui. L’emprise du Tchad dans le domaine sécuritaire centrafricain est totale. Se proclamant président de la République, Bozizé annonce une transition consensuelle. Lors de l’élection présidentielle de mai 2005 Bozizé est élu à 64.6 % et son parti Convergence Nationale remporte 42 des 105 sièges à l’Assemblée nationale. Il promet la formation d’un gouvernement d’union nationale pour « la République centrafricaine », pays sinistré dont l’espérance de vie est tombée en dessous de 40 ans en 2005 et où 95% de la population vit sous le seuil de pauvreté d’un dollar par jour (contre 67 % en 2000).

Le pouvoir reste concentré autour de Bozizé. En 2006-2007, deux foyers d’insurrection sont réactivés, au nord-ouest fief de l’ex-président Patassé et au nord-est sous l’influence du conflit du Darfour. Sur ce territoire, très éloigné du pouvoir de Bangui, sans voie de communication, les relations entre populations soudanaises et centrafricaines s’enveniment face à un Etat défaillant. Un mouvement rebelle centrafricain émerge : l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) [1]. L’origine de ce mouvement est floue : pour certains, il est proche de Khartoum pour d’autres, il est issu de rebellions endogènes, notamment d’anciens compagnons de Bozizé. Birao est prise en octobre 2006 : l’armée centrafricaine fera appel aux soldats français pour reprendre la ville. La pacification du territoire ne tient qu’aux soutiens libyen, tchadien et français qui redoutaient que Bangui ne tombe sous l’influence du Soudan.

En 2007 un processus de pacification aboutit aux accords de Birao en avril puis, un an plus tard, à la signature d’un accord de paix avec l’APRD [2]. Le pays traverse une période de relative accalmie, tandis que les relations avec Paris semblent se compliquer sur fond d’intérêts pétroliers. En effet, le monopole du groupe Total dans la distribution du carburant semble menacé par un projet de nationalisation.

L’année 2008 est marquée par la réconciliation nationale : en décembre le Forum sur la paix de Bangui réunit quelques 200 délégués, acteurs politiques et représentants de mouvements rebelles. En janvier 2009, Bozizé nomme Faustin-Archange Touadéra premier ministre, son gouvernement intègre des membres de l’opposition non armée, mais aussi d’ex-rebelles. Ce gouvernement d’ouverture prévoit de préparer les élections de 2010 dans un pays qui demeure instable, très pauvre et assisté financièrement.

Cet aperçu politique montre une « intrusion » de différents pays dans la gestion politique et militaire de la Centrafrique : une emprise forte de l’ancienne puissance coloniale à laquelle s’ajoutent les alliances régionales. Le rôle des différents acteurs ou « alliés » de la Centrafrique interroge l’autonomie réelle du pouvoir centrafricain.

Cette fracture est héritée du régime Kolingba. Après le coup d’Etat de Patassé en 1982 une guérilla avait suivie dans les régions de Markounda et Paoua acquises à Patassé, l’armée de Kolingba y avait mené des expéditions punitives : la fracture nord-sud était née ; elle sera largement instrumentalisée par Patassé.

Notes

[1Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement, créé en 2006, ce nouveau mouvement provint de la coalition de trois groupes armés : le Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLJC), le Groupe de d’action patriotique pour la Libération de la Centrafrique (GAPLC) et le Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC). Il s’agit d’ex-compagnons déçus de Bozizé, quelques officiers d’Ange Félix Patassé.
(source : MUNIE Vincent, « En Centrafrique, stratégie française et enjeux régionaux » in Le Monde Diplomatique, février 2008)

[2Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie, rébellion dans le nord-ouest de la Centrafrique. Elle est constituée à la base d’anciens membres de la Garde présidentielle d’Ange Félix Patassé.

Infos complémentaires

Provenance ritimo

Type de document dossier