Accueil > S’informer > Articles et traductions > Gaza, Palestine ; Israël mène une (...)

Gaza, Palestine ; Israël mène une guerre contre un peuple

Isabelle Avran

, par AFPS

L’Europe, aujourd’hui complice, doit au contraire agir pour mettre sans
délai un terme aux bombardements israéliens, au siège de Gaza et imposer
la paix et le droit international.

Israël a déclaré la guerre à la population palestinienne dans la bande de
Gaza. Depuis le 27 décembre, ce petit territoire où s’entassent un million
et demi de Palestiniens –dont deux tiers de réfugiés issus de l’expulsion
de 1947-1949- s’est transformé en cortège funèbre quasi-permanent. Le
bilan des bombardements israéliens ne cesse de s’alourdir. Il se chiffre
en centaines de morts, parmi lesquels de nombreux enfants -dont cinq
fillettes d’une même famille-, en milliers de blessés, en destructions
massives. Les hôpitaux sont littéralement surchargés, débordés, et ne
peuvent répondre à l’urgence, ce d’autant plus que des mois et des mois de
blocus imposé par Israël avec un appui international dévastateur les ont
privés de tout, médicaments et matériels. Pour la seule journée de samedi,
64 avions ont tiré plus de cent tonnes de bombes en plusieurs vols. Israël
a déclaré le nord de la bande de Gaza « zone militaire fermée » et
l’hypothèse d’une offensive terrestre est sérieuse, avec des chars massés
à la frontière et l’appel aux réservistes. La population palestinienne est
victime de crimes de guerre israéliens à grande échelle. L’affirmer n’est
pas un slogan, c’est un fait au regard de la quatrième convention de
Genève et les dirigeants israéliens devront pour cela être jugés. La
violence imposée par la force militaire d’Israël est d’une ampleur inédite
depuis l’occupation de Gaza en 1967, voici plus de quarante ans. Elle
n’est pas sans rappeler cependant l’offensive israélienne de 1971-1972
sous l’égide d’Ariel Sharon contre la bande de Gaza et sa population,
l’offensive « Remparts » qui a ravagé la Palestine occupée en 2002 et les
bombardements qui ont dévasté le Liban à l’été 2006 : une guerre, perdue
par Israël, et dont visiblement ses dirigeants n’ont tiré aucun
enseignement.

http://www.france-palestine.org/art...